8 février 2012

Sarkozy, ou la casse familiale.

Président des Familles ? L'image était trop belle pour être convaincante. C'était le slogan de l'UMP à l'issue d'un énième déplacement du Monarque en province, dans un village choisi. Un  sous-secrétaire avait dû avouer de piteux résultats du commerce extérieur français l'an dernier et tardivement confirmé.

Nicolas Sarkozy, lui, préférait s'afficher père des familles. On n'y croyait plus, mais qu'importe. La veille, il s'était affiché couché, lâché devant Angela Merkel.

Triste Monarque.  Il va accélérer son entrée en campagne. Il a fait réserver le Palais Omnisport de Bercy plus tard en février. Mais à vrai dire... on s'en fiche. On sait qu'il est candidat et quand il l'avouera, les critiques s'amuseront.


Le Sarkoshow dans le Tarn
Mardi 7 février, Nicolas Sarkozy était en déplacement dans le Tarn, à Lavaur. Il visitait une crèche baptisée « Les bouts de choux ». Pourquoi ce choix ? La crèche est à 200 mètres de la nouvelle mairie, où le député-maire UMP Bernard Carayon recevait le Monarque. C'est lui qui revendique la paternité de cette intiative: « Le choix du lieu, c'est notre département, même si j'avais suggéré plusieurs villes qui correspondaient à des thèmes de déplacement différents. »

La directrice avait confié la fatigue qu'une telle visite imposait au personnel de son établissement qui compte 65 enfants. Comme toujours, le déplacement présidentiel fut expresse: deux heures chrono au grand maximum. Un journaliste se demanda ingénument sur Twitter si les enfants ne seraient pas des figurants.

Un peu plus tard, il livra son traditionnel discours de campagne. Il a parlé 37 minutes, sur une estrade évidemment surélevée par rapport au public. Les images sont saisissantes. Nous paraissons comme en Corée du Nord. Il est arrivé en retard. Il s'excusa devant l'assistance trop castée. Ce fut triste. Nicolas Sarkozy fut incapable de sortir les yeux de son discours. Il était devenu lui-même le perroquet de ses propres conseillers.

Pire, il dut lire son texte pour témoigner qu'Angela Merkel, la veille, avait loué la politique familiale française, à la 15ème minute d'un discours fade. C'était triste. Il était triste. On le croyait plus doué. Même pour louer celle qu'il pensait sa sauveuse, il avait besoin de lire son texte, sans recul ni humour. 

Il avait un objectif, se poser en président protecteur du « pacte social »: « la société française a besoin de calme, de stabilité, de pérennité ». Il s'est réjoui de « cette embellie démographique que nous devons aux familles de notre pays ». Il est comme ça Sarkozy. Il se félicite de choses qui ne lui doivent rien.

Il essaya de tacler François Hollande, évidemment sans le nommer. L'attaque fut maladroite et caricaturale: « Pourquoi faudrait-il abattre cet édifice construit par près de trois générations de Français dans un formidable esprit de continuité politique? Au nom de quel principe idéologique devrions-nous mettre un terme à une politique familiale qui est une réussite incontestée en Europe ? ». Hollande souhaite simplement réduire l'avantage fiscal du quotient familial pour les plus riches, Sarkozy s'indigne (une « folie » !)  et tape à côté: il expliqua que les familles exonérées d'impôt sur le revenu le seraient souvent grâce au quotient familial. La veille, certains découvraient justement que le gel de l'indexation des barèmes de l'impôt sur le revenu allaient justement rendre imposables entre 100 et 200 000 familles modestes. Arroseur... arrosé !

Sarkozy dénonça aussi le « sectarisme » de ceux qui veulent « détruire, casser » ce que leurs prédécesseurs ont fait. Venant du candidat de la Rupture, la remarque était drôle et hypocrite à souhait.

Il loua la France, « terre de production », un grand classique sarkozyen. Il loua aussi cette croissance de sa population qui est due à « sa croissance naturelle et non, contrairement à ce que certains veulent nous faire croire, à son immigration ». Le Monarque est en campagne. Il a besoin de chiper des voix et des voies au Front National. Quelle affaire ! « Il faut rappeler cette vérité, car c'est une vérité ! »

Comme un bon protecteur doit aussi savoir manier la sanction efficace, Sarkozy, ce mardi à Lavaur, voulait jouer au Président paternel qui sait châtier quand il le faut. Ainsi, il est revenu sur sa (stupide) mesure de suspension des allocations familiales aux parents d'élèves absentéistes. Quelque 33.000 avertissements auraient été envoyés, la moitié des élèves seraient retournés à l'école. 171 familles auraient perdu in fine leurs allocations. Toute une loi pour ça... Quel aveu!

Président des familles ?
Parfois, Nicolas Sarkozy dérapa. Il eut quelques formules indignes d'une république solidaire: « Nous n'avons jamais confondu politique familiale et politique sociale (...). La grandeur de notre politique familiale, c'est qu'elle ne fait aucune distinction entre ses enfants ».  Riches ou pauvres, tous égaux ? Mais de quoi parlait-il ? De son fils Pierre rapatrié blessé aux frais de l'Etat ? Ou de son autre fils Jean qu'il envisageait de placer à la présidence du plus riche établissement public d'aménagement de France ?

Officiellement, Sarkozy devait évoquer «à cette occasion le plan 2008-2012 de création de 200 000 solutions de garde supplémentaires pour la petite enfance, et la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle.» On sourit. En fait, le gouvernement a augmenté le nombre d'enfants par assistante maternelle plutôt que créé des places supplémentaires. L'arnaque a été totale. En réalité,  seulement 60.000 places ont véritablement été construites. Et l'accroissement du nombre d'enfants par assistante (de 8 à 12) a « créé » 40.000 places supplémentaires en crèches collectives.


En 2006/2007, le candidat Sarkozy s'était bien gardé de préciser que sa promesse de places supplémentaires consistait en fait à surcharger les crèches existantes. Dans son discours d'Agen, en juin 2006, il était très précis:
« Il faut régler une fois pour toutes le problème de la garde des enfants de moins de trois ans. Je rendrai opposable devant les tribunaux le droit à une solution de garde pour tout enfant de moins de trois ans. Pour ces enfants, chaque famille recevra une allocation qu’elle pourra utiliser pour payer une place en crèche ou recourir à une assistante maternelle. Je veux que l’argent que l’Etat consacre aux crèches vous soit directement donné. »
La trahison fut multiple.

1. Le problème de capacité des gardes d'enfants n'a pas été réglé.

2. Le droit opposable de garde d'enfants ne fut jamais mis en place. Nadine Morano, alors ministre de la Famille, en annonça l'abandon en 2009.

3. La nouvelle allocation familiale dès le premier enfant n'est jamais venue.

4. En matière d'accueil des plus jeunes enfants, on pourrait aussi pointer une autre dégradation: le taux de scolarisation à deux ans ne cesse de diminuer depuis 2002 à cause des réductions d’effectifs. De 35%, il est tombé à 13,6% en septembre 2010.

5. Le Monarque n'a pas non plus commenté la suppression des bonifications d'allocations familiales accordées pour les adolescents entre 11 ans et 14 ans depuis avril 2008. Ni le durcissement conditions d'accès aux allocations dépendant des revenus depuis le 1er janvier 2012, (complément familial, prime de naissance ou d’adoption, allocation de base de la prestation d’accueil du jeune enfant) sont durcies.

6. Président des familles, qu'avait-il à dire sur l'augmentation du nombre de familles pauvres ? Pas très loin du lieu de sa visite, le Monarque aurait pu visiter la commission de surendettement de l'Aude. L'an dernier, elle a traité quelque 1.300 dossiers (+10% sur un an), et  44 M€ de dettes ont été apurés ou effacés.

7. Que dire de ces 100 à 200.000 familles qui, coup sur coup, deviendront imposables sur leurs revenus à cause du gel des barèmes de l'iR et perdront leurs aides sociales réservées aux non-imposables ?

8. Vous rappelez-vous en 2009, quand Nicolas Sarkozy s'indignait qu'une assistante maternelle ne puisse garder plus de 3 enfants ? Il cherchait ses 200.000 places....« L’élargissement des horaires d’ouverture est le minimum que l’on doit aux parents qui travaillent.»

Pour finir ce billet sans doute désespérant, voici une exclu, une video illustrative de ce dernier quinquennat, un appel au changement, bien caustique comme il faut.

Tout y est.

Merci à Eric Claxone.

26 commentaires:

  1. Sarkosy est un possédé, possédé par la haine, la connerie, le mépris, c'est l'antéchrist ce mec, c'est pas possible !

    Faut le buter et bruler son corps, c'est la bête immonde qui est revenue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est de plus en plus difficile de faire une critique raisonnée de ce taré qui est tout et rien en même temps, c'est Pinochet qui citerait Jaures ou Pol pot qui se prendrait pour l'Abbé Pierre.

      Ou ce type est malade (cliniquement malade - schizo-délirant) ou il a inventé un nouveau concept l'Ultra-cynisme avec foutage de gueule permanent. Cela devient presque un problème de santé publique, tellement ce type est anxiogène.

      QUE VEUT SARKOSY ?

      Un peuple de zombie ou de suicidé ?

      Supprimer
    2. Brouiller les repères et les gens seront déboussolés, incapables d'y voir clair, d'identifier des causes précises, de délimiter des objectifs et de se fédérer pour résister à une politique intelligible.

      Le brouillage permanent, le confusionisme ambiant ; voici une autre marque de fabrique de ce régime du pire ! Qui a pour effet (recherché) de démobiliser les oppositions en ne leur offrant pas de prise nette pour un affrontement radical.

      Au lieu de cela se manifeste progressivement un risque de prostration, de sidération, d'abattement et pour finir d'indifférence et de résignation !

      Supprimer
    3. Oui. Sarko brouille tout ce qui bouge, tue tout ce qui bouge ...C'est pour lui la seule planche de salut ...Il est si instable chronique qu'il ne raisonne qu'en termes de sables mouvants....C'est sa rupture à lui le président des classes moyennes...Il n'est pas loin de la définition du pervers narcissique... pour l'ex de la Jatte, les autres sont de purs objets et il jouit du néant qu'il crée en les humiliant. Voir sur le sujet le Premier ministre, Fillon, candidat dans la seconde circonscription de Paris contre la dissidente Rachida Dati..En gros Sarko est mort, ..pour cette présidentielle mais le human bomb, lui, survivra au brouillage des sectaires socialos..

      Mais attention aussi, Hollande, n'est pas si normal que ça pour Renaud Dély, il va brouiller Sarko par 58 - 42 ....Les français en ont assez des comportements anormaux et ils sont modestes..

      La Kanzlerin Angela a une objection ?

      Andy

      Supprimer
  2. la vidéo n'est plus disponible
    (l'utilisateur à supprimé cette vidéo)
    aurais t'il peur ?

    RépondreSupprimer
  3. Don salluste entre en campagne ,qu'on l envoie aux Barbaresques ce bouffon
    il n a pas fini de nous pourrir la vue et les oreilles dans les semaines qui viennent,
    partout il est partout ,il sait tout sur tout ,il s auto félicite, le fourbe sournois perfide

    RépondreSupprimer
  4. Sarko et les bouts de choux. 260 000 adhérents à l'UMP ( Copé dixit ? )et 65 bouts de choux ...Et moi et moi ...Avec l'UMPCDU, tout reste possible ..si la vérité sort de la bouche des bouts de choux ? ...Mit dem UMPCDU ist alles möglich ! ( version ZDF )...

    Andy

    RépondreSupprimer
  5. Quel manipulateur, le pire c'est que ça marche pour beaucoup de gens ce genre de discours, comment faire pour que ça cesse? c'est le diable en personne ce petit, petit, petit personnage. solange

    RépondreSupprimer
  6. il en est tréduit à draguer les électeurs au berceau
    pauvres bout'dchoux

    RépondreSupprimer
  7. Lettre à tous mes compatriotes

    Voici les 5 raisons qui vont me conduire à voter blanc :
    1/ la classe politique ne vit plus sur la même planète que nous, elle s'organise pour cumuler les mandats et place ses amis aux meilleurs postes qu'elle a "fabriqués" pour que la politique devienne une profession,
    2/ nos dirigeants font vivre notre République et l'Europe bien au-dessus de leurs moyens, notamment en comptant un grand nombre de ministères, de secrétariat d'Etat, d'assemblées, de conseils, de directions, de sous-directions, de bureaux, d'organismes, de comités, de commissions et d'institutions inutiles et empilées,
    3/ nous (les citoyens) connaissons les économies à faire, les solutions aux problèmes qui font notre quotidien, mais notre avis est dédaigné, nous n'avons pas droit à la parole ou même à la consultation. Nous sommes sollicités lors des meetings pré-électoraux sans pouvoir donner notre avis ou poser des questions,
    4/ le monde s'est construit (je suis bien conscient que nous en avons tous une part de responsabilité) en oubliant la notion de partage : les inégalités sont de plus en plus criantes, les écarts de salaire ont été multipliés par 10 ou par 20 dans les 30 dernières années, les efforts ne sont pas justement récompensés,
    5/ notre pays n'est pas moderne, il est enfermé dans des paradigmes (les idées préconçues) et dans des fonctionnements véhiculés de génération en génération pour garder le pouvoir : celui qui consiste à vouloir tout réguler et paralyser les initiatives tout en acceptant par ailleurs de nombreux déclins et sans mettre en place les indicateurs qui permettraient d'anticiper les dérives.

    Notre France possède des atouts considérables à condition de parvenir à nous rassembler tous autour d'un grand projet de remise à plat de notre gestion pour laisser à nos enfants et aux générations futures un niveau de vie enthousiasmant et des perspectives de progrès.
    Vous avez le droit de penser que je pourrais tout simplement choisir le bulletin d'un candidat. Peut-être, mais à y regarder de très près je n'ai trouvé chez aucun des candidats une orientation qui pourrait corriger les dérives évoquées dans les 5 points ci-dessus.
    Et je me dis que si chacun d'entre nous saisissait l'occasion de ce premier tour pour voter blanc, nos chers (très chers) candidats recevraient l'avertissement (si j'étais vulgaire je dirais coup de pied au ...) qui ferait peut-être changer leur vision corporatiste et réduite à leurs seuls intérêts.
    Ou qui pourrait faire que par conséquence on puisse trouver un personnage politique en situation de chômage… En connaissez-vous ? Non ? Ah …? Ce dernier constat ne devrait-il pas nous faire réagir ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Deux paragraphes copiés sur Wikipédia, article "Vote blanc"

      A méditer !

      En France, l'article L66 du code électoral, dans sa version consolidée au 17 mars 2008, disposait que « les bulletins blancs (...) n'entrent pas en compte dans le résultat du dépouillement » , ce qui revient, en pratique, à les assimiler au vote nul lors de la proclamation des résultats.

      En Tunisie, lors des élections des membres de l'assemblée constituante en octobre 2011, les votes blancs ont été comptabilisées pour la détermination du nombre de sièges obtenus par les listes électorales dans chaque circonscription.

      C'est quand, le printemps français ?

      Père Linpinpin

      Supprimer
  8. Travail ... loupé .... Famille .... Loupé .... reste plus que la Patrie .....

    RépondreSupprimer
  9. La trahison fut multiple.

    Oui Juan, et vous le révélez quand tant d'autres nous endorment avec leurs boniments,

    TRAHISON

    La question reste entière: quelle économie (pour l'état) pour 171 familles comparé au coût du rapatriement de son fils ???

    Qui paiera les pots cassés ? A qui demander justice ?

    La France honteuse c'est ça ...

    RépondreSupprimer
  10. Eric Woerth, toujours aussi fier et odieusement calomnié, se présentera devant les juges bordelais ce jour, pour répondre de financement illicite de parti politique et d'abus de faiblesse...envers l'OREAL.. Signe qui ne trompe pas, Eric Woerth comparaîtra à la barre à cheval !! Osé mais chevaleresque....

    La jonction de l'instance avec le PMUUMP de Compiégne est assurée..

    Sa mise en examen, aussi, deux contre un ?

    Andy

    RépondreSupprimer
  11. Europe France est en faillite, pas d'argent pour des choses gentilles.
    Vous avez tous eu le privilège de faire une grande nation, mais choisir de faire grève tout le temps. ceci est le résultat

    RépondreSupprimer
  12. Nadine Morano déclare :

    "Les images restent, alors il faut faire attention à tout, surtout quand on est une femme, scrutée du brushing aux chaussures. Le problème d’image d’Eva Joly ne vient pas que de son accent, c’est aussi physique."

    http://www.leparisien.fr/tv/nadine-morano-a-adore-les-hommes-de-l-ombre-08-02-2012-1851544.php

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. une p'tite dose d'anthropométrie pour être dans le ton ;)

      Supprimer
  13. Sarko il nous présentait en 2007 comme modèle l'Amérique de Bush junior (en snobant l'amitié Franco Allemande pour pas faire comme ses prédécesseurs c'est un petit malin) et maintenant au contraire, c'est l'Allemagne de Merkel .
    Ça l'a pris comme une envie de pisser.
    Si par malheur il était réélu (que le diable nous en préserve) , il pourrait très bien soudainement s'enflammer pour la Hongrie de Viktor Orbán ou la civilisation Zoulou de Chaka qui a laissé des traces dans l'histoire . N'oublions jamais qu'il est complétement inconstant et totalement fou, en réalité.

    RépondreSupprimer
  14. ( Liebe )Kanzlerin Angela Dorothea Merkel née Kasner. Aimez - vous la France de Sarkozy ? Wenn Sie in ja, Bereiten Sie sich zu Franreich verlassen. Sarkozy ist kaput .... Lisez votre CDU presse... Ruhe !

    Andy ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Der merkel, eben große Blutwurst in Form der Wurst, die mehr gibt, beneidet zu erbrechen, zu tropfen!!!

      Supprimer
    2. Sehr gut und Merkel war im reichsten Land geschlagen gewesen, im Bade Wurstenberg ...

      Andy

      Supprimer
  15. Bravo les commentaires de Nadine MORANO sur Eva JOLY.
    C'est minable provenant d'un gros boudin vendeuse de poisson comme elle...

    RépondreSupprimer
  16. très bon le clip, merci Juan.solange

    RépondreSupprimer
  17. A l'evidence la colère monte contre Sarko et ses séides.Ne serait-il pas possible de l'exprimer dans la rue au cri de Sarko DEGAGE, histoire de faire comme tout le monde? Ou plutot , histoire de se prendre en main,et de montrer au malin, que le peuple de FRANCE est encore debout,qu'il ne se laisse pas enfumer,et qu'il ne le craint pas.Français il y va de notre honneur.Sarkozy DEGAGE

    RépondreSupprimer
  18. Affaire Bettencourt. Eric Woerth mis en examen pour trafic d'influence passif.

    "M. Eric Woerth a été entendu ce jour à partir de 9h30, dans le cadre de l'information judiciaire suivie par M. Jean-Michel Gentil, Mme Cécile Ramonatxo et Mme Valérie Noël, des chefs de trafic d'influence actif commis par un particulier, trafic d'influence passif commis par une personne investie d'un mandat électif public, financement illicite de parti politique ou de campagne électorale", indique le communiqué.

    "A l'issue de cette audition qui a pris fin à 21h50, il a été mis en examen du chef de trafic d'influence passif, délit prévu et réprimé par les articles 432-11 et 432-14 du Code pénal", ajoute le parquet.

    Le délit de trafic d'influence est puni de dix ans d'emprisonnement et 150.000 euros d'amende.

    http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/affaire-bettencourt-eric-woerth-mis-en-examen-pour-trafic-d-influence-passif-08-02-2012-1594890.php

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.