2 mars 2012

Le jour où Sarkozy fut sifflé.

On lui avait promis que les courbes  sondagières « se croiseraient » en février, qu'il dépasserait, et pour de bon, son rival Hollande. Nous étions le 1er mars, les courbes ne s'étaient pas croisées. Bien au contraire, après un léger sursaut de lancement, Sarkozy rechutait à nouveau.

Jeudi matin, premier jour de mars 2012, Nicolas Sarkozy était quand même arrivé avec sa proposition du jour. Le « sauvetage »très provisoire du fourneau P6 de Florange. Il était sur France Inter, le matin, et il voulait reprendre la main. Sa journée était tout entière consacrée à sa campagne de candidat.

Mais il fut sifflé. Et il perdit ses nerfs.

Divagations radiophoniques
Il n'était pas si tôt, 8h20, et pourtant, Sarkozy semblait mal à l'aise, déjà sur la défensive. « Ce n'est pas exact » « attendez, attendez..», «mais que voulez-vous ?» « pourquoi faudrait-il ? » furent quelques-unes de ses expressions favorites. Il inventa à François Hollande de prétendues hésitations (quotient familial, déclaration sur les riches, etc). Il n'était pas combatif, il était hargneux, presque mauvais perdant. Surtout, et c'était bien le plus grave, il n'était pas convaincant.

1. Sur l'Education, il tenta de vendre ses dernières propositions. Les Echos venaient de publier un énième baromètre selon lequel il apparaissait que Sarkozy n'avait convaincu personne, un « flop », commenta le quotidien économique. Le Monarque s'embrouilla: d'un côté, il faudrait continuer de réduire le nombre de prof, car sinon, la France serait « comme la Grèce », en faillite. Mais, dans le même temps, payer 25% de plus celles et ceux des enseignant(e)s du secondaire qui accepteraient 8 heures de présence supplémentaire par semaine ne coûteraient que 210 millions d'euros par an, un surcoût financé par la suppression de 7.000 nouveaux postes dans le même secondaire.

Comment faire des économies si tout est dépensé en heures supplémentaires ? 

Autre contradiction du discours, Sarkozy évoqua 40.000 enseignants concernés ses heures sup. Comment ce faible volume d'heures supplémentaires pourrait-il changer quoique ce soit au manque d'encadrement des élèves ?

2. Contre la proposition de nouvelle tranche d'IRPP à 75% pour les revenus supérieurs à un million d'euros, le candidat sortant raconta franchement n'importe quoi. Il additionna d'abord la CSG (8%) au taux nominal marginal de 75% pour effrayer l'auditoire d'un gigantesque (sic!) 83%. Puis il s'inquiéta de la fuite des cinéastes et des comédiens. Il oubliait qu'un acteur français n'ira pas tourner à l'étranger pour de simples raisons fiscales... L'argument était bien grossier. « Quelqu'un qui a un revenu de cette nature, à 83%, vous imaginez bien qu'il ne va pas rester...» s'exclama le Monarque.  Patrick Cohen précisa: « 83% au-dessus de un million d'euros ». Sarkozy s'énerva: « Ah non, parce qu'on ne comprend pas puisque la position de François Hollande a changé 3 fois en 3 jours.» De quoi parlait-il ? Il divaguait.

Pour illustrer la fuite des riches, il poursuivit: « Et M'sieur Mittal, vous savez combien il emploie d'gens en France ? 20.000 ! » Mais Patrick Cohen était perdu: « Mais il n'est pas domicilié en France... » Et Sarkozy de continuer, comme si de rien n'était... en accusant le PS de vouloir forcer Mittal à vendre Florange: « J'ai vu qu'il y a une proposition du PS pour obliger M. Mittal à vendre Arcelor. Mais à qui ? A qui va-t-on vendre ? A un financier russe ? » Nouvelle caricature! Une proposition de loi existe bien, mais elle est différente: elle vise des établissements abandonnés.

Sarkozy répéta aussi quelques mensonges, comme sur Gandrange: « Les engagements qui ont été pris sur Gandrange ont été scrupuleusement tenus ». Vraiment ? Tous les salariés n'ont pas été reclassés. Sarkozy n'a pu convaincre Mittal de poursuivre l'exploitation et l'établissement n'a pas été repris non plus. Autre fumisterie, il s'agaça qu'on le questionne sur son comportement. Candidat des riches, « c'est une formule ».

«Je me suis toujours méfié des gens qui aimaient passionnément l'argent.»

Sa grande annonce fut donc une promesse pour Florange. Le président Sarkozy semblait avoir forcé la main au sidérurgiste Arcellor-Mittal pour aider le candidat Sarkozy. Serait-ce du trafic d'influence ? «J'ai eu mercredi une longue réunion de travail avec Lakshmi Mittal (le PDG du groupe, ndlr). A la demande de l'Etat français, ArcelorMittal va investir maintenant 17 millions d'euros à Florange.» Sur cette somme, quelque 2 millions seraient débloqués pour « ».

A Florange, nulle effusion de joie. Les salariés d'Arcelor-Mittal restèrent prudents.

Lucide, Patrick Cohen lui demanda, pour conclure, quand connaîtrons-nous l'intégralité de votre programme ? Le candidat sortant grimaça... Il faudra attendre le 11 mars et son meeting à Villepinte.

Manipulation à Bayonne
Quelques instants plus tard, rue de la Convention, le président-candidat se montrait « déterminé à défendre la France des usines » s'enthousiasmait une journaliste d'iTélé. Certains confondaient à nouveau leur job avec la lecture des communiqués du QG de campagne.

Les communicants de la cellule de campagne avaient concocté cet « évènement », une intervention publique de Nicolas Sarkozy sur le trottoir de son QG de campagne juste après la tenue de son « comité stratégique » de campagne. C'était la première fois qu'on entendait réellement parlé de ce machin. Une pièce de plus dans la mise en scène du Sarkoshow.

Il n'y avait « que du lourd »: François Fillon, Laurent Wauquiez, Nathalie Kosciusko-Morizet, Brice Hortefeux, Thierry Mariani, etc. Roulez les tambours ! Les caméras des chaînes d'information étaient branchés. Les envoyés spéciaux s'impatientaient; les photographes mitraillaient de leur flash les moindres allers et venues.

Quand le Monarque déboula sur le trottoir, il répéta ses propos radiophoniques du matin sur Florange, mensonges compris: il a été décidé d'investir tout de suite 2 millions d'euros, rien que sur le haut-fourneau, pour qu'il reparte, le groupe Mittal fixant le redémarrage du haut-fourneau au deuxième semestre.

ça sentait l'embrouille, et c'en était une. Ce n'étaient plus 17 millions d'euros « immédiatement » investi (comme le claironnait à tort l'un des présentateurs de BFM en direct), mais seulement 2 millions d'euros. Et ce n'était pas de l'investissement mais de la maintenance. Pire, le groupe Arcelor-Mittal se montra tout bien moins catégorique que le candidat sortant: « Le groupe industriel a confirmé l'investissement de 17 millions mais a néanmoins conditionné cette annonce à une reprise économique », précisa le Parisien jeudi soir.

Plus tard, le Monarque fila à Bayonne. Un peu avant 16 heures, à l'arrivée de sa voiture, une foule nombreuse de plusieurs centaines de personnes était là, grondant, huant, sifflant. L'assistance était calme mais le bruit était assourdissant. Quand le candidat sortant s'engagea dans la rue, des CRS furent dépêchés pour le protéger. De petits bulletins de vote de Batera, un collectif indépendantiste furent jetés. En fin de cortège, loin derrière, des militants PS tractaient.

On nous expliqua que Sarkozy dut se réfugier dans un bar. Il y resta coincé, le temps que la police dégage la voie. «Sarkozy a attendu dans un café assiégé que les forces de l'ordre viennent le dégager» commenta l'envoyé spécial de Libération. Furibard, il dérapa gravement: « M. Hollande a annoncé l'épuration de tous les magistrats, de tous les fonctionnaires, qui ne lui conviendront pas, forcément ça échauffe la base ». Sa porte-parole NKM accusa le PS d'avoir organisé la manifestation. Blafard, le candidat sortant convoqua quelques journalistes présents pour un point presse improvisé. Il accusa Hollande: « C'est inadmissible. Ces manifestations sont le fait d'indépendantistes basques et de militants socialistes. Si c'est cela que nous propose Monsieur Hollande, on n'a pas envie de les voir venir. »

Il oublia qu'il n'était pas en visite présidentielle: « Le Président de la République française doit pouvoir se rendre partout dans la République française ».

Il oublia surtout de mentionner l'ampleur de sa propre manipulation: le bar où le Monarque s'était réfugié était le lieu choisi par l'équipe de campagne pour cette visite mal préparée. Mieux, le maire de Bayonne avait déconseillé à Sarkozy de venir sur place. La presse locale s'était fait l'écho d'une grosse mobilisation de Batera, un collectif basque qui milite pour la création d'une collectivité territoriale.

Bref, le clan Sarkozy savait qu'il venait dans une zone de tension. 


Mais il fallait jouer l'affrontement. Et portraiturer François Hollande comme le candidat du désordre, faire peur à l'électeur indécis. La manoeuvre est grosse et grossière.Sarkozy a été surpris des réactions locales, il pensait que les sifflements et la mobilisation suffisamment importants pour qu'on en parle, suffisamment modestes pour qu'il conserve la main.

Pour une fois, les habituels figurants de la France fictive n'avaient pas conviés en nombre suffisant.

Le fiasco était total.





47 commentaires:

  1. a force de faire le matamore il a pris un coup de semonce ,pour une fois ce soir ,depuis longtemps ,je lis avec plaisir les infos, merci Juan pour ce beau billet qui réconcilie avec la vie
    qui sème le vent récolte la tempête
    merci bayonne et comme il dit il est temps que la "base" s échauffe

    RépondreSupprimer
  2. Il a tant raconté de bobards durant presque 5 ans qu'aujourd'hui sa parole est au mieux inaudible, au pire mise en doute ou raillée.

    RépondreSupprimer
  3. Oui merci Juan! tu réussi toujours à démasquer notre petit homme c'est jouissif, ces hués il a courru après depuis longtemps et c'était mérité, c'est drôle de voir la réaction des manipulateurs proffessionnelles, nkm, copé et les autres, les arroseurs arrosés, on dirait toujours qu'ils parlent d'eux quand ils critiquent le ps ,ça démontre une grande détresse chez tous ce petit monde de mauvais perdant. solange

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bien dit Solange, oui des mauvais perdants pour ne pas dire plus...
      et tout d' un coup on reprend un peu espoir de déloger ces malfaisants
      bonne journée

      Supprimer
    2. Allez les filles courages, tenez bon, il faut faire peter et ça marchera.

      Supprimer
  4. c'est la 1ère fois que je frémis de plaisir en regardant notre Sarkoléon...il ne l'a pas vu venir celle-là !! peut-être va-t-il enfin comprendre que c'est mort pour lui...rêvons un peu "mes chers compatriotes, je vous ai entendus, et je suis venu vous dire que...je renonce à me présenter à l'élection présidentielle..et comme promis, je me retire de la vie politique..." hi,hi...

    RépondreSupprimer
  5. A l'heure qu'il est le préfet de la région de Bayonne doit certainement préparé ses cartons.


    Emission intéressante à propos des mots qu'emploie Zébulon
    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2391
    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2392

    RépondreSupprimer
  6. le p'tit jambon s'est fait enfumer à Bayonne
    les basques doivent s'attendre au Karcher

    RépondreSupprimer
  7. moi je dis bien fait cela change des bus de l'ump bienveillant a notre cher sarko, il faut aussi qu'il arrête de poser les questions aux journalistes une très bonne émission la bas si j' suis sur france inter l'explique dans une émission d'hier et avant hier
    trop bon moi je te dis magali

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. jeudi matin sur France Inter en 29 mn à l'antenne, le candidat-président a posé la bagatelle de 65 (soixante-cinq) questions !!

      Supprimer
  8. D'habitude lorsque notre cher Président se déplace, la ville est bouclée et on ne voit que des sympatisants UMP pour le recevoir. Là il est candidat et il n'a pas la même protection. Il se heurte à une cruelle évidence les français ne veulent plus de lui à la tête du pays. Il faudra qu'il se fasse à cette idée.
    Dure réalité !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dure réalité ? Il a tout de même eu cinq belles années pour appliquer sa politique ultralibérale dont on mesure les conséquences aujourd'hui. Le mieux pour la France est qu'il s'en aille. Et puis il va ce recycler. Il a des amis, un métier d'avocat d'affaires, une famille et une belle place qui l'attend au Conseil Constitutionnel, sans oublier les multiples retraites dont il bénéficiera à vie et les petits privilèges qui lui resteront réservés. Une réalité aussi dure ne me déplairait pas.

      Supprimer
  9. Lorsqu'on pense à tous ces préfets et magistrats virés pour faits de lèse magesté (ô combien bénins) à l'encontre du monarque tout au long de ses cinq années de règne, on se demande de quelle charité se fout-il lorsqu'il parle de menaces d'épuration !

    RépondreSupprimer
  10. non mais franchement ?? est ce les français on besoin d'une manipulation du PS pour en avoir marre de sa gueule a Naboléon ?? mais surtout il faudrait lui rappeler qu'il est en campagne électorale donc pas le président dans ce cas là !!!!! en plus qui es ce qui paie les déplacements ??? UMP ou la France ????

    RépondreSupprimer
  11. c'est peut être ça qui le trompe !!!!!!!

    RépondreSupprimer
  12. Après les dérapages verbaux de son début de mandat (les épisodes "Casse-toi pôv con" et "descends me le dire en face"), il a toujours fait en sorte d'éviter le peuple. Là, il a voulu s'y frotter à nouveau mais n'a pas compris que la majorité en a marre de lui. Quand on ne fait pas venir de claque et qu'on ne trie pas les figurants, voilà ce qui arrive.
    Mais je pense que cet épisode va aussi lui permettre de rebondir sur l'un de ses thèmes favoris: l'insécurité. Sauf que ce thème est déjà usé jusqu'à la corde...

    RépondreSupprimer
  13. Sarkozy est cohérent, il faut le reconnaître. Sarkozy perd régulièrement ses nerfs, et c'est de notoriété publique depuis Le Guilvinec et ses premiers blasphèmes. Cette fois, quelques heures seulement après le Salon de l'Agriculture, il perd ses nerfs de boeufs.

    Voire ses nerfs de candidat beauf.

    Andy....

    RépondreSupprimer
  14. ahhhn que ça fait du bien, qu'il entende enfin un autre son que les louanges et les flagorneries... Va nous faire une dépression si ça se trouve. Ah, monde cruel....de la réalité.

    RépondreSupprimer
  15. Jacques MICHEL2 mars 2012 à 11:24

    Ah, quelles images réjouissantes !! Pour fêter ça, je vais me mettre au jambon de Bayonne !!

    RépondreSupprimer
  16. Vendredi 2 mars 2012 :

    L'IIF chiffre une faillite de la Grèce à plus de 1.000 milliards d'euros.

    L'organisation bancaire internationale IIF a chiffré à plus de 1.000 milliards d'euros le coût pour l'économie internationale d'un défaut incontrôlé de la Grèce, dans un rapport remis en février aux dirigeants européens, indique vendredi l'hebdomadaire grec Athens News.

    Selon Athens News, l'Institut de la Finance Internationale - qui a négocié avec le gouvernement grec au nom des créanciers privés un accord de restructuration et de réduction de la dette grecque - juge que la Banque centrale européenne sera particulièrement touchée, de par son exposition à la dette grecque et les actions qu'elle devrait prendre pour éviter une contagion de la crise aux autres maillons faibles européens.

    Selon l'IFF, un défaut de paiement de la Grèce menacerait directement de déstabiliser le Portugal, l'Irlande, l'Italie et l'Espagne, victimes suivantes les plus probables.

    L'organisation bancaire internationale évalue les recapitalisations bancaires nécessaires à environ 160 milliards d'euros. Elle estime aussi, selon Athens News, que l'économie européenne paierait une faillite grecque par un ralentissement, réduisant les revenus fiscaux.

    Ce rapport a été remis, d'après l'hebdomadaire, le 18 février aux dirigeants européens, avant qu'ils ne décident, jeudi soir, de finalement lancer le 9 mars un plan de renflouement et de désendettement du pays élaboré en octobre, si entre-temps les créanciers privés d'Athènes acceptent d'effacer un peu plus de 100 milliards de créances.

    Au vu de ces traumas financiers, il est difficile de concevoir que la Grèce pourrait rester un membre fonctionnel de la zone euro en cas de défaut désordonné, note le rapport cité par le journal.

    L'IFF juge également que les retombées sociales et politiques d'un défaut compromettraient l'effort de réforme mené par la Grèce à la demande de ses créanciers.

    http://www.romandie.com/news/n/_L_IIF_chiffre_une_faillite_de_la_Gr_lus_de_1000_milliards_d_euros__RP_020320121046-27.asp

    RépondreSupprimer
  17. Sarkozy et l'épuration, c'est une vieille histoire, une sombre histoire. Qui n'a pas encore en mémoire ce dossier trouble du tout - à - l'égout du cap nègre ? Sarko mettait déjà la pression...

    Aujourd'hui les effluves ont tourné, on la sent bien sa campagne infecte.

    50 jours encore à se pincer le nez.

    Andy....

    RépondreSupprimer
  18. Allo Angela ? Pourquoi as-tu abandonné ton caniche en France ? Viens vite le récupérer, on ne sais plus quoi lui donner à manger, même le jambon de Bayonne, il n'aime pas !

    RépondreSupprimer
  19. Bonjour,

    Le prince de l'esbrouffe est nu, vidé, rincé et humilié. Le Pays Basque vient de lui assener le coup de grâce. Pourvu que d'autres régions s'en inspirent tellement Sarkozy et sa clique ont piétiné la République en un seul quinquennat.Sur le coup, la ville de Bayonne est devenue la capitale de la France LIBRE, celle qui a dit NON à l'indécent qui parlé de " l'épuration", démontrant par là son inconsistance intellectuelle. Encore 50 jours à supporter l'imposteur, c'est très long. Ce qui est sûr, c'est que désormais sa campagne ressemble à un chemin de croix vers la route de l'exil...au Qatar ! Billet à lire http://0z.fr/W4qj3

    A2N

    RépondreSupprimer
  20. cela m a fait un bien fou de voir ce petit etre hué de la sorte, merci aux basques.

    Sarko DEGAGE!!!!

    RépondreSupprimer
  21. Je crois que cette fois ci je n'ai plus peur ... Il reviendra pas dans la course ! Je pense même qu'il craque complètement : Une annonce de candidature ratée, l'annonce de la libération de la journaliste, le meeting de Montpellier dès plus imprécis,l'attaque frontale de la femme de hollande, les dossiers qu'il ne maîtrise pas, les annonces sur l'éducation qui font flop, l'histoire de Gangrange, le président du peuple qui ne veut pas qu'on taxe les riches,les incidents de Bayonne (qui ne seront pas les seuls).... Après 2 semaines cela ressemble a une fuite en avant : La bérésina !
    Je n'ai pas peur de l'approche sur le thème de l'insécurité car comme il est prévisible il va faire la même chose qu'il y a 5 ans : Mettre du chaos !! Mais on voit que coté PS rien n'est laissé au hasard et j'imagine que la riposte est déja préparée. Pour une fois au moins on peut dire que la campagne du ps est "pro" ..
    Je crois que l'éléction est maintenant belle et bien pliée et que le reste c'est du cirque pour BFM et ITele qui s'entetent à soutenir le monarque.

    RépondreSupprimer
  22. Tout étonné le petit, il passe du rêve à la réalité! le monsieur qui a une façon de marcher avec plein le froc, quelle allure, quelle grace!

    Tout ceci ne reflète que la réalité, mais dans son cocon de protection cet imbécile était en dehors de tout ça, les trois quarts des francais le déteste, il faut bien qu'il l'apprenne un jour ou l'autre. En tant que candidat, sans cordon de crs ça craint pour lui, va-t-il se rendre compte de son impopularité, si le président ne s'en était pas aperçu le candidat lui va le savoir très vite, allez, ouste, dehors, nous t'avons déjà assez supporté comme ça!

    RépondreSupprimer
  23. Ah, j'oubliais, MERCI! aux gens de Bayonne, pour lui en avoir mis plein la tronche, mais qu'ils sachent que nous sommes prêts à en faire autant dans toutes les villes.

    RépondreSupprimer
  24. Bayonnais, Bayonnaises merci !!!!!

    enfin, un espoir !
    Que cela fait du bien !

    jpd83

    RépondreSupprimer
  25. C'est exactement ce que décrivent Nicolas Domenach et Maurice Szafran dans "OFF". Les premières pages expliquent complétement le caractère de NS. Ce mec ne changera jamais, c'est bien pour cela qu'il faut le "dégager" de toute urgence. (abc)

    RépondreSupprimer
  26. Le "MONSIEUR" vient de rencontrer de "VRAIS" gens, des "GENS" vrais.
    Cela a dû lui faire tout bizarre.

    Il reste une infime chance à la droite, à l'UMP : changer le candidat.

    Il y a urgence, il reste peu de temps.

    Michel

    RépondreSupprimer
  27. http://www.youtube.com/watch?v=GW0PlobevHw


    Agriculteurs à 40 hectares, qui trimez dur, n'attendez rien de cette baudruche !!!!

    jpd83

    RépondreSupprimer
  28. D'abord bravo aux Bayonnais!
    Et mille bravo à l'agricultrice qui lui a tenu tête!
    Sarkozy ne tiendrait pas 3 jours sur une ferme de 40 ha, sans son compte en banque, sa cour, ses courtisans serviles..

    RépondreSupprimer
  29. Bon. j'irais jusqu'à lancer une souscription pour lui offrir quelques hectares. Avec entre contrepartie l'obligation de se lever tôt et d'apprendre à tirer quelque chose d'une journée de vrai boulot.
    Nan nan, c'est pas de la révolution culturelle, la terre et les vaches seront à lui. C'est une occasion de rédemption.

    RépondreSupprimer
  30. Vos articles quotidiens sont un vrai bonheur, pourtant le héros n'est pas terrible.

    RépondreSupprimer
  31. C'est quoi ce délire sur Bayonne ? ça fait 5 ans que Sarkozy ne se déplace plus en France sans qu'on ait soigneusement sélectionné les gens qui peuvent l'approcher ! Que voulez-vous ? Les gens ont des choses à lui dire !... Ah, ça doit le changer des militants UMP !...
    Je trouve ça regrettable pour la sérénité des débats mais ça m'étonnerait qu'il n'y ait pas d'autres manifestations dans ses futurs déplacements... En engueulant tout le monde, en méprisant les grévistes et les manifestants pendant 5 ans, il l'a un peu cherché, non ?

    RépondreSupprimer
  32. Allez Sarko, lâche pas ; ça va venir ; t'es le meilleur ; tu vas les avoir ces bandes de nases !!

    RépondreSupprimer
  33. A observer les statistiques des réactions sur ce blog, c'est impressionnant la réaction à ce coup de semonce de Bayonne.

    RépondreSupprimer
  34. sarko plus a la hauteur de la France

    cet homme et un émigré de famille Hongrois et aime divisé les français entres eux,ce qu'il a fait a Bayonne été préméditer pour brouiller le discours de Hollande a Lyon ou il y avez du monde, et de brouiller la visite de marine le pen au salon de l'agriculture le lendemain ,puisque qu'on ne parlerait que de lui partout.

    honte a la France d'avoir mis cet homme au pouvoir en 2007

    il a ruiner la France

    il a menti au français pendant 7ans avec son équipe ( il avait été ministre des finance 2005 )il savait qu'il fallait respect les traité de européen de Maastricht pas plus de 3 % de déficits budgétaire par An ,d'autres y ont réussi jospin OU CHIRAC.
    2011 8 % de déficits avec une dette de 1700 mlds€ a 88% du PIB.
    en 2000 sous Jospin 1,5 de deficits et dette 600 mlds€ a 56% du PIB.

    il a diviser les français entres eux
    il a détruit notre bon pays ou il faisait bon vivre.

    Heureusement il y a d'autres hommes ou femme qui veulent encor nous donner espoir a notre FRANCE


    j’espère que je n'aurait pas besoin de m'immigrer vers un autre pays cette été , et qu'il y aura un changement.

    FRANCE Réveil toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anti-brouillage3 mars 2012 à 09:00

      Euh à mon avis la thèse du brouillage est peu plausible car je pense que les gains rapportés par la manoeuvre en termes d'image sont (nettement) inférieurs aux pertes. Surtout que le lendemain Hollande a joué sur du velour en dénonçant très posément "une culture de l'excès, de l'outrance", dans son costume de candidat-président normal !

      Supprimer
  35. Il est foutu le president de son pouvoir d'achat. On le voit fatigué, déblatérant des idioties à la chaine. On se demande même si Morano ne serait pas derrière à lui glisser ses paroles dans l'oreillette.

    Bientot, il partira et l'on fetera comme il se doit sa retraite.
    Domnage que le peuple ne puisse pas lui demander des comptes après cinq ans de presidence...

    RépondreSupprimer
  36. Épuration : l’aveu

    À dénoncer l’excès rhétorique, on ignore l’essentiel : l’épuration, c’est la réponse à l’Occupation. Comparer l’élection éventuelle de François Hollande à la Libération, pour Nicolas Sarkozy, c’est donc comparer lui-même son régime à celui du Maréchal Pétain.
    Par Eric Fassin

    Aie ! Quand Francky Louvrier et Laurence vont voir çà !

    Andy..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. [ Il me semble plutôt que l'épuration soit la réponse à la collaboration avec l'occupant ! Ce qui revient au même en pire car à l'esprit conquérant de l'occupant se substitue l'esprit de soumission du collabo à celui-ci ! ]

      Le subconscient transpire par tous les pores du candidat-sortant qui déshonore l'Histoire de la France ! [Pauvre Askolovitch, Claude de son prénom, qui se compromit tant avec ce sinsitre personnage quand un jour il peint cet imposteur majeur en maître du monde ! A quel manque de lucidité peut conduire l'esprit de cour ! Fermons la parenthèse ]

      Quand j'ai entendu cet élément de langage [ épuration ] se répandre sur les ondes j'ai tout de suite penser "c'est outrancier". J'aurais aussi peu penser que c'était nul car ça ne correspond pas du tout à l'image que les Français ont intégrée de Hollande, d'un candidat-président normal !

      J'en conclus, qu'une fois encore le clan du candidat-sortant a été victime de sa tactique où la recherche de l'affrontement à coup de propos excessifs et brutaux aveugle les acteurs qui la mettent en oeuvre et révèle en fait leur vrai visage et la seule chose qu'ils sachent vraiment faire, castagne, manigances et coups tordus, êtres frustres et simplistement binaires qu'ils sont sur la scène politique ! Quel manque de subtilité saisissant !

      Face à Hollande le florentin, l'effet miroir est démultiplié ! Hollande, qui par ailleurs n'est pas ma tasse de thé préférée, je voterai Mélenchon au premier ... et au deuxième tour ;), surpasse le candidat-sortant-honni.

      Finalement, il se pourrait bien que le mandat 2007-2012 ait été le dernier du XXe siècle qui aura là expulsé son dernier étron ! Et pardon à la scatologie de la convoquer en si mauvaise compagnie !

      Supprimer
  37. Les Bayonnais n'ont pas été bâillonnés : vive Bayonne.

    RépondreSupprimer
  38. Je recommence a etre fier d'etre francais. Ca fait du bien du voir ce genre de chose depuis l'etranger. Si tout va pour le mieux, c'est-a-dire sans Sarkosy, ou Hollande ou Le Pen, je reviendrais.

    RépondreSupprimer
  39. vivement qu'il dégage !
    cet étranger qui dégage les étrangers !
    tout mensonge voilà son projet
    tout pour les nantis
    et pour sa poche
    je ne le supporte pas et je ne l'ai jamais supporté mais là c'est le comble
    Menteur Voleur
    dégage riche c

    RépondreSupprimer
  40. De toute les façons, depuis qu'il a limogé le préfet du havre parce que l'on pouvait entendre les sifflets en fond sonore de son discour, chaqu'un de ses déplacement est un squetche. A Bayonne il a voulu un peu sortir de son cheminement millimétré, il s'est pris sa côte de popularité en pleine face.

    RépondreSupprimer
  41. salut

    je dit tous sauf SARKOZY

    Même marine le Pen vaut mieux que lui ( et pourtant je ne si du FN loin de là je suis plutôt sociale démocrate), regarder bien Sarko dans les débats politique il se comporte mal,et il et satanique vis vis des autres.il est menteurs et sans programmes bien réel, il ne fait que louvoyer, il et changeant tous les jours.

    il a divisé les Français les uns contres les autres pour mieux régner

    Lui il ce dit plus fort que les autres, c'est un narcissique

    indigne de continuer avec un président comme lui.


    j’espère que les FRANÇAIS passeront un bon été, mais sans sarko et qu'il parte de France et pour longtemps s'il reste il devra être juger pour avoir triplée notre dette et tous les déficits budgétaires depuis 10 ans ( JUGER comme le peuple ISLANDAIS veut le faire pour ses anciens dirigeants)


    Citoyen, citoyenne bonne chance pour 2012/2013

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.