3 avril 2012

Ces ralliements contraints à Nicolas Sarkozy

Après Jean-Louis Borloo, Rama Yade a dû avouer qu'elle voterait Nicolas Sarkozy à la prochaine élection présidentielle. Certains y ont vu un soutien au candidat qui s'est imposé comme seul à droite.

Nul soutien. Il n'y avait pas d'autre choix. Tous font le même calcul. Mieux vaut cinq d'opposition pour se refaire un avenir politique plutôt que se rallier à l'adversaire. Et d'ailleurs, avaient-ils le choix ?

Faux dissidents
Les ralliés de Sarkozy sont d'abord des alliés naturels. Frédéric Nihous, président de Chasse, Nature, Pêche et Tradition n'avait aucune autre existence politique que sous le giron de l'UMP. Idem pour Christine Boutin qui fit mine d'agiter sa dissidence le temps d'obtenir de Sarkozy son opposition publique au mariage homosexuel. La Présidente du Parti Chrétien-démocrate pouvait alors éructer contre François Hollande sur l'estrade du meeting de Villepinte en mars dernier: « Il nous propose l'euthanasie, il nous propose l'avortement de masse »... Fichtre ! Mme Boutin allait-elle accuser Hollande de meurtre par préméditation ?


Ralliés de force
Hervé Morin s'est cru un destin. Il ne pouvait rallier François Bayrou, sauf à admettre s'être trompé depuis sa séparation en 2007, avec l'essentiel de la troupe centriste. Le leader du Nouveau Centre avait été mis en minorité dans son propre groupuscule. Les députés de son camp ne voulaient pas de concurrence UMP dans leur circonscription en juin prochain. Hervé Morin céda.

Le Parti Radical emmené par Jean-Louis Borloo a fait mine de croire dans le destin de son leader, éconduit en novembre 2010 du gouvernement. A l'époque, nous sortions de la séquence sécuritaire du discours de Grenoble. Borloo se croyait un sort présidentiel, plus social que l'hôte de l'Elysée. Mais fin septembre, il fut « débranché ».

Il a boudé longtemps, mais que pouvait-il faire ? La semaine dernière, il a fait mine d'avoir obtenu une énorme concession, la création de « conseil de soutiens regroupant tous ceux qui peuvent venir au secours des écoliers en très grande difficulté et de leurs parents désemparés» annoncée par Nicolas Sarkozy le 27 mars à Nantes. Il n'y avait aucun chiffrage ni planning, mais cela suffisait à faire le bonheur de Borloo. Depuis, il applaudit malheureusement béatement les discours du candidat sortant, comme ce dernier samedi Porte de Versailles à Paris.

Acculée
Restait Rama Yade, l'ancienne égérie  prétendument frondeuse, que Nicolas Sarkozy avait propulsée au secrétariat aux Droits de l'Homme juste à temps pour qu'elle puisse serrer la main du colonel Kadhafi devenu meilleur ami de Sarkofrance.

Comme Borloo, elle n'était plus au gouvernement depuis près de 18 mois. En avril dernier, c'était la haine. Sarko voulait sa tête. Il lui avait trouvé un placard doré à l'UNESCO et elle râlait encore. Elle avait quitté l'UMP pour le Parti Radical et, surtout, la candidature de Borloo. En octobre dernier, Sarkozy, tout occupé à réconcilier son camp, lui avait rendu hommage. A trois semaines du scrutin, la voici sans surprise. Son aveu, dimanche, qu'elle voterait Nicolas Sarkozy dès le premier tour, était attendu.
« Etant engagée à droite, et souhaitant la victoire de ma famille politique, je voterai donc pour le candidat de la droite et du centre. Par ce choix, je me positionne d’abord contre le candidat socialiste. Je ne suis pas une ralliée mais une alliée.»
Qu'aurait-elle pu faire d'autre ? Personne, à gauche, ne l'attendait. Elle représentait rien sinon une posture boudeuse. Son expérience et son expertise sont minimales et aisément substituable. Et, pour elle, quelques années d'opposition seront bien plus profitables pour sa survie politique.

28 commentaires:

  1. En fait après avoir fait une fugue pour contrarié papa, ils sont tout naturellement rentré au bercail dans le cocon familiale.

    RépondreSupprimer
  2. Le Conseil de sécurité de l'ONU doit se réunir aujourd'hui, à la demande de la France, afin d'examiner la crise au Mali. Le Conseil doit "réagir de façon énergique" face à l'effondrement du gouvernement et la chute des trois villes du Nord", a expliqué un diplomate.

    De son côté, la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a décidé un "embargo total" contre la junte et "la mise en place immédiate" de sa force militaire.

    J'aurais bien voulu me tromper, mais ça fait huit jours que je l'annonce (cf. mon message du 26 mars): Sarkozy va ouvrir un nouveau front au Mali, ce qui lui permettra de jouer encore une fois l'un de ses rôles préférés, celui de chef de guerre et de gestionnaire des crises internationales, tout en essayant de grappiller quelques points dans les sondages...

    Stef

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ce matin il fait renter les ressortissants français du Mali
      sarko va de nouveau endosser son habit de sauveur

      Supprimer
    2. On dirait que vous avez vu juste. Peut-on en savoir plus: Qui sont ces "rebelles", qui les a armés, etc..?

      Supprimer
    3. Réponse à Patroc:

      Apparemment, il y a deux groupes rebelles qui se sont alliés: les Touareg du MNLA qui réclament l'indépendance de l'Azawad (en gros la moitié nord du Mali) et les islamistes d'AQMI (Al-Qaïda au Maghreb islamique) qui détiennent toujours six otages français. Selon certains, les Touareg auraient servi comme mercenaires en Libye à l'époque de Kadhafi et se seraient repliés sur le Niger et le Mali après la chute de ce dernier.

      Aux dernières nouvelles, la moitié nord du pays serait aux mains des rebelles et la moitié sud serait encore plus ou moins sous le contrôle de la junte militaire qui a pris le pouvoir à Bamako le 22 mars.

      Stef

      Supprimer
    4. Oh, les touaregs sont les habitants de la zone: les compagnies dont Areva venaient saccager leur territoire et leur piquer leur uranium avec la bénédiction de la Françafrique sarkozienne! faudrait pas tout mélanger: à votre avis, pourquoi Juppé appelé "la jupette" en Afrique est autant concerné par le Mali quand on sait que Sarko ne veut pas ralentir le nucléaire.
      Pas de mercenaires touaregs en Lybie: une partie du territoire lybien est en territoire touareg: le sud, la seule région qui ait été épargnée par la guerre civile en Libye, d'ailleurs, vous cherchez les islamistes? Ils sont au gouvernement libyen et la Libye est encore à feu et à sang.
      Quand à AQMI, ce serait plus des alliés de circonstance mais pas du tout représentatifs de la population

      Supprimer
  3. qui a encouragé la junte des caporaux et des sergents à tenter un coup d'état ? le pays complètement déstabilisé est un boulevard pour la prise de pouvoir par la rebellion et AQMI

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pourquoi, après avoir (peut-être) favorisé le coup d'Etat en sous-main, Sarkozy va tenter d'apparaître comme le sauveur de l'Afrique face à la menace islamiste, avec la bénédiction de l'ONU et de la CEDEAO...

      Stef

      Supprimer
    2. ça risque pas: les Africains le détestent!
      C'est l'ami des dictateurs pas celui des peuples africains!

      Supprimer
  4. Tout ce beau petit monde ne pense qu'à leur ego, chez-moi on appelle ça de l'opportunisme, ce sont des intrigants mais avec un gourou à 3 têtes "sarko, guaino, buisson" ils n'avaient aucun autre choix que de se rallier. solange

    RépondreSupprimer
  5. Jean Louis Borloo, Rama Yade et Hervé Morin... hum, forte est la tentation de sourire et de songer in petto que trois aigles ont rejoint les rangs de Nicolas Sarkozy. Un dilettante superficiel, une capricieuse caractérielle et un tranche-montagne plein de couardise.
    En face la gauche ne parle de rien et promet monts et merveilles, faudrait tout de même voir à ne pas dépasser la mesure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous vouliez peut-être dire trois buses.....

      Supprimer
    2. C'était une antiphrase, un essai... raté apparemment. Désolé.

      Supprimer
  6. En attendant, il y a un seul candidat de droite : le président.

    A gauche il y a 5 candidats.

    Ces candidats s'insultent les uns aux autres.

    Leur seul point commun : virer Sarkozy. Tout sauf un programme.

    Au sein du PS, des voix s'élèvent contre l'accord EELV. Y aurait il un air de sauve qui peut ?

    Quand Hollande est incapable de rassembler son propre camp, est il capable de rassembler la France :

    La réponse est bien sur : NON.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Troll ou pas, la réponse est OUI franc et massif.
      Au fait, où est le programme de sarkozy? Il est vrai qu'il n'en a pas besoin, car tout le monde le connaît et sait ce qu'il va faire. Le gens contents de leur sort et de l'état actuel de la France peuvent continuer de voter pour lui. Tous les autres - contre!
      Virer sarkozy EST un programme, car cela sous-entend un changement de direction et un nettoyage de la vie politique.

      Supprimer
    2. le troll il se remue beaucoup avec ses petits bras peu musclés
      en vain

      bob

      Supprimer
  7. Virer Sarkozy est un programme !!!

    jpd83

    RépondreSupprimer
  8. Allez ! Vite une petite guerre de 6 jours qui va durer 6 mois ! Les français comprendront bien que je leur suis indispensable !
    Père Plex

    RépondreSupprimer
  9. Que représentent ces trois-là dont l'on avait déjà oublié l'existence? Leur propre intérêt politique, c'est tout. Il y a 10 ans, Le Canard racontait comment Borloo avait tenté de trahir Chirac pour Jospin afin d'avoir un maroquin, si je me souviens bien. Cette petite illustration suffit pour voir à qui l'on a affaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De même, on va connaître le vrai bayrou au soir du 1er tour, quand il devra faire son choix. Lui qui a tant critiqué la politique de sarko durant 5 ans, qui va t-il choisir? Le changement ou bien son propre intérêt politique?
      Je crois connaître la réponse!
      Quant à rama yade, elle est sans doute sympa mais quel intérêt pour la politique? Les choix de sarko n'ont jamais volé très haut: Dati, lefebvre, morano, etc.. Ces gens là ne manqueront pas à la politique.

      Supprimer
  10. La droite après Sarko, c'est l'après-Attila, il faudra du temps, beaucoup de temps, avant que l'herbe repousse...

    RépondreSupprimer
  11. PUTE : Qui n'hésite pas à s'abaisser pour arriver à ses fin.
    C'est une des définitions du Petit Robert

    RépondreSupprimer
  12. http://www.affaires-strategiques.info/spip.php?article6400

    Le mensonge ne marche pas.
    abécédaire pour tous les citoyens sur: comment" faire vérifier ses comptes" au centime près!!!!
    a partager d'urgence!
    on es pas dupe!

    RépondreSupprimer
  13. Jacques MICHEL3 avril 2012 à 11:59

    Réponse à Isabelle : Ce n'est pas étonnant que Sarko fasse comme Attila.
    En effet, Attila comme chacun sait, était le chef des Huns. Or les Huns sont les ancètres des hongrois, tout comme les gaulois sont les ancètres des français. D'ailleurs les hongrois disent qu'Attila est le fondateur de leur nation. Du reste, Attila est un prénom très répandu du côté de Budapest. Or Sarko est d'origine Hongroise........CQFD.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ouarf, ouarf, les trolls3 avril 2012 à 12:57

      Vous avez pas fini d'insulter Attila en le comparant à Sarko?
      pas gentil pour lui!

      Supprimer
  14. OUPS !
    Pourquoi vous parlez du Mali, ce n'est pas le sujet du billet !!!

    On veut faire diversion pour ne pas parler des problèmes qui nous pourrissent la vie ..

    "la vie chère, le chômage, les délocalisations, les loyer trop chers, la santé qui se privatise" etc ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est lié : l'argent qui sera dépensé pour faire la guerre au Mali ne sera plus disponible pour résoudre les problèmes sur le territoire français. Et les complices du cinglé sont aussi en cause, ce qui rejoint bien le sujet du billet d'aujourd'hui.
      Père Plex

      Supprimer
  15. Bonjour.Pour le Mali,encore un "truc" qui ne m'étonnerait pas sachant qu'on ne change pas de président en pleine guerre...Il a déjà tout essayé et s'il veut (et il le veut!) continuer à profiter de l'immunité de sa fonction,il ne va certainement pas reculer.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.