Sondages: Sarkozy veut y croire.

Quelques heures après le meeting de Villepinte, les partisans du candidat sortant voulaient croire  dans les chances de leur champion.

A l'exception du Figaro, la presse fut mitigée sur le méga-meeting de la veille. Les maigres annonces n'en étaient pas.

Sarkozy amnésique
Nicolas Sarkozy a oublié une partie de son discours. N'y croyait-il plus ? Ils nous avait déjà fait le coup voici 15 jours sur l'éducation.

Cette fois-ci, le Lab d'Europe 1 les a relevé quelques heures plus tard, en comparant le discours distribué et celui déclamé par le candidat sortant. Outre les deux ultimatums adressés à ses partenaires européens (sur Shengen et sur le Buy European Act), Sarkozy oublia deux autres propositions: d'abord, la création d'un impôt minimum « assis sur le chiffre d'affaires mondialisé » des entreprises européennes. Ensuite, le transfert intégral des charges sociales sur la TVA. L'annonce faisait tache... Sarkozy manquait de courage.

Mieux, sur un autre sujet, et pas des moindres, le candidat raconta l'inverse de ce qu'il devait. Henri Guaino s'était-il trompé ? Le Monarque devait s'indigner: « Je ne propose pas une justice de la vengeance : ce n’est pas la victime qui doit décider de la sanction. » Il raconta le contraire. Exactement le contraire: « Je ne veux pas d’une justice de la vengeance, mais je veux que la victime puisse donner son avis sur la sanction et la décision de libération. »

Etait-il fatigué ?

Sarkozy découvrait les exilés fiscaux
Lundi soir, le Monarque avait livré sa deuxième idée, imposer les exilés fiscaux sur leurs revenus mondiaux.  L'idée est excellente. Comme toujours, on se demandait pourquoi Sarkozy-le-gauchiste n'avait pas fait voter la dite mesure quand il était président.

La CGT, dans une démarche jugée exceptionnelle, appelait à voter contre le candidat des Riches.  En 2007, le syndicat n'avait donné aucune consigne. « Au vu du bilan et des projets du président de la République, sa réélection ouvrirait, à coup sûr, une nouvelle séquence de lourds reculs sociaux. (...) La société française vivrait des clivages plus violents encore et s'enfoncerait encore plus dans la crise.»

En 2007, le syndicat n'en avait pas fait autant. La nausée était donc énorme.

Sarkozy traite EELV de secte
Mardi, le Monarque s'était rendu à un colloque sur la compétitivité à Paris, organisé par l'Association française des entreprises privées (Afep) avec Le Monde. Il accusa les écologistes d'Europe Ecologie-Les Verts d'être une secte à propos du nucléaire, quelques quarante-huit heures après l'anniversaire de la catastrophe de Fukushima« C'est une idée folle de vouloir remettre en cause ce qui faisait consensus parce qu'on a signé un papier avec ce qu'il faut bien appeler une forme de secte »

Mardi, on parlait davantage des annonces du dimanche, la sortie éventuelle de la France de... l'Europe.

La tartufferie de Shengen
Le 8 mars dernier, Claude Guéant, ministre de l'intérieur, avait séché une réunion pourtant décisionnelle qui traitait notamment du durcissement des conditions de circulation au sein de l'espace Schengen. Alors que les autres Etats étaient représentés par leur ministre de tutelle, la France avait laissé Philippe Etienne, son représentant permanent, se débrouiller.

Dans l'entourage du ministre, rapportait Arnaud Leparmentier du Monde, on a précisé que cette réunion ne faisait qu'endosser des décisions précédentes. Les pays de la zone Schengen cherchaient à pérenniser la possibilité de fermer leurs frontières plusieurs mois durant en cas de défaillance de l'un d'entre eux.

Pourquoi donc Nicolas Sarkozy avait-il jeté cet ultimatum électoral la veille à Villepinte ?

Lundi matin, la porte-parole Kosciusko-Morizet, le ministre Guéant et le conseiller Guaino étaient là pour préciser la pensée encore un peu floue mais véhémente du candidat sortant.

La première expliqua que la Grèce était visée : « Les Grecs annoncent 55.000 clandestins qui passent tous les ans. C'est probablement plutôt 160.000 ». L'ancienne ministre devrait relire ses fiches. Le rapport du 8 mars dernier, établi à l'issue de la réunion qu'a séché Claude Guéant, mentionne le nombre de 61.000 clandestins « détectés » l'an dernier. Ce rapport est très instructif. On y découvre combien les ministres européens concernés débattent de cette affaire depuis des mois, à l'initiative de quatre pays dont la France après le printemps arabe.

Le second dut avouer que le sujet du durcissement de Schengen, loin d'être nouveau, était à l'étude depuis des mois.

Ce 8 mars, ces ministres avaient en effet traité (1) de la situation préoccupante de la Grèce sur le front de la lutte contre l'immigration clandestine, (2) de l'harmonisation des règles d'asile, (3) du durcissement de la gouvernance politique de l'espace Shengen, (4) les récents développements du Shengen Information Système II (une base de données commune sur les migrations). Mais la proposition d'amender les accords de Shengen pour autoriser la réintroduction temporaire de contrôles aux frontières au sein de l'espace européen n'a pu être adoptée.

L'Europe en colère
« Qui est le candidat de l'extrême droite en France, Le Pen ou Sarkozy ? » s'est exclamé le Guy Verhofstadt, ancien premier ministre belge et actuel président du groupe libéral au Parlement européen.

Un autre journal, le Point, rapporte quelques réactions incrédules.
A Bruxelles, on balance entre fatalisme et étonnement face à la violente charge de Nicolas Sarkozy contre l'espace Schengen. "C'est un discours électoraliste, à replacer dans le cadre de la campagne", dit l'un. "Le président-candidat veut réformer Schengen sur le modèle de ce qui a été fait pour l'euro ? Mais c'est ce que nous proposons", rappelle-t-on à la Commission européenne.
Sur le Buy European Act, autre proposition du dernier recours du candidat sortant, le commissaire français chargé du marché intérieur, Michel Barnier, pourtant soutien du candidat sortant, a tenté de plaider en faveur d'une solution « non protectionniste ».

Le Wall Street Journal, peu suspect d'antisarkozysme, traita notre candidat sortant de Nicolas Le Pen. Nous avions honte.

Histoires de courbes 
Elles se croisent, et se décroisent. Mardi matin, les pauvres supporteurs de l'UMP s'enthousiasmaient d'un sondage IFOP, l'institut propriété de Laurence Parisot, annonçant Nicolas Sarkozy devant François Hollande au 1er tour de la présidentielle. Quel soulagement dans les rangs UMPistes ! A force de taper sur le programme de Marine Le Pen, ils allaient lui chiper quelques intentions de vote !

Au QG de campagne, il paraît que les « bombardiers du Net » - notez la métaphore, recueillie chez le candidat sortant - étaient aux anges. « La confirmation des courbes qui se sont croisées doit nous faire redoubler d'efforts sur le terrain » s'est exclamée Nadine Morano sur Twitter.

Quelques heures plus tard, vers 17h, catastrophe dans les mêmes rangs. Un autre sondage, de la SOFRES cette fois, et réalisé après le meeting de Villepinte, livrait un tout autre résultat, 30% pour Hollande et un Sarkozy en baisse à 26%. Qui serait l'arbitre de ces enquêtes sur quelques centaines de personnes ?

Et les affaires ?
En fait, ce mardi, Nicolas Sarkozy n'avait pas envie qu'on parle d'autres affaires, les vraies. C'était une autre histoire, pour un autre billet. Le Monarque avait envoyé Patrick Buisson, son conseiller ès sondages, être interviewé dans le Monde. La démarche coïncidait brutalement avec la publication d'un sondage attendu, le fameux, le premier, celui où les-courbes-se-croisaient. Pour Buisson, l'homme aux 150 sondages par an, c'était l'extase.

« Les médias racontent l'histoire à laquelle ils ont envie de croire. » Ou encore: « La tendance en faveur de Nicolas Sarkozy, depuis son entrée en campagne, est non moins incontestablement haussière » Le Buisson, il a une thèse, on oublie l'abstention, et François Hollande devrait en souffrir. « L'avantage du candidat socialiste est donc construit sur un scénario qui verrait 4 à 5 millions d'électeurs du premier tour ne pas aller voter au second ». Buisson était de sortie pour motiver... l'électorat sarko-compatible.

Le fisc venait d'ouvrir une enquête, il y a 15 jours, sur la fortune de l'ancien proche Thierry Gaubert. Celui-même qui avait ouvert deux bars baptisés Nibard et Nichon quelque part en Amérique latine, et qui était au coeur de l'affaire Karachi.


Ami sarkozyste, reste-là.

On s'amuse.

26 commentaires:

  1. C'est fou, le futur ex président fait de nombreuses découvertes depuis 2 mois, il n'était au courant de rien.

    C' est normal il était tellement occupé !!

    Il va bientôt découvrir que la terre est ronde et qu'il ne pleut jamais dans le désert d'Arabie ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant, il voit tout de suite et de loin le petit fraudeur qui gratterait quelques euro sur un revenu de misère.

      Supprimer
    2. L'observatoire des sondages voit rouge !!

      Croisement des courbes : La supercherie de l’Ifop [ l'institut de Laurence Parisot ]!!!
      http://www.observatoire-des-sondages.org/La-supercherie-de-l-Ifop.html

      Supprimer
  2. Enfin on va s'ammuser, les histoires sortent et le ps va demander des explications et avec raison, un pourri pareil n'a pas le droit de se présenter, déja qu'il est au pouvoir illégalement depuis 5 ans,il faut absolument l'empêcher de recommencer c'est urgent, il manipule les foules c'est à faire peur,dégage sarko pour le bien des francais et de la france. solange

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pouvez-vous m'expliquer en quoi Sarkozy est au pouvoir ILLEGALEMENT depuis cinq ans. Je ne suis pas Sarkoziste, ne l'ai jamais été, mais enfin, il y a eu des élections en 2007 sans constestation à ma connaissance. J'ai moi voté pour SR. Il ne faut pas raconter des âneries. merci (abc)

      Supprimer
    2. Sarközy a été élu en toute légalité en effet. Par contre les moyens, dont le financement, sont-ils légaux? Ce serait plutôt là la bonne question à poser

      Supprimer
    3. il n'a pas été élu illégalement, en revanche il a menti sur toute la ligne.

      Hitler aussi a pris le pouvoir en toute légalité ...

      Supprimer
    4. Anonyme 3.40
      Illégalement parce que les moyens illégaux qu'il a employé ne sont pas démocratique donné moi 50,000 million d'euros et je serai la prochaine présidente . depuis le temps qu'on en parle c'est son immunité qu'il s'est voté qui le protège de toutes ses magouilles , pourquoi pensez-vous qu'il déteste tant les magistras? Solange

      Supprimer
  3. Obama : yes we can !

    Sarkozy : no week-end !

    RépondreSupprimer
  4. Hier, les guignols sur Canal ont très bien expliqué comment l'Iflop de Parisot/Lagardère fabriquait ses sondages...

    RépondreSupprimer
  5. Un sondage d’opinion : quelle horreur mathématique !
    On sait… déjà pour qui je vais voter
    Et pourtant je ne le sais même pas moi-même

    Avant on disait, sait-on jamais? Pour dire que tout peut arriver
    Aujourd’hui on dit qu’on sait toujours à quoi s’en tenir
    Parce qu’on nous tient, on nous retient
    Prisonniers d’une soit disant libre pensée
    Qui nous rappelle le coq français qui chante avec les pieds dans le merdier.
    C’est mon opinion dirait le libre penseur et il la partage… avec lui-même certes
    Mais aussi avec ceux qui ne savent même pas ce que c’est que penser!
    Et plus on se croit à l’abri et moins on est à l’abri de cette opinion qui nous dit que les jeux sont faits…
    C’est comme si on nous avait dérobé notre inconscient individuel pour forger un inconscient collectif qui a déjà délibéré, voté pour le candidat qui correspond à la majorité :
    50+1… ça ne tient à rien…
    Une voix suffit pour faire la différence entre vainqueurs et vaincus.
    Cette voix… chacun se dit que c’est la sienne
    D’où l’intérêt de toute campagne électorale
    Vous faire sentir que vous avez votre mot à dire
    Alors qu’ils ne font que vaincre des convaincu et convaincre des vaincus.

    Les jeux sont faits… rien ne va plus
    On sait que ça se joue entre deux ou trois favoris
    Lesquels pardi ?
    Je ne vous l’ai pas dit ?
    Les favoris des sondages
    Les chouchous des médias
    Les faiseurs de l’opinion
    Moralité sans morale :
    Il y a un trucage… quel dommage !
    En toute logique et selon le principe qui dit que rien n’arrive sans raison…
    Le principe de raison suffisante
    Qui nous explique que ce n’est pas un hasard
    Si nous sommes toujours aussi cons
    Mais… non Mais… non
    C’est le jeu démocratique
    Où les sorts sont toujours déjà jetés
    Vive l’anarchie !

    RépondreSupprimer
  6. Il ne faut surtout pas laisser le moindre espoir aux umpistes. Sarko et sa bande ...de pourris vont tout faire pour saloper cette élection. Ils sont capables de tous les coups tordus qu'ils arrivent à mettre en oeuvre grâce aux moyens énormes dont ils disposent. Quand la droite est au fond du trou Hollande doit mettre la paquet pour l'achever et non gérer simplement son "avance" comme je l'entends souvent. Le Nicolas est méchant, certes, mais il est aussi très malin. Il ne faut pas le laisser reprendre son souffle car il est encore capable de balancer des coups de griffe de nature à déstabiliser l'adversaire.

    RépondreSupprimer
  7. salu les enculé de socialos

    http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/03/14/la-tranche-a-75-de-hollande-pourrait-etre-inconstitutionnelle_1667767_1471069.html#ens_id=1590109

    Inconstitutionnel les 75%

    crevez bien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. salut
      enculés
      inconstitutionnels

      trois fautes !!!

      portez vous bien

      Supprimer
    2. comme c'est gentil de venir nous saluer si gentiment
      à une prochaine fois
      France

      Supprimer
    3. Merci, c'est gentil de venir nous rendre visite, mais, je ne savais pas que les petites merd.. savaient saluer, le nain draine des drôles de types tout de même dans son sillage, quel niveau!

      Supprimer
    4. J'ose croire que les fidèles de ce blog n'iraient pas cracher de pareilles vulgarités sur les sites pro Sarközy.C'est là la différence entre voyous et gens bine/mieux éduqués.

      Supprimer
  8. Ça fait 5 années que je vois des gens collés au cul de Sarkozy H24 à commenter ses moindres faits et gestes avec une délectation proprement morbide. N'ayant pas de télé, je ne peux ignorer quand ce méprisable personnage y passe, mon Twitter ne parlant que de ça jusqu'à la nausée, et d'ailleurs je fuis craignant l'overdose. Sarkozy aura réussi l'exploit de transformer ceux qui le détestent le plus en ses plus grands fans par une fascination répulsive perpétuelle qui anéantit tout esprit critique et tout recul chez des personnes mêmes intelligentes d'habitude : d'où le refus d'admettre sa réélection, le mécanisme se décomposant comme suis.
    - Je hais ce type.
    - Chacun de ses fait et gestes et mots renforcent l’exécration que je ressens pour lui.
    - Je suis complètement focalisé sur lui et passe un temps déraisonnable à commenter absolument tout ce qu'il fait et dit.
    - Je me suis trouvé un cercle de gens qui partagent la même obsession et on s'émule l'exécration en rond pour se tenir chaud.
    - Partant je suis sincèrement convaincu que tout le monde le déteste.
    - Et d'ailleurs je trie les informations pour ne garder que celles qui vont dans ce sens.
    - Partant il est donc impensable qu'il soit réélu puisque tout mon monde ne peut plus le voir en peinture.
    - Et envisager ce scénario est trop déstabilisant, partant je le nie avec force et insistance, en gueulant contre les sinistres Cassandres qui font rien qu'à faire de la dissonance cognitive pas gentille.

    ce n'est pas faute pour ma part d'essayer de vous préparer psychologiquement depuis des mois à l'inéluctable, qu'au moins pour une poignée le choc de la réélection de Sarkozy soit moins brutal

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mieux sur le fond et la forme.

      une faute : comme suit
      sur la forme : l'ironie est appréciable mais l'humour manque.

      jpd

      Supprimer
    2. @anonymous 05:23 Pas comme "Ensemble gna gna.. dans un slogan cinique", tout est possible, y compris la réélection du plus haï. Les réactions majoritaires dans ce blog ont bien conscience de ce cauchemar, mon pauvre, mais elles veulent agir qu'en sorte la réélection de Sarközy ne soit pas possible. Entre une brutalité d'un cauchemar qui deviendrait réalité et l'espérance qui devrait se concrétiser, les démocrates sincères se doivent de le confirmer par les urnes.

      Supprimer
    3. Tiens, encore un troll sarkozyste qui s'est mis à la voyance...

      Supprimer
  9. Sarko y croit encore mais çà va être très dur pour lui. Le premier tour est réalisable (pas si facile que çà face à la marine, je pense), mais pour le deuxième, il a intérêt à ratisser très large.
    Si hollande passe, sarko sera le premier à quitter la france: trop de casseroles au cul face à une justice indépendante. Je lui laisse pas trois mois pour déguerpir...

    RépondreSupprimer
  10. Une commission rogatoire internationale diligentée en Suisse par le juge d'instruction de Bordeaux Jean-Michel Gentil, avance à grands pas.

    http://www.liberation.fr/societe/01012395930-affaire-bettencourt-les-quatre-millions-qui-intriguent-les-enqueteurs

    L'étau se resserre doucement sur le candidat de l'IFOP;

    Andy....

    RépondreSupprimer
  11. Haro sur Sarközy! Chèr(e)s fidèles de ce blog, évitons d'être injurieux envers celui qui le mérite pourtant. Toute cette exaspération depuis 5 ans doit se concrétiser par les urnes. Le plus dur c'est de convaincre les indécis.

    RépondreSupprimer
  12. Pas de chance pour " l'éffronté frénétique " Belle formule de Jean-Noël Jeanneney -

    Selon un sondage BVA-Orange-Presse régionale-RTL :
    Près des deux tiers (65%) des Français n'ont pas trouvé Nicolas Sarkozy convaincant lors du meeting de Villepinte.

    Plus accablant encore pour le micro parti ump et son micro candidat.

    Les sondés sont 35% à avoir trouvé Nicolas Sarkozy "pas du tout convaincant" et 30% "pas vraiment convaincant" lors de cette grande réunion publique dimanche en Seine-Saint-Denis. Ils sont 11% à l'avoir jugé "tout à fait convaincant" et 21% "plutôt convaincant".

    La suite est quasi désespérante pour l'agité 20 H / 24 H :

    Par ailleurs, si 86% des Français ont regardé (7% en entier, 12% en partie), vu, lu ou entendu parler (67%) du meeting, ils sont aussi près de deux tiers (64%) à assurer que cette séquence "n'a pas changé" l'image qu'ils ont du président sortant.

    ENTENDU parler.....

    Mais alors à quoi çà sert qu'il se décarcasse ? A quoi çà sert que Nicolas Le Pen - Santorum - Brasillach - sarkozy se décarcasse ?

    Mais qu'attend donc Buisson pour sortir de son bunker ?

    Dans 37 jours, il sera trop tard...

    Andy....

    RépondreSupprimer
  13. Lundi: suite à la parution du sondage Paris Match montrant un écart important, je me rend sur les sites de l'Ifop et de Ifop Fiducial: je ne trouve aucune trace du sondage montrant Sarkosy à un point de Hollande. Je laisse tomber.
    Mardi matin, suite au fameux sondage montrant Sarkosy devant Hollande, je fais de même et je ne trouve aucune trace de ce résultat. En revanche, est affiché le résultat du sondage de lundi datant du ...29 février....
    On trouve trace du sondage où Sarkosy passe devant Hollande seulement le mercredi matin.
    C'est à se demander comment des journalistes ont pu être informé le lundi dans la nuit d'un sondage réalisé le mardi à 18h...
    Et personne dans la presse pour relever cela...
    Jendi, dans Europe 1, on voit annoncé dans le méta-résumé( le résumé que l'on met dans son site internet pour résumer son article): deuxième sondage annoncé, Sarkosy une nouvelle fois en tête.
    En fait, il s'agissait toujours du même sondage annoncé le lundi dans la nuit terminé le mardi à 18h...
    A bon entendeur...

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.

VIDEOS DE GAUCHE

VIDEOS DE DROITE