29 février 2012

Education: Sarkozy recycle ses idées de 2007

Ce mardi à Montpellier, Nicolas Sarkozy tenait meeting. Il avait pris la journée, son agenda de président était vide. Le thème du jour était l'éducation. La veille sur RTL, il avait lâché quelques bêtises sur l'évolution du nombre de professeurs et d'élèves. Ses conseillers expliquèrent ensuite que sa langue avait « fourché ».

Mais le pire était à venir. Le jour même, sa campagne avait été bousculé par une proposition de François Hollande sur TF1: le candidat socialiste avait créé la surprise en promettant de taxer à 75% les revenus supérieurs à un million d'euros par an.

Nicolas Sarkozy, auto-proclamé candidat du peuple, dénonça l'improvisation et la « folie fiscale ». Chassez le naturel, il revient au galop.

Depuis 5 ans, un massacre
En matière d'éducation, le bilan du Monarque est édifiant, terrifiant, assommant. Le voici brièvement résumé en 13 points. Treize, le chiffre du malheur.

1. Depuis 2007, Nicolas Sarkozy a réduit d'environ 15.000 les postes dans l'enseignement chaque année. Depuis 2000, près de 155.000 postes d'enseignants ont été supprimés en France.

2. Pourtant, les élèves sont en augmentation constante depuis 2006 dans le primaire (+59.000 en 5 ans), comme au collège (+41.000). A l'inverse, leur nombre semble fondre aux deux extrémités, en maternelle et au lycée (-67.000). Dans les deux cas, les moyens et programmes ont été drastiquement allégées.

3. Nicolas Sarkozy se cache derrière les internats d'excellence qui, paraît-il, font des merveilles. Mais l'offre de places reste marginale: 10.000 à la rentrée 2011, soit 0,8% des places disponibles au collège.

4. Nicolas Sarkozy a aussi réduit les horaires, au risque de surcharger les élèves.

5.  Président des familles, Nicolas Sarkozy a alourdi la charge d'encadrement des assistantes maternelles (de 8 à 12 enfants) afin de « créer » 40.000 places supplémentaires en crèches collectives.



6. Le taux de scolarisation à deux ans a chuté de 35% en 2002  à 13,6% en septembre 2010.


7. En décembre dernier, ultime provocation, le gouvernement promettait l'évaluation des professeurs par... le chef d'établissement (et non plus par les inspecteurs).

8. D'après l'OCDE, la France est l’un des pays qui « amplifie le plus sur le plan scolaire les inégalités sociales avec une part croissante d’élèves en difficulté : 15% en 2000 contre 20% en 2009 ».

9. L'Education nationale a été rabaissée de 28% du budget de l'Etat (en 2007) à 21% du budget de l'Etat (en 2010).

10. Le gouvernement ferme des centres de formation pour psychologues scolaires, comme ceux de Lille, Aix-Marseille et Grenoble en septembre prochain.

11. La réforme de la formation initiale et de recrutement des enseignants des premier et second degrés dite de la « mastérisation », mise en œuvre à compter de la rentrée scolaire 2010-2011 a été qualifiée d'échec par la Cour des Comptes dans son dernier rapport: économies marginales voire incertaines, formation insuffisante des recrues, crise de vocation et chute des candidatures, etc.

12. Nicolas Sarkozy a laissé la violence à l'école s'aggraver . Ainsi, en janvier 2010, des meurtres d'élèves en plein établissement, une première depuis 30 ans, ont provoqué grèves et protestations de parents et de professeurs.

13. En 2008, le camp Sarkozy réfléchissait à introduire la détection puis le fichage des comportements délinquants dès la maternelle.

A Montpellier, un discours... de 2007
La journée avait mal commencé. François Hollande concentrait toutes les attentions. Non seulement était-il 10 heures durant au Salon de l'Agriculture, mais il avait aussi une bombe dans le jardin du candidat du Peuple, taxer les revenus excédentaires à 1 million d'euros à 75%. Au plus fort de la crise de 29, le président américain Franklin D. Roosevelt avait usé de pareilles méthodes. En Allemagne, un représentant de Die Linke s'enthousiasmait. En France, le clan du candidat sortant avait été pris de court.

« Il est possible de changer l'école. Il faut d'abord que nos enseignants exercent leur métier dans de bonnes conditions. » avait-il déclaré à Nantes... le 15 mars 2007. « Les parents sont les premiers responsables de l'éducation de leurs enfants. Ils doivent, par conséquent, pouvoir être plus impliqués dans l'organisation de la vie scolaire » avait-il ajouté quelques jours plus tard en Guadeloupe. Nous étions en 2007. Nous sommes en 2012. Les mots sont les mêmes. Sarkozy a juste oublié qu'il gouverne depuis 5 ans.

A Montpellier, ils étaient tout juste 6.000 militants UMP, coincés dans le Zenith local, dont un millier de jeunes Pop largement filmés pour masquer une assistance majoritairement quinquagénaire. L'estrade était trop grande, le pupitre trônait au centre, on avait repris la décoration des estrades présidentielles pour les déplacements de province: même bâche bleue, les drapeaux français et européen de côté, même pupitre.

Nicolas Sarkozy voulait « poursuivre le duel » avec François Hollande. Sa seule annonce du jour fut une énième variante du « travailler plus pour gagner plus » de 2007. Il osa ainsi ressortir quelques vieilleries de la campagne 2007, tout droit pompées sur sa lettre aux enseignants de l'époque. Que n'avait-il été président depuis 5 ans ?

« Nos enseignants sont mal payés parce qu'ils sont trop nombreux ». Concrètement, il proposa de proposer aux enseignants d'assurer 26 heures de cours par semaine (au lieu de 18, soit une augmentation de 40%) « avec en contrepartie une augmentation de son traitement de 25 %, soit près de 500 € net par mois ». Une mesure qui ne concernait pas le premier degré, furieuse urgence du moment.

« Qui osera être contre ? » scanda-t-il. Qui ? Quelques instants plus tard, la proposition était taclée par un ancien ministre de l'Education nationale de Jacques Chirac. Luc Ferry - c'était lui - expliqua qu'il avait testé la mesure quand il était ministre, et que c'était inutile. Pire, la proposition datait de 2007.

Pour le reste, il répéta quelques idées rabâchées lors de ses voeux à l'Education nationale le 5 janvier dernier: la fin du collège unique, le bac comme outil de sélection (« Le baccalauréat doit être la mesure de la capacité à suivre un enseignement supérieur »), le rapprochement de l'école et du monde du travail ou l'école pour enseigner la « civilisation » et la « hiérarchie des valeurs ».

Il avait quelques portes ouvertes à enfoncer: « on a eu tort de faire baisser l'autorité du maitre, du professeur ». De qui parlait-il ? « Je veux une école du respect ». Avait-il oyblié quel exemple il avait donné depuis 2007, à coup d'insultes en public ?

Il tenta de s'excuser de son calamiteux bilan, en argumentant qu'il avait préféré s'occuper de l'université mais sa priorité d'un second mandat serait l'école, ou plutôt ... le collège. Si le sujet n'était grave, on aurait pu sourire. On croyait que notre Monarque était capable de mille réformes en même temps. Qu'a-t-il donc fait pour les universités qui l'aurait empêché d'agir sur l'école ? Un Grand Emprunt de plus ?

Il enquilla aussi une grosse douzaine de platitudes sur l'école. L'assistance tentait de rester mobilisée: « Je crois dans la valeur de la responsabilité. On est responsable de ses enfants. La société n’est pas responsable de tout. » Qui penserait le contraire ? « L'école de la République, c'est une école laïque.» Ou encore: « L'école, c'est un merveilleux apprentissage de la différence où c'est le coeur qui parle contre les préjugés. » Sans blague ? « L'école ne peut pas remplacer la famille ».... Sans rire ? « Dans la société qui est la notre, on ne tient plus une classe comme on la tenait hier » .

Sans surprise, il termina par une attaque contre la « folie fiscale » de Hollande (?) et son slogan de campagne, déjà esseulé lors des 3 derniers meetings: « Aidez-moi à rendre la France plus forte. Aidez-moi à faire triompher les valeurs qui ont fait la grandeur de notre pays. » L'homme se confondait encore et toujours avec la France.

S'en était devenu lassant.

Mais il y eut plus grave. Tout occupé à faire campagne, bousculé par son principal adversaire, il voulut jouer au chef d'Etat devant quelques journalistes, lors de sa visite d'un internat d'excellence dans l'après-midi: oui, la journaliste Edith Bouvier, blessée vendredi dernier en Syrie était désormais saine et sauve au Liban.

C'était gravement faux. Quelques instants plus tard, alerté par ses communicants, il revint vers la caméra: « J'ai été imprécis tout à l'heure, je m'en excuse auprès de vous ».

La journée était gâchée.





28 commentaires:

  1. c est bien ce qu il me semblait ,il rabache toujours les mêmes choses ,sinon il attaque ,il ment ,il invente tout et n importe quoi
    il ferait bien de retourner à l école apprendre en effet la hierarchie des valeurs vu le nombre de scandales dans lequel son gouvernement est impliqué .Pourvu qu il dégage et surtout que justice se fasse même si je n y crois pas trop avec ce genre de coco
    quand à hollande il ferait bien de ne pas mettre le feu aux poudres avec ses bombes annonces sinon on en reprend pour 5 ans

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entièrement d'accord avec votre dernière phrase Boudeficelle! Hollande devrait quand même se concerter avec ses conseillers avant de faire des annonces. Cela ne fait pas sérieux et donne surtout des arguments à l'UMP pour le battre. Franchement pas malin! Quant à Sarkozy, effectivement après le mois de mai, il faudra qu'il retourne à l'école, non seulement pour apprendre la hiérarchie des valauers, mais aussi et surtout pour apprendre à parler français correctement. (abc)

      Supprimer
  2. Notre petit personnage commence à être essoufflé, il patine drôlement , c'est bon signe, de toute façon ça n'est jamais payant de faire dans la nostalgie comme il le fait , mais comme il n'a pas voulu du programme que sa gang de twits lui avait préparé pour cette année il ne lui reste qu'à se servir des bonnes idées qui ont fonctionnés en 2007, même chose pour l'équipe "on ne change pas une équipe gagnante" disais morano!
    solange

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. espérons que les bonnes idées 2007 fasse un gros flop en 2012,mais je suis tres inquiète quand je vois qu il attaque sur tous les fronts et le nombre de gogos qui y croient encore .ils sont nombreux quand même et petit bonhomme a plus d un vilain tour dans son sac
      bonne journée à tous

      Supprimer
  3. son alzheimer lui fait occulter les 5 ans de présidence qui s'achèvent
    ... enfin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Terrorisme médiatique et grand-banditisme intellectuel: les deux mamelles de la campagne PS
      François HOLLANDE l’a compris, il ne gagnera pas l’élection présidentielle à la loyale: son projet est indéfendable, sa personne est rejetée, il n’a pas de proposition et son camp est miné par la division entre ceux qui courent après le Front de Gauche et ceux qui pleurent la disparition de la bonne vieille unité PC-PS ; le PS n’existe plus que par la peur panique de perdre le pouvoir dans les régions.

      Une seule stratégie de campagne s’impose: mentir et tricher. Le vrai modèle de François HOLLANDE n’est pas Angela Merkel, mais un mélange de George PAPANDREOU et de José Luis RODRIGUEZ ZAPATERO, avec la menace de faillite nationale de l’un et la croissance inflationniste du chômage pour l’autre.

      Promettre aux Français 60000 emplois de fonctionnaires supplémentaires n’est rien d’autre qu’un abus de confiance, de la vente forcée, une escroquerie.

      Le François HOLLANDE qu’on cherche à vendre aux Français est un faux, une contrefaçon, un produit de contrebande imaginé par des cerveaux d’extrême-gauche et revendu par des valets sans morale comme Vincent FELTESSE et François REBSAMEN, qui ne prennent même plus la peine de justifier l’injustifiable en préférant insulter l’adversaire.

      François HOLLANDE a gagné ses primaires en bande à part, il fait campagne en bande d’arnaqueurs organisée. Tout un programme, en effet.

      CRJ1022 lundi 27 février 2012 23 :35

      CRJ1023 : lundi 27 février 2012 23 :58 « PS : François HOLLANDE n’aime pas la France et tous les français » PS: Les caprices de François HOLLANDE "J'aime, j'aime pas, je veux, j'exige" ; ou Monsieur MOI-JE en campagne
      François HOLLANDE n’aiment pas ceux qui réussissent dans les affaires par leur travail et il n’aime pas tous ceux qui travaillent fort pour gagner leur vie dignement et faire gagner dignement la vie à ceux qu’ils emploient.
      François HOLLANDE n’aime pas ceux qui travaillent fort, les créateurs d’entreprises, les commerçants, les artisans, les agriculteurs, les professions libérales et les autres… et tous ceux qui produisent de la richesse pour la nation.
      François HOLLANDE n’aime pas les riches, la richesse nationale, la croissance par l’export, les créations d’emplois, les investissements dans l’industrie et dans la recherche.
      François HOLLANDE veut des sans-emplois, des sans-revenus, et des fonctionnaires sans-emplois et sans-revenus.
      François HOLLANDE n’aime pas la France et tous les français ; mais François HOLLANDE aime-t-il François HOLLANDE ?

      Supprimer
  4. 29 février, une journée de trop à cette trop e-----ante campagne.
    Allez, un peu de musique pour la détente.
    Brassens chante le femme de Sarko:
    http://www.youtube.com/watch?v=dl7cmLDvUQ4

    RépondreSupprimer
  5. Un slogan pour l'affiche :
    LA SOUFFRANCE FORTE
    et un autre :
    LA SOUS-FRANCE FORTE

    RépondreSupprimer
  6. Allez voir sur WIKISTRIKE il parait que le petit fait la guerre à la syrie 120 militaires seraient prisionniers, le cher serait en négo pour les faire libérés. solange

    RépondreSupprimer
  7. Encore un très bon billet Juan. Je t'en remercie au nom de tout ceux qui subissent sa politique depuis 5ans.

    RépondreSupprimer
  8. Plus de commentaires ouverts sur marianne2?
    40% d'heures en plus pour 25% de salaire supplémentaire, c'est une super proposition que sarko propose aux profs!
    Malgré une énorme propagande télé (tf1, a2, la5, bfm, itélé), sarko a du mal à faire gober ses gros mensonges. Il y croit encore, mais en face, c'est pas ségo, et hollande sait manier le naimpérial.
    patroc

    RépondreSupprimer
  9. quoi 40% d'heures en plus c'est pas 40 % d'euros en plus noméo il déconne là ! faudrait voir les augmentations des grands dirigeants (dont lui-même!)qui vont jusqu'a 80% !
    quelle misère dans ce pays!

    RépondreSupprimer
  10. Je ne comprends rien. Les 500 euros c’est une prime ou quoi ?
    Travailler 8h de plus par semaine soit environ 32 heures par mois pour gagner 500 euros, (soit 15,6 euros l’heure) alors qu’actuellement avec 1 heure supplémentaire on gagne en moyenne de 32 euros, ça me parait absurde.

    RépondreSupprimer
  11. vous connaissez sans doute, mais pourquoi pas une piqûre de rappel

    http://lavraietimeline.fr/

    27 heures de présence effective en classe pour moi, mais combien d'heures de correction, de recherches, de lectures?....je n'ai jamais compté, ni ménagé ma peine.

    RépondreSupprimer
  12. Sarkon applique sa tactique bien connue sauf des gogos.
    Occuper tout l'espace avec une idée à la con par jour, ce qui fait que tous les médias ne vont parler que de lui. il étouffe l'espace média disponible afin que la présence de Hollande soit la moins visible possible.
    Bonne vieille méthode bien éculée mais efficace car tous les médias foncent tete baissé dedans.
    Demain, il y aura encore une idée à la con, puis après demain une autre....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact. Encore faut-il que les idées touchent les électeurs et c'est pas avec celle des enseignants que çà fait mouche. Pas sûr que l'accumulation d'idées "à la con" soit efficace. Encore une fois, hollande est plus subtil: proposer (en surprenant même ses conseillers) d'imposer les très riches à 75% a fait mouche chez les électeurs, bien plus que toutes les idées de sarko jusqu'à présent.

      Supprimer
  13. Il a osé parler de "respect" des enseignants ?
    N'est-ce pas lui qui a dit dans son discours du Latran, que l'instituteur n'arrivait pas à la cheville du curé ?
    Non seulement il radote, mais en plus il oublie ce qu'il a dit un peu plus tôt.
    A moins que ce ne soit gaino (le copain de Gobineau) qui soit rattrapé par Alzeimer.

    RépondreSupprimer
  14. Il devrait consulter sa ''première maitresse''.
    Une heure de cours= une heure de préparation + une de correction.

    RépondreSupprimer
  15. Il n'y a pas que sur l'éducation qu'il reprend les idées de 2007;quand j'ai vu Rachida Dati l'accompagner à Lillej'ai eu l'impression de revivre 2007(à part qu'elle avait changé de look: beaucoup plus bourgeoise) De même à Rungis avec "ceux qui se lèvent tôt".Lui, il va dans les usines!!!etc...La seule chose qui changera: il ne retournera pas au Fouquet's...

    RépondreSupprimer
  16. Si je gagne 1800€ pour 18H et si j'additionne 500€ je suis à 2300€ pour 26H de présence. Donc le tarif horaire baisse. De plus, si un professeur fait 8H de plus, il fera dans le temps 8H de cours et donc devra travailler encore plus chez lui (correction de devoirs...). C'est une façon détournée encore une fois de faire plus en donnant moins

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel serait le salaire d'un parvenu président si l'on lui applique cette échelle dégressive ?

      Supprimer
  17. "Données bancaires, secret de l'enquête...Espionnage: les mails
    qui accusent Sarkozy".

    Des liens tissés avec des policiers auraient aussi permis de recueillir des informations secrètes sur une enquête judiciaire en cours ( ! ).

    A la seconde lecture... il s'agissait d'IKEA ! Bon, la confusion était permise.

    Ouf, il n'en est rien ! Et d'ailleurs, dit -on qu'il est fou ce suédois de Sarkozy ?

    Andy...

    RépondreSupprimer
  18. Sarkozy devant quelques dizaines de figurants médusés :

    " I'M DANGEROUS ! "

    Devant ce non - scoop, BFM et I télé veulent voir là des raisons d'espérer, encore. L'écart se resserre ou l''étau se resserre ? That's the question.....

    Andy ...

    RépondreSupprimer
  19. Réquisitionner plus pour gagner plus ?

    Nadine Morano, l'usine et les figurants.

    Selon "Le Canard enchaîné", la ministre de l'Apprentissage a demandé à ce que des ouvriers restent plus longtemps lors d'une visite d'usine.....
    le préfet de Meurthe-et-Moselle aurait alors passé un coup de fil à la direction de la SAM - Société des Aciers d’armature - afin que des ouvriers soient mobilisés.
    http://tempsreel.nouvelobs.com/election-presidentielle-2012/20120229.OBS2603/nadine-morano-l-usine-et-les-figurants.

    Rien de tel qu'un sous - préfet au champ pour garder un moral d'acier. Nadine Morano, sarkozyste jusqu'au bout des globules...


    Andy....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Savez-vous que pour la première fois, le salaire d'un professeur des écoles est en diminution(feuille de paye de janvier 2012 à l'appui). Les dernières mesures de "Notre Président Du Pouvoir d'Achat",portent leurs fruits...Renseignez-vous, et contre-attaquez,car je crois me souvenir qu'il avait au contraire parlé d'augmenter substantiellement la rémunération des enseignants.
      L'acharnement idéologique anti-fonction publique de la troïka SARKO/FILLON/CHATEL,serait pathétique, si elle n'était pas si dramatiquement destructrice.(je précise que je ne suis pas enseignant...

      Supprimer
  20. Il faudra aussi lui expliquer: si le même nombre de profs restent plus longtemps, ça ne fera pas plus de profs.

    RépondreSupprimer
  21. La logique comptable de l'éducation ne fait jamais une bonne politique.

    http://www.blogactualite.org/2012/01/bilan-de-cinq-ans-de-sarkozysme-lecole.html

    Le bilan sur l'éducation est trop mauvais depuis des années.

    Il faut agir sur le contenu et les méthodes d'éducation, pas uniquement bidouiller sur le nombre de professeur ou le nombre de leur heures. Il faut aussi arrêter de traiter les professeurs de feignant sans quoi les enfants respecteront de moins en moins l'autorité qu'ils incarnent.

    RépondreSupprimer
  22. on esper ts ke nicola ne rpase pa

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.