7 février 2012

Sarkozy: « Ich habe sauvé Europa»

Lundi, Nicolas Sarkozy était très fier de son conseil des ministres franco-allemand. C'était en fait un déjeuner de travail. Angela Merkel s'était déplacée à Paris, et les deux s'affichèrent ensemble pour une mini-conférence de presse puis une courte interview télévisée communes.

Le Monarque ne confirma pas sa candidature à l'élection présidentielle, mais l'information n'était de toute façon plus attendue. Angela Merkel avait lâché le morceau il y a  8 jours, elle viendrait participer au meeting de campagne du candidat sortant.

Sarkozy voulait prouver, devant témoin, que Merkel et lui avaient sauvé l'Europe de la catastrophe. 

Sarkozy acculé
Depuis bientôt deux ans, Nicolas Sarkozy a choisi le modèle allemand sans qu'on sache vraiment lequel. Il ne cherche pas tant à singer la politique économique ou sociale du gouvernement allemand que de coller au plus près de sa voisine chancelière. Et cette dernière le lui rend bien. La France lui donne l'alibi de ne pas apparaître comme dirigeant seule l'Europe. A Paris, Angela est toujours ravi des démonstrations de Nicolas. De toutes façons, il est trop affaibli pour la gêner véritablement.

De soncôté, ce dernier ne peut s'en passer. Quand il s'accrochait au Triple A, ses tribunes communes avec Angela Merkel lui permettait de s'assimiler au meilleur élève de la classe européenne. Depuis qu'il a été dégradé, Sarkozy s'accroche avec d'autant plus d'énergie.

Son salut, surtout personnel, viendrait d'Allemagne.

Le modèle allemand a pourtant ses zones d'ombre, comme l'ampleur du travail partiel et précaire, la pauvreté de masse, l'absence de salaire minimum. L'Allemagne dégage peut-être des excédents commerciaux ou budgétaires.  Ni Sarkozy ni ses ministres ne les évoquent. Ils préfèrent parler compétitivité, un terrain où l'Allemagne fait la course en tête aux détriments de ses voisins.

Sur le sujet fiscal, aucun journaliste ne demanda à Nicolas Sarkozy ce qu'il pensait que la mauvaise nouvelle du jour. Le Parisien du jour publiait une simulation des effets inattendus de la non-indexation du barème de l'impôt sur le revenu sur l'inflation : (1) quelque 100 à 200 000 foyers français, vont perdre leur exonération d'impôt sur le revenu : c'est « la hausse que personne n’a vu venir ».

Pire, l'impact est en cascade : ces fameuses classes moyennes que Laurent Wauquiez chérit vont perdre sur tout la ligne . « Le gel du barème a un effet mécanique : cela conduit à une augmentation généralisée de l’impôt sur le revenu » a commenté Vincent Drezet, du Syndicat national unifié des impôts (Snui). Et le journal d'ajouter : « D’ailleurs, le gouvernement s’attend à engranger 1,7 Md€ dans les caisses de l’Etat. Et le double en 2013, soit 3,4 Mds€. »

Mais ce n'était pas tout. Pour ces 100 à 200 000 foyers, la catastrophe était totale. Nombre d'aides sociales ne sont versées qu'à condition de ne pas être imposables à l'IR.

Sarkozy accolé
Vers 13h, les deux chefs de gouvernement s'affichèrent pour une mini-conférence de presse commune. Nicolas Sarkozy était sérieux. Il parla en premier. Il levait souvent les mains. La chancelière hochait régulièrement la tête en l'écoutant.
« Nous sommes les deux premières économies d'Europe. Notre alliance est stratégique. Et à un moment où le monde connaît tant de bouleversements, tant de difficultés, tant de changement,... à un moment où l'Europe s'est trouvé confrontée à tant de crises financières et économiques, l'alliance sans faille, déterminée entre l'Allemagne et la France, a permis d'éviter que l'Europe en général et l'euro en particulier tombe dans le gouffre de la crise financière. »
Que l'Union pour la méditerranée semblait loin !

Sarkozy voulait évidemment faire croire que l'alliance franco-allemande ne reposait que sur lui, puisque ses opposants menacent de renégocier les traités.

Parfois, il dérape. 


La présence solidaire d'Angela Merkel lui a ainsi permit de donner une énième leçon à la Grèce, sommée d'accepter les conditions financières qui lui sont proposer: « Les Grecs ont pris des engagements, ils doivent les respecter scrupuleusement. Il n'y a pas le choix, le temps presse. C'est une affaire de jours, maintenant il faut conclure ». Qui est-il pour donner de telles leçons ? L'Allemagne de Merkel voulait davantage de tutelle, mais surtout davantage d'abandons de créances des banques européennes en Grèce. Nicolas Sarkozy, soutenu par ses collègues, résista tant qu'il put. La France a des intérêts en France.

Angela Merkel se félicita de l'établissement du nouveau traité européen et de l'harmonisation en cours des taux d'impôts sur les sociétés entre les deux pays. Cette démarche prendra une bonne année. Mais Nicolas Sarkozy a l'habitude de faire semblant d'ignorer qu'il y avait des élections présidentielle puis législatives. Il expliqua combien la convergence fiscale franco-allemande, cette fois-ci sur l'impôt sur les sociétés, serait un facteur de stabilité pour l'Europe.

Angela Merkel fut évidemment interrogée sur son soutien à la campagne électorale de son voisin: « Il est normal que nous soutenons nos partis amis ». Et elle a prévenu: « je le soutiens sur tous les plans ». Sur tous les plans ?

Sarkozy annonça enfin la mise en place d'un « groupe des amis du peuple syrien », « avec nos amis arabes et notamment avec la Ligue arabe ». Angela Merkel fut plus directe à propos de la Syrie, en se déclarant « atterrée » des vétos russe et chinois à une résolution du conseil de sécurité de l'ONU contre la Syrie.

Peu après le déjeuner, les deux furent interrogés ensemble, assis sur deux chaises du salon Murat, au Palais. L'interview fut d'abord retransmise dans le journal télévisé de la ZDF puis par France 2.

Sarkozy déclara sa flamme: « j'admire Mme Merkel».

David Pujadas offrit l'occasion à Sarkozy d'adouber, une fois de plus, son ministre de l'intérieur après ses propos du weekend sur les différences de civilisation: Le ministre de l'intérieur a dit qu'une civilisation, un régime, une société qui n'accordaient pas la même place et les mêmes droits à des hommes et à des femmes, ça n'avait pas les mêmes valeurs. C'est du bon sens. »

Sarkozy enfila quelques platitudes: « Economiquement, nous sommes plus forts à 450 millions d'habitants qu'à 65 millions ». Sans rire ?

Sur son improbable déclaration de candidature, Nicolas Sarkozy fut évasif: « ceux qui entouraient Mitterrand n'étaient pas choqués qu'il ne déclare pas avant mars ». Il se comparait encore au François Mitterrand de 1988. Cohabite-t-il avec Fillon ?

Ce lundi 6 février, il faisait encore froid en France. EDF craignait que ses centrales ne pètent les plombs. La secrétaire d'Etat à la Santé, Nora Berra, conseilla aux Français de rester... chez eux.

Les SDF étaient prévenus.

17 commentaires:

  1. Il serait normal qu'en retour, notre valeureux Président aille en Allemagne expliquer son point de vue.Les Allemants auraient ainsi une idée précise de ce qu'il ne faut pas faire.au passage ils pourraient mème le garder , vu le peu d'estime qu'il a de la France et que nous lui retournons.Sarkozy DEGAGE

    RépondreSupprimer
  2. La chef du CDU soutient sur tous les plans le n° 1 de l'UMP, ce n'est plus un conseil des ministres mais une réunion de secrétaires généraux..

    Les questions de David Pujadas n'avaient pas réussi à gâcher la fête, on chantait presque : FÜR MICH WIRD DAS LEBEN ANFANGEN, pour moi la vie va commencer...Et patatra, le lapsus de Pierre Lellouche :

    "Un déficit commercial de 69,6 milliards d'euros en 2011, plus que le précédent record de 2008 de 56,2 milliards ", dans une interview publiée sur le site du Figaro mardi.

    "Nous sommes les deux premières économies d'Europe. Notre alliance est stratégique ..." C'est vrai, 12 000 000 de pauvres en Allemagne, 8 000 000 en France ...La crise où la stratégie...? Pour quand la convergence des records, d'autres records ?

    Andy

    RépondreSupprimer
  3. Cet homme est un danger public," fais dodo nico mon petit frère" , comme dans la comptine de mon enfance.solange

    RépondreSupprimer
  4. Zivilisation, folge. Civilisation, suite...

    Extrait d'une lettre d'un pygmée ( Serge Raffy )à un Géant ( sans u )..

    "Je n’ai pas tout compris du message venu des cieux. Ils me parlaient du CAC 40, de la grande prairie des Hauts-de-Seine, des cadrans solaires pas plus grands que des feuilles de manguier qu’on appelle les Rolex, du pays aux mille tranquillisants. Chez vous, Grand Toubab, on ne traîne jamais dans un hamac..."

    Das ist der gesunde Menschenverstand genauso, natürlich...
    C'est du bon sens, également, naturellement ...

    Andy

    RépondreSupprimer
  5. "L'impôt sur le revenu : c'est « la hausse que personne n’a vu venir ".
    Quand on est aveugle et un peu sourd, on ne "voit" pas qu'en gelant les barèmes de l'IRPP sur la base 2011 durant deux ou trois ans, mécaniquement le nombre de contribuables imposables augmentera durant les années suivantes. Et l'imposition sera plus lourde pour ceux qui sont déjà imposés.
    A lire jour après jour les billets ici on voudrait que la crise s'évapore d'elle-même par sublimation en quelque sorte. En tout cas qu'elle n'affecte en rien nos habitudes, notre pouvoir d'achat et nos impositions.
    Et ben non, le miracle ne se produira pas, pas plus avec Nicolas Sarkozy qu'avec François Hollande.

    RépondreSupprimer
  6. pour prolonger la thématique d'arrêt sur images du jour

    C'est quand la saint con ?
    pour les français c'est tous le jours

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que se lever tous les matins en entendant de pareilles choses, en plus de n'être pas plus payé, a quelque chose d'agaçant.
      Si en plus vous vous dites qu'il faudra le faire encore plus longtemps puisqu'ils nous ont massacré la retraite, vous êtes exaspérés !

      Supprimer
    2. Le nabot surveillé par Merkel et Hollande convoqué par BHL, Le Pen au piquet, cela sent les coups de règle sur les doigts ça !

      Pour les français c'est vaseline.

      Supprimer
    3. Ce qui me gêne ce n'est pas la hausse des impôts, c'est la manière indirecte de le faire....
      Après avoir clamé qu'il n'avait pas été élu pour augmenter les impôts c'est raide !
      Naturlich, c'est pas lui, c'est d'la faute aux fonctionnaires des impôts....

      Dehors le menteur !

      Et s'il faut payer des impôts, nous payerons !
      Pour que la sécurité sociale, les retraites, les assurances chômage ne passent pas au privé !
      je veux bien payer plus pour que mes enfants soient protégés plus !

      jpd83

      Supprimer
    4. "Après avoir clamé qu'il n'avait pas été élu pour augmenter les impôts c'est raide !" Ce qui était vrai hier peut ne plus l'être aujourd'hui et à plus forte raison demain. Les choses évoluent et changent vous savez, et il faut s'adapter (ou accepter de disparaître).
      "Ce qui me gêne ce n'est pas la hausse des impôts, c'est la manière indirecte de le faire...." parce que vous avez cru que le gel du barème de l'IRPP, les taxes supplémentaires n'auraient aucune conséquences sur votre pouvoir d'achat ?
      "Et s'il faut payer des impôts, nous payerons ! Pour que la sécurité sociale, les retraites, les assurances chômage ne passent pas au privé !" Rien garantit aujourd'hui que la Sécurité Sociale ne connaisse aussi pas d'importants changements : un parachute santé réduit et que les caisses privées n'assurent le reste dans la continuité de la politique de déremboursement suivie depuis quelques années. Et que les indemnités versées par Pôle emploi soient encore raccourcies tant en montant qu'en durée.
      "Je veux bien payer plus pour que mes enfants soient protégés plus !" Vos enfants paieront davantage aussi pour sans doute moins de protection. Chacun sa croix.

      Supprimer
    5. "Les choses évoluent et changent "
      ne me prenez pas pour un minus habens...merci...

      l'"Autre" n' pas évolué : c'est un malade menteur !

      Et les changements en route dans les services publics doivent être stoppés !

      jpd83

      Supprimer
  7. "quelque 100 à 200 000 foyers français vont perdre leur exonération d'impôt sur le revenu : c'est « la hausse que personne n’a vu venir ». "

    Rectification: que les médias n'avaient pas vu venir...
    Beaucoup de contribuables en limite de tranche l'avaient vu venir. Notamment ceux qui étaient non-imposables "de justesse" (et hors réductions d'impôts qui faussent la donne). C'est là qu'on vérifie une fois de plus que les aides sociales "tout ou rien" dépendant d'un plafond génèrent un certain nombre d'injustices (et toujours sur la fameuse classe moyenne !). Pour 10€ de trop par mois, on peut perdre nettement plus...

    RépondreSupprimer
  8. Les indiens ne sont pas dans la plaine, ils sont à l'Elysée, ils sont beaux tous les deux, on se croirait au théâtre guignol.

    RépondreSupprimer
  9. Ich bin große preußische Wurst, die vienf, Scheiße in Frankreich zu machen.

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour,

    Que ceux qui ont élu Nullissime 1 er lèvent le doigt et s'excusent d'avoir fait mal à la France.Cet homme est tout simplement un IRRESPONSABLE, un gugusse capable de réveiller la germanophobie qui sommeille dans l'inconscient collectif français. Nicolas Sarkozy devrait poursuivi pour Crimes contre la France. Il fait vraiment pitié dans ce rôle de lèche-cul. La France a mal à son égo, c'est peu de le dire. http://0z.fr/nO45A

    A2N

    RépondreSupprimer
  11. " ceux qui entouraient Mitterrand n'étaient pas choqués qu'il ne déclare pas avant mars "

    On imagine Mitterrand se référer en ces termes à de Gaule par exemple !!! Pitoyable imposteur :)

    Par ailleurs Mitterrand ne cherchait pas à passer trois fois par semaines dans le poste de télé ! Disons que sa stratégie était cohérente avec sa discrétion d'alors. Lui il savait entretenir le mystère et se faire désirer ! Pas comme l'obsessionnel compulsif qui s'est introduit à l'Elysée en se faisant passer pour un bon candidat auprès des plus naïfs des Français !!

    RépondreSupprimer
  12. observons au passage le culot du mensonge de sarkozy qui ne répète pas exactement les propos de guéant et les "enjolive" : en effet, il aurait dit "régimes politiques" que ça n'aurait pas pris le même sens ...

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.