24 février 2012

Immigration: ce que Sarkozy ne vous a pas dit

François Mitterrand, en 1959, avait dénoncé le Coup d'Etat Permanent du général du Gaulle, à l'aube d'une Vème République dont il s'accommoda ensuite fort bien. Cinquante-trois ans plus tard, Nicolas Sarkozy nous propose un véritable coup d'Etat napoléonien pour assurer sa propre survie politique et caché la misère de son bilan. Il l'a dit sur TF1, le 15 février: « les corps intermédiaires font écran entre le peuple et le gouvernement ».

Il a soigneusement choisi les thèmes où le recours au référendum illustre à merveille sa démarche ... et cette nouvelle outrance.

Prenez l'immigration. C'est un sujet polémique, il a un bilan à cacher, et l'appel au peuple Avec ses idées de référendums sur l'immigration, le candidat prolonge le débat sur l'identité nationale organisé en 2009.

L'immigration est un objet de diversion électoraliste. C'est aussi l'une des obsessions intangibles des délires frontistes. L'immigré est le bouc-émissaire facile de nos malheurs.

Sur l'immigration, Nicolas Sarkozy a justement plein d'idées de référendum. Ce n'est pas innocent. En campagne, rien n'est gratuit.

Dans la fameuse interview du Figaro magazine qui lança son entrée en campagne, Nicolas Sarkozy avait proposé un référendum sur le droit des immigrés...
« Je pose la question de la juridiction compétente s'agissant du droit des étrangers. En ce domaine, la concurrence, et souvent la divergence, entre tribunaux administratifs et tribunaux judiciaires est source d'une grande confusion. Je pense que la juridiction administrative devrait être seule compétente en matière d'immigration. »
Quelques jours plus tard, à Annecy, il a récidivé: « Je voudrais que tout le monde soit bien conscient de l'enjeu que constitue la maîtrise des flux migratoires ». Pour qui se prenait-il ? Cela fait deux générations que le sujet est une diversion électoraliste facile et un sujet politique insoluble. Cela fait quasiment 10 ans qu'il est en charge du problème, du ministère de l'intérieur à l'Elysée. A Annecy, il a réitéré l'argument. Il voudrait simplifier la procédure d'expulsion: « Pour faire respecter le droit, un juge suffit. Or, il y en a deux actuellement qui se partagent les contentieux, le juge administratif qui est le juge de l'expulsion et le juge judiciaire qui est le juge de la rétention (...). Ce qui rend les choses très compliquées avec ces deux juges, c'est quand leurs décisions sont contradictoires. Je propose qu'à l'avenir il n'y ait plus qu'un seul juge et que ce soit le juge administratif».

Mais il considère que la voie parlementaire, pour modifier la Constitution, sera trop compliquée. Il a raison, le Sénat est passé à gauche en septembre dernier: « la seule voie possible sera celle d'un référendum » a-t-il donc logiquement conclu.

Le peuple contre les élus ? Quelle démarche ! L'homme n'a jamais aussi bien porté son surnom de petit Napoléon.

Masquer le bilan
Claude Guéant avait triché. Mais l'information, révélée par le Monde le 9 février, fut ignorée. En présentant son bilan de la politique migratoire en 2011, le sinistre ministre s'était félicité de sa maîtrise des flux migratoires en assénant toutes sortes de résultats qui semblaient si vrais.

Mais ils n'étaient pas complets. Le Monde avait débusqué l'imposture en lisant le rapport annuel du ministère de l'intérieur au Parlement sur les orientations de la politique d'immigration.

Claude Guéant a commenté l'année 2011 mais il n'a livré ses chiffres que pour 2010 à la représentation nationale. Le ministre avait besoin de publier ses statistiques avant l'échéance normale, pour de simples raisons électorales. Son mentor allait être candidat.Il fallait présenter les chiffres les plus favorables.

De 2007 à 2010, le bilan de Nicolas Sarkozy en matière de maîtrise des flux migratoires avait été mauvais, très mauvais. Et bizarrement, à quelques mois de l'élection présidentielle, le gouvernement s'est « réveillé ». La traque à l'immigré avait repris, grâce à une énième loi suite au discours de Grenoble.

1. En matière d'immigration de travail, Guéant annonçait une baisse de 26 % des entrées entre 2010 et 2011. Il ajoutait que le nombre total de premiers titres de séjour délivrés entre 2010 et 2011 avait aussi baissé de 3,6%. Le Monde précisait: « Or, à l'inverse, entre l'année 2009 et 2010, selon le rapport, ce nombre avait augmenté de 0,8 %, en passant de 198 070 à 199 715. Une tendance qui se vérifie sur le long terme : +7,4 % depuis 2007. »

2. Concernant l'immigration pour « liens personnels et familiaux » des extra-Européens, Guéant annonçait une baisse de 14 % entre 2010 et 2011, soit 12.600 titres accordés l'an dernier. En fait, depuis 2007, la baisse fut plus modeste, -6% en passant de 87.537 à 82.235.

3. Guéant croyait pouvoir se féliciter d'une réduction du nombre de naturalisations, à moins de 82.000 en 2011. Mais sur les 4 premières années du mandat, elles étaient passées de 101.084 en 2007 à 116.496 en 2010.

4. Les expulsions de clandestins ont progressé à 32.000 reconduites à la frontière l'an dernier. Mais, comble de l'hypocrisie, les services de Claude Guéant avaient omis de renseigner le nombre de régularisations pour 2010 ... Depuis 2007, elles ont oscillé entre 27.827 (2008) et 31.755 (2009).


Ami sarkozyste, te laisseras-tu encore berner ?






18 commentaires:

  1. C'est très bas comme campagne, j'ai beaucoup de misère avec les façons de faire de ces personnages qui sont supposés faire campagne mais qui sont plutôt en guerre contre les francais, c'est très violent, c'est inacceptable. Solange

    RépondreSupprimer
  2. gluant : manipulateur comme un goebbels

    RépondreSupprimer
  3. comment écrit-on salopard ? pour moi, deux façons, il y a celle en deux mots : salaud, pars...vite !

    RépondreSupprimer
  4. Un coup d'Etat de Sarko ? Jamais ! Sarko, juste un petit roquet vindicatif qui mord tous les candidats dominants menaçants, voilà tout. Il ne peut mordre plus haut. Projet contre projet, idées contre idées ? Pour l'instant le roquet urine bien bas. Le " sale mec " a atteint son niveau d'incompétence ...Roquet les belles oreilles aboie, la caravane passe....Merkozy, suffit maintenant !

    Serkel laissera déjà assez de séquelles comme çà.... Serkel, tu vas venir, oui ?

    Andy...

    RépondreSupprimer
  5. Sarkozy est en train de s'assurer le transfert de la majorité des voix de l'électorat du FN, ce qui est vital pour lui;la majorité de celles des électeurs de Bayrou lui est déjà acquise (Borllo travaille à l'assurer) et il est certain qu'alors, si Hollande ne bénéficie pas d'un bon transfert des voix de Mélenchon et des candidats d'extrême-gauche, il risque d'être un peu court.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour;

    Il y a un paradoxe à voir que Marine Le Pen est diabolisée pendant que Sarkozy, lui, peut tranquillement mener une politique incendiaire qui détruit la République. Cherchez l'erreur. Il faudrait, une bonne fois pour toutes,appeler un chat par son nom. Nicolas Sarkozy est un fossoyeur prêt à tout pour rester au pouvoir, afin d'éviter la justice,sachant qu'il est mouillé dans de affaires financières multiples. Pour se débarrasser du bonhomme, il faut être sans concession, ce que beaucoup n'osent pas au prétexte qu'il est " président" de la République. Or, c'est justement cette bienvaillance qu'il exploite pour parler FN sans que ça ne provoque une levée de boucliers des républicains. Ecoutez les confidences de Dupont Aignan à Dayan, c'est très instructif.

    A2N

    RépondreSupprimer
  7. Qui a dit ?
    " Ce n'est pas Hollande que le PS voulait comme candidat, il voulait DSK "

    Réponse : Merkozy dans le train qui le ramenait de Lille, cette semaine.

    Qui a dit ? : " Ce n'est pas Serkel que l'UMP voulait comme candidat, elle voulait Georges Tron "

    Réponse : moi.


    Andy....

    RépondreSupprimer
  8. Pourquoi choisir la france qui travail alors qu'il n'y a PAS de travail? Diviser les travailleurs et les chômeurs? solange

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pour avoir plus de travail il ne suffit pas de le partager. Sinon les 35 heures auraient créé plein d'emploi. Un emploi c'est d'abord une compétence particulière, une expérience unique. Si tu la valorise la développe l'encourage, elle augmentera la valeur de ton entreprise. ; un peu selon la technique de l'essaimage des abeilles.
      Tu travailles pour enrichir la collectivité, et celle-ci redistribue une partie de la richesse ainsi rapportée en essaimant, en créant un nouvelle colonie, puis une nouvelle ruche.
      Le travail n'est pas un capital acquis qu'il faudrait partager, c'est un capital indéfini qu'il faut renforcer.
      Ce n'est pas un gâteau à partager,à la manière d'un capital, c'est un élément mouvant qu'il faut valoriser
      Je te donne un exemple. Je bosse dans une entreprise de 10 personnes. Trois sont à temps réduit. Est-ce que l'employeur a embauché 1 ou 2 personnes en plus pour renforcer l'équipe, compte tenu de la baisse de productivité engendrée par ces absences? Et bien non, parce que dans chaque métier il faut des compétences particulières. Un salarié n'est pas une variable d'ajustement et l'on ne peut pas le remplacer aussi facilement. Cela nécessite d'avoir un autre salarié disponible à un moment donné , sur un poste précis, avec un savoir faire, un bouche-trou quoi. Et si tu dis à celui qui travaille 35 heures de réduire son activité à 20 heures, il va perdre confiance et démissionner.
      Alors que si tu donnes des heures supplémentaires à celui qui travaille 35 heures, il va augmenter le chiffre d'affaire de la société et permettre à terme de débloquer un budget supplémentaire pour embaucher un apprenti par exemple.
      Il va donner une valeur ajoutée à l'activité, il va augmenter la richesse produite
      Autre exemple : je connais des retraités qui m'ont indiqué n'avoir jamais été remplacés après leur départ à la retraite. Parce que l'employeur leur faisait confiance, ils avaient acquis une compétence, un savoir faire unique, qu'eux seuls maitrisaient.
      Ce n'est pas en disant aux séniors de dégager parce qu'ils prendraient le travail d'un autre que l'on va réduire le chômage. Non les séniors doivent être maintenus dans l'emploi et pourquoi pas en réduisant un peu leur activité afin de former sur une ou plusieurs années un nouvel embauché. Il peut alors lui transmettre son expérience, ses valeurs et le respect de l'institution.
      Mais ce n'est pas à l'institution de décréter le départ de son salarié. C'est le salarié qui le décide et c'est l'employeur qui doit le convaincre de transmettre son savoir faire
      Je voudrais vraiment te dire que si nous travaillons plus, nous créerons de nouvelle synergies, et c'est lorsque nous gagnerons des parts de marchés, développerons notre chiffre d'affaire, que de nouvelles compétences viendront se greffer
      C'est LA seule méthode pour réduire le chômage. Développer l'export, créer de nouveaux emplois
      Cessons de nous congratuler au sujet de notre appauvrissement mais enrichissons-nous par le travail

      Supprimer
  9. Qu'attend-on pour exiger le retour forcé de cet immigré vers son pays d'origine, à l'instar de la politique qu'il
    applique lui-même envers les immigrés qui sont arrêtés et renvoyés sans ménagement dans leur propre pays?
    Qu'attend-on?...N'a-t'il pas fait suffisamment de mal à la France?...

    RépondreSupprimer
  10. Sarkozy n'est pas un immigré, son pays d'origine est la France.

    Si détestable que soit le personnage, il serait bien venu de ne pas utiliser contre lui des arguments dignes du FN, à moins, bien sûr, d'être FNiste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est vrai après tout il est fils d'immigré de 2eme génération donc français depuis peu.
      Son père est encore de nationalité Hongroise je crois.
      Il devrait remercier notre belle République qui lui a permis d’être un président issue de l’immigration au bout d’une génération seulement, au lieu de passer son temps à essayer de la détruire.

      Supprimer
  11. L'Elysée prié de donner à la justice les factures de ses sondages entre 2007 et 2009. Le tribunal administratif de Paris a enjoint à la présidence de la République de communiquer les factures des sondages qu'elle a fait réaliser entre 2007 et 2009, a révélé vendredi le militant écologiste grenoblois Raymond Avrillier, à l'origine du recours. Raymond Avrillier, réputé pour avoir provoqué la chute de l'ancien maire de Grenoble Alain Carignon, avait réclamé ces documents «dans la nuit du 4 août 2009» en s'appuyant sur la loi du 17 juillet 1978 qui favorise l'accès aux documents administratifs. libe.fr

    Un petit buisness qui n'a plus cours puisque Sarkozy a changé et que des dizaines de sondages le donnent battu...

    Andy.

    RépondreSupprimer
  12. Sarkozy veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes, en tout domaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand la gauche reconaitra que le pays français est gouverné par une mafia hongroise avec des marchands d'armes libanains, nous les camarades du peuples parleront avec vous des choses sériueuses, vous êtes les chiens de G W Bush !

      Supprimer
  13. On parle des immigrés comme d'un problème alors que c'est eux qui ont un problème : ils veulent survivre.
    La solution la plus humaniste serait d'arrêter de les exploiter chez eux par l'intermédiaire de la dette, de dictateurs et de spéculateurs pour qu'ils puissent vivre décemment chez eux, voire heureux. Auront-ils alors envie de quitter leurs parents et leurs jolies femmes pour voir nos tristes gueules ?...
    Le seul parti qui envisage de d'aider en ce sens les immigrés c'est l'Alliance écologiste indépendante et son leader Jean Marc Governatori qui veut se présentera à la présidentielle si il a ses 500 parrainages.
    > http://www.alliance-ecologiste-independante.com/

    RépondreSupprimer
  14. 2,861 millions de personnes au chômage en janvier, 4,650 millions, toutes catégories confondues, + 14 000 le seul dernier mois. A peu de chose près la population du Puy-En-Velay - la ville chère à M Wauquiez.
    Le secteur marchand détruit plus d'emplois qu'il n'en crée. La population " active" s'accroit en raison notamment de la réforme des pré - retraites et de la réforme des retraites ! La croisssance de 0,1 % par trimestre est anémique, il faudrait 1,5 % sur l'année..Aucune perspective positive pour l'OFCE ... "On estimait il y a quelques mois que la politique budgétaire menée en France (comme dans d'autres pays européens) coûterait 2 points de croissance ".

    Terrible constat d'échec pour le candidat de la valeur travail. Il n'y a pas d'autres politiques possibles...

    Que propose l'impétrant - récidiviste - sortant ? De raser fort... gratis, demain ?

    Il rappelle certes que la crise de 1929 n'est rien au regard de sa crise...et Il regrette son repas au restaurant brasserie "le petit fouquet's "! Trop riche, trop calorique ? Quel feuilleton...!

    Le président - candidat - chef de parti, n'a pas mieux à faire que de ridiculiser son Premier ministre en s'affichant avec une star de la diversité !

    57 jours.

    Andy...

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.