262ème semaine politique: la France contre la gauche ?

C'était la première semaine de la France d'après.

Il s'est mis en retrait. La France d'après a commencé, et sans lui. Nicolas Sarkozy a davantage perdu que la gauche n'avait gagné. Dimanche 6 mai 2012, François Hollande a été élu président de la République, clôturant 5 années d'agitation immobile et 10 années de gouvernance à droite.

Cette première semaine de la France d'après fut tout en flottements et incertitudes. Sarkozy n'était plus président, Hollande ne l'était pas encore. Sarkozy confia ses adieux. Mais étaient-ils sincères ?

A droite, on attaqua encore la gauche comme s'il s'agissait de l'anti-France.

Adieu Sarkozy ?
La veille, son discours avait été jugé très digne, plus digne que son quinquennat lui-même. Il avait failli réussir sa sortie. Bien sûr, il avait calmé l'assistance de cette salle de Mutualité, emplie de fans en larmes, souvent très jeunes. Il annonça aussi que sa place dans la vie politique allait être différente. Il reconnut le résultat du vote, et donc sa défaite. Quelque 1,3 million de voix le séparaient de François Hollande. Ensemble, tout n'avait pas été possible.

Mais il lança quelques piques, à plusieurs reprises, contre le camp adverse. Des piques loin d'être anodines. « Je ne serai jamais comme ceux qui nous ont combattu. Nous aimons notre pays. » Il reprenait son antienne de campagne, « la France contre la gôche », « une France qui a su gagner avec moi en 2007 et qui sera en 2012 reconnaître la défaite », un refrain fort peu fair-play, fort peu patriote.

Lundi à ses proches, puis mercredi à ses ministres, Sarkozy fit ses adieux. Officiellement, il souhaitait bonne chance à son successeur. En coulisses, il est plus hargneux: « Se dire qu'on leur leur laisse tout ce merdier a quelque chose de délicieux » aurait-il confié à ses conseillers, d'après le Canard Enchaîné.

Il n'avait perdu ses mauvaises habitudes. Lundi, sa réunion avec les dirigeants de l'UMP fut organisée à l'Elysée.

Anti-France
Dès lundi matin, Jean-François Copé, Nadine Morano et quelques autres reprirent l'attaque sur le thème de l'anti-France. A la Bastille, la présence de quelques drapeaux étrangers les avaient choqué. Sur le Net, de nombreux billets frontistes fleurirent contre cette « France d'après », trop colorée, trop variée. Pour celles et ceux qui étaient à la Bastille, entendre cette France bigarrée chanter la Marseillaise, après la décennie ou plus que nous venions de vivre, avec quelque chose d'incroyablement patriote. Mais pas pour les rescapés de Sarkofrance. Les sbires de Sarkofrance n'avaient que cela comme slogan: Hollande n'était pas vraiment la France. La preuve !  Le slogan de campagne pour les élections législatives, dévoilé en fin de semaine, ne disait pas autre chose: « Ensemble, choisissons la France ». L'ancien avocat d'affaires, député-maire de Meaux, et proche de Ziad Takieddine, donnait des leçons de patriotisme !

Les mêmes cherchèrent également quelque querelle à François Hollande sur l'avion privé qu'il utilisa pour revenir rapidement sur Paris et célébrer la victoire de Tulle à la place de la Bastille. C'était petit, c'était mesquin, c'était faux. Notre mémoire était encore fraiche de la débauche Bling Bling du quinquennat Sarkozy qui s'achevait enfin. Une autre micro-polémique de la semaine fut alimentée sur Jean-Marc Ayrault. Le maire de Nantes, pressenti pour être premier ministre, avait été condamné en 1997 pour favoritisme puis blanchi en 2007. En droit français, sa condamnation n'existait plus. Mais en droit sarkofrançais, tout était possible. Qu'importent les affaires Karachi, Tron, Woerth, Sarkozy, Copé, Takieddine, Balladur. ...

Aucun de ses sbires de Sarkofrance n'étaient là pour commenter ces étranges nouvelles: la Grèce, que l'on croyait « sauvée de la disparition » par Nicolas Sarkozy (dixit lui-même vendredi 4 mai) s'était dotée d'un Parlement ingouvernable, et de quelques députés neo-nazis, à l'occasion des élections législatives de dimanche. Toute la semaine, les Bourses furent chahutées par un regain de spéculation contre l'euro. A Paris et ailleurs, des policiers manifestaient encore leur colère et leur désarroi. Après 5 ans de silence sous Sarkozy, la coupe était donc pleine.

Le 8 mai, Nicolas Sarkozy fut accueillant et prévenant à l'encontre du Président élu. L'image des deux cote à cote au pied de l'Arc de Triomphe était belle. Mais la trêve fut de courte durée. Certes, Sarkozy ne faisait qu'adieux, cartons et dédicaces. Mais l'UMP tentait de conserver son unité le temps du combat législatif.

Rien n'était perdu.

Ami sarkozyste, où es-tu ?


La saison 2 de Sarkofrance ne fait que débuter.



27 commentaires:

  1. Le combat ne fait que commencer naturellement. La prévisible empoignade de Hénin-Beaumont en sera un joli point d'orgue, à mon avis.

    L'important est d'expliquer que l'Europe de Bruxelles (pas une autre), c'est cela l'estranger à combattre. Celle des jets personnels (et pas de location), celle des paradis fiscaux et des paradis de cocotiers (qui sont parfois les mêmes), celle de la haine diffusée à pleins poumons par des médias à la botte. Le gamin de Sarcelles, dont l'arrière-grand-père est venu du bled pour mourir pour la France, est bien plus français que les porteurs de costards du 7ème en train de manœuvrer pour "délocaliser" nos technologies.

    L'enjeu est là. Expliquer. Expliquer. Contrer la propaganda éructée par le rectangle opalescent, là-bas au fond de la pièce commune. Il faudra deux ans, cinq ans, dix ans peut-être, mais la lumière jaillira. Au fond du gouffre, nos amis grecs semblent l'avoir déjà compris.

    La France d'après doit se retrouver, le plus tôt possible, autour de ses valeurs fondamentales liberté, égalité, laïcité, fraternité. Le reste en découle.

    RépondreSupprimer
  2. Habemus "La France d'Après !!!'

    Perso> Sarkofrance saison 2 sonne juste.. ;-)
    (Sarko n'a pas fini de faire parler de lui, les affaires suite et... 2017!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, tu as raison. je remets Sarkofrance. .. Mais j'attends argh!

      Supprimer
  3. C'est vrai que les séquelles de la Sarkofrance* vont se faire ressentir longtemps. Un simple coup d'éponge ? N'y pensons même pas. D'autant que ses "rejetons" vont nous emmerder encore un moment. Jusqu'aux législatives au moins. Et c'est d'ailleurs pour ça qu'il faudra bien voter : plus on en éliminera, moins ils pourront repousser, telles de mauvaises herbes.
    Content en attendant de retrouver semaine après semaine ce billet hebdomadaire. Bon courage Juan !
    (*je m'étais interrogé sur le titre de votre blog, mais finalement, pour le moment hélas il a encore toutes les raisons de rester en l'état)

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour, Juan, tant que dans un mois, cela ne se transforme pas en CopLand: voir mon dernier article:
    http://spartakiste.blogspot.fr/2012/05/sarkoclone-non-pire-copland.html

    Parce que cet homme est encore plus dangereux que Sarkozy.
    Ses principes sont effectivement celles de l'Anti-France.
    On se rend compte que le bilan du quinquennat est encore pire que prévu, les socialistes s'en doutaient, nous aussi, faut dire....

    PS: Juan, j'ai réussi enfin à vous mettre dans mes liens favoris:)

    RépondreSupprimer
  5. http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/afp-00442988-sapin-donne-raison-a-l-allemagne-sur-les-dangers-d-une-relance-via-la-dette-321932.php

    ""Madame Merkel, sur ce point-là, je peux lui donner tout à fait raison parce que s'il s'agissait de relancer la croissance en relançant les déficits et la dette, alors on irait là aussi dans le mur" Michel Sapin futur ministre de l'économie de l'imposteur.

    Même pas une semaine après son élection, les masques tombent :

    ESCROQUERIE.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà revenu le roi de la citation, l'empereur des guillemets. Il ne doit pas être trop fatigué : une adresse mail, un adjectif, si possible injurieux.
      Pour ce qui concerne ce message-là, il apparaît que cinq ans d'escroqueries, de détournements, d'abus de biens sociaux ... l'ont rendu inquiet au point qu'il en devient excessif. Rassure-toi, ami, il reste beaucoup de gens honnêtes en Sarkofrance.

      Supprimer
  6. Résumons :

    Un vote communautaire des fonctionnaires et des musulmans.

    L'alliance implicite avec le FN.

    Une campagne médiatique antidémocratique de nature à remettre en cause la légitimité de Hollande.

    Des islamistes en niqab et des drapeaux arabes à la bastille : "le peuple de France" selon, Hollande.

    Des jets privés pour le monarque, sa favorite et sa cour.

    L'Allemagne et le Japon qui dès le lundi matin donne des leçons à Hollande.

    Le jeudi, Michel Sapin donne raison à Merkel et contredit ainsi toute la campagne de Hollande.

    Salviac viré et censuré pour atteinte à la favorite du monarque socialiste.

    La dite monarque met dehors Julien Dray.

    Le monarque s’apprête à se contredire même pas un mois après ses déclaration du &4 avril sur la nomination du repris de justice JM Ayrault.

    Ami socialiste : bienvenu au club des baisés !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Restes-y avec tes amis dans ton club ! Tu es tellement niais que tu continues à babiller comme un perroquet hargneux. Cinq ans avant la prochaine présidentielle, des législatives, que je te prédis dures à avaler pour ton camp ! Je peux déjà t'annoncer que la traversée du désert va être longue, très longue pour toi et les tiens.

      Supprimer
  7. Hollande : "je n'aime pas les riches" .... Hummmm

    "M. Hollande est ainsi le propriétaire d'une résidence à Mougins, dans les Alpes-Maritimes, achetée en commun avec son ex-compagne, Ségolène Royal, en 1986, et qu'il possède en propre au terme d'un partage réalisé en 2011. Il évalue le prix de cette propriété, de 130 m² au total, avec piscine, à 800 000 euros, ce qui semble correspondre aux prix de vente de propriétés de mêmes tailles dans cette commune.

    En revanche, le montant indiqué par M. Hollande n'est pas du tout le même que celui qu'évoquait Mme Royal en 2007. Alors candidate du PS à l'élection présidentielle, elle avait évalué cette maison à 270 000 euros, montant jugé largement sous-estimé par la presse. Le Monde évoquait à l'époque une valeur plutôt proche des 550 000 euros.

    Le couple Hollande-Royal a donc fait une belle plus-value. Achetée 800 000 francs (121.959,21 euros), dont 488 000 francs pour la part de M. Hollande, en 1986, cette propriété a vu sa valeur multipliée par 6,5 en 24 ans. Selon les déclarations de M. Hollande à L'Express, il ne possède plus aucune part dans la société civile immobilière (SCI) La Sapinière, qu'il avait constituée avec Mme Royal et qui avait fait beaucoup jaser en 2007."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après le défenseur de la veuve et de l'opprimé, on a la version "mistral, expert immobilier". Tu vas nous écrire la série des "Tintin", ma parole.
      Merci de nous envoyer le plan du cadastre, les photocopies des actes authentiques pour que nous puissions accorder toute l'importance qu'il faut à des faits aussi graves. A propos, j'ai entendu dire que la belle-mère du président avait garé sa voiture en double file pendant une heure la semaine dernière. Est-ce grave, monsieur le juge ?

      Supprimer
  8. mais qu'il est con ce troll
    d'habitude le vent nettoie les remugles
    mais , vu d'où il vient, il ne cesse d'en apporter et pas forcément de toute première fraicheur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne comprends pas, il y a tellement de sites de droite pour poster...
      chez l'amiral woland, le merle moqueur, chez Didier Goux...peut-être ne sont-ils pas aussi populaires qu'ici.
      Nous, on va pas troller chez ces" chantres du culturalisme des incultes"(humour)
      il pourrait faire pareil...
      ou faire son blog...il en a des conneries à dire...

      Supprimer
    2. Faut pas réagir. Don't feed the troll

      Supprimer
  9. http://tempsreel.nouvelobs.com/election-presidentielle-2012/20120512.OBS5458/l-affront-fait-a-jean-marc-ayrault.html

    un papier à faire connaitre !

    sa conclusion :
    "Après avoir payé la peine d’amende qui lui était réclamée, l’élu nantais bénéficie, comme tout justiciable, des effets de la réhabilitation. Celle-ci est acquise à l’issue d’un délai de cinq ans dans le cas d’une peine d’emprisonnement assortie de sursis simple, selon l’article 133-13 du Code pénal.

    A ce premier délai de cinq ans, un second de la même durée s’ajoute à l’expiration duquel une condamnation à du sursis simple est dite "non avenue"."

    Bref, attaqué par ses adversaires pour des faits qui ne peuvent plus être mentionnés publiquement, Jean-Marc Ayrault serait en droit de les poursuivre à son tour en diffamation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas la le problème.

      Le candidat Hollande a été accusé de mentir par le président Sarkozy.

      Il se trouve que les faits lui donne raison. Hollande est un menteur.

      En nommant Ayrault PM, Hollande se parjure.

      Je récite pour le quidam du dessus qui n'a pas compris ou fait semblant de ne pas comprendre :

      "Et si des élus, socialistes ou autres, sont condamnés pour des faits de corruption, ils ne pourront pas se présenter pendant dix ans. Je n’aurai pas autour de moi à l’Élysée des personnes jugées et condamnées."

      Remarque, je ne suis pas surpris.

      Au mois de janvier mon président de région socialiste, Christian Bourquin a été condamné(par les tribunaux, pas par les militants de médiapart) pour la troisième fois pour favoristisme.

      "Le 8 novembre 2010, Christian Bourquin est condamné par la cour d'appel d'Aix-en-Provence à une amende de 5 000 euros pour une affaire de complicité de délit de faux et minoration de comptes de campagne 5.
      Le 1er décembre 2010, Christian Bourquin est renvoyé au tribunal correctionnel de Perpignan pour favoritisme dans sa qualité d'ex-président du Conseil Général des Pyrénées-Orientales. La justice lui reproche des faits présumés de favoritisme dans un marché public qui remontent à 19996.
      Le 12 janvier 2012, il est condamné à 2 mois de prison avec sursis par le tribunal de Bordeaux pour favoritisme"

      Le candidat Hollande, embarrassé sans doute pour ses lien avec Navaro (Le 15 mars 2012, le Sénat décide de lever l'immunité parlementaire de Robert Navarro, impliqué dans un dossier d'abus de confiance touchant aux frais de fonctionnement de la fédération PS de l'Hérault) n'a rien dit.

      Les médias inféodés au monarque socialiste n'ont rien dit.

      L'élection de Hollande est une ESCROQUERIE.

      Supprimer
    2. Accusez Ayrault devant les tribunaux gros naze et vous serez condamné !

      Supprimer
    3. @mistral: si tu veux être pointilleux, sois-le. Ayrault n'a jamais été condamné pour corruption. Adieu.

      Supprimer
    4. L'élection du dernier président serait une escroquerie, d'après notre démocrate mistral. Pas mal, pour un type si prompt à nous abreuver de décisions de justice, qu'elles soient vraies ou fausses, d'ailleurs. Pas cohérent, le garçon. Quand c'est mon candidat, c'est légal, mais quand c'est l'autre, alors là, rien ne va plus. Je subodore que Monsieur préfère la méthode Pinochet ou la dictature héréditaire de type coréen. Pas de surprise, on reste entre amis et on n'est jamais déçus.

      Supprimer
  10. "On respire enfin, l'air est léger et les journaux sont joyeux. On est rempli d'espoirs. Pour des générations : c'est ainsi qu'on vient d'apprendre que les élèves de l'une des plus célèbres écoles françaises de journalisme avaient dans leur totalité voté pour Hollande. L'avenir est radieux : la censure est enfin abolie." P Tesson

    http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/philippe-tesson/tesson-les-contradictions-de-madame-trierweiler-12-05-2012-1460877_543.php

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tintin is back ! Après mistral, expert immobilier, voici mistral éditorialiste, mais sans l'analyse ou les commentaires. Faut pas éxagérer ! Un perroquet, ça picore, ça babille, mais il faut pas trop lui en demander. Si, en plus, il doit comprendre ce qu'il dit !

      Supprimer
  11. ils l'ont déterré , le teysson
    l'inénarrable patron de feue la lettre de la nation si laudatrice des oeuvres de l'amer michel

    tout cela na nous rajeunit pas

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.

CE QU'ILS ONT DIT

RUBRIQUES

1914-18 (1) 2017 (3) activite enfant (4) agence de notation (2) agriculture (15) alain soral (3) Alliot-Marie (94) Angela Merkel (4) annonce garde enfant (2) antisémitisme (4) asile (1) assurance maladie (3) austérité (12) Ayrault (108) Balkany (2) Barbier (2) Bedos (1) Bernard Tapie (6) Bertinotti (3) Besson (8) Bettencourt (2) bfm (2) bijoutier (1) blog (364) blogosphère (54) blogueurs (24) blogueuses (22) Borloo (82) Boutin (1) Bretagne (3) Brignoles (6) budget (8) Buisson (5) Cambadelis (1) canalplus (1) candidat (10) carla bruni (92) Cazeneuve (12) censure (53) Centrafrique (4) Cesar (2) Chirac (2) chroniques (386) chômage (157) cinema (1) Closer (2) commerce (2) contrat de travail (62) Copé (39) CopéGate (6) cotisations (4) coupdegueule (11) Crédit Lyonnais (1) culture (37) Cécilia (77) Darcos (71) Dati (233) dette (3) Dieudonné (10) dimanche (4) Droite (579) ducon (403) Duflot (9) Défense (92) délinquance (3) députés socialistes (4) ecologistes (4) Education (166) EELV (6) Eglise (2) election legislative (1) election municipale (3) entreprises (5) Environnement (197) Eric Besson (83) Eric Doligé (1) Error (2) espionnage (1) Europe (255) Fabius (11) Facebook (1) fachosphère (7) famille (3) Filippetti (4) Fillon (479) Finances (367) fiscalité (347) Florange (1) FN (5) France (483) Françafrique (121) François Hollande (273) front national (36) front populaire (2) frontaliers (1) Fukushima (1) Games of Thrones (1) garde d enfants (2) Gattaz (3) Gauche (263) gauchosphère (9) Gayet (1) Google (1) gouvernement (1157) grunen (1) grève (1) Guaino (2) Guerre (6) Guéant (71) Hamon (2) heures supplémentaires (71) Hidalgo (2) Hollande (415) Hortefeux (237) humour (100) identité nationale (155) immigration (309) impot (1) impots (2) impôts (1) incompétence (96) industrie (3) indépendance (99) infowar (8) Insécurité (167) international (483) inégalités (296) ipsos (1) Iran (1) Islam (2) Israel (1) IVG (1) juan (1) Juan Politic (383) Julie Gayet (6) Juppé (35) justic (1) justice (431) Kouchner (110) Lagarde (156) Le Foll (2) Le Pen (30) libre-échange (1) logement (3) Mamère (1) Mandela (2) manifestations (69) mariage gay (5) Marisol Touraine (6) Maroc (1) Marseille (1) Martinon (45) Maurice Lantourne (1) medecin (1) MEDEF (5) Melenchon (8) Merkel (1) Ministre (47) Montebourg (5) Morano (2) Morin (36) Moscovici (14) médias (429) Mélenchon (9) météo (1) nostalgie (1) Obama (3) ONU (1) OPA (1) Opinion (496) Pacte de responsabilité (3) Palestine (1) Parlement (103) Parti Socialiste (100) pauvreté (6) PCF (1) Pierre Estoup (1) plans (1) plein emploi (75) police (252) politique (1043) politique budgetaire (19) polémique (230) polémiques (57) Poutine (3) pouvoir d'achat (69) povcon (50) prison (26) prole (1) promess (1) promesses (1666) prostitution (1) Précarité (52) Président (519) Pécresse (47) qatar (1) racisme (1) Rajoy (1) reacosphère (3) religion (31) repentance (20) retraite (165) Rom (5) Royal (1) Russie (1) réac (2) récidive (40) réforme (5) régions (1) Santé (122) Sapin (11) sarkofrance (2365) Sarkozy (3674) securite sociale (5) service minimum (51) smic (1) solidarité (1) sondage (92) Standard and Poor's (1) Suisse (1) Surveillance (20) Syrie (5) Ségolène Royal (5) sénateur (2) Taubira (14) territoriale (1) theorie du genre (1) Thorez (1) tireur fou (2) Touraine (1) Transatlantic Trade and Investment Partnership (3) travail (4) TVA (1) UMP (697) vacarme (67) Vallaud-Belkacem (21) Valls (127) Valérie Trierweiler (4) vincent peillon (6) violence (118) voeux (1) Vrauche (1) wauquiez (6) Woerth (158) Xavier Bertrand (77) écologie (2) économie (184) élections (383) élections européennes (4) éthique (960)