24 juin 2012

Le chiffre de la semaine: 130 milliards d'euros

François Hollande, Angela Merkel, Mario Monti et Mariano Rajoy se sont mis d'accord sur un plan de croissance à hauteur de 1% du PIB européen.

Cela équivaut à 120-130 milliards d'euros.

130 milliards d'euros.

Vu comme cela, c'est assez énorme. C'est aussi une bonne nouvelle car cela signifie que la prise de conscience devient générale qu'il faut de la relance pour sortir du trou. Le béotien pourrait imaginer déjà des flots d'argents investis un peu partout en Europe. Il se tromperait. Ce chiffrage est l'ordre de grandeur que les 4 chefs d'Etat et de gouvernement se sont accordés de proposer à leurs collègues européens les 28 et 29 juin lors du prochain conseil.

En Allemagne, Angela Merkel a subi un méchant « contre-temps ». le pacte budgétaire - que d'aucuns jugeaient intangible pendant la campagne présidentielle française... ne pourrait pas être adopté en l'état en Allemagne ! Mardi dernier, la Cour constitutionnelle de Karlsruhe a estimé que Mme Merkel avait violé les droits du Parlement.


Lire aussi:

8 commentaires:

  1. Merci pour l'info!
    Je ne l'avais pas eu
    Pour complément:la réaction de Hollande par rapport aux euro-bonds:
    http://www.boursier.com/actualites/economie/les-eurobonds-francois-hollande-n-en-demord-pas-15551.html?google_editors_picks=true

    RépondreSupprimer
  2. Une petite victoire, une très grande avancée ...

    RépondreSupprimer
  3. 130 milliards, c'est 1% du PIB européen pour la croissance, dont des fonds non utilisées réalloués à celle-ci. Autrement dit, insignifiant. Rappelez-vous que 1000 milliards ont été versés aux banques début 2012 ! Et le moins que l'on puisse dire, c'est que la mesure est sans commune mesure avec les enjeux économiques et sociaux européens. L'Europe continue à naviguer à vue en prenant des décisions inspirées par le plus parfait dogmatisme libéral, sans efficacité, sauf pour les financiers. De plus, il y a quoi être inquiet, quand on entend la chancelière allemande parler de transfert de souveraineté à l'Europe avant toute autre chose. La bonne solution serait donc, pour Madame Merkel, d'unir les pays de cette belle Europe à marche forcée et par le chantage pour réussir à museler les citoyens et les empêcher d'agir. Je pense que si le pire n'est pas certain, comme on le dit souvent, le meilleur non plus.

    RépondreSupprimer
  4. c'est pas bezef mais c'est un début
    et puis l'investissement public a un effet de levier

    RépondreSupprimer
  5. Une petite victoire, une très grande avancée ...

    mdr

    RépondreSupprimer
  6. Sérieusement?

    €120 milliards c'est bien peu a l'échelle de l'Europe tout entière. 1% du GDP ne feront pas une grande différence alors que la plupart des indicateurs sont déjà passés au rouge. Cela arrive bien trop tard.

    Et puis il faut aussi comparer à ce qu'ont fait les américains. L'ARA (le plan de relance d'Obama) c'était $800 milliards ! ... pour un effet assez mitige en fin de compte. Il est aussi venu après $800 milliards du TARP en 2008.

    Et puis, il reste à voir comment ces €120 milliards vont être dépensés. Il ne faudrait quand même pas croire que seules les entreprises françaises de BTP en bénéficieront.

    Quant aux projets qui seront réalisés avec, je ne pense pas que l'Europe manque d'infrastructure. Là n'est pas son problème de compétitivité.

    C'est une belle annonce politique que Juan s'empresse de reprendre mais en fin de compte elle n’aura que peu d’effet sur la vie de tous les jours.

    RépondreSupprimer
  7. Sérieusement?

    €120 milliards c'est bien peu a l'échelle de l'Europe tout entière. 1% du GDP ne feront pas une grande différence alors que la plupart des indicateurs sont déjà passés au rouge. Cela arrive bien trop tard.

    Et puis il faut aussi comparer à ce qu'ont fait les américains. L'ARA (le plan de relance d'Obama) c'était $800 milliards ! ... pour un effet assez mitige en fin de compte. Il est aussi venu après $800 milliards du TARP en 2008.

    Et puis, il reste à voir comment ces €120 milliards vont être dépensés. Il ne faudrait quand même pas croire que seules les entreprises françaises de BTP en bénéficieront.

    Quant aux projets qui seront réalisés avec, je ne pense pas que l'Europe manque d'infrastructure. Là n'est pas son problème de compétitivité.

    C'est une belle annonce politique que Juan s'empresse de reprendre mais en fin de compte elle n’aura que peu d’effet sur la vie de tous les jours.

    RépondreSupprimer
  8. Sérieusement?

    €120 milliards c'est bien peu a l'échelle de l'Europe tout entière. 1% du GDP ne feront pas une grande différence alors que la plupart des indicateurs sont déjà passés au rouge. Cela arrive bien trop tard.

    Et puis il faut aussi comparer à ce qu'ont fait les américains. L'ARA (le plan de relance d'Obama) c'était $800 milliards ! ... pour un effet assez mitige en fin de compte. Il est aussi venu après $800 milliards du TARP en 2008.

    Et puis, il reste à voir comment ces €120 milliards vont être dépensés. Il ne faudrait quand même pas croire que seules les entreprises françaises de BTP en bénéficieront.

    Quant aux projets qui seront réalisés avec, je ne pense pas que l'Europe manque d'infrastructure. Là n'est pas son problème de compétitivité.

    C'est une belle annonce politique que Juan s'empresse de reprendre mais en fin de compte elle n’aura que peu d’effet sur la vie de tous les jours.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.