Les 50 millions d'euros de Kadhafi pour Sarkozy

Il y a un an, Saïf al-Islam, l'un des fils du colonel Kadhafi,  accusait Nicolas Sarkozy d'avoir reçu un financement illégal de sa campagne en 2007 de la part de son père. Nous étions en plein conflit, et personne ou presque ne prêta attention à la chose.

Samedi dernier, le site d'information Mediapart a publié une note officielle des services secrets libyens, daté du 10 décembre 2006, 

Nous savions que Nicolas Sarkozy avait travaillé avec le gouvernement Kadhafi avant de devenir président. Entre 2005 et 2007, le ministre de l'intérieur, flanqué de son directeur de cabinet Claude Guéant, de son ministre délégué aux collectivités locales Brice Hortefeux et de l'intermédiaire désormais célèbre Ziad Takieddine, avaient oeuvré pour vendre des équipements de surveillance à l'une des pires dictatures du coin. En l'occurrence, la société française Amesys avait ainsi réussi à vendre pour 25 millions d'euros d'équipement d'espionnage informatique. Son directeur général fut décoré de la légion d'honneur en juillet 2011 par .. Nicolas Sarkozy.

Cet activisme commercial d'un ministre de l'intérieur qui n'était pas en charge du commerce extérieur, était curieux. Jacques Chirac, à l'époque, avait déjà découragé Nicolas Sarkozy de faire de similaires affaires avec l'Arabie Saoudite. C'était le fameux contrat Miksa,  stoppé net par Chirac au grand dam de Sarkozy. Ce dernier s'était rabattu sur la Libye.

Six ans plus tard, voilà donc que l'affaire explose.

C'est une lettre, un courrier officiel des autorités libyennes, daté de 2006. Il a été retrouvé après la chute du colonel Kadhafi. Un vrai souci pour Nicolas Sarkozy. Il a été publié samedi 28 avril par Mediapart, gratuitement.

Cadeau.

Jamahirya arabe libyenne populaire glorieuse
« Pas de démocratie sans conférence populaire »
Date : 10. 12. 2006
Correspondant à : 10. 12. 1375
N° 1917 68 P
Service de la sécurité extérieure
Frère / Président du Fonds libyen des investissements africains
Que la paix soit sur vous…
En référence aux instructions émises par le bureau de liaison du comité populaire général concernant l’approbation d’appuyer la campagne électorale du candidat aux élections présidentielles, Monsieur /Nicolas Sarkozy, pour un montant d’une valeur de cinquante millions d’euros.
Nous vous confirmons l’accord de principe quant au sujet cité ci-dessus, et ce après avoir pris connaissance du procès-verbal de la réunion tenue le 6. 10. 2006, à laquelle ont participé de notre côté le directeur des services de renseignements libyens, et le président du Fonds libyen des investissements africains, et du côté français, Monsieur /Brice Hortefeux, et Monsieur /Ziad Takieddine, et au cours de laquelle un accord a été conclu pour déterminer le montant et le mode de paiement.
Que la paix soit sur vous et la miséricorde de Dieu et ses bénédictions…
Moussa Imuhamad  Koussa
Chef du service de la sécurité extérieure 

Le même jour, sur RTL, Ziad Takieddine a confirmé les nombreux contacts entre le clan Sarkozy et Moussa Koussa: « Ce document prouve qu'on est en présence d'une très grande affaire, que ces 50 millions aient été versés, en totalité ou en partie. L'enquête sera difficile, parce que beaucoup de gens sont morts ». Moussa Koussa avait été responsable des services secrets libyens jusqu'en 2009, avant de devenir ministre des affaires étrangères. Le 30 mars 2011, il s'était réfugié au Royaume Uni, au commencement de la guerre en Libye menée par la France et la Libye.

L'authenticité de ce courrier n'a pas été mise en doute par l'équipe du candidat sortant. Mais Guillaume Peltier, l'un des secrétaires désignés de l'UMP, a qualifié Mediapart de site d'extrême gauche.




18 commentaires:

  1. Hollande a vraiment été très bon. j'ai été agréablement surpris, il a du souffle.
    Et moi je commence seulement aujourd'hui à mieux respirer, cela a été long ces cinq ans, pas vrai Juan ?

    L'autre il est mort donc j'en parle même pas.

    RépondreSupprimer
  2. "A moins d'un miracle c'est cuit" selon un ministre qui a préféré garder l'anonymat. Il a suggéré à Sarko un meeting supplémentaire à Lourdes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Son prochain tabac il le fera au palais de Justice. the case is closed.

      Supprimer
  3. Il faudrait vous calmer mrs les deux trolls de gauche comme d e droite

    vous salissez le blog de Juan par vos slogans démagos , insultes injures et vos hors sujets

    Hollande comme Sarkozy méritent respect , ce n est que du civisme

    quel que soit le vainqueur , il faut le respecter !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le respect se mérite, se gagne et se perd. Les réactions épidermiques à Sarkozy sont le résultat de 10 ans d'omniprésence médiatique et de 5 ans d'exercice à la fois dilettante, clientéliste et absolutiste du pouvoir.

      Sans compter les nombreux noms d'oiseaux lancés par ledit président et la désignation constante des plus faibles comme ennemis. La communication la plus vile, la plus basse, a remplacé toute forme de vision politique. Nous avons été tirés vers le bas, sans fin.

      Il a semé la tempête et ne récolte qu'une fraction de ce qu'il mérite. Donc J-7 avant de tirer la chasse d'eau, directions les détritus de l'histoire.

      Après on pourra commencer à se calmer et, soyons fou, parler politique.

      Supprimer
  4. Eh ben, voilà, la route se dégage. Maintenant, il faut que la Justice et le Parlement se saisissent du sossier et nous éclaire sur la véracité des faits.
    Dans le cas ou la réponse serait positive, l'avenir de quelques uns va se clarifier.

    Dans le genre mise en examen pour corruption active, trafic d'argent sale, recel de fruit de corruption, fausse déclaration lors des présidentielles de 2007 (et donc remboursement des 22 millions d'euros).

    Il y a quelques avocats d' "affaires" qui doivent serrer les fesses. Le cachot et la paille se rapprochent. La ruine aussi d'ailleurs.

    RépondreSupprimer
  5. Le document posté sur Mediapart serait faux. Bachir Saleh, le soi-disant receveur de la note de Moussa Koussa concernant les versements de la somme évoquée a démenti avoir reçu cette note et participer à la réunion du 6 octobre 2006.

    Par ailleurs on sait que Plenel, le directeur de Mediapart, a déclaré ‎"je ferais tout pour détruire Sarkozy". Tout, même mettre en ligne un faux document.

    Il y a une controverse avec la participation de Tariq Ramadan ( encore lui ) à la réunion, mais cette affaire est vraiment floue. Je ne fais que rapporté objectivement les nouvelles, sans soutenir un des camps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pas Tariq Ramadan!
      lapsus très comique, qui fait douter de l'objectivité dudit comm
      Takkieddine, décidément le premier obsède !
      Souvent à droite d'ailleurs

      Supprimer
    2. Oui c'est bien Takkieddine. Je ne comprends néanmoins pas votre remarque. Je rapporte les faits objectivement mais je me permet de les commenter, il y a bien une différence entre les deux que vous semblez ignorer...

      Le "Encore lui" était destiné à l'implication de cette personne dans l'affaire Karachi, rien à voir avec Ramadan et je m'en excuse.

      Supprimer
  6. Bachir saleh est réclamé par la justice libyenne pour crimes contre sa nation.
    Il est mystérieusement apparu en France, avec un passeport diplomatique nigérian, vraisemblablement procuré par les réseaux de Françafrique, inutile de dire qui a tiré les ficelles.
    Il est donc résident en France, avec une escorte gracieusement offerte par le contribuable, via les bonnes grâces de beauveau.
    Sources: Le Canard Enchaîné
    Il va tout de même pas dire qu'il a reçu la lettre, ce ne serait pas sérieux...
    En attendant, ce Monsieur est "miraculeusement" en France, à l'abri des poursuites judiciaires de la Libye.

    RépondreSupprimer
  7. A l'anonyme de 9:25 le 29/04, qui fait le naïf et use d'entrée le conditionnel à dessein :
    Bachir Saleh n'a rien démenti : c'est son avocat qui s'est exprimé...

    Bachir Saleh est recherché par Interpol, et par une partie du nouveau pouvoir lybien. Il vit cependant à Paris(exfiltré de Lybie, d'abord au Niger, où il a réussi à obtenir un passeport diplomatique au titre d'une soi-disant double nationalité, très douteuse et très opportune) , où il a été croisé par hasard par un proche qui en a témoigné, dispose de documents de séjour fournis par Claude Guéant, au nom du "regroupement familial" (source Canard Enchainé d'il y a 3 semaines).
    Son exfiltration de Lybie doit beaucoup à Villepin, qui a négocié l'affaire pour le pouvoir français lors de rendez-vous en Afrique du Nord (Tunisie, il me semble),peu avant son arrestation en Lybie.

    Que la justice française défère donc Bechir Saleh auprès du TPI, en vertu du mandat lancé par Interpol : nous verrons bien quels arguments aura-t-il à fournir pour sa défense, face aux accusations multiples portées contre lui par les nouveaux dirigeant lybiens, lui qui naviguait autour du Guide depuis de nombreuses années, en savait tous les secrets, et a participé à moultes opérations d'obédience "khadafienne", y compris les pires...
    Qu'il justifie la gestion du fonds souverain lybien à la tête duquel il avait été nommé...
    Bachir Saleh n'a aucune crédibilité, sauf à se constituer prisonnier de lui-même auprès des autorités françaises (compétentes grâce au mandat d'arrêt émis par Interpol): qu'il le fasse ou qu'il se taise !

    Quant à la "controverse sur la participation de Tariq Ramadan" (encore lui) à la réunion" : pauvre troll... "qui ne fait que "rapporté" (sic) objectivement les nouvelles", là, t'es vraiment ridicule...

    Vivement 20 h le 6 mai prochain !

    Django Renard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "naïf", "ridicule", "troll" ... J'ai juste évoqué les faits que présentent certains médias, je suis désolé d'ailleurs, je ne pensais pas que le débat était interdit...

      Pour revenir à l'évocation de Tariq Ramadan, c'est évidemment un lapsus et je me suis expliqué plus haut. Je me suis apparemment relu trop vite pour laisser passer cette belle faute, merci de la correction. Vous devriez aussi relire votre commentaire, mais je ne me rabaisserai pas à le corriger...

      Concernant votre commentaire justement, vous vous contredisez : "Bachir Saleh n'a rien démenti" et pourtant il "n'a aucune crédibilité", selon vous. Pourquoi aurait-il besoin d'être crédible si apparemment c'est son avocat qui parle à sa place ?

      Il y a quand même quelques incohérences qui paraissent étranges. Selon la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques, le plafond de dépense de l'UMP lors de la campagne de 2007 ne pouvait dépasser 20 millions d'euros. Pourquoi Kadhafi aurait-il fait un don de 50 millions pour financer une campagne qui ne peut dépasser les 20 millions ?
      L'affaire Bettencourt perd notamment tout son sens : Sarkozy aurait pioché 10.000€ dans ses caisses alors que Kadhafi lui aurait fait cadeau de 50 millions ?

      Je le répète je ne soutiens aucun des deux camps, d'ailleurs je suis également pour le départ de Sarkozy... J'espère qu'en disant cela, je calmerai un peu votre agressivité... Je souhaite juste qu'on m'explique d'où viennent ces incohérences.

      Supprimer
  8. J'ai supprimé une avalanche de commentaires insultants (que nous qualifierons de Trolls).

    RépondreSupprimer
  9. tu as censuré par la même occasion ma parodie de sarko sur médiapart gaucho financé par les milliardaires qui soutiennent FH

    RépondreSupprimer
  10. Pourquoi le gouvernement français protège-t-il Bachir Saleh, l'ex-trésorier de Kadhafi ?

    Hein ?

    Pourquoi ?

    Dimanche 29 avril 2012 :

    Recherché par Interpol, un ancien dignitaire de Kadhafi se trouve en France.

    Ex-dignitaire libyen proche du colonel Kadhafi, Bachir Saleh, qui a démenti avoir été destinataire d'une note citée par Mediapart à propos d'un soutien libyen à la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, est recherché par Interpol pour fraude et se trouve actuellement en France.

    L'ex-trésorier de Mouammar Kadhafi "se trouve en France", a déclaré dimanche à l'AFP son avocat, Me Pierre Haïk, confirmant une information déjà publiée début avril par le Canard Enchaîné. L'avocat s'est adressé à l'AFP pour diffuser une déclaration de son client mettant en doute l'authenticité d'un document cité par Mediapart.

    Celui qui a servi comme directeur de cabinet de Kadhafi et comme président d'un fonds d'investissement libyen en Afrique, est visé à la fois par des sanctions économiques de Washington et par une "notice rouge" d'Interpol en vue de son extradition vers la Libye pour "fraude".

    Ses photos publiées sur le site internet d'Interpol ont été authentifiées par l'AFP à Tripoli. Toutefois, sur la fiche d'Interpol, il est identifié sous le nom de Bashir Al-Shrkawi, né en 1946 à Agadez, au Niger, de nationalité libyenne.

    Le Niger lui a délivré un passeport "sur le conseil et la pression d'un pays européen" avant de l'annuler, avait déclaré en mars un haut responsable militaire nigérien, le colonel Djibou Tahirou, à l'AFP en refusant de révéler le nom de ce pays européen. Le passeport "disait qu'il était un conseiller (politique) bien qu'il n'ait jamais été conseiller du gouvernement du Niger", a souligné le responsable nigérien.

    A Paris, le ministère de l'Intérieur n'a pu être joint pour confirmer cette présence en France de Bachir Saleh et son statut.

    Le Canard Enchaîné avait affirmé début avril que Saleh avait obtenu "au nom du regroupement familial" un titre de séjour en France où il serait arrivé en provenance de l'île tunisienne de Djerba dans des conditions difficiles à établir.

    Bachir Saleh a démenti dimanche avoir été le destinataire d'une note publiée par Mediapart sur un accord libyen pour financer la campagne de M. Sarkozy en 2007. Il a émis "les plus expresses réserves sur l'authenticité de la note publiée par Mediapart et opportunément présentée comme constituant la preuve d'un financement de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy", selon sa déclaration transmise par son avocat. M. Sarkozy a qualifié d'"infamie" les accusations sur un soutien libyen à sa campagne de 2007.

    En outre M. Saleh, a démenti "catégoriquement avoir participé à une réunion le 6 octobre 2006 au cours de laquelle un accord aurait été conclu en vue de déterminer les modalités d'un soutien financier à la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy".

    Selon le document en arabe publié samedi par Mediapart, ont participé à cette réunion côté libyen, "le directeur des services de renseignements libyens (Abdallah Senoussi, ex-chef du renseignement militaire et beau-frère de Kadhafi actuellement détenu en Mauritanie, ndlr) et le président du Fonds Libyen des investissements africains (Bachir Saleh, ndlr), et du côté français M. Brice Hortefeux et M. Ziad Takieddine".

    La note porte la signature de Moussa Koussa, ex-chef des services de renseignements extérieurs de la Libye.

    http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20120429.AFP4710/recherche-par-interpol-un-ancien-dignitaire-de-kadhafi-se-trouve-en-france.html

    RépondreSupprimer
  11. ouf j'ai réussi à comprendre ce qu'il fallait faire pour poster.
    Vous avez raison Juan de filtrer...

    Après Dray qui déconne et Allègre qui conne ( comme d'ab..) la semaine va nous résever d'autres surprises ?

    JPD83 commence à fatiguer et je n'ai même plus la force de touver à nourrir mon malheureux blog ( aux commentaires désactivés....)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolé pour le filtre, mais c'était fatiguant, ces trolls...

      Supprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.