J-5: Le Figaro est-il une officine de Nicolas Sarkozy ?

« Chaque fois que je m'adresse aux Français, je veux élever le débat.» Nicolas Sarkozy avait osé la formule, ce lundi 30 avril, en Avignon. Il en était épuisé.

Interrogé sur les révélations de Mediapart la veille sur CANAL+, Nicolas Sarkozy a eu des mots très durs et violents. Qualifiant d'infamie l'accusation étayée par une lettre du patron des services secrets libyens à Bachir Saleh, patron d'un fonds souverain libyen, qu'il aurait bénéficié de 50 millions d'euros de donations par les autorités libyennes en 2007, il avait accusé le site d'information d'être une « officine au service de la Gauche ».

Assez vite, le Figaro publia des prétendues révélations sur DSK, des extraits d'une audition vieille de 5 semaines qui, comme par hasard surgissait ce dernier weekend d'entre-deux tours. 

Qui était l'officine de qui ?

Le séisme Mediapart
Mediapart avait livré ses révélations samedi 28 avril, dans la matinée. Un article, rédigé par Fabrice Arfi et Karl Larske, que le site payant avait choisi de publier en libre accès. La déflagration fut suffisamment grave pour déclencher une batterie de contre-feux médiatiques.
Officine (définition du Larousse):
  • Local où les médicaments sont préparés, conservés et distribués au détail par le pharmacien, et où on procède à l'exécution des ordonnances médicales ; pharmacie.
  • Endroit où s'élabore quelque chose de secret, de nuisible, de mauvais : Une officine d'espionnage.
Dès samedi, il y eut cette video figurant les « soutiens » étrangers de François Hollande: George Papandreou (accusé d'avoir commis la faillite de la Grèce alors que celle-ci était l'oeuvre de son prédécesseur conservateur), José-Luis Zapatero, et même le ministre iranien des affaires étrangères et le secrétaire général du PC ... russe. Pour un peu, il manquait le nouveau dictateur de Corée du Nord ! L'ignominie était totale.

Dimanche matin, le Monarque lui-même répondit avec gravité aux accusations, ... sans rien dire. Il dénonça l'infamie, le « faux », avant de porter plainte, le lendemain, avant vendredi contre Mediapart. On savait qu'il n'en ferait rien, une telle plainte risquant d'ouvrir justement un cas judiciaire qu'il voulait à tout prix éviter.

Dans l'après-midi de dimanche, le destinataire dudit courrier libyen, Bachir Saleh, nia l'avoir reçu. Certains criaient victoire. Patatras! Bachir Saleh, ancien dirigeant libyen recherché par Interpol vivait sous protection policière... française. François Fillon tenta bien d'arguer qu'il avait un passeport nigérian, c'était faux, le passeport nigérian de Saleh avait été annulé en mars. Patatras! Pire, Le Canard enchaîné avait ajouté d'autres révélations: d'après l'hebdomadaire, l'ambassadeur de France en Tunisie, Boris Boillon, aurait veillé à l'exfiltration de Libye dudit Saleh « dans un jet privé appartenant à l'homme d'affaires Alexandre Djouhri. »

La réplique du Figaro
Pour Sarkozy, il fallait donc faire diversion, coûte que coûte. La grosse riposte fut pour le début de soirée, dans les colonnes du... Figaro. Le quotidien de Serge Dassault, dont la rédaction est dirigée par Etienne Mougeotte, publia de larges extraits ... des procès verbaux des auditions de Dominique Strauss-Kahn devant les juges dans le cadre de l'instruction de l'affaire du Carlton de Lille. Rien que cela ! Mais que faisait la police ?

On se souvient qu'en juillet 2010, l'ami d'enfance et patron de la Police nationale Frédéric Péchenard avait ordonné à Bernard Squarcini, directeur de la DCRI, d'espionner deux journalistes du Monde pour retrouver la source des fuites qui avaient permis au quotidien Le Monde de publier des extraits de procès-verbaux de l'audition de l'une des protagonistes clés de l'affaire Bettencourt. Un scandale qui valut une mise en examen à Squarcini lui-même.

Cette fois-ci, n'espérez pas que nos service secrets se plongent dans les fadettes de Marie-Amélie Lombard, la journaliste du Figaro qui publia le dit article sur DSK. Une première version de l'article fut mise en ligne à 19h39, puis actualisée à 23h38.

Il y avait évidemment de tout, sur une grande page, d'extraits de dialogue avec les magistrats aux SMS échangés entre DSK et ses compagnons de soirées. On citait Jade, Mounia, l'ineffable Fabrice Paszkowski, etc. On évoquait les soupçons de prostitution, de proxénétisme, de trafic d'influence. Tout y était. L'un des avocats de DSK dénonça la manoeuvre évidemment électorale: « Le journal de Serge Dassault, fidèle à sa ligne éditoriale, publie ces procès-verbaux entre les deux tours. C'est cousu de fil blanc, personne ne sera dupe ». 

L'audition de DSK détaillée dans les colonnes du Figaro datait du 26 mars dernier. Pourquoi le Figaro avait-il ainsi tardé ? On arguera que la journaliste venait sans doute d'obtenir les dits PV d'audition. On n'imagine pas que le journal ait attendu ce dimanche-là pour publier l'information s'il l'avait plus tôt ? Qui lui avait donné, ce dimanche 29 avril 2012 ? Répétons la question: qui avait donné les PV d'auditions au Figaro ce dimanche 29 avril ?

Sarkozy, en boucle à Avignon
Lundi après-midi, un élu écologiste révélait que notre Monarque avait commandité quelque 264 sondages pendant les deux premières années de son mandat. Le tout pour 6,35 millions d'euros. L'élu avait dû recourir à une injonction de la justice pour obtenir les documents justificatifs. L'un de ces sondages visait même à tester l'opinion sur son remariage avec Carla Bruni.

Le candidat du peuple, ennemi des élites et proche du terrain, passait ses semaines à décortiquer des études financées par le contribuable sur son sort électoral, avec 4 ans d'avance !

En Avignon, où il se déplaçait ce mercredi veille de 1er mai, Nicolas Sarkozy semblait épuisé. Quelques heures avant, il y avait eu quelques échauffourées, à Chateaurenard sur le passage de Sarkozy.

Sur l'estrade, il faisait chaud. Sarkozy avait la voix rauque d'un gars trop fébrile. Il avait la chemise trempée. Son discours était connu, tout était bon pour la surenchère de la dernière ligne droite: « moi, je n'accepterai jamais l'euthanasie ». Sur la dépénalisation du cannabis, « je laisse à Monsieur Hollande et ses amis ces idées-là ». C'était fin. Et quand il déclama « Je ne ferai pas peur, je ne dirais rien de mal. », c'était pour mieux relancer l'assistance, c'en était presque drôle: « Mais, regardez ce qui arrive à un grand pays voisin et ami de la France, l'Espagne, après 7 années de gouvernement socialiste !» Tout en finesse.

Après la Marseillaise de conclusion, il termina évidemment par son habituelle boutade: « vous êtes ininfluençables! Vous êtes indécourageables! Vous êtes le peuple de France ! »


Sa voix sonnait étrange.

S'épargnait-il avant son meeting du 1er mai, quelque part dans le 16ème arrondissement de Paris ?




Lire aussi, sur Twitter: #toiaussititrecommeleFigaro

15 commentaires:

  1. qui doute que le figaro soutienne sarkozy sans reserves??surement pas dassault,son proprietaire!

    RépondreSupprimer
  2. Le Figaro est un bon journal, la rédaction devrait augmenter la grosseur de la typo car étant exclusivement lu par de vieilles personnes de droite à moitié aveugles, il est devenu illisible.

    lol

    RépondreSupprimer
  3. Il suffit d'écouter les interventions du représentant du figaro dans C dans l'air (par exemple) pour comprendre que quelque chose ne tourne pas rond dans ce journal.

    RépondreSupprimer
  4. Sans rapport direct avec le billet, mais la majorité silencieuse si chère à Sarkozy, comme la main invisible aux libéraux, ne serait-elle pas constitué cette majorité silencieuse des veaux que vitupérais le général de Gaulle ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ras le bol que les assistés, les mollassons du débat républicain soient convoqués à tout bout de champs pour leur faire dire tout et n'importe quoi !

      Qu'ils décident de ne pas prendre part ouvertement au débat en place publique c'est leur droit ! Mais dans ce cas on ne comprend pas bien au nom de quoi d'aucuns se réclameraient d'eux à l'appui de leurs propres propagande.

      C'est un peu fort de café et pas très démocratique car la démocratie suppose le débat contradictoire entre des gens qui ont des choses à dire, à faire savoir, à revendiquer, ou à tout le moins entre leur représentant et porte-parole ! C'est un peu comme faire parler les morts !

      Supprimer
  5. Médiapart a enquêté et sorti en 1er l'affaire de mamie "zinzin":
    l'institution judiciaire doit être également une excroissance de cette 'officine" puisque aujourd'hui nous avons:
    -de Maistre:en prison
    -Woerth:mis en examen (il se fait d'ailleurs très discret en ce moment)

    Karachi:
    -de Vabres:mis en examen
    -Bazire: " "
    -Ziad: " "
    -Gaubert: " "
    (auditions attendus de Léotard & Balladur)

    Ce ne sont que d'affreux complots ourdis par les "trosko-socialo-commmuniste",c'est bien connu

    RépondreSupprimer
  6. Mardi 1er mai 2012 :

    Plainte de Sarkozy : Mediapart dénonce le "choix d'une procédure secrète"

    Au lendemain de la plainte de Nicolas Sarkozy contre Mediapart pour des accusations de financement illégal de sa campagne de 2007 par le régime libyen, le site d'information accuse mardi le président-candidat de faire "le choix d'une procédure secrète" pour éviter un débat public devant le tribunal correctionnel.

    Le parquet de Paris a annoncé lundi soir avoir ouvert une enquête après avoir reçu la plainte de Nicolas Sarkozy contre le site internet Mediapart pour "faux et usage de faux", "recel de ces délits", et "publication de fausses nouvelles".

    Le directeur de publication de Mediapart, Edwy Plenel, ainsi que les deux journalistes auteurs de l'article concerné, Fabrice Arfi et Karl Laske, sont visés par la plainte du chef de l'Etat, a-t-on précisé de même source. L'enquête a été confiée à la police judiciaire.

    Le site internet Mediapart a publié ce week-end le fac-similé d'un document présenté comme une note officielle du régime de Moammar Kadhafi, datée de décembre 2006, qui donnerait son accord de principe pour financer à hauteur de 50 millions d'euros sa campagne de 2007. Nicolas Sarkozy a dénoncé un "faux grossier".

    Dans un communiqué, Mediapart, Fabrice Arfi, Karl Laske et Edwy Plenel dénoncent une "démarche exceptionnelle" qui vise, selon eux, "à contourner la procédure spéciale prévue par la loi sur la presse".

    "Une procédure du chef de diffamation aurait exigé un débat public devant le tribunal correctionnel ainsi que la production des preuves et des témoins, ce que, manifestement, M. Nicolas Sarkozy ne veut pas", observent-ils.

    "Il a préféré, avec le concours du procureur de la République, placé sous son autorité, faire le choix d'une procédure secrète, à l'abri, qui vise à intimider les journalistes dans l'exercice de leur mission constitutionnelle d'information du public".

    Les journalistes s'étonnent de "la rapidité avec laquelle le ministère public aura prêté son concours pour ouvrir une enquête préliminaire sur des faits intéressant ès qualités le candidat à l'élection présidentielle en 2007 alors qu'il s'obstine depuis des mois, malgré l'ampleur de nos révélations répétées, à refuser d'enquêter sur un possible financement illicite de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007".

    "Au passage, une telle procédure permet de contourner la loi protégeant le secret des sources des journalistes. Ces procédés portent la marque du régime. Nous réaffirmons avoir effectué un travail sérieux, en toute indépendance et avoir respecté nos obligations déontologiques", ajoutent-ils.

    http://www.romandie.com/news/n/Plainte_de_Sarkozy_Mediapart_denonce_le_choix_d039une_procedure_secrete010520121109.asp

    RépondreSupprimer
  7. Vous portez atteinte au Figaro, c'est votre intérêt, mais Monsieur, vous êtes l'arbre qui cache la forêt, faîtes donc le ménage dans vos leaders.

    Le député PS Julien Dray s'est dit lundi "désolé" que son anniversaire samedi dans un restaurant parisien, un "événement privé" où se trouvait notamment Dominique Strauss-Kahn, ait "pris cette tournure là", affirmant qu'il était peut être "stupide" mais niant toute "maladresse".

    Pourquoi occultez vous cette information, vous qui êtes si pointu dans l'information, est-ce si gênant pour vos écrits, bien sûr elle n'apporte pas de l'eau à votre moulin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Confusion classique, affaire publique (financement bizarre de campagne électorale) et affaire privé (un anniversaire dans un bistrot parisien).
      Dormez tranquille à l'UMP

      Supprimer
    2. Loin de nous l'idée de porter atteinte au Figaro, Monsieur, je lui trouve de remarquables qualités, notamment l'épaisseur de son papier qui protège de manière efficace mon parquet quand je fait de la peinture chez moi.
      Et après le plaisir du travail bien fait, il y a celui de jeter le Figaro à la poubelle.
      Cordialement.

      Supprimer
    3. Mais vous n'allez pas jusqu'à l'acheter, n'est-ce pas?

      Supprimer
    4. @LCA: Vous pouvez trouver quelques explications dans mon message d'hier sur le sujet.

      Supprimer
  8. Mais pourquoi Nicolas Sarkozy n'a t-il pas invoqué l'habituelle loi sur la presse et la diffamation (qui aurait permis d'y voir clair asseez rapidement) mais préféré une autre procédure en faux et usage de faux, recel et diffusion de fausse nouvelle ?
    Et pour une fois le procureur de la République a fait diligence, l'enquête préliminaire (et secrête) est déjà ouverte.
    L'intérêt du candidat est-il de faire la lumière sur ce dossier ou de jeter sur cette affaire un voile pudique pour dissimuler ses turpitudes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Brucolaque: je ne voudrais pas avoir l'air de prendre partit mais je voterais néanmoins pour la deuxième option...
      Autre raison possible de ne pas attaquer pour Diffamation : ça n'en est pas.
      La plainte n'ayant pour but que de répondre au "si ce n'est pas vrai qu'il porte plainte " et gagner du temps...là les médias ont bien relayé "il a porté plainte " donc c'est faux. En tout cas c'est ce qu'il voudrait que l'on pense...

      Supprimer
    2. Tout cela c'est du cinéma. Redistribution des cartes dans 5 jours.
      Nous tiendrons. En apnée, vu l'odeur nauséabonde que dégage ce régime pourri. Quoi qu'ils fassent, ils sont cuits!

      Supprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.

CE QU'ILS ONT DIT

RUBRIQUES

1914-18 (1) 2017 (3) activite enfant (4) agence de notation (2) agriculture (15) alain soral (3) Alliot-Marie (94) Angela Merkel (5) annonce garde enfant (2) antisémitisme (4) asile (1) assurance maladie (3) austérité (12) Ayrault (108) Balkany (2) Barbier (2) Bedos (1) Bernard Tapie (6) Bertinotti (3) Besson (8) Bettencourt (2) bfm (2) bijoutier (1) blog (364) blogosphère (54) blogueurs (24) blogueuses (22) Borloo (82) Boutin (1) Bretagne (3) Brignoles (6) budget (9) Buisson (5) Cambadelis (1) canalplus (1) candidat (10) carla bruni (92) Cazeneuve (12) censure (53) Centrafrique (4) Cesar (2) Chirac (2) chroniques (390) chômage (157) cinema (1) Closer (2) commerce (2) contrat de travail (62) Copé (39) CopéGate (6) cotisations (4) coupdegueule (11) Crédit Lyonnais (1) culture (37) Cécilia (77) Darcos (71) Dati (233) dette (3) Dieudonné (10) dimanche (4) Droite (579) ducon (403) Duflot (9) Défense (92) délinquance (3) députés socialistes (4) ecologistes (4) Education (166) EELV (6) Eglise (2) election legislative (1) election municipale (3) entreprises (5) Environnement (198) Eric Besson (83) Eric Doligé (1) Error (2) espionnage (1) Europe (255) Fabius (11) Facebook (1) fachosphère (7) famille (3) Filippetti (4) Fillon (479) Finances (367) fiscalité (347) Florange (1) FN (5) France (483) Françafrique (121) François Hollande (281) front national (36) front populaire (2) frontaliers (1) Fukushima (1) Games of Thrones (1) garde d enfants (2) Gattaz (3) Gauche (263) gauchosphère (9) Gayet (1) Google (1) gouvernement (1157) grunen (1) grève (1) Guaino (2) Guerre (6) Guéant (71) Hamon (2) heures supplémentaires (71) Hidalgo (2) Hollande (417) Hortefeux (237) humour (100) identité nationale (155) immigration (310) impot (1) impots (2) impôts (1) incompétence (96) industrie (3) indépendance (99) infowar (8) Insécurité (167) international (483) inégalités (296) ipsos (1) Iran (1) Islam (2) Israel (1) IVG (1) juan (1) Juan Politic (386) Julie Gayet (6) Juppé (35) justic (1) justice (432) Kouchner (110) Lagarde (156) Le Foll (2) Le Pen (30) libre-échange (1) logement (3) Macron (1) Mamère (1) Mandela (2) manifestations (69) mariage gay (5) Marisol Touraine (6) Maroc (1) Marseille (1) Martinon (45) Maurice Lantourne (1) medecin (1) MEDEF (5) Melenchon (8) Merkel (1) Ministre (47) Montebourg (5) Morano (2) Morin (36) Moscovici (14) médias (429) Mélenchon (9) météo (1) nostalgie (1) Obama (3) ONU (1) OPA (1) Opinion (500) Pacte de responsabilité (3) Palestine (1) Parlement (103) Parti Socialiste (100) pauvreté (6) PCF (1) Pierre Estoup (1) plans (1) plein emploi (75) police (252) politique (1043) politique budgetaire (20) polémique (230) polémiques (57) Poutine (3) pouvoir d'achat (69) povcon (50) prison (26) prole (1) promess (1) promesses (1667) prostitution (1) Précarité (52) Président (519) Pécresse (47) qatar (1) racisme (1) Rajoy (1) reacosphère (3) religion (31) repentance (20) retraite (165) Rom (5) Royal (1) Russie (1) réac (2) récidive (40) réforme (5) régions (1) Santé (122) Sapin (11) sarkofrance (2379) Sarkozy (3688) securite sociale (5) service minimum (51) smic (1) solidarité (1) sondage (92) Standard and Poor's (1) Suisse (1) Surveillance (20) Syrie (5) Ségolène Royal (5) sénateur (2) Taubira (14) territoriale (1) theorie du genre (1) Thorez (1) tireur fou (2) Touraine (1) Transatlantic Trade and Investment Partnership (3) travail (4) TVA (1) UMP (699) vacarme (67) Vallaud-Belkacem (21) Valls (135) Valérie Trierweiler (4) vincent peillon (6) violence (118) voeux (1) Vrauche (1) wauquiez (6) Woerth (158) Xavier Bertrand (77) écologie (2) économie (184) élections (383) élections européennes (4) éthique (964)