11 février 2012

249ème semaine de Sarkofrance: Sarkozy, ou le Peuple version Fouquet's

Nous étions gênés. L'homme était présenté comme un vibrant candidat. En 2007, il était parvenu à convaincre 53% des suffrages, malgré 5 années de mandat Chirac où il fut le ministre majeur. Il était parvenu à faire croire qu'il avait changé, qu'il s'était calmé, qu'il savait incarner cette France composite du 21ème siècle.

Cette semaine, il est devenu l'un des hommes politiques les plus ridicules du moment. Un homme presque incompréhensible. Il ne cessait de se comparer au François Mitterrand de mars 1988. Mais au lieu d'un succédané de la France Unie, nous eûmes droit à une resucée de l'Union rance version Front National.  Grosse déception.

En début de semaine, son ministre de l'Intérieur avait donné le « la ». Il devait justifier de propos inutiles et hors sol sur les « civilisations ». La manoeuvre était facile et rabâchée. Le lendemain, son Monarque approuvait ses propos de « bon sens ». Guéant est « l’islamophobe en chef » de Sarkozy, rétorquait le quotidien algérien Liberté. Mardi à l'Assemblée, un député apparenté socialiste l'accusa de suivre une voie dangereuse qui conduisait au nazisme. Tout le gouvernement indigné quitta l'hémicycle. En arrivant à la Réunion en fin de semaine, le ministre ne cherchait plus à se défendre, il plaidait le malentendu.

Lundi, Nicolas Sarkozy s'était montré avec Angela Merkel. Il était curieux, soucieux d'être plus vertueux dans le verbe que sa consoeur allemande. Il monopolisa une quinzaine de minutes, encore, d'un journal télévisé. On a tout oublié. Il était dans le Salon Murat.

Mardi, il s'est affiché père des familles. Il avait déboulé en jet présidentiel dans une crèche dans le Tarn, à Lavaur. Merveilleux ! Il sortit un gros mensonge. Non, il n'avait pas construit 200.000 places de crèches en 5 ans. Il avait simplement augmenté le nombre d'enfants à garder par assistante maternelle. Une véritable arnaque.

Mercredi, Nicolas Sarkozy faisait adopter son programme en conseil des ministres.
Les « mesures fortes » présentées le 29 janvier dernier sur 10 chaînes de télévision n'étaient que des mesurettes, douloureuses ou confuses, mais toutes insuffisantes pour changer grand chose à la situation du pays: les ménages paieront 12 milliards de TVA supplémentaire que l'UMP qualifie toujours de « sociale » dans des réunions politiques. L'UMP prédit que l'inflation restera maîtrisée, mais des économistes l'ont contredit, exemple allemand à l'appui. La fameuse taxe sur les transactions financières, qui « vise à créer une juste participation du secteur financier à l’effort de redressement des finances publiques », est bien modeste (0,1% des transactions sur les actions de sociétés françaises cotées dont la capitalisation excède le 1 milliard d'euros), et sans contrepartie sociale ni de développement. Quelle taxe Tobin !

L'allègement des cotisations patronales familiales réjouira les entreprises, même celles qui ne sont pas exposées à la concurrence internationale. Mais son impact sur la compétitivité est anecdotique. Pourtant, les services de Bercy sont allés jusqu'à prédire la création de 100.000 emplois créés dans les 3 ans... 25 millions de foyers vont payer 12 milliards d'euros de TVA supplémentaires pour 100.000 emplois improbables... La prévision est invérifiable, même dans trois ans.

Mercredi, on s'inquiétait, en Sarkofrance, de deux accélérations judiciaires. Un ancien conseiller de Nicolas Sarkozy à la mairie de Neuilly-sur-Seine passait en procès pour une affaire de détournement du 1% logement. Sarkozy fait mine d'ignorer, mais il stresse comme un beau diable. Thierry Gaubert est aussi mis en examen depuis septembre dans le Karachigate. Mercredi, Eroc Woerth était mis en examen pour trafic d'influence passif dans cette affaire qui mobilisa les services secrets français inquiets de l'emballement médiatique. Rappelons que le patron de ces derniers, Bernard Squarcini, avait été inculpé pour espionnage de journalistes dans cette même affaire...

Le soir, les photographes ont immortalisé ce moment, François Hollande est allé serrer la main de Nicolas Sarkozy au dîner du CRIF. Le Monarque le tutoya spontanément. Il était extra-ordinairement chaleureux. Tout en proximité. Le lendemain, il profitait d'une distance retrouvée pour traiter Hollande de couard. La distance donne le courage...

Sarkozy nous a aussi promis un livre "intime". On craint le pire, la confession qui tombe à plat, le surcroît de langue de bois, un nouveau « J'ai compris, je regrette » après le « j'ai changé » de janvier 2007. On imagine que quelques psychologues se régaleront de l'ouvrage.

Jeudi, il était aussi à la centrale de Fessenheim, près de Strasbourg. Il s'y est rendu en avion présidentiel. Cette visite n'avait rien à voir avec son job de président. Il n'y avait aucune urgence qui nécessite le déplacement. Sarkozy n'était là que parce que le candidat Hollande avait promis de fermer l'installation. Donc il voulait s'y montrer, et tacler en public et à distance son principal opposant.

Il voulait fanfaronner devant les employés de la centrale. C'était facile. Comme l'a commenté Corinne Lepage le lendemain, Sarkozy se serait fait applaudir par des ouvriers de l'amiante. La centrale est l'une des plus vieilles de France, moins confinée que les nouveaux modèles, et installée en zone sismique et inondable; Bref, elle a autant de risques d'un accident que Fukushima.

Il a fustigé le manque de courage de François Hollande. C'était facile. Lui-même n'est pas allé à Gandrange expliquer aux ouvriers d'Arcelor-Mittal pourquoi leur usine avait fermé malgré ses promesses. Le Monarque aurait pu se saisir de l'occasion pour s'interroger sur le récent rapport de la Cour des Comptes, du 31 janvier.

Vendredi, on apprenait  d'une énième confidence que le Monarque se déclarerait candidat le 16 février. Le journaliste d'iTélé Michael Darmon révélait quelque part vers 18h30 que le Monarque avait choisi « un lieu symbolique pour le peuple français ». Il y aura ensuite une interview télévisée, un déplacement de province (comme chaque semaine) et un meeting (à Marseille, le 19 février). Le même jour, le Monarque recevait des élus locaux pour une « conférence sur les finances locales ». La majorité était à gauche. Le Président était à droite. Mais surtout responsable de 500 milliards d'euros de dette publique supplémentaire en un quinquennat. Le Président du Fouquet's avait pourtant de grandes idées.

Samedi, le Figaro Magazine publiait cette improbable interview. Depuis 3 jours, on en connaissait l'essentiel. Sur le tard, le Monarque découvrait les vertus du référendum ciblé et opportuniste. Il n'en voulait pas sur le nucléaire, mais lui trouvait pourtant une qualité pour « surmonter » les « blocages » de la société française. Il avait choisi deux thèmes de choix: imposer aux chômeurs des formations et des emplois et conditionner le mariage de Français avec des étrangers à des preuves de revenus et d'emploi. Fantastique ! On s'amusa de cette soudaine envie de « démocratie » si bonapartiste. Contre les collectivités locales, il menaçait :«  il faudra trouver les moyens pour que les dotations de l'Etat soient modulées en fonction de leur politique de maîtrise des dépenses ».

Depuis des mois, Nicolas Sarkozy construisait son image de Président rassembleur et protecteur à coup d'images d'Epinal. Le succès de la campagne de François Hollande, la résilience de Marine Le Pen, le maintien de Jean-Luc Mélenchon lui ont fait réalisé un peu tard qu'il était en train de passer à côté de la campagne. Cette fois-ci, il choisissait de cliver à droite, voire à l'extrême droite. L'homme se fichait de la cohésion sociale, en ces temps de précarité de masse. Ce samedi, il nous a refait son discours de Grenoble.

Allait-il devoir poser nu pour attirer enfin l'attention sur son triste sort ?

Ami sarkozyste, où es-tu ?




11 commentaires:

  1. Ami sarko òu es-tu? malheureusement il est partout, j'espère que les francais ne se laisserons pas enfumer par cet hurluberlu!solange

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas, Solange, on n'est jamais sûr avec les Français! Ils seraient encore capables de le réélire... (abc)

      Supprimer
    2. Ca c'est à douter, avec les français tout est possible, il le sait bien le singe qui gouverne ce pays.

      Supprimer
  2. Fessenheim est située dans le Sud de l'Alsace, plus proche de Mulhouse que de Strasbourg. Le seul espoir pour les citoyens du Sud de l'Alsace, dont je fais partie, ce sont les actions menées contre cette centrale vétuste en Suisse et en Allemagne (très proche elles aussi et directement concernées en cas d'accident). Pas la peine d'espérer grand chose dans notre pays! Le lobby nucléaire est trop puissant et la plupart des élus et des citoyens locaux préfèrent se laisser endormir par les discours officiels, dont celui du Monarque jeudi dernier: c'est beaucoup plus confortable et beaucoup moins dérangeant que de se projeter en esprit dans un scénario de type Fukushima

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, Isabelle. En France, comme on est courageux, on construit des centrales nucléaires tout près des frontières, On est sûr comme cela d'arroser tout le monde. Je vis au Luxembourg, à 30 kms de Cattenom qui se trouve aussi tout près de la frontière allemande. Depuis sa construction, il y a constamment des problèmes, mais LA FRANCE par la voix de son maître, a dit qu'il n'y avait rien à craindre.......(abc)

      Supprimer
  3. Ami sarkozyste, où es-tu ?

    enchainé à la centrale de Fesseheim
    no pasaran , lou gardam la centrale

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le nabot parle beaucoup de courage, sait il seulement que lorsque l'on n'est plus président, on a plus droit aux 15 commandos du gign et au cordon de crs qui éloigne le peuple a 200 mètre ?

      Supprimer
  4. son mépris du peuple est enraciné en lui jusqu'à la moelle;
    c'est comme dans un couple,quand la confiance est perdue, il n'y a plus rien à faire,quoique en ce qui me concerne je le considère comme un
    individu dangereux et capable encore de coups tordus anti démocratiques comme s'assoir sur le non au référundum de 2005 ou sa croisade guerrière
    lybienne avec son copain BHL et ses dizaines de milliers de civils massacrés à coup de bombes au phosphore ou à l'uranium appauvri.
    il a effectivement du souci à se faire pour aprés son éjection;car il y aura foule pour lui présenter la facture de 5 années de prédation

    RépondreSupprimer
  5. Quelqu'un pourrait'ikl m'éclairer ?
    J'ai peur d'avoir un problème de vue. De passage près d'un kiosquer à journaux, j'ai vu l'affige du figmag. Dessus, je suis pas arrivé à déchiffrer si on parlait de VALEURS ou de VOLEURS pour la France.

    RépondreSupprimer
  6. Tout à droite! C'est du moins la tactique de sarko pour le 1er tour, en vue de battre la fille le pen (qui aura ses signatures malgré ses râles!).
    Attention à bayrou, qui pourrait en profiter.
    Bref, rien n'est fait pour sarko au 1er tour, s'il rate son entrée cette semaine, çà risque même d'être très dur pour lui, et c'est pas avec ses propositions de référendums démagogiques qu'il va engranger des voix.

    RépondreSupprimer
  7. M. SARKOZY pourrait bien perdre à cause de sa famille. A chaque fois, c'est elle qui le fait commettre les plus basiques erreurs...Notamment parce qu'il "dégomme" ses plus fervents admirateurs. On se souvient des "effets" délétères de l'EPAD ! Après Jean...Pierre va t il le faire aller au casse pipe ?

    http://www.google.fr/webhp?sourceid=navclient&hl=fr&ie=UTF-8

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.