Le Grand Débat: Sarko rate son oral.

Il a donc eu lieu, le Grand Débat. Nicolas Sarkozy en voulait trois. Il fut KO en un seul, un unique, un mercredi pluvieux de l'entre-deux tours. C'en fut surprenant. Il semblait dans sa bulle, comme hors sol. Il s'imaginer « éclater » son rival Hollande jugé trop mou, il se heurta à un roc.

Le plus curieux fut qu'il s'enferma lui-même dans une nasse dès les premières minutes du débat. Le Superman de 2007 était devenu un Caliméro sans proposition.

Incroyable suspense
On nous avait promis « un débat sous très haute tension » (Les Echos), «l'heure du face-à-face‎ » (Le Point), « Hollande et Sarkozy prêts à monter sur le ring » (L'Express).

Vingt millions de téléspectateurs rivés devant leur poste seraient là pour voir les deux impétrants, François Hollande et Nicolas Sarkozy, se livrer l'ultime bataille verbale.

Comme souvent pour ces occasions, les détails les plus futiles des préparatifs avaient été répétés et rabâchés. Toute la journée durant, chaînes et radio d'information rediffusèrent des extraits du précédent débat opposant Ségolène Royal à Nicolas Sarkozy. A l'époque déjà, le 2 mai 2007, les sondages donnaient Sarkozy victorieux à 53% contre 47%. Cette fois-ci, l'électorat était jugé plus volatile. Sur iTélé ou BFM TV, on pouvait même voir des images sans grand intérêt de la salle de débat en cours de préparation, des hommes de ménage s'affairant pour nettoyer un plateau d'aspect si sobre qu'il en était sinistre.

Nicolas Sarkozy s'était reposé, paraît-il. Dans la journée, Jean-Louis Borloo, qui avait finalement boudé le meeting sarkozyen du 1er mai dans le XVIème arrondissement de Paris, publia une lettre ouverte à François Bayrou où il enjoignait le leader centriste de rejoindre Nicolas Sarkozy. C'était drôle. Le contre-feu était trop gros. Depuis le matin même, Gérard Longuet faisait l'actualité. Dans un entretien au magazine de sa jeunesse, Minute, il qualifia Marine Le Pen d'interlocutrice valable. L'homme se prit le feu jusque dans son propre camp. Même François Fillon prit ses distances.

Dès le début...
A 21 heures pétantes, nous y étions. Evidemment, la première question fut sur leur « état d'esprit ». Une question sans intérêt, mais il fallait se chauffer. Dès la première minute de son intervention, Sarkozy sauta contre son rival. Plutôt que de profiter de son introduction, il était à l'attaque. Il dénonça les critiques qu'il subissait, et les ralliements, trop nombreux, à François Hollande. Paradoxalement, il voulait se poser en rassembleur, mais fustigeait en des termes violents ses contradicteurs.

Surtout, Nicolas Sarkozy récitait ses éléments de langage. On reconnaissait, dès les premières minutes, ces formules déjà entendues de multiples fois au cours des meetings de campagne.

Quand François Hollande l'attaqua sur la division du pays, les clivages, il répliqua que la preuve de sa capacité de rassemblement était ... l'absence de violences pendant 5 ans. On se pinçait. L'absence d'émeutes valait-il approbation et référendum populaire ? Piqué au vif, Sarkozy se mit à énumérer toute la France rassemblée... contre lui.

Il était Calimero, il était en défense, en grande défense. « Monsieur Sarkozy, vous aurez du mal à passer pour une victime » lui rétorqua Hollande. Confronté à son bilan, le Monarque s'excusa de la Grande Crise, s'exonéra des grandes difficultés, plaida l'apprentissage, dénonça les cas de la Grèce et de l'Espagne (que personne ne prenait en exemple!). Il tenta de contester les chiffres, puis céda.

Pire, il lisait ses fiches. Hollande eut une première formule qui fâcha: « Avec vous, c'est très simple. ce n'est jamais de votre faute.» Sarkozy bredouilla quand son contradicteur lui demanda un peu moins d'invectives. « Mais j'ai toujours assumé mes responsabilités ». Il accusa encore Hollande de mensonge, mais se piégea:
Sarkozy: C'est un mensonge
Hollande: Lequel ?
Sarkozy: C'est un mensonge
Hollande: Lequel ?Sarkozy: Quand vous dites que quoiqu'il arrive, je suis content
Hollande: Ah bon, parfois, vous n'êtes pas content de vous ?
Sur son bilan, il fut avare de détails. 180 millions d'heures supplémentaires malgré la crise ! « 9 millions de salariés ont touché des heures sup' malgré la crise l'an dernier ». Que lui restait-il ? Hollande rappela que le relèvement de la TVA promis pour octobre pèsera pour 320 euros par an et par ménage. Les deux s'échangeaient

Sarko se croyait en meeting
Au bout de 45 minutes, l'exercice devint incroyable et imprévu. Nicolas Sarkozy répétait, quasiment mot pour mot, les caricatures qu'il ressassait sans contradicteur depuis des semaines. Mais c'est fois-ci le contradicteur était devant lui. François Hollande lui répondit, rapidement, clairement, justement. Sarkozy conservait un regard effaré, presque perdu. C'était tristement décevant.
« La meilleure économie d'énergie, c'est l'économie d'énergie ! »
Il cria encore « Vous Mentez ! C'est une calomnie ! ». « Vous n'êtes pas capable de tenir un raisonnement sans terminer par une invective » lui rétorqua Hollande.

Quand ce dernier pointa le bouclier fiscal, « dont vous connaissez les bénéficiaires, ce sont vos proches », Nicolas Sarkozy s'empourpra. « Lesquels, M'sieur Hollande ?!? Lesquels ?!? » Hollande cita Liliane Bettencourt. Sarkozy enchaîna sur Mathieu Pigasse. Trahissait-il un secret fiscal? Il bâtit en retraite: « Euh... non, non... »

« Monsieur Hollande, je n'ai pas à répondre à votre question » s'agaça-t-il quand Hollande lui demanda de combien les prélèvements obligatoire avaient augmenté en 5 ans. Ces derniers avaient cru de près de 2 points en un quinquennat. Sarkozy lisait ses fiches. Il ré-attaqua sur les 60.000 postes dans l'Education que son rival projetait de créer en 5 ans. Mais il trébucha sur le taux d'encadrement dans le primaire qui, contrairement à ses dires, restait le plus bas dans l'OCDE. « Vous avez vous-même supprimé la formation des enseignants » Sarkozy toussait.

Et son programme ?
Ce fut la seconde surprise de la soirée. Non seulement Nicolas Sarkozy maitrisait mal ses nerfs, mais il défendit très peu son programme. Le débat s'installa sur les idées et les réponses de François Hollande. Sarkozy n'avait pas perdu la main, il ne l'avait jamais eu.

« Connaissez-vous beaucoup de travailleurs qui sont prêts à travailler 50% de plus pour être payé 25% de plus ? » demanda Hollande. Sarkozy répondit qu'il pensait que ces heures sup, dédiées à l'encadrement d'un élève, valaient moins de salaires car l'enseignement était personnalisé et non collectif. Les enseignants apprécieront.

Sur les déficits et la dette, Sarkozy s'abrita derrière les contre-exemples de la Grèce et de l'Espagne: « Nous empruntons à moins de 3%. L'Espagne à plus du double ». La France, expliqua-t-il, ne serait pas dégradée. Puis il s'aventura à justifier qu'il avait déjà tout fait en matière de politique européenne, taxe sur les transactions internationales, etc...

« Vous avez supprimé l'impôt de Bourse, et vous l'avez rétabli, c'est tout » corrigea Hollande.

Sarkozy eut quelques formules quasiment magiques: « nous avons sauvé la Grèce de la disparition ». Les Grecs apprécieront. Quand il fut questionné sur ses compromis avec l'Allemagne, il s'énerva. Hollande dut rappeler que l'ancien premier ministre Papandreou héritait de la gestion d'un gouvernement conservateur. 

Plus d'une heure et demi avaient été consacrée à l'économie. C'en était trop pour les deux journalistes-animateurs et Nicolas Sarkozy, exténué.

Sarkozy finit confus
Immigration, il était 22h36 quand le sujet était enfin abordé. David Pujadas n'attendait visiblement que cela. Combien fallait-il d'immigrés ? « Aujourd'hui, quelqu'un qui arrive en France, on le met en rétention pour voir s'il correspond à un critère de régularisation ».Quelle formule incroyable! Sarkozy entretenait la confusion sur l'immigration légale et illégale. Hollande lui fit remarquer. Il garda pour la fin qu'il souhaitait rester à 180.000 immigrés légaux par an. Il précisa combien Sarkozy avait été incapable de tenir ses propres objectifs d'immigration économique.

Quand Hollande l'interrogea sur une éventuelle phobie anti-Islam, Sarkozy s'énerva encore. Bien sûr qu'il visait les Musulmans ! Mais comment faire le tri entre les étra,gers ? Sarkozy ne répondit pas.

Sur l'énergie, Sarkozy mentit en expliquant qu'autant d'investissement avait été consacré aux énergies renouvelables qu'au nucléaire. C'était faux.  Fessenheim, la centrale la plus vieille de France, située sur une zone sismique, près d'un canal, restait « sans danger » selon le Monarque. Tant qu'il n'y avait pas d'accident, tout allait bien. Il refusait d'entendre les arguments de son contradicteur. Fessenheim est la plus vieille centrale, et les travaux de prolongation sont hors de prix. Sarkozy resta sur le terrain de la caricature: si le nucléaire c'est dangereux, il faut tout fermer. Pourquoi refuser d'écouter ?

« Le nucléaire ne pose aucun problème de sécurité en France » asséna-t-il. Fukushima, « c'est un problème de tsunami ».

Le coup de grâce
Il était 23h18 quand François Hollande énuméra sa vision de la présidence de la République. Il énonça, en quelques et nombreux exemples, ce qu'allait être une République irréprochable, une vraie. Attaqué sur les réunions de donateurs UMP, Sarkozy nia être allé à l'hôtel Bristol rencontrer des militants UMP du Premier Cercle. C'était ballot, nous avions les photos. Attaqué sur ses réunions UMP à l'Elysée, il se défendit maladroitement. « Pas que mon parti, y avait les centristes! » s'excusa-t-il. Attaqué sur sa présidence partisane, il énuméra les quelques nominations qu'il considérait irréprochables. Il renvoyait surtout, sans cesse et sans limite, François Hollande à François Mitterrand.

Sarkozy avait des références du passé pour cacher son passif.

Hollande le mitrailla d'exemples. Sarkozy bafouilla: « Vous êtes un petit calomniateur en disant cela ! » Il dérapait et perdait contrôle. « Monsieur Hollande, je n'accepte pas de leçon d'un parti qui a voulu se rassembler derrière Dominique Strauss-Kahn » lâcha-t-il, à bout de nerfs. « Je me doutais que vous y viendriez » répondit Hollande.

Sur Twitter, quelques journalistes politiques confiaient leur désarroi devant un tel naufrage. Sur Europe1, quelques minutes plus tard, Catherine Nay avoua « j'ai été déçu par sa prestation. »

La séquence internationale qui suivit fut à peine plus calme. Sarkozy tenta d'accuser Hollande de sacrifier la sécurité des soldats français. Son rival lui répondit que cette accusation était infondée.

Sarkozy, KO assis.
Au final, que retenir?

Primo, Nicolas Sarkozy commit une grosse erreur, si grossière qu'elle ne lui ressemblait pas: il avait cru que répéter ses caricatures de meetings feraient l'affaire dans un tel débat. Il fut défoncé. Il n'avait pas anticipé que François Hollande avait des arguments étayés, des propositions réfléchies. Ce mercredi soir, l'outrance du clan sarkozyen contre Hollande depuis des mois a fait pschitt. C'était la preuve d'une erreur d'appréciation majeure sur son rival. Et pourtant, Hollande était en campagne depuis un an. Que n'avait-il eu le temps de l'étudier !

Secundo, Nicolas Sarkozy s'est montré incroyablement hargneux, de plus en plus hargneux. Ce soir, il multiplia les invectives. le moindre argument contre son rival en fut pollué, quand Hollande restait zen et calme: « calomnies », « mensonges », « vendu », « misérable », « petit calomniateur ». Le point Godwin fut atteint quand, acculé sur la République irréprochable, NS sortit le nom de DSK.

Tertio, Nicolas Sarkozy n'a jamais réussi à placer le débat sur son terrain. Son propre programme, déjà maigre, fut complètement occulté. Son propre bilan, quoique lourd, fut épinglé, échec après échec. Et jamais Sarkozy ne réussit à s'en sortir. Il pensait affaiblir son adversaire, il n'y parvint pas.

Il avait perdu toute stature présidentielle.

Il était minuit passé d'une minute quand le débat s'arrêta. Quinze minutes plus tard, Nicolas filait en voiture avec Carla dormir Villa Montmorency.


38 commentaires:

  1. Merci pour ce billet si rapidement publié et si détaillé!

    RépondreSupprimer
  2. Ouai, merci pour les croissants chauds ;)

    RépondreSupprimer
  3. J'ai été agréablement suprise de Hollande face à Sarko ! Je pensais que Sarko allait bouffer Hollande avec ses dons de bon parleur et manipulateur comme il avait pu le faire avec Mme Royal que nenni, c'est Hollande qui a mis une raclée à Sarko, ça fait du bien :)

    RépondreSupprimer
  4. J'ai bien aimé quand Hollande a essayé de faire dire à Sarkozy ce que celui-ci ne voulait pas dire directement (juste par insinuation) en parlant d'immigration. Et ce mélange immigration légale / illégale .... brrr ...
    Ce qui ressort bien c'est que Sarkozy a une culture du cliché dans tous les domaines ...
    Ah et puis le petit moment de lyrisme de Hollande "moi, président de la république ..." ;)bien sympa
    http://www.youtube.com/watch?v=53b-pBPvjmA

    RépondreSupprimer
  5. il a cru qu'il aurait une soirée facile, juste manger un flanby à la petite cuillère
    pas de bol hollande est bien plus coriace que les umpistes le pensent à force de la caricaturer en mou
    sarko le petit roquet est tombé sur un os trop gros et trop dur pour ses petites dents

    RépondreSupprimer
  6. Un must Juan ! Bravo pour ce résumé qui correspond point pour point à ce que j'ai vu et entendu. Il y manque juste la description des tics et tocs de Sarko ! Allez J-4 et vous pourrez reprendre une activité normale...

    RépondreSupprimer
  7. Superbe billet. Lundi tu vas nous manquer.

    RépondreSupprimer
  8. Merci Juan pour ce très bonrésumé. Moi , je n'ai pas pu regarder en totalité , l'espoir renait pour dimanche !

    RépondreSupprimer
  9. Le croquemitaine s'est fait bouffer !


    https://sites.google.com/site/unptitmoisetpuissenva/home
    jpd83

    RépondreSupprimer
  10. Passionnant billet, fort précis. C'est très exactement ainsi que j'ai vécu ce débat. Sarko KO en un round, alors qu'il en avait demandé trois ! L'idiot avait bien sous-estimé Hollande. J'ai bien dormi, oust, dehors Sarko. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Prochain round devant la Justice !

      A propos de Justice, Eva Joly ministre de la Justice, ça aurait de l'allure vous trouvez pas ! Coriace, intègre ...

      Supprimer
  11. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  12. Super Sarko est arrivé conquérant à bord d'un 4 4 bourré d'explosifs.

    Il est reparti explosé en ambulance ...

    Baissons les armes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. e x c e l l e nt la formule c bien trouvé

      Supprimer
  13. bravo à Juan pour ce billet ! Très juste et très bien rapporté. Un ex président dans l'invective refusant de parler de son bilan ou de son projet, attaquant uniquement celui de son futur successeur. un futur président présidentiable de plus en plus à l'aise au fil des minutes ne lâchant rien et il pouvait en rajouter (sur l'immigration légale et illégale mélangée par NS)... Bref !
    Maintenant est ce que les Français vont vouloir changer de cap ?
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  14. Merci Juan, je crois que vous pouvez faire des projets de vacances! En tout cas moi, je respire mieux depuis ce matin. J'entendais la radio allemande ce matin, et leurs commentaires ne sont pas franchement dithyrambiques sur notre monarque :-))

    RépondreSupprimer
  15. Comme d'habitude mauvais perdant,dans sa séquence "on refait le match"
    "Mr Hollande je l'ai trouvé agressif,mais c'est son habitude"
    Tient il n'est plus question d'édredon,de mou,d'anguille

    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/545004-francois-hollande-pugnace-ou-agressif.html

    Et une petite dernière pour le fun:

    http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/05/02/reunions-de-donateurs-l-amnesie-de-sarkozy_1694463_1471069.ht

    RépondreSupprimer
  16. Débat résumé assez fidèlement et bien analysé. Personnellement je m'attendais à ce qu'il prenne cette tournure, car les données de fond sont celles-ci: FH est quelqu'un de sérieux et de modeste. J'ai même entendu quelqu'un le qualifier de "brillant" bien avant qu'il ne soit candidat et j'ai été surpris que cet aspect de sa personnalité soit si peu connu à l'époque. Peut-être est-ce la faute aux Guignols.... D'autre part, sarkozy est bien connu pour être un cancre, le président le plus ignorant de la V-ème (au moins), un personnage creux, inconsistant et grossier de surcroît. Tout dans l'esbroufe. Entouré de ses 300 gagmen attitrés, il fait ses numéros de bateleur d'estrade devant son public trié sur le volet ou, à la télé, c'est-à-dire chez lui, sans aucune contradiction, notamment quand il débite des contre-vérités manifestes. Mais, comme tout le monde l'a vu hier soir, cela ne marche pas face à quelqu'un de solide et de bien préparé. Nous avons vu sarkozy, impatient de déverser ses immondices, mélanger les thèmes, sortir du sujet, accusant FH de mensonges sans pouvoir étayer, lui qui vit constamment dans le mensonge, se présentant comme une victime, lui qui ne cesse de s'envoyer des fleurs et de se décharger sur les autres quand les choses ne vont pas bien. Avec ou sans médicaments, complètement déstabilisé, transpirant à 19°C, et soulevant tantôt une épaule, tantôt les deux, il était devenu lui-même, le vide sidéral, sans le faux nez qu'il porte habituellement. Comme l'a fort bien formulé Juan, il voulait trois débats, un a suffi pour le mettre K.O. Bien fait pour lui et bon débarras! Dans trois jours, tirons la chasse.

    RépondreSupprimer
  17. Moi j'ai regardé The Ring en première partie de soirée (et pas le ring de NS et FH). Je n'ai échoué sur le débat qu'après.
    Du coup j'ai surtout vu les réactions à chaud, en particulier la Morano qui ne martelait que Hollande "regardait dans le rétro" (comprendre il parle du bilan mais le bilan c'est passé donc sans importance, déjà rien que çà c'est grave mais bon ...). Du coup ça m'a fait marrer parce que Le présidendidat lui en guise de "critique ou d'argument "contre Hollande n'avait de cesse de ressortir ...Miterrand. Alors là on est bien au délà du rétro ma dinde :) c'est carrément la mùachine à remonter le temps!sans parmlé du regrétable virage/nauffrage DSK qui serait bien quand même un genre de coup d'oeil dans l'angle mort çà non ?
    Bref merci pour le résumé M'sieur Juan!
    Et puis arrêtez les gens de lui dire au revoir, car même si Monsieur Sarkozy s'en va, la vigilance doit rester , alors peut être pas sous cette forme, peut être en moins intensif, mais moi j'espère bien que Juan continuera de garder un oeil sur les pouvoirs quels qu'ils soient:)

    RépondreSupprimer
  18. pardon pour toutes les fautes de frappes ....trop pressée...

    RépondreSupprimer
  19. Très bon billet très poussé dans l'analyse: j'ai adoré.
    Ma petite contribution à la réflexion:
    Par contre, pour expliquer mieux l'histoire du centre de rétention:

    Comme je l'ai expliqué à mon fils, effectivement, le centre de rétention doit devenir l'exception, comme la prison est l'exception dans une vie normale.
    Enlever ce fait et vous ne dissuaderez personne. Tel est le cas.
    Le centre de rétention est malheureusement une chose terrible mais si on en fait une généralité, comme le dit et l'a fait Sarkozy, cela n'a plus aucun effet, en plus d'être une violation insupportable des droits de l'Homme.
    Donc, non , Hollande ne s'est pas contredit.
    Cela met juste en lumière que nous avons élu ( pas moi!) une personne qui ne maîtrise pas le français, ce qui en dit long sur le personnage...
    Et le plus pitoyable, c'est que certains journalistes aussi...
    http://spartakiste.blogspot.fr/2012/05/lhomme-qui-voulait-trois-debats-le.html

    Et pour un peu d'humour:
    http://spartakiste.blogspot.fr/2012/05/la-metamorphose-de-sarkozy-billet.html

    Où comment le Roi des Trolls s'est mué en Gollum...

    Bisous à tous et toutes, Noum et Sacha

    RépondreSupprimer
  20. Juan,je mettrais un bémol à votre conclusion"il avait perdu toute stature présidentielle"Car à mon sens il ne l'a jamais eu pour toutes les raisons évoquées ici et ailleurs.

    Ceux qui auront l'occasion de revoir les extraits,regardez les plans larges,on constate que le siège de NS est surélevé d'au moins 10cm,voir plus.Comme quoi il ne suffit pas de se positionner plus haut pour avoir de la HAUTEUR et de la GRANDEUR.

    RépondreSupprimer
  21. Je n'est pas eu l'occasion de voir ce débat (j'avais déjà choisi mon camp il y a 5 ans) merci pour ce résumé fort réjouissant. Le ton reste cordiale vis à vis de Sarkozy mais on sent quand même la jouissance de l'auteur à écrire ces ligne.(Ce qui n'est jamais le cas des sites pro-sarkozy dont les propos sont toujours limites diffamatoires)

    C'est enfin un vrai président de la république qui reviendra au pouvoir. Depuis le départ de Mitterand il faut dire que l'Elysée avait perdu de sa prestance.

    En tout cas je me prépare à faire la fête dimanche soir comme en 1981 ;) .

    Merci encore noum.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. halalala j'aime bien qu'on me remercie et je le prendrait volontiers mais je crois que tu voulais sans doute dire Juan :)

      Supprimer
    2. La fête sera sans doute fort brève et le réveil sûrement difficile. Car les problèmes ne vont pas disparaître avec N. Sarkozy mis à la retraite anticipée (le dernier dans ce cas depuis que les dispositifs de départs anticipés ont été jugés trop coûteux par sa majorité): déficits et dettes, faiblesse de la croissance et chômage de masse. Je voterai Hollande, mais je pense qu'il sous-estime grandement les difficultés à gouverner et surtout à réformer en profondeur.
      Le socialiste part de loin pour admettre qu'il faut réduire les dépenses publiques de manière importante. Il est toujours plus facile, donc tentant d'augmenter les impôts. A court terme c'est payant, mais les contribuables procèdent ensuite à des ajustements qui tarissent les sources de revenus de l'Etat lorsque la fiscalité devient confiscatoire.

      Supprimer
    3. +1 sur la brieveté de la fête. En votant hollande je ne vote pas pour un messie et je ne m'attends pas non plus à le voir résoudre la crise en deux temps trois mouvements à vrai dire. Je vais voter hollande pour l'honneur donc, pour une bouffée d'air pur aussi et pour retrouver un minimum de respect pour mon pays. Pour le reste, à nous de voir soit on attends comme des cons qu'il nous sauve (hahaha) soit on considère qu'on a aussi notre mot à dire et on arrête de les laisser faire ce qu'ils veulent une fois élus si ils font n'importe quoi ...

      Supprimer
  22. J'ai vu le débat et c'etait un régal, Hollande a été à la hauteur.
    Quant à Naboléon, D'entrée, mal à l'aise ( son responsable com n'a pas réussi à le coatcher convenablement) et tout du long dans le mensonge et les piques enfantines.
    A propos des mensonges, le directeur de France Terre d'Asile a démenti les propos de N.S concernant la lettre de F.Hollande et la fermeture des centrales nucléaire....qu'on se le dise!!
    ensuite, l'ex-premier ministre Lybien a confirmé le financement de la campagne de N.S de 2007, par le régime kadhafi....à concurrence de 50 millions d'euros.....
    Sortons le....le nain!!!!

    RépondreSupprimer
  23. Je dois reconnaître qu'il a été bon, très bien préparé, solide face à un Sarkozy combattant mais fragilisé.

    RépondreSupprimer
  24. Jeudi 3 mai 2012 :

    Campagne 2007 de Sarkozy : l'ex-Premier ministre libyen confirme un financement par Kadhafi.

    L'ex-Premier ministre libyen al-Baghdadi al-Mahmoudi, emprisonné en Tunisie, a affirmé que le régime de Mouammar Kadhafi avait bien financé la campagne 2007 du candidat Nicolas Sarkozy, selon ses avocats à Tunis.

    Démentis et confirmations se succèdent ces derniers jours dans l'affaire du financement supposé de la campagne de Nicolas Sarkozy par la Libye en 2007. Alors que le président-candidat et Mediapart ont chacun déposé plainte l'un contre l'autre et que le sujet a enflammé la campagne présidentielle, l'ex-Premier ministre libyen al-Baghdadi al-Mahmoudi, emprisonné en Tunisie, affirme ce jeudi que le régime de Mouammar Kadhafi a bien financé la campagne 2007 du candidat Nicolas Sarkozy.

    «Mouammar Kadhafi, son régime et les responsables qui travaillaient avec lui ont financé la campagne électorale de Sarkozy en 2007», déclare à la presse Me Bechir Essid, un des avocats de l'ancien Premier ministre. Il avance un montant de quelque 50 millions d'euros.

    Selon cet avocat, al-Baghdadi al-Mahmoudi a assuré que «le marché a été conclu par Moussa Koussa (nldr: ex-chef des services de renseignements extérieurs) sur instruction de Kadhafi et il a assuré que des documents attestant de la transaction existent».

    http://www.leparisien.fr/election-presidentielle-2012/candidats/campagne-2007-de-sarkozy-l-ex-premier-ministre-libyen-confirme-un-financement-par-kadhafi-03-05-2012-1982775.php

    RépondreSupprimer
  25. les trolls umpistes ont compris que leur dieu s'est cassé les dents sur le flanby et qu'il ne peut plus redresser la situation
    ils doivent déprimer dans leur coin

    RépondreSupprimer
  26. Bonsoir,

    "trolls umpistes"....ne vous mettez pas à ce niveau là restez digne

    Je ne suis pas UMP, je ne suis pas socialiste, je ne suis pas FN,....je suis un électeur qui ne partage votre vision du débat.

    Les erreurs sont plus du coté de Hollande que de Sarkozy (voir article du monde)

    J'ai personnellement été choqué de l'attitude de Mr Hollande qui tient des propos et écrit autre chose aux associations (débat sur les centres de rétentions)

    Je concède que l'histoire du Bristol est bien jouée par Hollande, même si je pense que lui même doit aussi rencontrer ses plus gros donateurs et que finalement en quoi est ce préjudiciable d'avoir des soutiens.
    Nous ne sommes pas aux USA ou les donateurs donnent des millions...Je vous rappel que le plafond des dons en France est 7500€ par an et par personne physique. Vous croyez sincèrement que l'on peut s'acheter un Président de la République pour 7500€...si c'est le cas je vais de suite arrêter de faire de la pub sur les pages jaunes ça me coûtera moins cher

    Non mais vraiment vous y croyez...Chirac, Mitterrand, VGE faisaient pareil et le financement des campagnes électorals n'était pas aussi clair que maintenant.

    Je suis d'ailleurs surpris que personne ne demande la réintégration des dépenses de la CGT dans les comptes de campagne de Mr Hollande, juste une petite suggestion

    Pour revenir au débat, je l'ai trouvé plutôt instructif en mettant en avant deux personnalités, avec une personne prête à tous concéder pour se faire élire (Mr Hollande) et un autre prêt à tous sacrifier pour la France (Mr Sarkozy)

    Cela vous déplaît peut être mais c'est ma réalité d'électeur indépendant non partisan

    Bien cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement c'est parfaitement votre droit. Et cela effectivement me déplais. Votre aveuglement passe encore. Il fait partie de la panoplie du Sarkolâtre (notez ici que je ne vous accuse ni d'être un troll , ni même un UMpiste bien que vous en présentiez tous les attributs).Ce qui passe moins c'est la bêtise de votre propos quand vous faites semblant de ne pas distinguer le fait d'être chef d'un parti et celui d'être chef de l'état lorsqu'on va à la^pêche au gros. Dans l'éducatif ou j'ai travaillé fut un temps on disait souvent qu'un adulte doit savoir d'où il parle. Et bien figurez vous qu'en politique c'est un peu la même, c'est pas pareil d'aller faire la pute pour son parti selon que l'on soit chef de ce parti ou selon que l'on soit président , parceque un président représente normalement "TOUS LES FRANCAIS" et pas seulement les siens voyez-vous .
      Vous n'êtes pas seulement aveugle semble t-il vous êtes aussi un peu sourd , sans quoi vous sauriez déjà que votre président ne s'achète efectivement pas à 7500 euros mais plutôt à environs 50 millions ... c'est à peu prêt le prix du camping dans les jardins de l'élysée je crois.
      Quand à ce pour quoi Sarkozy semble prêt à se sacrifier je doutes que ce soit la France, son immunité me semble une option plus plausible.
      Mais ce n'est que mon avis personnel de citoyenne indépendante , non troll, non socialiste non UMpiste non FN mais profondément aterrée par votre grande...allé...naïveté.
      Bien cordialement aussi cela va s'en dire.

      Supprimer
    2. un électeur indépendant non partisan?
      Ou quelqu'un qui est désabusé?

      Supprimer
    3. @ Fierdebordeaux: Alors, vous n'êtes pas UMP ni FN. Puisque vous êtes manifestement de droite, vous êtes donc MoDEM et votre chef de file vote, lui....Hollande! Et je le comprends, car cela a deux avantages - être du bon côté du manche et, éventuellement, ramasser un petit bout de l'UMP, lorsque cette organisation fourre-tout explosera et les ex-centristes en déshérence rentreront peut-être au bercail. Sur le fond de votre propos, vous avez tout faux
      1. Les erreurs ne sont pas du tout côté Hollande, mais bien côté sarkozy, notamment sur le chômage, sur le déficit commercial, sur la dette, sur le nombre d'immigrés légaux qu'il mélange avec les illégaux dont l'on ne connaît pas le nombre, par définition et, enfin, sur le nombre de centrales à fermer.
      2. Par ailleurs, le président en exercice ne sait pas comment l'on vote en France et pense faire un coup en prétendant que les étrangers vont élire les sénateurs ou que sais-je encore.
      3. Au sujet des centres de rétention - FH est parfaitement cohérent, car il ne les supprime pas, mais estime qu'il faut tout simplement faire plus vite.
      4. Quant au financement, il est vrai que l'on ne peut acheter sarkozy avec 7500 €, comme l'on ne peut acheter dati avec un bijou en toc, parce qu'ils sont habitués à bien plus. Cependant, comme tout le monde a entendu les conversations de Bettencourt, quand elle signe son chèque de 7500 €, de mémoire: "il est important d'avoir des amis en ce moment" et "votre don sera apprécié". Ceci pour la partie légale des dons et que faites-vous des versements en espèces? Et cette fois-ci, il s'agit de millions. Attendons un peu... Enfin, qui a des amis riches? Qui est au service de l'oligarchie industrielle et financière? C'est bien l'UMP er sarkozy et pas le PS et Hollande! Où vont selon vous les dons de ceux qui ont de l'argent?
      5. Votre diversion sur l'intégration des dépenses de la CGT ne rime absolument à rien. La CGT est plutôt proche du PC, qui est d'ailleurs un parti fort respectable, bien plus que l'UMP en tout cas.
      6. Votre affirmation que FH est prêt à tout concéder pour se faire élire, etc. est tout simplement fallacieuse. J'en veux pour preuve que ce simple fait: FH n'a pas varié d'un iota depuis le début de sa campagne. Il a, par ailleurs, affirmé que son programme n'était pas négociable et que ceux qui veulent faire partie de sa majorité DOIVENT le rejoindre sur SON programme. L'on ne peut mieux faire, ne croyez-vous pas? Que voyons-nous côté sarkozy? Chercher les électeurs de Bayrou et surtout - simple arithmétique - ceux, plus nombreux, de Le Pen. Et comment? En prenant des éléments de leur programme et en leur faisant l'appel du pied dans ses interventions. En un mot comme en cent, en faisant la pute. C'est cela la vérité.

      Supprimer
  27. "une personne prête à tous concéder pour se faire élire (M. Hollande) et un autre prêt à tout sacrifier pour la France (M. Sarkozy)"

    comment peut on croire à ces balivernes ???




    J'ai écouté F Hollande à Toulouse. Excellent encore.
    Ne laisse pas le patriotisme à la droite.
    J'en cherche le texte écrit



    jpd83
    http://sites.google.com/site/unptitmoisetpuissenva/home

    RépondreSupprimer
  28. "Kadhafi a financé la campagne 2007 de Sarkozy", déclare l'ancien Premier ministre libyen.

    L'ex-Premier ministre libyen al-Baghdadi al-Mahmoudi, emprisonné en Tunisie, a affirmé que le régime de Mouammar Kadhafi avait financé la campagne 2007 du candidat Nicolas Sarkozy, ont rapporté jeudi 3 mai à Tunis ses avocats.

    Durée de la video : 01:17

    Me Bechir Essid, un des avocats de l'ex-Premier ministre libyen al-Baghdadi al-Mahmoudi, déclare :

    "Monsieur al-Baghdadi al-Mahmoudi répète que Mouammar Kadhafi, son régime, ainsi que ses responsables, ont financé la campagne électorale de Sarkozy en 2007. Cet homme a failli pleurer de peine et de douleur : "Pourquoi Sarkozy a changé après avoir conclu cette affaire avec nous ?"

    Monsieur al-Baghdadi al-Mahmoudi ajoute qu'il y a un document officiel du Fonds libyen des investissements africains. Il déclare également que le signataire est Moussa Koussa, conformément aux instructions de feu le Colonel Mouammar Kadhafi."

    http://www.youtube.com/watch?v=xGbSHaCZVLo&feature=player_embedded

    RépondreSupprimer
  29. c'est quand NS a utilisé le mot "Hitler" qu'il a atteint le point Godwin ... mot symptomatique d'un manque de sérénité, et annonciateur de l'écroulement qui s'ensuit.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.

CE QU'ILS ONT DIT

RUBRIQUES

1914-18 (1) 2017 (3) activite enfant (4) agence de notation (2) agriculture (15) alain soral (3) Alliot-Marie (94) Angela Merkel (4) annonce garde enfant (2) antisémitisme (4) asile (1) assurance maladie (3) austérité (12) Ayrault (108) Balkany (2) Barbier (2) Bedos (1) Bernard Tapie (6) Bertinotti (3) Besson (8) Bettencourt (2) bfm (2) bijoutier (1) blog (364) blogosphère (54) blogueurs (24) blogueuses (22) Borloo (82) Boutin (1) Bretagne (3) Brignoles (6) budget (8) Buisson (5) Cambadelis (1) canalplus (1) candidat (10) carla bruni (92) Cazeneuve (12) censure (53) Centrafrique (4) Cesar (2) Chirac (2) chroniques (386) chômage (157) cinema (1) Closer (2) commerce (2) contrat de travail (62) Copé (39) CopéGate (6) cotisations (4) coupdegueule (11) Crédit Lyonnais (1) culture (37) Cécilia (77) Darcos (71) Dati (233) dette (3) Dieudonné (10) dimanche (4) Droite (579) ducon (403) Duflot (9) Défense (92) délinquance (3) députés socialistes (4) ecologistes (4) Education (166) EELV (6) Eglise (2) election legislative (1) election municipale (3) entreprises (5) Environnement (197) Eric Besson (83) Eric Doligé (1) Error (2) espionnage (1) Europe (255) Fabius (11) Facebook (1) fachosphère (7) famille (3) Filippetti (4) Fillon (479) Finances (367) fiscalité (347) Florange (1) FN (5) France (483) Françafrique (121) François Hollande (273) front national (36) front populaire (2) frontaliers (1) Fukushima (1) Games of Thrones (1) garde d enfants (2) Gattaz (3) Gauche (263) gauchosphère (9) Gayet (1) Google (1) gouvernement (1157) grunen (1) grève (1) Guaino (2) Guerre (6) Guéant (71) Hamon (2) heures supplémentaires (71) Hidalgo (2) Hollande (415) Hortefeux (237) humour (100) identité nationale (155) immigration (309) impot (1) impots (2) impôts (1) incompétence (96) industrie (3) indépendance (99) infowar (8) Insécurité (167) international (483) inégalités (296) ipsos (1) Iran (1) Islam (2) Israel (1) IVG (1) juan (1) Juan Politic (383) Julie Gayet (6) Juppé (35) justic (1) justice (431) Kouchner (110) Lagarde (156) Le Foll (2) Le Pen (30) libre-échange (1) logement (3) Mamère (1) Mandela (2) manifestations (69) mariage gay (5) Marisol Touraine (6) Maroc (1) Marseille (1) Martinon (45) Maurice Lantourne (1) medecin (1) MEDEF (5) Melenchon (8) Merkel (1) Ministre (47) Montebourg (5) Morano (2) Morin (36) Moscovici (14) médias (429) Mélenchon (9) météo (1) nostalgie (1) Obama (3) ONU (1) OPA (1) Opinion (496) Pacte de responsabilité (3) Palestine (1) Parlement (103) Parti Socialiste (100) pauvreté (6) PCF (1) Pierre Estoup (1) plans (1) plein emploi (75) police (252) politique (1043) politique budgetaire (19) polémique (230) polémiques (57) Poutine (3) pouvoir d'achat (69) povcon (50) prison (26) prole (1) promess (1) promesses (1666) prostitution (1) Précarité (52) Président (519) Pécresse (47) qatar (1) racisme (1) Rajoy (1) reacosphère (3) religion (31) repentance (20) retraite (165) Rom (5) Royal (1) Russie (1) réac (2) récidive (40) réforme (5) régions (1) Santé (122) Sapin (11) sarkofrance (2365) Sarkozy (3674) securite sociale (5) service minimum (51) smic (1) solidarité (1) sondage (92) Standard and Poor's (1) Suisse (1) Surveillance (20) Syrie (5) Ségolène Royal (5) sénateur (2) Taubira (14) territoriale (1) theorie du genre (1) Thorez (1) tireur fou (2) Touraine (1) Transatlantic Trade and Investment Partnership (3) travail (4) TVA (1) UMP (697) vacarme (67) Vallaud-Belkacem (21) Valls (127) Valérie Trierweiler (4) vincent peillon (6) violence (118) voeux (1) Vrauche (1) wauquiez (6) Woerth (158) Xavier Bertrand (77) écologie (2) économie (184) élections (383) élections européennes (4) éthique (960)