3 avril 2012

Pour Sarkozy, la France silencieuse n'est pas à Florange

Mise en scène, le mot est lâché. Quand Nicolas Sarkozy fustige les syndicalistes de Florange, personne n'est dupe, pas même Reuters.

Lundi, le candidat sortant tenait meeting à Nancy, en Lorraine. Le matin même, il s'était confié au quotidien local Le Républicain Lorrain. Ses propos furent violents. Le président n'était plus rassembleur. La France silencieuse qu'il invoquait à longueur de journées ne passait par Florange.

Candidat des Riches
La photo, signée Alexandre Marchi, qui accompagnait l'interview le montrait assis dans un palais royal, à l'Elysée, avec moult babioles luxueuses sur son bureau en acajou: un petit éléphant en bois d'ébène avec cornes en ivoire, deux gros cigares, une boîte en argent, un stylo Montblanc. Quels symboles ! Le candidat du peuple s'adressait aux Lorrains !

Il rechignait toujours à parler de la crise.
Républicain Lorrain: « De nouveau, les thèmes régaliens occupent l’agenda de la campagne. Mais les Français veulent que l’on parle d’emploi, de pouvoir d’achat…»
Nicolas Sarkozy: « Excusez-moi ! Pendant une semaine, les médias n’ont parlé que de l’affaire de Toulouse et on me reproche d’avoir instrumentalisé ces événements ? Pour François Hollande, on aurait ainsi le droit d’évoquer des thèmes, et pas d’autres… Prenez l’immigration... »
Et il embraya sur l'immigration. Un journaliste insista, les Français semblaient quand même préférer qu'on leur parle emploi et pouvoir d'achat. Sarkozy dévia sur le déficit budgétaire « meilleur que prévu » (en oubliant la révision à la baisse des perspectives de croissance pour l'an prochain et le franchissement historique et symbolique du seuil des 1.700 milliards d'euros de dette publique).

Guerre aux syndicats
Un journaliste insista encore, et tendit la perche sur Florange, un exemple bien concret, bien local de la crise économique qui frappe le pays.
RL: « A Florange, la colère monte…»
NS: « Ne mélangeons pas les ouvriers, inquiets et pour qui j’ai obtenu 17 millions d’euros d’investissement, et les permanents de la CGT ou de la CFDT : 2 millions d’euros de travaux sur la phase liquide réalisés immédiatement – ces travaux ont démarré –, 7 pour la cokerie, 8 millions pour l’usine de fabrication de produits pour l’automobile. C’est de l’investissement pour Florange ! Et il est décidé. Si ces travaux n’avaient pas été engagés, c’était la certitude que les hauts fourneaux ne reprenaient pas. Quant aux permanents de la CFDT, ils trahissent la confiance des salariés. Ils sont venus m’insulter et essayer de casser mon siège de campagne. Ne confondons donc pas les salariés d’ArcelorMittal, que je ne laisserai pas tomber, et des syndicalistes qui trompent leurs adhérents en faisant de la politique au lieu de défendre l’intérêt des salariés. »
Vous avez bien lu les propos de cet entretien écrit et relu: les « permanents de la CFDT (...) sont venus m’insulter et essayer de casser mon siège de campagne.  » Quelques heures plus tard, Emmanuel Jary de l'agence Reuters pouvait titrer sa dépêche: « Sarkozy met en scène un divorce électoral avec les syndicats ». Où était l'éthique ?

Pour masquer son échec, le candidat du peuple préférait l'outrance et le mensonge. Car il mentit doublement:

(1) Non, la décision d'investir 17 millions d'euros dans la fonderie de Florange par ArcelorMittal n'est pas ferme. C'est le groupe sidérurgiste lui-même qui a prévenu que cela dépendrait de la situation économique dans 6 mois.

(2) Non, les représentants de Florange n'étaient pas venu « casser le QG de campagne » de Sarkozy à Paris. Le candidat sortant n'avait aucune preuve de ce qu'il avançait. Il y a 4 jours, 10 jeunes du collectif Génération Précaire qui venaient remettre un rapport au même QG connurent la même déconvenue: 7 camionnettes de CRS en guise de comité d'accueil.

Néo-libéral ?
Et pour le reste, Nicolas Sarkozy avait-il quelque chose de nouveau à proposer pour la réindustrialisation ? Non, il rappela sa baisse promise des cotisations familiales en échange d’une augmentation de la TVA de 1,6 point, sa promesse d'accords compétitivité-emploi qui « rendront la liberté aux salariés et aux chefs d’entreprise pour parler aménagement du temps de travail, salaires, et emploi » et... c'était tout. La même antienne depuis des mois.

Au passage, il livra une énormité. Au journaliste qui rappelait que notre modèle social avait « amorti le choc de la crise », Sarkozy répondit: « Non, ce qui a amorti le choc, c’est la réforme des retraites de 2010 – elle rapporte 5 milliards dès cette année, 16 milliards en 2016 – et le choix fait de travailler plus longtemps plutôt que d’augmenter les impôts .» A notre connaissance, c'était la première fois qu'il niait dans ces termes le rôle d'amortisseur au système français.

Même les économistes les plus libéraux le reconnaissent: retraites, rémunérations de la fonction publique, indemnités chômage et allocations diverses ont été autant de revenus protégés au pire moment de la crise qui ont permis à l'économie français de compter toujours sur un minimum de consommation intérieure. Nicolas Sarkozy lui-même le reconnaissait jusqu'à maintenant, comme le rappela Thomas Bronnec de l'Express. La réforme des retraites de Nicolas Sarkozy n'a servi absolument à rien pour passer le cap 2008-2010.

Meeting étouffant
En fin d'après midi, à Nancy et devant 4.500 militants et autant de drapeaux, le candidat sortant sortit l'artillerie lourde. Toujours pas d'annonces, mais encore les mêmes attaques contre la prétendue « duplicité » de François Hollande accusé d'être responsable de la rémunération du PDG de Publicis. Il accusa Aurélie Filippetti, la député socialiste de Moselle, d'être bavarde (« Je vois que Madame Filippetti est bien bavarde quand il s'agit de parler de moi. Mais qu'est-ce qu'elle a fait pour convaincre les actionnaires ? Qu'est-ce qu'elle a fait pour amener de nouveaux emplois ? »).

On croyait rêver.

Il enfonça quelques portes ouvertes. Comme sur l'Education, où il se lamenta: « aucun enfant ne doit sortir du primaire sans maîtriser les fondamentaux.» Pour la jeunesse, il ne voulait évidemment pas de « l'assistanat ». 

Il joua au caïd, l'air de défier ses adversaires en duel: « Dans mon identité, le mot renoncement n'existe pas. Mon devoir c'est d'y mettre les tripes, mon dynamisme, mon énergie».

Il loua aussi la « France éternelle » qui avait « sauvé Benghazi » et « libéré la Côte d'Ivoire ». Le président de Françafrique lança, dans le même paragraphe qu'il fallait « être fier de l'armée française » et « de la culture française ».

Pour conclure, il s'étrangla presque dans son traditionnel appel à l'aide: « j'ai besoin de votre amitié. J'ai besoin de votre amour pour la France.» C'était pompeux.

« Grâce à vous, nous sommes en train de donner un visage à la France silencieuse ! ».

Comme toujours, après une brève Marseillaise, il traversa la petite foule sous les drapeaux et les vivats, avant de rejoindre son jet.

Il fallait retourner à Paris.




25 commentaires:

  1. J'aime bien quand il se tire dans le pied comme ça, au moins on le reconnait, il n'a pas changé et c'est tant mieux parce que ce personnage haineux c'est lui qui est le plus détesté. solange

    RépondreSupprimer
  2. Pour sarkozy mentir c'est une seconde nature. Je devrais dire, sa première nature. Déjà quelqu'un de l'UMP l'avait dit (sur France inter, je crois) que, lorsqu'il promettait de ne jamais faire une chose, l'on pouvait être sûr qu'il était en train de la faire. Mais, grâce à l'existence de moyens d'information qu'il ne contrôle pas, la preuve sera faite qu'il ne peut pas mentir à tout le monde tout le temps. Utilisons la seule occasion qui nous est donnée tous les 5 ans. Virons-le sans ménagement, dès le premier tour!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Utilisons la seule occasion qui nous est donnée tous les 5 ans."
      En réelle démocratie, l'occasion de virer un si malhonnête homme devrait être permanente. En vie privée, on peut quitter son appartement, son employeur, son conjoint.. en quelques jours. En politique, pourquoi souffrir cinq ans ?
      Père Plex

      Supprimer
    2. @anonyme 02:24
      Non! Plutôt faire chuter Sarközy au 2ème tour pour qu'un débat FH/NS mette à plein jour ce lourd bilan du quinquennat que l'on cherche en vain à escamoter.

      Supprimer
  3. Pour comprendre le financement occulte des campagnes présidentielles:
    http://www.affaires-strategiques.info/spip.php?article6400
    lien de salubrité public à partager avec le plus grand nombre!
    Hypermenteur est de retour!

    RépondreSupprimer
  4. Ce matin, dans la matinale devant une Caroline Roux béate et en extase Il a aligné perle sur perle sans que ce petit roquet blond ne le coupe (comme elle le fait habituellement avec n'importe qui ) Il vient en tant que candidat et elle passe son temps à lui donner du "monsieur le président",écoeurante, ceci dit quand on sait qu'elle est couple avec Laurent Solly ( ex-directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy en 2007,bizarrement on en entend pas parler quand l'ump veut faire taire audrey pulvard ...
    Il a osé un "Et pourquoi on en serait pas un peu honnête pour changer?"

    arrrgghhhhh
    Noum

    RépondreSupprimer
  5. Cher ou chère Noum,
    Le candidat président a fait quelques belles bourdes: dire qu'il ne peut pas donner beaucoup d'idées car les médias les "démodent" le soir même, il se prend vraiment pour un compétiteur et a un mépris pour les français, pour croire qu'ils sont trop bêtes pour ne pouvoir avaler qu'une idée du programme de temps en temps.
    Avaler des couleuvres, pourtant certains ont bien pris l'habitude pendant 5 ans....
    A Bouzou qui lui demandait comment il allait faire pour ses économies(pardon celles de la France), il a répondu qu'il allait rogner sur l’État et redéfinir la carte des hôpitaux, soit créer des déserts médicaux...après les déserts judiciaires et policiers, les déserts médicaux....
    Bien à vous
    Rosa L.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Rosa L,
      ce sera "chère" pour moi :). et ça oui pour faire des bourdes il en fit. entre autres:

      A propos des Imams expulsés par Guéant
      NS : « Tout étranger qui prononcera des paroles contraires à nos valeurs sera raccompagné dans son pays d’origine »

      (parle t'il des valeurs de L'ump?)

      CR : « ils étaient sur le territoire depuis longtemps pourquoi maintenant ?
      NS : « Ils n’étaient pas tous sur le territoire français depuis longtemps puisqu’il y’avait un Saoudien, un Tunisien enfin un certain nombre de gens comme ça… »

      (Un certain nombre de gens comme çà...)
      Aucune réaction sur le plateau.
      Noum

      Supprimer
  6. Petite lecture (guess who?):

    "Que peut-il ? Tout. Qu'a-t-il fait ? Rien.
    Avec cette pleine puissance,
    en huit mois un homme de génie eût changé la face de la France,
    de l'Europe peut-être.
    Seulement voilà, il a pris la France et n'en sait rien faire.
    Dieu sait pourtant que le Président se démène :
    il fait rage, il touche à tout, il court après les projets ;
    ne pouvant créer, il décrète ; il cherche à donner le change sur sa nullité ;
    c'est le mouvement perpétuel ; mais, hélas ! cette roue tourne à vide.

    L'homme qui, après sa prise du pouvoir a épousé une princesse étrangère,
    est un carriériste avantageux.
    Il aime la gloriole, les paillettes, les grands mots, ce qui sonne, ce qui
    brille, toutes les verroteries du pouvoir. Il a pour lui l'argent,
    l'agio, la banque, la Bourse, le coffre-fort.


    Il a des caprices, il faut qu'il les satisfasse.
    Quand on mesure l'homme et qu'on le trouve si petit
    et qu'ensuite on mesure le succès et qu'on le trouve énorme,
    il est impossible que l'esprit n'éprouve pas quelque surprise.

    On y ajoutera le cynisme car, la France, il la foule aux pieds,
    lui rit au nez, la brave, la nie, l'insulte et la bafoue !
    Triste spectacle que celui du galop, à travers l'absurde,
    d'un homme médiocre échappé ".


    Victor HUGO, N..., le petit

    Etonnant, non?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beaucoup de comparaisons: invasion définitive de l'Algérie en leur promettant la liberté...maintenant ce ne serait plus possible.
      Intervention au Mexique: fiasco total.
      Se présentant comme le président des petites gens et des ouvriers voulant améliorer les conditions de ces gens-là en se référant et réclamant de Saint Simon...A la fin du règne, les ouvriers le détestaient cordialement...
      S’appuie sur le clergé pour l'enseignement et les soins médicaux, la religion pour tenir et rendre docile le peuple.
      Suppression des "corps intermédiaires": les syndicats ouvriers de l'époque.
      Accroissement des plus riches.
      création d'une banque éphémère pour prêter aux pauvres...

      Mais il a aussi réalisé des projets pas mal:
      le premier réseau ferroviaire de France
      soutien économique à la croissance et surtout augmentation des services publics administratifs ( à l'époque un grand progrès)...
      développement des grandes entreprises paternalistes: mitigé mais un petit mieux...
      Napoléon le Petit ne peut pas être comparé à "Naboléon" mais on peut dire qu'il aurait pu s'en inspirer à la lueur de ces détails troublants.
      Mais la meilleure des comparaisons est qu'il se fait élire sur une ESCROQUERIE et qu'ainsi il termina son règne en étant haï de tous

      Bravo pour cette poésie en tout cas qui parait si actuelle!

      Supprimer
    2. @anonyme 05:12
      Pour rester objectif, cela ne vient pas de Victor Hugo, c'est un pastiche plutôt réussi qui circulait sur le net depuis ces 2/3 années. Mais cela décrit bien la mentalité du Sarközy

      Supprimer
    3. Vous avez l'air d'en savoir des choses. Ceci, par exemple, est-il également inexact?
      http://margarida.over-blog.com.over-blog.com/article-victor-hugo-et-napoleon-le-petit-99277379.html

      Supprimer
  7. Nancy - Paris en TGV : 1h30 le temps de repotasser sérieusement "La princesse..." de Madame de Lafayette ainsi que les ROUJON-MAKAR. En jet ce n'est pas plus rapide mais plus bling bling certainement.

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour,

    J'ai enfin une réponse sur la manière trop suspecte avec laquelle Mme Roux fait le métier de journaliste. Elle était déjà en extase devant un Sarkozy, lui-même, en extase sur la fameux cliché christique de la campagne de 2007. Maintenant que le lien est fait avec Laurent Solly, on comprend un peu mieux la complaisance de Mme Roux à l'égard de la droite UMP. Tout s'explique donc ! Merci pour cet éclairage qui vaut seon pesant de noix de cajou.
    A part ça, le gesticulateur n'a fait que conforté le juge Gentily dans sa volonté de remonter le fil de l'affaire Bettencourt. Et pour cause, Nicolas Sarkozy était bien chez Liliane Bettencourt le 24 février 2007 à 12 H. Qu'y faisait-il ? Etait-il embauché comme jardinier ou homme à faire ? Banier à apporté une réponse assez claire devant le juge bordelais. Que le bonhomme dégage de l'Elysée pour que la justice passe et rétablisse, un minimum, l'honneur de cette République humiliée et salie par un gang de barbares affairistes. Encore 19 jours à attendre avant le première estocade !
    Billet à lire http://0z.fr/21vzY

    A2N

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! C'est à vomir!
      Et très choquant!
      Aucun respect pour les personnes âgées, et hop 7500 chacun!
      Faut les soutenir, Mammie!

      Supprimer
  9. Désormais tout le monde sait que c'est un vrai comédien, il promet plein de choses mais il ne tient jamais ses promesses, il a réussi à tromper presque tous les français avec ces mensonges et son discours mais maintenant il ne pourra plus refaire la même chose. Il a perdu la confiance des électeurs et il l'a bien mérité

    RépondreSupprimer
  10. Est-il précisé l'origine du stylo Montblanc ? Est-ce celui qu'il a piqué ?
    Quand à l'épisode de l' "intention de saccage" de son siège de campagne... cela me rappelle la réaction d'un élu FN quand je suis venu chercher les clés d'une salle appartenant à la ville et pour y faire un entretien technique. Pensez donc, autour de cette salle, il y avait un camp informel de gens du voyage, en gros 400 caravanes, il ne tenait pas à ce que j'y aille, a fini par me recommander de ne pas leur adresser la parole, etc,etc.
    Bien sur, en arrivant, j'ai du expliquer ce que je venais faire et là, on m'a accompagné, des gamins m'ont demandé ce que je faisais sans rentrer dans les locaux, sans rien toucher et j'ai eu de l'eau pour me laver les mains, droit au café après le travail et de grands sourires.
    Pourquoi auraient-ils cassé ou volé ?

    Je ne leur ai prêté aucune intention malsaine à l'avance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela rappelle également l'incendie du Reichstag (bien expliquée ici: http://fr.wikipedia.org/wiki/Incendie_du_Reichstag). Il est curieux de constater comme les mêmes méthodes refont surface (le soutien financier du grand capital, les mensonges outranciers assénés avec un aplomb à toute épreuve, sans honte et sans vergogne, répression policière contre tous ceux qui veulent protester, utilisation de faits divers réels ou supposés dans le but de restreindre les libertés, etc.) Prenons garde!

      Supprimer
  11. https://sites.google.com/site/unptitmoisetpuissenva/

    j'ai oublié comédien et gesticulateur.....

    jpd83

    RépondreSupprimer
  12. Pour continuer dans les" boules puantes", la dernière de Guéant qui protège l'ancien homme de confiance de Khadafi à Paris, avec protection policière offert par nos impôts:
    http://www.rue89.com/2012/04/03/la-france-protege-lhomme-des-petits-et-grands-secrets-de-kadhafi-230830

    Une honte!

    RépondreSupprimer
  13. La France silencieuse elle en a ras le bol des médias qui nous pollue avec la sois disante affaire Betancourt. Conna... de journalistes de gauche de mer...

    La France silencieuse elle en a ras le bol de ces casseurs comme celui de Nantes

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/04/03/01016-20120403ARTFIG00608-le-policier-ayant-blesse-un-ado-avec-un-flash-ball-relaxe.php

    Va pleurnicher ailleurs abruti de casseur de gauche

    La France silencieuse elle en a ras le bol de la justice qui dépense de l'argent parce que des pauvres petits fonctionnaires de France Telecom se suicide.

    http://www.liberation.fr/societe/01012400161-france-telecom-perquisitionnee-a-propos-de-la-vague-de-suicides

    Quand un fonctionnaire se suicide ca fait la une des journaux et les juges se déplacent.
    Quand un citoyen lambda le fait tout le monde s'en fout. Pour info le taux de suicide chez France Télécom est exactement le même que celui de la population française. Pourquoi ce vacarme ?

    Et enfin, les abrutis qui ici parle du Mali ont juste oublié que AQMI peut s'emparer du pays. On fait quoi ensuite ????

    Ras le bol des cons

    RépondreSupprimer
  14. Dont feed the troll3 avril 2012 à 20:05

    Malheureusement, les trolls ne sont pas silencieux, voire très bruyant, ne pas nourrir

    RépondreSupprimer
  15. Sarko n'est pas le président des riches.

    Il est celui des rentiers :
    -->
    http://www.youtube.com/watch?v=pE6F1-IX9Qo

    mais avant tout, celui des taxes :
    -->
    http://www.youtube.com/watch?v=v2rX9B-FyoU

    RépondreSupprimer
  16. ahahhahaha et comme dirait le maître des trolls ce matin à la matinale de canal+ "si on peut au moins leur servir de catharsis..."
    cordialement.

    RépondreSupprimer
  17. Culture - ( Eternelle ). " Sarkozy, vous voulez le pouvoir par l'image ? Alors vous périrez par l'image ".

    Aurait pu dire Baudrillard.

    Andy...

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.