12 juin 2012

Pourquoi l'UMP doit exploser rapidement

Nicolas Sarkozy voulait faire disparaître l'extrême droite, il a dissout... le centre-droit et précipiter la décomposition de son propre parti.

L'UMP fait mine de ne pas s'en inquiéter, et d'ignorer sa probable implosion. Mais lundi, pas à pas, mot après mot, elle s'orientait vers d'inévitables tensions.

Comme certains pouvaient assumer que leur parti place le PS et le FN à équidistance idéologique ?

Jean-François Copé a promis une prochaine « mise à jour programmatique de l'UMP ».

Nous sommes rassurés.

Ou pas.

Des valeurs communes...
Certains à l'UMP sont convaincus que l'ancien parti présidentiel a des valeurs communes avec le Front National.

C'est triste, mais c'est désormais affiché.

Nadine Morano, dès dimanche soir puis à nouveau lundi 11 juin, en a appelé aux électeurs du FN qui « partagent ses valeurs ». Bruno Le Maire semblait la comprendre: « Nadine Morano parle aux électeurs. Elle voit ce que j'ai vu aussi dans ma circonscription où le FN a fait 23% aux présidentielles, 17% aux législatives. » On attendait mieux de sa part. Il est sans doute trop troublé.

En s'exprimant ainsi, Nadine Morano fusillait l'argumentation maladroite de quelques ténors de l'UMP tels Fillon, Juppé ou Dati qui déclaraient en parallèle que le FN n'a aucune valeur commune avec l'UMP. Elle ne faisait que contribuer à un aggiornamento nécessaire de la droite républicaine.

Un sondage Ipsos/Logica Business Consulting réalisé jusqu'à la veille du scrutin et publié par Le Point, ce même lundi, livrait un autre éclairage: les deux tiers des électeurs de l'UMP à ce premier tour législatif seraient favorables à des accords locaux de désistement mutuel avec le FN pour faire battre un candidat de gauche au second tour. Et « 41% souhaitent que le candidat de droite appelle à voter pour le candidat du FN pour faire barrage au candidat de gauche ».

Un conseiller du Front National se réjouissait anonymement au Point: « Le front républicain est mort car les dirigeants de l'UMP comprennent bien qu'une telle consigne serait très mal perçue par les électeurs de droite ».

... à la scission inévitable ?
L'aggiornamento semble d'ailleurs en marche. La position adoptée à l'issue de son bureau politique marque le début d'un tournant ou l'officialisation d'une recomposition à venir. En effet, après quelques minutes d'un faux suspense, le collectif dirigeant décidait d'un ni-ni fort opportun: « Il n'est pas question d'appeler à voter pour le Front national ni d'appeler à voter pour le candidat socialiste qui en plus fait alliance avec le Front de gauche » a expliqué Copé. Pour la première fois pour un scrutin législatif, le parti unique de la droite majoritaire tenait pour propositions électorales et politiques équivalentes la gauche et l'extrême droite. Ce bureau politique qualifié d'extra-ordinaire décidait donc de ne donner aucune consigne de vote en cas de duel gauche/FN.


Le sarkozysme avait encore de beaux restes. 

Cette position avait été mûrement réfléchie, même si Copé n'avait pas voulu l'officialiser dès dimanche soir. Il était assez aisé de préparer les éléments de langage communs bien avant dimanche soir qui unifient au moins le discours. Car il est assez évident que la probabilité de duels PS/FN n'était pas une surprise. Tous les sondages en prévoyaient même davantage.

Chacun attendait une clarification. Copé a promis un débat sur l'identité et la doctrine politique de l'UMP. Il y a deux ans et demi, ce parti donnait des leçons d'identité nationale à la France entière. Le voici troublé, clivé, rongé par les outrances droitières et sans issue d'un Nicolas Sarkozy désormais retiré de la vie politique. 

Comment l'UMP peut-elle échapper à une scission entre deux camps ? On pouvait assez facilement distinguer deux camps: d'un côté, il y aurait une droite que l'on qualifierait de « pragmatique », motivée à de sinistres alliances, au moins sur les valeurs, pour peu qu'elles permettent de gagner les scrutins. S'y ajouterait évidemment celles et ceux qui ont déjà franchi pas mal de Rubicons idéologiques, comme les faux trublions de la Droite populaire. Somme toute, on y retrouve cette droite sarkozyste dans l'âme, apte à tous les discours. On y rangerait Jean-François Copé, Nadine Morano, Claude Guéant, Brice Hortefeux, ou Thierry Mariani et bien d'autres.

De l'autre, il y avait une autre droite, celle qui répugne à ces valeurs frontistes, qui fut gênée par la tournure droitière de la campagne sarkozyste. Celle qui ronge son frein depuis l'échec du 6 mai dans l'attente d'une recomposition qui viendra après le second tour législatif. On pouvait espérer y trouver d'anciens gaullistes comme François Fillon ou Alain Juppé; et d'anciens centristes comme Pierre Méhaignerie. Valérie Pécresse semblait hésiter en déclarant, au sortir du bureau politique, qu'il « faut refuser les extrêmes, nous sommes modérés et républicains ».

Ce clivage ne recouvre pas la traditionnelle opposition gaullistes versus centristes.

Cynique, le Front National avait identifé deux têtes UMPistes à éliminer à l'UMP, les anciens ministres Nathalie Kosciusko-Morizet et Xavier Bertrand. Ailleurs, elle s'amusa à donner quelques brevets de compatibilité frontiste à certains ténors de la droite, comme Nadine Morano (qui vient «  de se découvrir des valeurs communes avec le Front national ») ou Claude Guéant (« il a contribué à rendre service [au FN] » en « diffusant » ses idées et « mérite un petit encouragement »).

Pour le reste, Marine Le Pen ne donna aucune consigne. Elle voulait que les candidats frontistes se maintiennent « partout » où c'était possible - 61 circonscriptions - « à une ou deux exceptions près ». 




29 commentaires:

  1. quand les bornes sont franchies , il n'y a plus de limites
    nous voilà embarqués pour un tea-party à la française
    et que dire de NKM qui hier soir sur la 2 traité implicitement d'anti républicain De Gaulle puis qu'en 44 il y avait de l'extrème gauche (PC) dans son gouvernement
    y' en a pas une pour racheter l'autre, elle sera notre sarah palin

    RépondreSupprimer
  2. L'UMP refuse la stratégie du front républicain contre le FN ? Sage décision !

    Comment le PS peut-il parler de Front Républicain alors qu'il gouverne avec l'extreme gauche ?
    http://leparisienliberal.blogspot.fr/2012/06/lump-refuse-la-strategie-du-front.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Depuis quand Marie George Buffet c'est Jean-Marc Rouillan ?
      Et Stéphane Hessel c'est un punk a chien anarchiste autonome, peut être ?
      Et Balkany c'est l'Abbe Pierre ?

      Si la racaille de droite préfèrent voter pour des mafieux qu'ils aillent en Colombie ou à Naples.

      Et se faire donner en permanence des leçons de "chic et d'élégance" par Rachida Dati qui a un frère repris de justice et trafiquant de drogue, c'est bon hein ?

      EN TAULE LE NABOT !

      Supprimer
    2. Reprenez vous, ne vous caricaturez pas, ne tombez pas dans les travers de ceux que vous dénoncez.
      Le front républicain est toujours à sens unique. La gauche appelle à voter pour le candidat des valeurs démocratiques lorsqu'il y a (soi-disant) péril en la demeure (ah bon ?). Et les droite défend le "ni-ni" proche du "gnan-gnan".
      Personnellement je considère que l'appel à un vote républicain est une farce, puisque la réciproque ne fonctionne jamais d'un part, et que les électeurs sont entièrement libres de leur choix d'autre part, les partis disent ce qu'ils veulent les électeurs font ce qu'ils peuvent ou pas. Que chacun se décide en conscience et porte ensuite la responsabilité de ses choix.
      Personnellement mon vote de 2002 me reste en travers de la gorge. Plus jamais je ne participerai à une pareille pantalonnade. Si le Front National est si haut, c'est bien parce que les politiques, par leurs comportements (cumuls des mandats, prévarication, corruption, privilèges et sinécures) et les décisions prises (impéritie, incurie, incompétence) désespèrent les citoyens. Ce sont eux les premiers responsables et ils viennent nous demander de "sauver la démocratie" (c'est à dire le plus souvent leur situation de rente) après l'avoir fichue par terre. Quel culot.

      Supprimer
    3. Eh oui, a une époque certains disaient "plutôt hitler que le Front Populaire" et aujourd'hui certains disent 'Plutôt le FN que la gauche". Les générations se succèdent mais les mentalités ne changent guère, finalement.

      Supprimer
    4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    5. La droite s'étiole idéologiquement du fait de la force d'inertie émanant de sa frange extrême : le management des bas instincts remplace le débats d'idées ! La ratatouille raciste doit éclipser la faillite où nous ont conduit les turpitudes de l'économie financiarisée à crédit, auto-dérégulée idolâtrée par les chantres du libéralisme !

      Par-delà les fanfaronnades des uns et les vociférations des autres, ce courant politique déliquescent se délite. Il devient petit à petit invertébré et décérébré.

      Dans ces conditions il pourra tout juste continuer à exercer un pouvoir de nuisance certain alimenté par les aigreurs des uns et les frustrations des autres ! Que des attributs du dynamisme et de l'imagination !

      Supprimer
  3. Le FN était du côté de Pétain
    l'extrême gauche et les gaullistes étaient ensemble dans la résistance puis dans le gouvernement de la libération
    cherchez l'erreur historique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Cher Bobcmoi vous pointez là avec force pertinence qq invariant anthropologique :) Qui se ressemble s'assemble, par delà les âges et les frontières ! Il nous faut composer avec cette particularité de la condition humaine autant que de nécessaire.

      Et la plupart des membres de cette catégorie labellisée pétiniste sont de bonne foi. il leur manque juste la capacité de dépasser la réaction primaire qui leur tient lieu de réflexion. Une de ces réactions primaires étant précisément que rien ne sert de trop pérorer puisque les solutions sont simples !

      C'est humain. Ainsi en arrive-t-on à trouver des individus pourvus de quelque habileté rhétorique justifiant une compromission avec le FN en argant du fait que le PS accepte de composer avec le FdG, nonobstant le fait que Marine Lepen s'est rendue en Autriche à un bal néonazi en janvier 2012. [ La référence nazie, assumée, de l'homologue autrichien du FN, le FPÖ, a été gommée par Jörg Haider en 1997. ]

      "Ce vendredi, Marine Le Pen a rencontré Martin Graf, la personnalité d'extrême-droite qui occupe actuellement les plus hautes fonctions au coeur d'un État européen: ce député du FPÖ, le parti de la liberté, est depuis 2008 vice-président du Parlement autrichien.

      Martin Graf est un idéologue, le chef de file de l'aile la plus dure de l'extrême-droite autrichienne. Il est membre d'Olympia , une "Burschenschaft", corporation secrète interdite aux juifs et aux femmes dont les membres sont chargés de véhiculer dans la société, par des biais détournés, des idées néonazies, pangermanistes, antisémites et négationnistes. Ils pratiquent le duel au sabre dans les caves des beaux quartiers de Vienne et se reconnaissent entre eux à la balafre qu'ils se doivent d'exhiber sur une joue.

      Ce vendredi soir, Martin Graf a emmené Marine Le Pen valser au bal traditionnel de ces corporations, une réception fermée à la presse où, chaque année, sont ovationnés des négationnistes. L'information a été confirmée par téléphone à L'Express par l'attaché de presse de Martin Graf. [Mise à jour du 28/01] Marine Le Pen était avec le numéro 2 du FN Louis Aliot. Entre 3000 et 5000 manifestants étaient rassemblées devant les portes du bâtiment pour dénoncer le bal. Et elle a diné avec le numéro 1 du FPÖ, Heinz-Christian Strache."

      ==> http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/marine-le-pen-valse-a-vienne-avec-des-pangermanistes_1076264.html

      A ma connaissance, il n'y a pas dans les rangs du FdG de faits analogues ! Sinon, qu'on nous les signale dar dar !

      Supprimer
  4. J'aurais préféré un duel au sabre.

    RépondreSupprimer
  5. Autre temps autres moeurs, et dure réalité : on peut ne pas aimer les mocassins à glands et rester parfaitement urbain. C'est difficile certes mais pas totalement insurmontable. Il faut savoir prendre sur soi.

    RépondreSupprimer
  6. Cela rejoint bien mes dernières réflexions sur la décomposition de l'UMP
    http://spartakiste.blogspot.fr/2012/06/la-decomposition-de-lump-cest.html
    Ce parti n'a plus rien d'un véritable parti, c'est clair

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le PS non plus qui va se ramasser avec la crise économique !

      Supprimer
  7. En attendant c'est Hollande qui vient de sauter :

    http://tempsreel.nouvelobs.com/legislatives-2012/20120612.OBS8306/trierweiler-son-entree-fracassante-dans-le-psychodrame-de-la-rochelle.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela montre que Hollande est ce que je dis ici depuis un moment, un simple pantin, un guignol sans aucune autorité.

      Elu de manière antidémocratique grâce au vote musulman, grâce aux médias.

      Le changement c'est maintenant ... Ben ouai !

      Supprimer
    2. Vous prenez vos désirs pour des réalités. Hollande ne vient pas de sauter, et il ne va pas sauter parce que Valérie Trierweiler blablate dans le poste. Valérie Trierweiler n'est rien au PS, rien au gouvernement, c'est juste la petite copine du chef. On peut d'ailleurs se demander à quel titre elle est interviewée, et une telle émission relève de la people-isation, sans plus.

      Supprimer
    3. Par ailleurs, le vote des Musulmans n'est pas plus antidémocratique que n'importe quel autre vote. Fallait pas leur casser les pieds pendant cinq ans, et ils auraient voté pour Sarkozy sans doute dans les mêmes proportions qu'ils le faisaient dans le passé pour Chirac, VGE et autres personnalités de droite.

      Faut être vraiment taré pour stigmatiser des communautés, les leur briser menu, pour ensuite se plaindre que lesdites communautés votent pour vos adversaires. Communautés que vous avez renforcées par votre attitude.

      Supprimer
  8. Quand à l'UMP, elle ne va pas exploser, elle va enfin, enfin se radicaliser et être vraiment de droite.

    Ami socialiste fonctionnaire, profite de tes nombreux avantages, tu n'en as plus pour longtemps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais quel Zoïle dévoré d'envie et de jalousie. Pour nuire il est prêt à tenter une guerre civile. Vous êtes mauvais comme une teigne et bête à manger du foin.

      Supprimer
    2. Tiens, encore un cryptofrontiste.

      Supprimer
    3. Le masque du petit rebelle de pacotille vient de tomber !

      Supprimer
    4. Franchement, passé le premier stade de l'énervement, je dois reconnaître que les interventions de Mistral sont intéressantes à contempler comme des curiosités de laboratoire ... Pensez, nous avons là à notre disposition un matériel de première main concernant l'anthropologie du citoyen de cette droite ici tant décriée. Nous avons tout le loisir d'observer sa psychologie, qui doit être une caricature pas très éloignée de celle de l'électorat de la même famille politique. Mistral fait souffler sur ce blog un vent de sincérité qui agit comme un révélateur du niveau de désarroi croissant des sarkofans désemparés. Et accessoirement, il nous fait plutôt rire à ses dépens !

      Supprimer
    5. @Brucolaque "il est prêt à tenter une guerre civile."

      Elle existe déjà la guerre civile. Quand des fonctionnaires ou des agents prennent en otage des usagers de service public par exemple en toute impunité sans rien avoir à foutre des conséquences.

      @Desmotscratie

      "un vent de sincérité". Merci.

      Je dis ici ce que beaucoup à droite pense et pense de plus en plus fort.L'électorat de droite n'a pas voté Sarkozy car il n'est pas allé assez loin dans ses réformes. Cette électorat déçu se reporte sur le FN.

      La gauche va avoir tous les pouvoirs dans un pays qui se radicalise à droite. C'est un paradoxe et c'est inquiétant pour la suite dans un contexte de crise économique violente et d'utilisation du vote communautariste dans une république laic et indivisible.

      Le pantin Hollande et le PS devront assumer devant les français et devant l'histoire leur démission, leurs mensonges, ce Munich moderne.

      Supprimer
    6. "Un pays qui se radicalise à droite"

      Autrement dit un pays qui cède radicalement à ses plus bas instincts.

      Plus exactement une fraction du pays, dont vous faites partie ! Quelque chose comme un Français sur trois maximum. Et parmi eux combien de gens qui se lâchent, une fois opportunément décomplexés par la SarkoFrance ! Or en certaines circonstances, les complexes sont utiles et souhaitables ! Il n'y a pas de quoi se réjouir de voir une certaine France se radicaliser à droite ! Ce serait prétendre soigner le mal par le mal !

      C'est en cela que vous êtes un symptôme d'une fuite en avant désolante mais récurrente dans l'histoire moderne : la désignation de boucs-émissaires cause de tous nos maux!

      Supprimer
  9. Ben, j'suis content, notre mis-troll reprend du poil de la bête, il revit. Dis-nous mis-troll, c'est quoi "la vraie droite" ? Une soustraction, autrement dit l'UMP moins les gaullistes, les frontistes, quoi ? C'est ça, mon pote ? A part ça, mis-troll, j'ai bien lu, tu veux lancer la chasse aux fonctionnaires ? T'as de l'appétit, mon gros, et peut êt' pas les moyens de tes ambitions. En tout cas, on peut sans problème t'appliquer la citation de Michel Audiard : "si les c... volaient, il serait chef d'escadrille" et t'inviter à un voyage en Autriche pour retrouver tes pareils !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ramener mon opinion qui est de dire qu'il faut diminuer la dépenses public en diminuant le nombre de fonctionnaire et l’assistanat au nazisme mérite un sacré point godwinn

      Pas d'autres arguments pour défendre tes privilèges ?

      Supprimer
    2. n'oublie pas de prendre tes pilues

      Supprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.