4 août 2012

274ème semaine politique: Et Hollande partit en vacances en train

L'euro et la rigueur ? François Hollande travaillait sur le front de l'euro. De réunions en entretiens, il consultait. A Paris, son premier ministre avait livré les premières pistes de la « rigueur juste ». Puis il partit en vacances.

En train.

C'était son premier été de président..

Il y a 5 ans, Nicolas Sarkozy avait choisi comme lieu de villégiature une villa de milliardaire à Wolfeboro. De vacances en weekends prolongés, nous nous étions habitués à ses séjours bling-bling financés dans la plus grande opacité. Cette année, il avait emprunté un riad à Marrakech, un chalet canadien du milliardaire et ami Paul Desmarais, avant un court séjour dans le palais du Cap Nègre de son épouse, puis à nouveau à Marrakech où il aurait acheté le Palais d'Antares, une somptueuse villa, pour 5 millions d'euros. Selon le site emarrakech, le roi Mohamed VI lui aurait proposé de devenir conseiller royal. C'était l'objet de l'entrevue qu'il a eu mardi après-midi avec le premier ministre marocain.

A Nogent-sur-Marne, le maire UMP lui avait bien érigé la statue promise. Cet hommage tombait à plat, anachronique.

Liliane Bettencourt a vendu son île d'Arros, celle-même dont elle dissimulait l'existence quand Florence Woerth, l'épouse du ministre du Budget d'alors, travaillait pour son compte  à fructifier ses affaires.


Des comptes officiels de campagne, il ressort que François Hollande a dépensé environ 500.000 euros de plus que son rival Nicolas Sarkozy. Evidemment, les 150 déplacements provinciaux annuels réalisés hors sol, sans sujet et sans contrôle par Nicolas Sarkozy lors de ces 3 dernières années de mandat n'ont pas été décomptés.

Le décret d'encadrement des loyers est entré en vigueur. Une première satisfaction pour la ministre du logement Cécile Duflot. La taxe sur les transactions financières aussi, pour 109 grandes entreprises dont le siège social est en France. Mais sous la pression d'un lobby boursier qu'il faudra bien un jour traiter, son application a été repoussée au 1er décembre pour les entreprises françaises cotées à New-York.

Sans surprise non plus, GDF-Suez a prévenu que ses clients particuliers seraient prélevés de 40 euros en moyenne. Il fallait bien ajuster les tarifs du gaz, 290 millions d'euros de rattrapage. Nicolas Sarkozy avait tenté de nous faire croire qu'il n'y avait aucune raison d'une telle augmentation en décembre dernier.


La première loi budgétaire de l'ère Hollande a été votée. 7,2 milliards d'euros d'imposition supplémentaire. La droite enrageait. La gauche avait enterré la subvention sarkozyenne aux heures supplémentaires, l'augmentation de la TVA en octobre prochain et un renforcement exceptionnel de l'iSF (pour plus de 2 milliards d'euros!), qu'elle entendait faire annuler devant le Conseil Constitutionnel. Jean-François Copé, dont l'ami Ziad Takkiedine venait d'écoper d'une nouvelle mise en examen pour fraude fiscale, dénonça: le compte n'y était pas ! Bien sûr que le compte n'y était pas ! Il restait encore une grosse trentaine de milliards d'euros à trouver pour solder la gestion passée ! La droite tentait d'organiser sa riposte. François Baroin confiait sa haine des blogs.Thierry Mariani dénonçait l'épuration, après la mutation du procureur Philippe Courroye et de l'ambassadeur Boris Boillon.

Mercredi, c'était séminaire. Ayrault voulait calmer les esprits, réchauffer les humeurs, après de dures discussions avec Bercy. Le lendemain, chacun avait sa feuille de route budgétaire. La justice, la police, la gendarmerie, mais surtout l'éducation recevraient quelque 11.000 postes supplémentaires pour l'an prochain. Pour les autres, c'était ceinture ! Et principalement pour la Défense (-7.200 postes l'an prochain). Côté crédits, le budget de l'Etat serait gelé pour l'an prochain. A droite, c'était la consternation. On avait fait campagne sur un mythe d'une gauche irresponsable qui embaucherait à tour de bras des fonctionnaires... Tout juste Xavier Bertrand dénonça-t-il la baisse des commandes militaires qui risquait, selon lui, d'aggraver le chômage.

Que comprendre ? Hollande en faisait-il trop... ou pas assez ?

Le gouvernement communiquait sobrement mais très régulièrement. La synthèse des 65 premières mesures des deux premiers mois était prometteuse mais certains avaient quelques regrets. Jérôme Cahuzac, le ministre du budget, hésitait sur les modalités précises de la future imposition à 75% des revenus excédant le million d'euros. Quel message voulait-il faire passer en expliquant, jeudi sur France Inter, qu'il faudrait faire la distinction entre les revenus « certains », qui sont « garantis », et les autres ?

Son collègue Manuel Valls (Intérieur) fut pris dans une mauvaise polémique. Un demi-paragraphe lors d'une session au Sénat, en réponse à une question sur le démantèlement de camps illégaux de gens du voyage, et voici ses propos comparés au funeste discours de Grenoble de Nicolas Sarkozy le 30 juillet 2010. Valls avait sans doute beaucoup de défauts, mais pas certainement celui d'endosser le fratras sécuritaire et xénophobe de l'ancien Monarque! Il fallait simplement comparer les déclarations pour le réaliser, sans doute ni question. A Grenoble, Sarkozy nous avait tout sorti, la déchéance de nationalité, l'amalgame immigration=insécurité, et, en coulisse, une circulaire discriminant si particulièrement les Roms qu'elle fut annulée et remplacée quelques semaines plus tard.

Au passage, Valls déclassifia cette semaine 24 documents requis par les juges anti-terroristes dans l'affaire Merah. La DCRI, quand elle était dirigée par Bernard Squarcini, l'âme damnée de l'ancien Monarque, les avait classés secret/défense.

Si certains voulaient s'indigner, ils auraient pu se saisir d'un excellent rapport bi-partisan du Sénat sur les absurdités de la tarification à l'acte qui sévit dans le milieu hospitalier. Le dispositif alloue des financements aux établissements en fonction de leurs facturations. Les sénateurs ne réclamaient certes pas sa suppression. Mais ils recommandaient qu'on n'étende pas le système comme prévu en 2013 à l'ensemble du secteur. Et leur réquisitoire sur les faiblesses et absurdités du système était sans pitié.

Si certains voulaient s'indigner, la situation syrienne était ignoble. Kofi Anam démissionna de sa mission onusienne. Des exécutions sommaires de loyalistes ou de rebelles circulaient sur le Web. On rapporta que Nicolas Sarkozy s'indignait de l'inaction française. Le Canard Enchaîné publia cruellement un récent cliché, d'il y a quelques mois, figurant le boucher El Assad dînant à l'Elysée avec Nicolas Sarkozy et leurs épouses respectives. BHL aussi était déçu qu'Hollande n'envoie pas nos soldats.

François Hollande était finalement parti en vacances, jeudi matin avec sa compagne. Les deux ont pris le train pour rejoindre le Fort de Brégançon, sous l'oeil des caméras, ce qui a agacé le Figaro. Nicolas Sarkozy préférait le jet présidentiel discrètement affrété de l'aéroport de Villacoublay pour rejoindre le Cap Nègre de sa millionnaire épouse. Un jeune sbire de Brice Hortefeux réclama par voie de presse qu'Hollande rembourse la location des lieux. François Fillon, lui, n'a pas attendu d'être président de la République pour se faire inviter par un millionnaire étranger, en l'occurrence le président de Ferrari. Il fallut attendre qu'il se fracture la cheville gauche en scooter près de Capri cette semaine pour apprendre la chose. Le dit millionnaire lui avait aussi prêté son yacht personnel qu'il loue habituellement 48.000 euros la semaine.

A l'UMP, Christian Estrosi, député-maire de Nice, « sentait la vague ». Déjà 3.000 parrainages pour sa candidature à la présidence de l'UMP. Outre Copé et Fillon, le nombre de seconds ou troisièmes couteaux en lice pour cette éminente position ne lasse de surprendre. Estrosi, sarkozyste fidèle, avait fait toutefois entendre sa sincérité contre son ancien mentor quand ce dernier fustigeait l'immigré pendant la dernière campagne présidentielle. Nathalie Koscisuko-Morizet, a suivi le chemin inverse. Elle n'était pas si sarkozyste d'origine et très publiquement hostile au Front National, mais elle endossa l'ignoble campagne en tant que porte-parole du candidat déchu. La voici qui déclarait vendredi aux Echos qu'elle se sentait fidèle au sarkozysme.

Allez comprendre...






23 commentaires:

  1. Le message que Cahuzac veut faire passer est peut-être qu'il ne va pas être facile de créer cette imposition avec certaines catégories professionnelles au regard de la distinction faite par le Code des Impôts entre les gains des joueurs de bridge professionnels qui sont imposés, et ceux réalisés au poker, qui ne sont pas imposables car ce jeu est considéré comme un jeu de hasard. Ou bien l'ensemble de cette doctrine continue d'être entérinée et codifiée comme avant, et là il est difficile de taxer les bénéf' exceptionnels et aléatoires, ou bien il va y avoir un coup de pied dans la fourmilière et on présumé que les joueurs de poker ne vont pas apprécier du tout.

    RépondreSupprimer
  2. Dans le cadre "j'ai perdu ma législative mais je continue à percevoir autant" voir dame Brigitte Barèges (UMP) qui vient de tripler son indemnité de maire au détriment de celle de ses adjoint de Montauban de sorte que les contribuables restent épargnés par ses frasques.
    Si banale turpitude.

    RépondreSupprimer
  3. Com' d'Hab. D'une mauvaise foi absolue.

    RépondreSupprimer
  4. mistral ou martin
    pas un pour racheter l'autre dans l'enfer umpiste

    à la niche martin et oublie pas tes pilules

    RépondreSupprimer
  5. L'ex-président, qui achète un palais à Marrakech, l'ancien premier ministre à Capri chez le président de Ferrari .... Et la reine d'Angleterre, les gars, elle est pas assez bien pour vous ? ou ya trop de manants en Angleterre en ce moment ?

    RépondreSupprimer
  6. Je soupçonne certains commentateurs prétendument de droite au vu de la virulence de leur propos incohérent à l'encontre de notre président normal d'être en fait des gens de gauche intervenant à la solde du PS pour achever de dissoudre le peu de crédit intellectuel qui reste à la droite ! Et là je dis chapô les artistes du PS !

    RépondreSupprimer
  7. Juan, faudra vraiment vous décider un jour à utiliser un correcteur orthographique et grammatical, genre Prolexis et/ou Antidote (certains passent leurs textes dans les deux l'un après l'autre). "Et Hollande partit en vances" ça choque, surtout dans le titre.

    Bien sûr, on vous pardonne, car vous faites un sacré boulot, et quand on est concentré sur le fond il arrive que la forme subisse quelques "accidents".

    RépondreSupprimer
  8. Aïe, aïe, il a laissé une sacrée ardoise le mini-président de droite avec son cortège de suppressions d'emplois reportées après le 6 mai par les patrons, ses amis ! il a bien fait rire de lui, ridiculisé la nation française pendant 5 ans, ruiné le pays, enrichi les privilégiés et, depuis 3 mois, il se goberge à nos frais, payé pour sièger au conseil constitutionnel. Pendant ce temps-là, les Français, y compris nombre de ceux qui ont voté pour lui en 2007, se serrent la ceinture ou pointent à Pôle emploi. Bravo, l'artiste !

    RépondreSupprimer
  9. Sûr que passer de NS à FH ça se sent mais il ne faut pas pour autant relâcher son attention et sa sa surveillance critique. Un mandat, a fortiori électif n'est pas un chèque en blanc !
    Hollande a mprunté le train pour aller en vacances mais il doit bien disposer de bagnoles sur place donc elles sont parties à vide ! ? Il ne faut en faire trop dans la normalité.

    RépondreSupprimer
  10. l'ex-président des riches vous salue bien. Depuis son palais du Cap Nègre, dans sa résidence de luxe, avec son épouse milliardaire, il a une pensée émue pour les Français, qui sont au chômage grâce à lui(un million en + en 5 ans), alors qu'ils l'avaient cru quand il disait : "travailler + pour gagner +". Ils sont où, ceux qui portent les cornes ? Chez les amis du premier cercle, Lilian B, Bernard B., Arnaud L. ou les millions qui lui ont fait confiance et ont été roulés dans la farine. Ils sont où ?

    RépondreSupprimer
  11. + d'impôts pour les riches, + de liberté religieuse, + de services publics, + de fonctionnaires ! Des mutations dans la justice et dans les ambassades. Un peu d'air frais ! Finies les heures sup' subventionnées, les cadeaux fiscaux aux amis riches ... Un vrai plaisir ! Et tout en douceur !

    RépondreSupprimer
  12. non non c'est pas flamby c'est Prosper ...

    cocus socialos vous vous êtes fait baisez bande d’abrutis...

    RépondreSupprimer
  13. @sakura


    tu sais ce que les gens vont perdre avec le conneries de prosper???

    imbécile./ faineant /minable /andouille.et j'en passe

    RépondreSupprimer
  14. Notafe, c'est l'expérience de celui qui s'est fait avoir pendant 5 ans par un président affabulateur et ne se remet de la victoire de la gauche. Alors, il se comporte comme un voyou, insultant et méprisant ceux qui ne pensent pas comme lui, suivant l'exemple de son ex-président xxs. La gauche a été élue et la vraie droite éjectée et renvoyée à ses études démocratiquement, y compris par de nombreux électeurs sarkozystes de 2007 ! En plus, ça ne sert à rien de s'énerver ! Il y en a pour 5 ans. AU MOINS ! 5 ans d'une AUTRE politique, qui effacera sans aucun problème la période désastreuse 2007-2012.

    RépondreSupprimer
  15. 5 ans, CINQ ANS. Va falloir être patient, le temps qu'il te faudra pour apprendre à écrire et à aligner plus de 2 mots sans injure. 5 ans, hi,hi ...

    RépondreSupprimer
  16. Moi aussi je t'aime bien neuneu.
    Ça va aller tu vas guérir .
    Prends bien tes médocs et tu ira mieux .
    Aller courage à toi petit .
    Biz

    RépondreSupprimer
  17. Quand on voit les effets que ça produit sur toi, les médocs, on n'a pas envie d'en prendre ! Le syndrome de La Tourette, c'est comme ça que ça s'appelle. Pour ce qui concerne ta déclaration d'amour, t'es pas tombé à la bonne adresse, mon neu-neu, j'te conseille de voir chez tes ami(e)s, hi, hi ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le syndrome de gilles de la tournette ce n'est pas cela ...
      Instruit toi un peu et o. Rediscutera quand tu aura un il deux neurones de plus .
      Biz

      Supprimer
  18. C'est bien dommage pour eux et bien pour la gauche tout court: la plupart de ceux qui se disent à droite ne savent pas ouvrir la bouche ou leur ordinateur sans une insulte et de la vulgarité crasse.
    Et les arguments alors?
    C'est pas comme ça qu'ils vont retrouver de la crédibilité

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous dites que cest moi qui vous insulte!!!

      Ce que je dis n'est aucunement injurieux au vu de ce que vos amis socialistes m'ont balancé .

      J'ai essayé d'être courtois sur bcp de blogs et à chaque fois on est traité de salopard etc...
      Vos ami "sakura""bob c'est moi" etc sont pire que injurieux .

      Et âpre vous dites que je suis dans l'injure !!!!
      Regardez vous avant et après on en reparle...
      Je suis atteré de ce que je lis sur vos blog .mauvaise foi /injures/critiques permanentes ...
      C'est bon votre président est élu . Il a tous les pouvoirs ... Alors reposez vous .


      Vous devriez êtres contents ou alors vous avez vraiment un gros problème. Sinon faut consulter .
      Aller ... Cordialement

      Supprimer
  19. Zut, mon dernier article n'apparait pas dans la blogroll: pour ceux qui me suivent via la blogroll de Juan http://spartakiste.blogspot.fr/2012/08/quand-golnadel-se-laisse-submerger-par.html

    RépondreSupprimer
  20. "Sans surprise non plus, GDF-Suez a prévenu que ses clients particuliers seraient prélevés de 40 euros en moyenne. Il fallait bien ajuster les tarifs du gaz, 290 millions d'euros de rattrapage. Nicolas Sarkozy avait tenté de nous faire croire qu'il n'y avait aucune raison d'une telle augmentation en décembre dernier."

    Eh oui ! Sarkozy a voulu faire croire que gouverner voulait dire quelque chose et qu'on pouvait imposer des choses en France pour protéger les plus faibles de la rapacité des plus forts! Mais l'Europe, les grands patrons et les banquiers ont en décidé autrement...
    Et ce n'est pas avec Hollande que ça changera !

    RépondreSupprimer
  21. Rev'là Fanote avec ses histoires de médicaments, de consultations. Monsieur sait de quoi il parle. Fais-nous signe le jour où on te laisse sortir de l'hôpital. On viendra te chercher en ambulance et on te traitera pas de "salopard", comme tu dis. On ferait pas ça à un mec qui " a essayé d'être courtois"(sic)Promis, on te respectera comme tu nous respectes ...

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.