18 février 2012

250ème semaine de Sarkofrance: le coming out raté du candidat Sarkozy

On ne l'attendait plus. Mais c'est fait. Le 15 février, Nicolas Sarkozy a avoué qu'il était candidat. La surprise n'était pas là.

Nous fêtions la 250ème semaine de Sarkofrance.


La curiosité était grande. On voulait voir comment l'homme qui faisait campagne sans le dire mais prétextait de graves urgences pour rester président allait nous expliquer sa volte-face.

Impatient
Dix jours auparavant, devant 16,5 millions de Français à la télévision, il n'était pourtant pas si pressé. Le suspense était immense. Il fut entretenu avec une attention ridicule qui n'empêcha pas les couacs.

Le slogan du candidat des Riches, « la France forte », était finalement celui de l'ancêtre Giscard d'Estaing, lors de sa vaine campagne de réélection en 1981... Quelle mauvaise référence ! Le slogan « prend l'eau », commenta l'Express au bout de deux jours. Le site internet, très classique et peu interactif, affichaient des videos polluées par des publicités (sic!). Quelque part vers 8h15 mercredi, le candidat avait ouvert son compte Twitter. Quel évènement !

La première affiche nous montrait un Sarkozy sur un fond de mer... grecque. Assez rapidement, des centaines de parodies furent publiées sur le Web. Les médias traditionnels en firent presque secoués.

Justement, en Grèce, le pays sombre. La pression combinée de la Troïka, de l'Euro-group et des banques venait de précipiter des milliers de Grecs dans les rues. La Grèce dépasse les 167% de PIB d'endettement public, avec un PIB en récession.  Les « remèdes de cheval » sont en train de tuer le canasson. Mais de cela, celui qui se présente encore comme le co-gérant de l'Europe n'en avait cure.

Il avait fort à faire.

Coincé
Mercredi, quelque 10,7 millions de téléspectateurs ont donc regardé cet épisode si convenu du Sarko-tour 2012, la déclaration de candidature. Le Monarque était évidemment tendu. « Oui, je suis candidat ».

L'auteur de ce blog attendait cette phrase depuis... le 6 mai 2007. 

Mais la surprise fut ... qu'il n'y eut pas de surprise. On avait encore fois dans le sens du spectacle que tout le monde reconnaissait à Nicolas Sarkozy quand il était déjà candidat en 2007. On fut déçu. La grande idée du candidat sortant fut la systématisation des référendums pour passer outre les blocages de la société française. Par blocages, il visait spécifiquement les partis, les « élites », et les syndicats.

Après coup, on fut saisi par cette énormité, un accès de fièvre bonapartiste. Le président en exercice était pris en flagrant délit de délire anti-républicain. «Chaque fois fois qu’il y aura blocage, je ferai trancher le peuple français ». Après les « civilisations supérieures » de Claude Guéant, le candidat sortant veut se débarrasser des corps intermédiaires !


Quand il était président, Nicolas Sarkozy avait de nombreuses occasions de référendums, de la réforme des retraites (imprévue dans le programme de 2007) à la récente augmentation de la TVA réduite puis générale. Il n'eut même pas le courage de mettre en oeuvre le référendum d'initiative populaire.

Laurence Ferrari tenta aussi d'éclaircir en vain la curieuse proposition référendaire du weekend sur les chômeurs. Sarkozy entendait-il proposer de sanctionner les chômeurs récalcitrants à une formation ou à un emploi ? La veille, en déplacement en Isère, il avait été très flou. Vendredi matin, François Fillon tenta de clarifier la chose. Le référendum, si Sarkozy était réélu, porterait sur le transfert total ou partiel des 30 milliards d'euros de la formation professionnelle vers la formation des chômeurs. Bref, cela n'avait plus rien à voir... Sarkozy, candidat sortant, devenait brutalement très flou...

En famille
Carla Bruni-Sarkozy avait été mise à contribution. Mercredi, elle était là, pour réajuster la légion d'honneur sur le costume de son « Mari ». Vendredi, l'épouse du chef de l'Etat faisait la une du premier magazine TV de France, TV Magazine. Elle y livrait ses goûts télévisuels. Le coup médiatique, bien calé pour ce lancement de campagne, a pourtant dérapé. Carla Bruni avait aussi réagi au lancement de campagne de son « Mari ». Elle confia qu'elle n'y connaissait rien à la politique mais que son « Mari » avait des idées « fabuleuses ».

Son premier meeting électoral, dans une petite salle à Annecy, fut l'occasion de constater la violence outrancière de ses arguments. Sarkozy accusa Hollande de mentir « matin et soir ». Le mensonge ? On pensait que Sarkozy aurait un peu plus de « zen-attitude », un peu plus de fond. Il avait décidé d'éructer, faute de mieux. Le Président-candidat perdait encore ses nerfs, une habitude. François Fillon, qu'on croyait plus mesuré, en rajouta le lendemain sur RTL. En fait, Sarkozy comme Fillon pratiquaient le même verbe que leurs portes-flingues Morano ou Wauquiez.

Le candidat sortant était arrivé plus tôt dans la journée en jet. Il s'en était presque caché. Cela ne faisait pas « candidat du peuple ». Il avait d'ailleurs fait refouler les salariées de Lejaby qui, naïves, pensaient pouvoir venir.

Il a visité une fromagerie et une boucherie. Il avait trouvé un traiteur local qui répéta devant les caméras combien Nicolas Sarkozy avait eu tout bon et combien François Hollande aurait tout faux. Des militants UMP comme cela, c'est « si rare », commenta la journaliste Hélène Jouan (France Inter). Sarkozy s'enferma aussi dans un restaurant local. Les journalistes indépendants restèrent dehors. Une caméra de l'UMP filma l'évènement, mais sans le son.


Bref, ce premier déplacement électoral fut fascinant: Sarkozy se déplaçait au milieu de figurants. On se pinçait pour le croire.

Incapable
Depuis des semaines, Nicolas Sarkozy était aussi incapable de gouverner.

Lundi, ses propres députés n'étaient plus mobilisés pour aller voter la TVA sociale. Leur absentéisme à l'Assemblée empêcha l'adoption de la mesure en commission. Ce fut chose faite deux jours plus tard. Le couac  fit désordre. Pire, le rapporteur UMP de la loi de finances rectificative pour 2012 ajouta une pierre bien lourde au fardeau élyséen: l'allègement de charges patronales familiales, contrepartie de cette fichue TVA sociale, profitera surtout aux services et « très peu à l'industrie ». L'argumentaire sarkozyen s'effondrait ... de l'intérieur. 

Mardi, on avait eu peur. Le président sortant n'avait pas réussi à calmer l'inquiétude des marchés. L'agence Moody's qu'il aimait tant menaçait de dégrader la note de la Sarkofrance. A l'Elysée, point de commentaires. Vendredi, Nicolas Sarkozy recevait David Cameron, le premier ministre britannique. Depuis la grande entente cordiale, au printemps 2011, quand Sarkozy et Cameron se félicitaient de placer leurs développements nucléaires militaires en commun, la situation s'était tendue. Cameron a refusé de suivre le futur nouveau traité européen.

La catastrophe fut ailleurs: le Monarque Sarkozy fut contraint d'avouer que le premier ministre britannique  avait bel et bien un droit de veto sur le futur projet de traité européen. La nouvelle était d'importance. Sarkozy nous l'avait caché en décembre dernier.

Ce vendredi à l'Elysée, Cameron souhaita « bonne chance » à ce candidat de la droite française.

Ami sarkozyste, bonne chance.





Crédit illustration: l'excellent site Parodie Forte.

30 commentaires:

  1. toi, des que sarko est reelu, on va te traquer et te pendre avec une corde à piano

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. désolée, tu n'aura pas à trouver de piano , mais toi tu devrait chercher un bon psy, si tu aime te faire avoir par en avant et par arrière tu votera pour ton petit prince, ne te préoccupe pas de nous et passe ton chemin. solange

      Supprimer
    2. De deux chose l'une :
      - soit l'emploi du « on » est suffisamment impersonnel et dans ce cas, nous pouvons prendre cette sentence comme un avertissement émanant d'une source qui s'inquiète vraiment du sort de Juan, avec affection et envie de prévention car nous nous doutons bien des représailles qui pourraient s'installer dans certains services « de l'ombre » pendant cinq très longues années.
      - Mais hélas, nous ne pouvons pas souscrire à cette première hypothèse car l'allégation commence par « dès que » et non par « si » !
      C'est donc une seconde hypothèse qui prend le devant et qui est tout sauf réjouissante. Ce sont des menaces graves, dans la droite ligne des crocs de boucher si élégamment employées par NS (Notre Souverain d'opérette qui tourne à la tragédie) vis à vis de ses adversaires qu'il considère sans détour comme des ennemis mortels, comme cela se faisait dans les périodes les plus sombres de l'humanité.
      Cela relève de la Waffen- SchutzStaffel et montre bien combien l'UMP racole à la droite de la droite.
      Consternant !!!
      Quand je pense qu'on les a depuis dix ans sur le paletot...
      Continuons à soutenir Juan en le lisant quotidiennement, son travail d'analyse et de mémoire est remarquable, nécessaire, utile voire bienfaisant.
      MERCI à vous Juan
      Druide

      Supprimer
    3. @Druide: le travail de Juan est même INDISPENSABLE. MERCI!(abc)

      Supprimer
    4. Des menaces anonymes rappellent les dénonciations du même genre à une époque pas si éloignée. Qu'après mai 2012, la justice puisse enquêter sereinement sur les agissements du présumé innocent Sarközy.

      Supprimer
    5. tu est certainement à l'ump pour dire une connerie pareille
      ton serviteur sera battu c'est plutot à toi de te planquer

      Supprimer
    6. garde la corde pour te prendre après la défaite de l'actuel président

      Supprimer
    7. Des relents d'une certaine époque, on voit le niveau de certains fans du "petit président du peuple", cela démontre à quel niveau de démocratie est parvenu la France mais cet anonyme doit faire partie de la clique de Mme Joëlle Ceccaldi-Raynaud voire le blog de Christophe Grébert :
      www.monputeaux.com/

      Supprimer
    8. SARKOSY entre en campagne et immédiatement , le débat descend au niveau du caniveau; Bravo M.SARKONIVODUCANIVO, c'est son nouveau surnom.Adoptez le, il n'y a pas de droit d'auteur, ha ha ha.

      Supprimer
  2. " Le sale mec " ne sera pas plébiscité cette fois...Le ticket Sarkozy -Bruni, c'est pas du sérieux ...On savait que sarko affectionnait les boucheries, mais les fromageries ont - elles des crocs du fromager ?

    Andy...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sarko pourra toujours se recycler dans une fromagerie: comme LEROQUEFORT il vient d' inventer un nouveau fromage LAFRANCEFORTE.

      Supprimer
  3. Ah Ah Ah excellente la photo, Juan !

    RépondreSupprimer
  4. "Bref, ce premier déplacement électoral fut fascinant: Sarkozy se déplaçait au milieu de figurants. On se pinçait pour le croire"

    est ce que ses électeurs seront aussi des figurants ?

    RépondreSupprimer
  5. Textes pour détourner l'affiche :
    >> Un ami qui vous veut du Rien
    >> Je suis calme comme la mer..
    >> Je suis près de la mer..
    >> La France dans la mer..
    >> Case-moi, pov'con
    Amusez-vous avec PhotoFiltre !

    RépondreSupprimer
  6. Il avait promis une action d'éclat par jour d'ici le 22 avril, c'était quoi hier ? La visite de Cameron, la démission du Président de la République Allemande mis en place aux forceps par Angéla, Il ne tiens déjà pas ses promesses !

    RépondreSupprimer
  7. Méfiance ! il ne faut pas pendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué !

    Vous avez vu, depuis dimanche, le déferlement médiatique ! il éclipse tous les autres candidats, la propagande tourne à plein régime : tous les jours de la semaine, le président-candidat propose un opération relayée par tous les médias et on va assister à ces actions jusqu'aux élections

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De ces médias à la botte, il ne fallait pas s'attendre à autre chose que de la propagande; on va manger du SARKONIVODUCANIVO jusqu'en mai.Campagne totalement transparente pour moi; j'ai déjà fait mon choix;il se tient à une seule question: faire la guerre ou non contre le système financier en place? p.foul.

      Supprimer
  8. Bonjour,

    L'histoire se répète sans l'occupation allemande. C'est le constat auquel sont parvenus les invités de Taddeï lors de la sa dernière émission sur France 3. Autrement dit, Nicolas Sarkozy est un néo-pétainiste, ce qui ne semble pas gêner ses supporters. Au moins, on sait ce qu'ils auraient fait en 39, c'est clair. Désormais, il convient de préparer le procès pour haute trahison à l'encontre de l'homme qui a tout fait aux Français en un seul quinquennat. Il faudra lui retirer son passeport pour éviter qu'il prenne la poudre d'escampette. Le Qatar l'attend déjà, ce qui explique qu'il ait été le meilleur VRP de ce pays. Billet à lire sur la farce du baiser dit volé http://0z.fr/X7HzL

    A2N

    RépondreSupprimer
  9. QG de campagne du candidat Sarközy : rue de la Convention dans le XVème pour faire peuple soi disant! Pour faire peuple s'aurait été la Dalle d'Argenteuil petit bras!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 600 m2 pour faire modestemais combien encore à l'Elysée ?
      ler double ? le triple ?
      peut pas s'empêcher de mentir, de truquer
      c'est génétique chez lui

      Supprimer
  10. "Carla Bruni-Sarkozy avait été mise à contribution" ... en sa qualité d'escort girl de luxe ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il brassait de l'air tout seul, à présent ils seront deux: d'ailleurs pendant son discours à Marseille, le mistral est devenu plus violent et s'est calmé dès que le discours a cessé: coïncidence?

      Supprimer
  11. Sarkozy à Marseille en 2007, un meeting à 333.538 euros ! Mediapart -
    Des frais de maquillage aux cars affrétés pour les militants inclus. Ses comptes de campagne sont entre les mains des juges.

    Combien aujourd'hui pour son dernier meeting dans la cité phocéenne... au Parc Chanot ? Quel militant peut encore investir des sommes pareilles dans un grand "Raoult"...désespéré et desespérant ?

    Sinon Copé, membre du « Comité consultatif » de Lutetia capital, une société d'investissement fondée par un ancien conseiller ? Mediapart.

    Copé travaille le dimanche à son insu.

    Sans préjudice des présomptions d'arrogance et d'indécence..

    Andy...

    RépondreSupprimer
  12. Hier à Lille, Le Pen père fustige notre civilisation : "pornographie généralisée, l'indifférenciation sexuelle, le système de prédation ploutocratique" ou encore "la bourgeoisie libérale social-démocrate". "La jeunesse a été volée, trahie, sacrifiée. Elle doit refuser le carcan et s'arracher à la torpeur de la décadence. Nos valeurs sont la nation, la France, la lignée". libe.fr

    Et le tribun ne s'est pas arrêté là..

    Cette fois - ci les primaires Sarko - Buisson FN sont bien lancées ...

    Balayé, Sarko, avec son discours de Grenoble et son franc fort...

    Merckel, ne me laisse pas tomber !

    In der Hilfe laß merckel mir nicht fallen, Help !!

    Angela, ich liebe dich...Angela !!..Dein klein sarko.Dein Kleiner der geliebte sarko !

    à suivre ...

    Andy...

    RépondreSupprimer
  13. "Quand il était président, Nicolas Sarkozy avait de nombreuses occasions de référendums"

    Dont le changement de statut de La Poste !

    Quel odieux personnage réduit à faire les fonds de tiroir pour y trouver quelques piécettes d'un vil métal !

    De temps à autres l'Histoire génère ses miasmes. Comme un corps en mauvaise santé se libère de ses toxines par la fièvre : un mauvais moment à passer pour aller mieux ensuite.

    Le 6 mai 2012, le corps social français aura l'occasion de procéder à une intervention chirurgicale pour extirper la tumeur qui le ronge. Et la France de se libérer du cancer dont elle souffre. LA FRANCE GUERIE !

    RépondreSupprimer
  14. SARKOSY entre en campagne et immédiatement , le débat descend au niveau du caniveau; Bravo M.SARKONIVODUCANIVO, c'est son nouveau surnom . Adoptez le, il n'y a pas de droit d'auteur, ha ha ha.

    RépondreSupprimer
  15. Nous n'avons pas à supporter davantage les discours de SARKONIVODUCANIVO, l'opinion est faite ,le choix du bulletin de vote aussi; mis à part, les larbins et les lobotomisés des médias qui voteront pour lui. Il ne faut même pas réagir à son discours, mais continuer à casser son image déjà bien amochée car sur les médias de masse on va avoir des tonnes de cireurs de pompes.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.