31 mars 2012

256ème semaine de Sarkofrance: Sarkozy avait oublié le chômage.

Plus qu'un mois avant le premier tour. Les esprits s'échauffent. Nous sortions d'une séquence sécuritaire que Nicolas Sarkozy voulait prolonger, un drame à Toulouse qui plaisait à nombre de soutiens du candidat sortant. Ce dernier exultait: « Je vais gagner ! Ce sont tous des nuls ! ». Son bilan restait boulet. Son programme restait inconnu. Sarkozy restait Sarkozy.

Nicolas Sarkozy voulait croire que quelques milliards de déficits en moins feraient oublier la progression continue du chômage et de la précarité. On lui avait agrandi les épaulettes sur ses costumes, il luisait souvent, souriait toujours, clamait contre une élite qui ressemblait à la sienne.

Il ne restait que 20 jours ou presque avant le premier tour.


Les fonds secrets de Sarkozy
Samedi dernier, Nicolas Sarkozy avait publié son « patrimoine de sortie », une obligation pour un Monarque en fin de mandat.

Malgré la crise la plus grave depuis un siècle (comme il aimait tant le rappeler pour justifier la pauvreté de son bilan), il était parvenu à augmenter son patrimoine, pour atteindre 2,8 millions d'euros en février dernier. Mieux, l'essentiel de sa fortune, un contrat d'assurance-vie, avait été transféré de la Société Générale vers la filiale française d'une banque étrangère, la HSBC. Le Monarque n'avait-il plus confiance dans l'établissement français ? Mieux encore, quelques blogueurs vigilants avaient remarqué que Nicolas Sarkozy et ses associés du cabinet d'avocats avaient créé une holding, une habile manière de générer une confortable plus-value juste avant un renchérissement fiscal décidé par ... Sarkozy.

Mieux enfin, le patrimoine du Monarque a augmenté bien davantage que les 30% affichés ces 5 dernières années. En 2007, il avait du partager la moitié de son duplex avec Cécilia Sarkozy dont il divorça le 15 octobre de cette année. 5 ans plus tard, il avait largement reconstitué sa fortune, à 2,8 millions d'euros... Mediapart avait mené l'enquête sur l'origine de cette fortune. Nicolas Sarkozy était parvenu à acquérir ce duplex de Neuilly-sur-Seine avec 450.000 euros de provenance inconnue et non justifiée.

Justement, un juge d'instruction mettait sous pression l'ancien gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt. Patrice de Maistre, effondré, devait rester en prison. Le juge craignait qu'il ne détruise des documents. Il avait la preuve que l'homme avait retiré pour 800.000 euros d'espèces pendant la campagne de 2007 à des dates coïncidant avec des rencontres avec l'équipe de campagne du candidat Sarkozy...

L'étau se resserrait-il ?

L'agenda sécuritaire de Sarkozy
Lundi, Nicolas Sarkozy ne voulait pas entendre parler de ces histoires d'argent. D'ailleurs, les journalistes qui l'interrogeaient sur France Info n'abordèrent pas le sujet. Vive la Sarkofrance !

Il préféra prolonger l'affaire Merah dans l'agenda électoral. Il dénonça les amalgames, d'une des plus curieuses et grossières façons qui fut: « je rappelle que deux de nos soldats étaient... comment dire... musulmans, en tout cas d'apparence, puisque l'un était catholique, mais d'apparence.» 


Musulman d'apparence ? Qui parlait d'amalgame ?

De meetings en déplacements, on se posait toujours la même question: où était le programme du candidat sortant ? Quand on l'interrogeait, il faisait mine de ne pas comprendre: « Mon programme est parfaitement chiffré : moins de 3% de déficit en 2013, 0% de déficit en 2016. C’est 110 milliards d’effort, 70 par la réduction de dépenses, 40 par l’augmentation des recettes ». Qui paiera les 70 milliards d'euros d'économies ?

Son jeune conseiller Guillaume Peltier était à peine plus honnête. Il justifia que les annonces de son mentor soient révélées au compte-goutte car il fallait entretenir le suspense et attirer l'attention médiatique sur Sarkozy.

Cette campagne était donc un spectacle.

Mardi, dans la région de Nantes, il acheta des bols bretons avec Bernadette Chirac qui regretta d'avoir critiqué François Hollande. Le soir, Jean-Louis Borloo était rallié en meeting pour écouter l'un des pires discours frontistes du candidat sortant. Il pouvait mâcher sa cravate et son honneur.

La manipulation médiatique de Sarkozy
Quelques médias s'emballaient à nouveau. Nous étions mitraillés de sondages, à chaque heure, sur toutes les ondes, toutes les télévisions, tous les journaux. Il fallait faire croire, il fallait faire douter.

Une élection jouée d'avance n'est jamais un bonne histoire pour vendre du papier. Nicolas Sarkozy surfait donc sur les sondages ... de premier tour. Toutes les simulations de second tour le donnaient perdant (et de loin); sa crédibilité à gouverner était toujours minable. Son socle électoral rétrécit aux plus fortunés, une fraction frontiste et des cohortes de militants UMP retraités qui s'agitaient, drapeau en main, à chaque meeting. L'illusion était presque parfaite.

Le Monarque invoquait toujours la France silencieuse, celle qu'il n'avait osé rencontrer 5 années durant. Il s'amusait de la progression sondagière de Jean-Luc Mélenchon, oubliant qu'il n'avait que le Front national comme allié de second tour. Pire, lui qui pensait « engranger » les bénéfices du drame toulousain fut bien marri de constater que sa cote sondagière n'évoluait pas.

Tout ça pour ça.

Comme toujours, la mise en scène avait été rodée. Vendredi à l'aube, quelque 17 islamistes radicaux avaient été arrêtés simultanément en Ile-de-France en en province.  Des journalistes avaient conviés pour filmer ces interventions du RAID et la saisie de quelques armes. Quelques instants plus tard, Nicolas Sarkozy était l'invité d'Europe1. Le timing était parfait. Le candidat sortant se défendit mollement de vouloir prolonger l'affaire Merah. Le terroriste toulousain avait été enterré discrètement, après les horaires d'ouverture du cimetière. Le Monarque avait également ordonné à ses ministres Longuet et Guéant de refuser toute audition des chefs du renseignement au Sénat. Pourtant, lui-même n'avait-il pas reconnu que les dispositifs législatifs existants étaient insuffisants ? L'omerta doit rester totale. Pourtant, les questions étaient nombreuses, sur l'efficacité de la DCRI, la désorganisation

Vendredi, Sarkozy était en meeting à Besançon. On attendait toujours son programme. Son discours semblait à l'opposé de celui de mardi. Il se voulait encore menaçant mais aussi généreux, il avait même 7 propositions pour l'école, que l'on connaissait déjà. Il eut aussi de curieuses formules sur l'immigration : « le regroupement familial est un droit et je le garantirai. » On se rappelait les propos de Claude Guéant, son ministre de l'intérieur, il y a un an, en avril 2011: « nous allons continuer à réduire le nombre d'étrangers venant en France au titre du regroupement familial ». Qui fallait-il croire ?


La catastrophe économique de Sarkozy
Cette semaine, Sarkozy et ses ministres s'efforçaient à un autre story-telling, sur la reprise et les bons résultats de l'économie version Sarkofrance. L'INSEE avait confirmé une croissance à 1,7% du PIB l'an dernier, puis un déficit budgétaire à 5,2% du PIB... Comme par hasard. Ce dernier était prévu à 5,7% dans la précédente loi de finances. Le gouvernement avait conservé ses marges. Il tenta de nous faire croire qu'il avait réduit le déficit de 22 milliards. Il oubliait de préciser que c'était le sien, et que le plus gros effort était pour 2013.

Les explications de ce « bon » résultat étaient floues et sans matière: « ce sont des chiffres excellents (...) grâce aux efforts des Français » avait dit le Monarque. « c'est grâce aux efforts des Français » avait répété, mot pour mot, le perroquet François Baroin. Les « efforts des Français » étaient ces hausses d'impôts censées amortir d'autres cadeaux fiscaux tels l'allègement de l'ISF en 2011.  Preuve de la manipulation médiatique, Valérie Pécresse s'était précipitée dans les colonnes du Monde, la veille, pour expliquer combien l'économie se redressait « dès le premier semestre 2012 ». Elle était soit menteuse soit incompétente puisqu'elle venait elle même de réduire la prévision de croissance pour l'an prochain.

Evidemment, tout ceci était faux. Un mauvais script, de mauvais acteurs, une sale histoire. 

Les Décodeurs du Monde, sur leur blog, s'amusèrent vite pour dénoncer l'un des arguments. La Sarkofrance n'était pas ce pays miraculeux  «qui depuis le deuxième trimestre 2009 n'a pas connu la récession » (10 autres de l'OCDE avaient connu pareille fortune) ni celui «  qui, depuis 2007, a connu chaque année une augmentation du pouvoir d'achat des Français, c'est la France ». 

La peur du chômage de Sarkozy
Evidemment, Nicolas Sarkozy luttait pour son poste. Mais il craignait la montée du chômage plus que tout. Lundi, grillant la politesse à ses propres services pour son seul bénéfice personnel, il annonça que les statistiques du chômage à fin février, qui devaient être publiés quelques heures plus tard, seraient moins pires que prévu. Il inventa le concept de la « baisse tendancielle de l'augmentation du nombre de chômeurs ».

Cela faisait déjà cinq ans qu'il nous racontait n'importe quoi sur le sujet. 

Bien sûr, la Grande Crise était passée par là. mais plutôt que de la reconnaître, il persista à la nier: en 2008, la crise était grosse, mais les heures supplémentaires sauvaient tout. En 2009, il fallait patienter. En 2010, il fallait encore attendre, le chômage allait baisser. En 2011, c'était sûr, promis, juré, craché. Le chômage allait baisser. C'était faux, le chômage ne faisait que croître: 4,56 millions d'inscrits à Pôle emploi à fin février, soit près de 6% de hausse sur un an. Le ministère du travail avait aussi livré deux autres analyses cruciales, catastrophiques mais peu commentées: le nombre d'heures supplémentaires - ce marqueur du succès sarkozyen - avait chuté au dernier trimestre 2011. Et les embauches, en CDD comme en CDI, diminuait également.

Quelle reprise !

Mercredi, une dizaine de représentants du collectif Génération Précaire furent accueillis par 7 fourgons de CRS devant le QG de Nicolas Sarkozy. C'était la France forte en action ! Les jeunes avaient voulu symboliquement remettre au candidat Sarkozy (comme aux autres) les résultats de sa seconde notation sociale de la précarité. Rue de la Convention, ils furent brutalement refoulés par des CRS. Sarkozy n'était pas au QG, mais le jeune Sébastien Proto, ancien dircab d'Eric Woerth et désormais membre éminent de l'équipe de campagne, veillait au grain.

Fallait-il qu'il soit inquiet !


Ami sarkozyste, nous sommes toujours là.


43 commentaires:

  1. Le vrai enjeu de ce qui se passe au Mali (selon un site camerounais):

    "Comme en Côte d’Ivoire et au Togo hier, la CEDEAO (Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest) accepte de se poser en simple relais stratégique des options de l’ancienne puissance coloniale, qui a tout intérêt à garder la haute main sur les processus de transition pour influencer au maximum le choix du nouvel «élu». Il n’est donc pas question, à Bamako, de laisser une junte militaire dont on ne connaît pas l’agenda et qui est trop liée à Oumar Mariko, tenu pour un agitateur communiste incontrôlable à l'Élysée et au Quai d’Orsay. Il faut mettre en place un édifice institutionnel piloté depuis Ouagadougou et Abidjan...

    La seule question qui vaut la peine d’être posée est : qui est le candidat de la France ? Elle en appelle une autre : quel type de politique veut-elle qu’il mène, notamment en ce qui concerne le règlement de la question du Nord-Mali et de l’exploitation de son pétrole? Une chose est sûre. Le Mali risque bien de devenir la seconde Côte d’Ivoire de la France"...

    C'est en tout cas le point de vue d'un dénommé
    Philippe Brou. Personnellement, je suis quasiment persuadé que Sarkozy est prêt à prendre le risque d'intervenir au Mali avant le 22 avril, ne serait-ce que parce que cela lui permettra de se "représidentialiser", une fois de plus. Il dispose pour cela des troupes françaises stationnées dans les pays voisins (Niger, Mauritanie, Tchad, Côte d'Ivoire, Sénégal).

    En conclusion, il en a les moyens et l'opportunité: donc, il ira...

    Stef

    RépondreSupprimer
  2. Mon cher Juan, si tout le monde pouvait lire tes bons billets, ils feraient les bons choix, mais hélas les manipulés de sarko sont très bien embrigader, espéront juste que les autres seront plus nombreux après avoir lu le Marianne2 de cette fin de semaine.

    RépondreSupprimer
  3. Cher Juan, je m'étonne que tu n'aies pas relevé le propos qui tue, émis par Hollande il y a 2 semaines environ, et que pratiquement personne n'a relevé : il a dit à la télé, lors d'un débat, que NS pratiquait un double escamotage : celui de son bilan et celui de son programme. A un moment où les média répercutent sans fin des propos éhontés totalement déconnectés de la réalité, ce constat objectif mériterait de figurer sur des millions d'affiches placardées dans tout l'Hexagone !

    RépondreSupprimer
  4. Il y a une chose que je ne comprend pas, c'est sarko qui a été élu mais c'est Patrick Buisson qui est là tous les soirs que le bon dieu amène pour lui dire quoi faire, à ce que je sache ce n'est pas lui qui a été élu? donc qui vous gouverne Buisson qui n'est pas élu? Solange

    RépondreSupprimer
  5. Des cars de CRS pour des jeunes dont le crime est juste de vouloir arrêter d'être des jeunes pauvres sans avenir, mais quelle honte!!!!!
    Et on ne parle que de Sarko, Sarko par ci, par là, j'ai pas de programme, je vous prend pour des c...mais votez pour moi...
    Et on continue le travail de sape sur l'excellente campagne de Hollande, son impact positif dans ses meetings, ses discours enlevés, justes et dignes...Hollande a des idées, de la détermination et surtout il ne développe pas des idées racistes au niveau du caniveau, lui!
    On est en train de nous faire voler notre vote: c'est n'importe quoi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. rectificatif: nous voler notre vote

      Supprimer
    2. Voler mon vote? Non, pas encore, tant qu'il ne l'informatise pas. Je rappelle que le dépouillement est ouvert à tout électeur qui souhaite le surveiller..
      Pour les médias, malheureusement, c'est pas nouveau mais c'est vrai qu'avec sarko, on atteint des sommets dans la propagande. C'est dire s'il en a absolument besoin! (lire le précédent article de Juan qui, j'espère, n'en restera pas là avec la presse aux ordres, il faut parfois remuer la merde pour en (re)découvrir la puanteur!).
      Un oeil avisé s'extirpera illico de ce formatage programmé. Combien d'yeux avisés au final?

      Supprimer
  6. S'îl il est réélu, il va bien réussir à nous refaire un Tien Amen!
    Et puis, s'ils ont faim, qu'ils mangent de la brioche...
    Ces gueux, en plus ils osent venir me voir...
    La honte, c'est trop léger comme sentiment

    RépondreSupprimer
  7. Mais faut arrêter d'avoir peur comme ça ! Les français, autres que les retraités, préfèreraient voter pour un veau plutôt que Sarko ! Ce gars là est détesté par tout le pays et ses manipulations staliniennes ne marcheront pas !
    Ne vous laissez pas enfumer par ces journaleux à la botte ! Qu'il aille vraiment à la rencontre du peuple et là, on va rigoler !
    Hollande va l'exploser,il garde ses arguments bien au chaud, il fait le gentil et le jour venu il va défoncer le nabot qui va nous refaire le "tcha tcha tche tché" des pêcheurs et encore, s'il est au second tour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. on ne dit pas de généralités sur les retraités !
      je bouffe du tzarrkk tous les matins avec mon grand bol de glaviots verts et après c'est tellement dégueulasse que je gerbe !

      Supprimer
    2. La meilleure preuve est qu'il n'ose pas sortir sans 3000 flics, gendarmes et CRS, qui nous coûtent une fortune, et qui bouclent les villes et les villages à des kilomètres autour et des heures durant avec accès autorisé aux seuls invités de l'UMP. Quand l'on pense que la presse et l'audiovisuel s'accommodent avec cette situation depuis des années, c'est à vomir!

      Supprimer
    3. Je trouve que vous n'êtes pas gentil avec Staline qui a été moins nuisible pour son pays que sarkozy pour la France, sans compter le fait qu'il a gagné la Seconde guerre mondiale au prix de 20 millions de morts (et pas les Américains, comme ces derniers essaient de le faire croire depuis 70 ans).

      Supprimer
  8. Programme de N Sarkozy 2007 :
    "Grâce à ces mesures, en cinq ans, nous pouvons atteindre le plein-emploi, c’est-à-dire un chômage inférieur à 5 % et un emploi stable à temps complet pour tous. C’est de cette manière que nous pourrons vraiment réduire la pauvreté, l’exclusion et la précarité."
    En 2007, "A vous de juger" sur France 2 :
    "NS : - Je veux m'engager sur le plein emploi : 5 % de chômeurs à la fin de mon quinquennat. (...) On nous demande une obligation de résultats. La démocratie, il faut qu'elle vive. Si on s'engage sur 5 % de chômeurs et qu'à l'arrivée il y en a 10 % c'est qu'il y a un problème.
    Journaliste : - Que ferez-vous si vous n'arrivez pas à ce chiffre ?
    NS : - Je dis aux Français, c'est un échec et j'ai échoué et c'est aux Français d'en tirer les conséquences."

    Tirons en les conséquences

    RépondreSupprimer
  9. il a échoué
    nous en tirons les leçons
    il doit partir (accordons lui le syndrome Wade)

    bob

    RépondreSupprimer
  10. Plus juan déverse son torrent anti sarkozyste, plus il marque le vide abyssal du candidat socialiste.

    C'est assez réjouissant.

    Toute la campagne de François le petit est basée sur l'antisarkozysme relayé par la gauche et les médias depuis 5 ans matin midi et soir.

    François le petit malgré 10 ans dans l'opposition n'a aucun programme à nous proposer à part embaucher des fonctionnaires qu'il ne pourra ni trouver ni payer. Bouffon.

    Quelqu'un peut nous donner une idée, juste un idée forte du candidat hollande ?

    Le vide ...

    Deux conséquences : soit les français prennent conscience de l'escroquerie en bande organisée qu'est cette élection et renvoient les journalistes et la gauche dans leur caniveau.

    Soit l'escroquerie fonctionne et François le petit, minoritaire, sans idée et sans argent ne tiens pas un an.

    Si victoire il y a, ce sera une victoire à la Pyrrhus.

    Les socialiste, tellement avide de pouvoir, sous estiment très fortement la colère de l'électorat de droite qui n'aime pas du tout ce qui se passe.

    Au dela de ca, quand dans une démocratie, des journalistes inventent des pseudo scandale, à base de juge militant, et cache les vices de DSK dont je rappelle que c'était leur futur président, ou les magouilles des dirigeants socialistes, ce n'est plus une démocratie.

    C'est un système mafieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attention Troll !!

      Supprimer
    2. Dont feed the troll31 mars 2012 à 17:16

      attention, petit troll récurrent au 08:11 AM.
      Ne nourrissez pas le troll: c'est ce qu'il cherche

      Supprimer
    3. @ antitroll (les 2)
      Mdr!
      @ troll
      Mdr!

      Supprimer
    4. dont feed the troll31 mars 2012 à 21:23

      mdr too!
      Nourrissez patroc, il le mérite!

      Supprimer
    5. On a bien affaire à des socialistes ici.

      Aussi lache que Hollande.

      Incapable de porter la contradiction.

      Incapable donner des arguments.

      Incapable de répondre ou de proposer.

      Vous êtes des lâches qui passaient votre temps à fuir le débat et à attendre les prochaines saloperies venant des juges ou des journalistes pour espérer que françois le petit soit élu.

      Comment vous qualifier :

      aller pour reprendre un président de région socialiste :

      vous êtes des sous hommes (et femmes).

      Supprimer
    6. Dont feed the troll1 avril 2012 à 11:15

      minuscule troll!
      Attention à ne pas le nourrir même d'un poisson d'avril

      Supprimer
  11. Le «président du peuple» a tellement peur de lui qu'il ne lésine pas sur la protection de son QG de campagne !

    Hier mercredi, alors que la Une du Parisien/Aujourd'hui en France titrait “Comment relancer l’emploi des jeunes”, Génération Précaire, collectif créé en 2006 pour défendre les droits des stagiaires, communiquait les résultats de son agence de notation Young & Poor.

    Cette publication, incluant 10 domaines passés à la loupe parmi les propositions des candidats à la présidentielle au sujet de la jeunesse précarisée, devait être remise par notre délégation, composée d'une dizaine de membres, aux deux principaux candidats rencontrés dans le cadre de la campagne : Nicolas Sarkozy et François Hollande.

    Cependant la visite de notre collectif — pourtant annoncée à l’équipe de campagne du candidat Sarkozy lors d'un rendez-vous précédent — au 18 rue de la Convention, siège de la France Forte, ne s'est pas déroulée comme prévu : nos porte-parole ont été arrêtés 50 mètres avant le QG par les forces de l'ordre. Même des négociations demandant à ce qu'au moins un de nos porte-parole aille seul déposer le dossier descriptif de la notation n'ont pas abouti.

    Le collectif s'est alors retranché dans le square à côté du métro Javel, et s'est retrouvé entouré d'un cordon policier et de 7 fourgons de CRS appelés spécialement pour l'occasion !

    Voulant alors bouger vers le QG de campagne du candidat François Hollande, Génération Précaire n'a pas eu le droit d'accéder au métro ! Immobilisés une heure durant, l'accès au métro a enfin été permis… et c'est sous escorte policière que nous nous sommes rendus jusqu'au QG de François Hollande, avenue de Ségur, lequel a accueilli l'intégralité de la délégation pour discuter de la possibilité de faire évoluer la notation.

    On ne lutte pas contre le chômage avec des flics

    Il est vrai que la note du candidat Sarkozy, qui ne s'est pas saisi du sujet, est de D. Son programme social, jeunesse et emploi est lunaire.

    Il est vrai également que le candidat Hollande a vu sa note passer de C à B. Le chômage des jeunes est un de ses axes de campagne, et son équipe a été très à l'écoute de nos propositions.

    Cependant, en ce qui concerne le président sortant, il est vraiment étrange :
    1) qu'un candidat en campagne n'ait toujours pas de programme à un mois des élections (Emmanuelle Mignon, responsable du programme, est-elle partie au ski ?)
    2) que ce même candidat nous reçoive avec un dispositif policier exagéré et puisse en toute impunité monopoliser plusieurs dizaines de CRS afin de bloquer une poignée de citoyens qui viennent pacifiquement lui demander de se saisir de la question de l’emploi des jeunes.

    Il est donc temps de rappeler aux différents candidats que le chômage reste la priorité n°1 des Français, et qu'on ne fait pas baisser les chiffres de Pôle Emploi en envoyant la police contre des électeurs...

    (Source : Génération Précaire)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est écoeurant...Et c'est nous qi payont pour çà ...
      et tellement parlant. J'avoue j'ai du mal à comprendre ceux qui sont encore prêt à voter pour ce sale type.
      J'entends parfois des gens qui en parle comme d'une croyance finalement...la droite c'est l'action donc c'est efficace, la gauche c'est mou...Il y'a vraiment des gens qui croient que la gauche c'est juste servir la soupe aux assistés comme ils disent ...à croire que la dignité , l'honnêteté, l'honneur ou la simple décence n'ont pas d'importance ...et çà veut se vendre sur le thème des valeurs?

      Supprimer
  12. Un peu de légèreté:
    http://youtu.be/acq6pYV0qeo

    Bon samedi à tous!
    Plus que quelques jours à tenir....inch allah...

    RépondreSupprimer
  13. Pour Juan:
    Parole de Inch'allah:
    C’est un son plein de sourires dans un climat tendu
    qui espère et respire dans cette époque tordue
    c’est le son qui propose des virages des voyages,
    des clameurs, des visages,
    c’est le son des mariages

    refrain :
    et si on chantait de toutes les couleurs
    inch’allah
    on va faire danser les corps et les coeurs
    inch’allah
    si on est tous ensemble, ça nous suffira
    inch’allah
    si nos voix se rassemblent on nous entendra
    inch’allah, inch’allah, inch’allah, inch’allah

    c’est le son qui éclaire, qui partage et rassemble,c’est les beaux quartiers qui dansent avec les grands ensembles
    inch’allah
    ceux qui souhaitent un pays convivial alors ils croient en une autre identité nationale
    inch’allah
    c’est le son qui reve en réalité et change les mentalités, tue la morosité
    inch’allah
    il invente, imagine et renverse les clichés établis et oublie leur tristesse
    inch’allah
    tous les codes sont bannis et révisés, on mettra des baggys jusqu’à l’elysée
    inch’allah
    plus de quotas dans le foot, ni ailleurs, peu importe la couleur on gardera les meilleurs
    inch’allah
    les blaireaux, les fachos c'est la même,c'est qu'en y en a beaucoup que ca pose des problèmes
    inch’allah
    on va marier nassim & delphine, pas seulement pour la rime , un second tour sans marine

    refrain :
    et si on chantait de toutes les couleurs
    inch’allah
    on va faire danser les corps et les coeurs
    inch’allah
    si on est tous ensemble, ça nous suffira
    inch’allah
    si nos voix se rassemblent on nous entendra
    inch’allah, inch’allah, inch’allah, inch’allah

    c'est le son qui réécrit l'histoire, sortez tous dans la rue, on va chanter l'espoir
    inch’allah
    l'espoir que pourra changer ce monde, on s'crois'ra forcément puisque la terre est ronde
    inch’allah
    l'espoir que les choses puissent avancés, qu'on aime tous les accents quand on parle en français
    inch’allah
    l'espoir qu'un jour se sera normal, de voir des blog party a l'assemblée nationale
    inch’allah
    les képis policiers, les kippas, les chaddors, les casquettes a l'envers même combat
    inch’allah
    les bobos, les prolos, les bourgeois, les perdus, les nantys, les patrons, les cailleras
    inch’allah
    vous etes tous invités sur la piste, c'est la danse de demain quelque peu utopiste
    inch’allah
    mais cette epoque a besoin d'espoir, soyons un peu rêveur, faut y croire pour le voir

    refrain :
    et si on chantait de toutes les couleurs
    inch’allah
    on va faire danser les corps et les coeurs
    inch’allah
    si on est tous ensemble, ça nous suffira
    inch’allah
    si nos voix se rassemblent on nous entendra
    inch’allah, inch’allah, inch’allah, inch’allah

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vaudrait mieux agir que discourir de manière si longue et si ennuyeuse !

      Supprimer
    2. C'est une chanson!

      Supprimer
  14. Je sais que nourrir un troll c'est mal ...mais juste pour le gars qui aime bien dire "le petit" (usant ainsi du fameux adage à propos de la paille et de la poutre ...essaierait-il ainsi de nous amener à nous abaisser à son niveau en nous amenant forcément à nous goser de la taille de son champion? bref). Je me dois d'informer ce cher homme pas le petit candidat hein...le minuscule troll. Que l'on peut ne pas pouvoir sacquer son chéri sans pour autant être hollandais ...diste...bref sans adorer le candidat socialiste. C'est mon cas par exemple. Aussi non seulement tout ce qu'il peut vomir sur Hollande ne m'atteind pas mais pire, cela me donne l'impression qu'il le craint et donc me rend Hollande sympatique ...attention donc monsieur le troll 08:11h vous avez le trollisme contre-productif. Je vous suggère de refaire une cure en cellulle riposte, le niveau était déjà bas là il taquine les grand fond :)...très très cordialement
    gros bisou.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Que l'on peut ne pas pouvoir sacquer son chéri sans pour autant être hollandais"

      C'est le cas de la très grosse majorité des gens qui disent vouloir voter Hollande.

      c'est un vote de rejet pas un vote d'adhésion.

      Contrairement au président qui lui suscite de l'adhésion.

      Supprimer
    2. Dont feed the troll1 avril 2012 à 11:16

      troll essayant de faire un poisson d'avril
      ne pas nourrir sous peine de déjections à ramasser

      Supprimer
  15. Le Point: Sarkosy aux jeunes "n'ayez pas peur"
    Et on dit qu'il n'a pas d'humour...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a dit aux jeunes de l'UMP de ne pas avoir peur, la nuance est de taille.
      Un président , un parti, un clan.
      Et les autres?

      Supprimer
    2. Mais non, il leur a dit de faire leurs bagages, un peu prémonitoire? Il a besoin de courtisans pour son exil du 22 avril?
      espérons-le

      Supprimer
    3. Il se prend pour un pape ! C'est Jean-Paul II, le 22 octobre 1978, lors de la messe inaugurale de son pontificat, qui prononça le discours « N'ayez pas peur »
      Père Plex

      Supprimer
    4. "N'ayez pas peur!" dans la bouche d'un pape Polonais cultivé, qui fait référence à Sinkiewicz, si mes souvenirs sont bons, ça le fait, mais pas dans la bouche d'un minable inculte dont la valeur suprême c'est la Rolex et autres Patek et qui, pour ne pas avoir peur, sort avec 3000 flics, comme l'a fort justement indiqué quelqu'un plus haut.

      Supprimer
  16. "Aidez Nicolas Sarkosy
    Aidez-le à partir!"
    François Hollande.

    Oui, on va l'aider avec le bon bulletin! Pas celui de Sarko

    RépondreSupprimer
  17. La prochaine surprise de sarko ?
    Un coup d'état pour garder le pouvoir (coup d'état militaire ou coup d'état par trucage électoral ).

    RépondreSupprimer
  18. Je pense que l'on passe un peu vite sur l'augmentation du patrimoine de sarkozy:
    +28% d'augmentation, vu d'avion, c'est une misère!
    Je reprends les données publiées par le Canard:
    Bilan d'entrée: 2 138 116 dont 2 000 000 valeur estimée d'un appart, dont ledit Canard avait raconté la curieuse acquisition à l'époque.
    Calculons ensemble:
    1. Pour cause de divorce - 1 000 000 à l'ex épouse
    2. Nouveau point de départ (à quelques mois près) 1 138 116 €
    3. Revenus - frais connus (19 331 - 6 000)= 13 331 € par mois, argent de poche, rappelons-le.
    4. En 5 ans cela fait 799 860 €, sans dépenser un sous privé (je suis bonne pomme!)
    5. Retranchons cette somme, honnêtement gagnée, du bilan de sortie, reste 2 740 953 - 799 860 = 1 941 093 € de patrimoine augmenté (en dormant) en 5 ans.
    6. Calculons l'augmentation de la somme d'entrée 1 138 116 €, placée paraît-il en assurance vie, qui devient 1 941 093 en 5 ans, soit 70% d'augmentation, bien plus que les 28% annoncés. Dans le cas le plus favorable (incorporation des intérêts acquis annuellement) cela donne (1+x)^5 = 1 941 093/1 138 116 = 1,7, d'où log(1+x) = log(1,7)/5 = 0,04637. Enfin, 10^(1+x) = 1,11268, ce qui représente un rendement de 11,268% net annuel, malgré les crises, les krach boursiers,etc. Qui dit mieux? Qui d'autre a obtenu un tel rendement de son placement assurance vie? Prière de se faire connaître. Autre question: pour quelle raison la valeur des actions dans la holding CSC et son évolution ne sont pas comptées dans le patrimoine? Destinées aux bonnes oeuvres?

    RépondreSupprimer
  19. Petite correction: Lire " Enfin, 10^(log(1+x)) = 10^0,04637 = 1,11268 ",
    faute de frappe, mais le résultat est juste.

    RépondreSupprimer
  20. Quel est le patrimoine de Hollande ?

    Paie t'"il l'ISF ?

    Quels sont les liens entre le Luxembourg et le PS ?

    Pierre Bergé finance t'il la campagne de Hollande depuis le déjeuner de chez Laurent.

    Hollande doit s'expliquer.

    RépondreSupprimer
  21. Dont feed the troll1 avril 2012 à 20:19

    les trolls sont fatigués
    Continuons à ne pas les nourrir!

    RépondreSupprimer
  22. Sarkozy avait oublié le chômage, la vidéo:
    -->
    http://www.youtube.com/watch?v=2gKDbm_FfSU

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.