13 juillet 2012

Sarkozy, toujours à la recherche de financements

L'ancien Monarque poursuit ses vacances au Canada dans un chalet prêté par le milliardaire et ami Paul Desmarais. En France, ses amis ont déposé les statuts d'une nouvelle association de financement... au cas où...

Quelques juges poursuivent l'enquête sur des soupçons de financements occultes des activités politiques d'Edouard Balladur et de Nicolas Sarkozy.

D'hier...
Il y a peu, le domicile de Carla Bruni-Sarkozy et les bureaux de Nicolas Sarkozy ont été perquisitionnés. On a attendu longtemps de savoir ce que le juge Gentil cherchait et avait éventuellement trouvé.

Le magistrat avait reçu une copie de l'agenda de Nicolas Sarkozy de 2007, transmise par l'avocat de ce dernier dès la levée de son immunité présidentielle. Il s'agissait d'attester que son client ne pouvait matériellement avoir rencontré les époux Bettencourt aux dates où des témoins l'accusaient de rencontres. Comme l'expliqua Elizabeth Fleury pour le Parisien quelques jours plus tard, « plusieurs employés de la maison Bettencourt ont évoqué, devant le juge Gentil, des visites qu’aurait effectuées Nicolas Sarkozy dans l’hôtel particulier de Neuilly-sur-Seine, ville dont il fut le maire jusqu’en 2002.» Le juge est allé prendre l'original de cet agenda. Chez Nicolas Sarkozy, il a également saisi les agendas informatiques de 2008 et 2009.

Des ces perquisitions, il n'est pas sorti grand chose. Cinq ans après les faits, et deux ans après le début de l'affaire, il y avait fort à parier que l'enquête progresserait peu. 

Le plus grave était ailleurs et concernait une autre affaire, le Karachigate: il y a 10 jours, le juge Renaud van Ruymbeke avait recueilli le témoignage de Mustapha El Jundi. Ce dernier a « confirmé au magistrat français avoir retiré de la banque SCS Alliance, en avril 1995, à la demande de son ami l’intermédiaire Abdul Rahman El Assir, la somme de 13 millions de francs en liquide ». Il a précisé que « les liasses, composées de billets de 500 francs neufs, ont été ensuite directement remises à Ziad Takieddine, autre intermédiaire des contrats d’armement passés en 1994 par la France avec le Pakistan (Agosta) et l’Arabie Saoudite (Sawari II) ». Si Abdul Rahman El Assir, mis en examen pour recel et abus de biens sociaux, confirmait également l'existence de ces versements, Ziad Takkiedine niait encore la chose.

Cette révélation conforte l'enquête du juge, qui enquête sur le volet financier de l'attentat de Karachi. Van Ruymbeke soupçonne le versement de rétrocommissions à des intermédiaires tels Ziad Takkiedine pour le financement de la campagne de Balladur en 1995 voire de Nicolas Sarkozy avant 2007.

... à aujourd'hui
Quelques jours plus tard, nous apprenions du Journal Officiel que l'association des amis des Sarkozy, fondée par Brice Hortefeux et quelques autres, pourrait solliciter des fonds privés. On ne perd pas de temps dans les réseaux sarkozystes !

En fait, un autre véhicule juridique a été créé le 14 juin dernier: « L’Association de Financement des Amis de Nicolas Sarkozy », aura pour but de « recueillir les fonds destinés au financement de l’association 'les Amis de Nicolas Sarkozy'». Serait-ce une résurgence du Premier Cercle, ce club huppé fondé par Eric Woerth quand il était trésorier de l'UMP, qui rassemblait les gros donateurs de l'UMP ? L'AFANS est présidée par Alain Joyandet, ancien secrétaire d'Etat à la Coopération. Vous pouvez adresser vos dons au 109, avenue Henri-Martin, 75116 Paris.

Qui avait-il de grave ? Après tout, cette association avait bien besoin de quelques fonds pour organiser banquets et célébrations de l'action de son mentor. François Mitterraand n'avait-il eu son institut ?

Nicolas Sarkozy s'imagine sans doute tel un recours. L'UMP se déchire, et il est trop tôt pour savoir si un leader émergera des luttes fratricides qui la frappe.

Pour l'heure, l'ancien Moanrque fourbit ses armes. Il se repose chez un ami milliardaire, comme en août 2007.

Un ami qu'il a décoré de la Légion d'honneur quand il était président.


Ami sarkozyste, reviens.





5 commentaires:

  1. L'action Bouygues est passée de 26 euros à 19 euros. Nul doute que Martin Bouygues, reconnaissant, sera se montrer généreux.
    De son côté, Serge Dassault peut faire un geste en remerciement des "Rafales" vendus durant l'exceptionnel mandat de l'ancien président.

    En fait c'est toute le France reconnaissante qui vous souhaite de bonne vacances Monsieur le Président.
    Et Merci, hein ?

    PS: Bernard Tapie et les ouvriers de PSA se joignent à moi, bien sur.

    RépondreSupprimer
  2. Il nous laisse un beau merdier et les médias ne se précipitent pas sur lui comme ils ont fait avec Jospin...J'avoue que parfois, nos médias sont quand même curieux...

    RépondreSupprimer
  3. Levons un peu le nez et sortons de la personnalisation du pouvoir ! La réussite de l'ancien monarque en 2007 est au moins autant le résultat des attaques en règle de certains socialistes contre leur candidate (?) et de la révérence obséquieuse des médias devant la droite que le fruit du soi-disant charisme de l'homme en question. Peu importe que ce soit Sarkozy, qui "fourbit ses armes", Copé, Fillon ou je ne sais qui qui sera candidat, ce qui comptera avant tout pour les électeurs, à mon avis, ce sera le bilan de la politique menée par la gauche. La personnalité du candidat de la droite arrivera ensuite et les idées, je n'en parle même pas. Elles se limiteront à des slogans.

    RépondreSupprimer
  4. Je connais le nom d'un bon psy pour vous !

    Ça deviens terrifiant votre obsession sur M Sarkozy .
    Nous vous plaignons et vous apportons notre soutient.

    Allez bon courage .
    Tenez bon .
    Je suis que que vous allez guérir .

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.