18 août 2012

276ème semaine politique: les Roms s'invitent pour les 100 jours de Hollande

C'était presque prévisible. François Hollande n'a pas évité à sa polémique estivale. Plus que la guerre en Syrie, les démantèlements de quelques camps de Roms et une nuit d'émeutes dans un quartier d'Amiens ont rappelé un autre été, celui de 2010.

Dans la ville picarde, une quinzaine de CRS furent blessés dans la nuit de lundi à mardi, des tirs à l'arme à feu furent entendus, des équipements collectifs brulés et détruits. Il fallait se rappeler que la zone souffrait d'un abandon social dramatique, qu'une décennie de politique de la ville n'avait pas (suffisamment) résolu: le chômage y était endémique, de longue durée et doublement supérieur à la moyenne. On y manquait de travailleurs sociaux. Les effectifs de police et d'enseignants, comme ailleurs, avaient été réduits depuis 2007.

Manuel Valls s'y dépêcha, il fut bousculé par quelques habitants. Que lui reprochait-on ? Le lendemain, François Hollande rendait hommage, à froid, à deux femmes gendarmes tuées deux mois auparavant. Ce "retard" lui fut reproché par le père de l'une des victimes. L'agitation sarkozyenne avait décidément marqué bien des esprits.

A droite, on riait jaune de voir la gauche gouvernementale confronté à ces urgences estivales, comme leur ancien mentor auparavant. « Vous voyez, Hollande fait comme Sarko » était leur refrain. Pourtant, ni Valls ni Hollande n'avaient décrété la chasse aux Roms comme Sarkozy l'avait fait deux ans avant. Il n'y avait nulle course aux chiffres d'expulsions, nulle circulaire ciblée. Ces mêmes expulsions froissaient même plus d'esprits à gauche à droite.

A droite, on riait jaune parce que Manuel Valls ne laissait aucune prise aux habituelles accusations de laxisme que la droite aimait à proférer. Il réclamait des interpellations - il y en eut - , affichait un discours de « fermeté républicaine ». Quelques UMPistes s'étaient donc encore rabattus sur Christiane Taubira. Opposer la Garde des Sceaux à son collègue de l'intérieur, avec le concours de quelques éditocrates bien en place et trop heureux de parler d'autre chose que de la dette, de l'euro et de l'emploi, était l'une des trouvailles bien négatives de ces dernières semaines. Brice Hortefeux se distinguait. Vendredi 17 août, il assura « qu'il n'y a pas eu, pendant tout le quinquennat de Nicolas Sarkozy, d'émeutes urbaines ». Le mensonge était si gros que le journaliste resta interloqué. On se souvenait de Villiers-Le-Bel (2007), Amiens, et surtout Grenoble (2010).  Hortefeux était tout aussi navrant quand il accusa Valls de réduire de 1.300 les effectifs policiers en 2013. C'était un gros mensonge, démenti dans la journée. Lui-même, quand il était ministre, avait assumé la diminution de près de 11.000 postes de gendarmes et policiers en à peine 5 ans.

Mercredi, le Canard Enchaîné nous apprenait que l'entretien de Mme Taubira dans Libération avait été caviardé d'une citation décisive qui aurait permis de couper court à la fausse polémique sur les centres éducatifs fermés.

Des émeutes d'Amiens, Hollande en fut évidemment jugé responsable par quelques opposants. Comme c'était curieux, presque risible. Entre mai 2007 et mai 2012, il n'y avait pas une déclaration publique du Monarque ou de ses courtisans pour fustiger les trente années précédentes qualifiées d'immobiles et responsables de nos tourments actuels. Quel qu'était le sujet - insécurité, chômage, pollution, etc - la faute en incombait aux autorités précédentes, comme si l'équipe en place était subitement née un 6 mai 2007 au soir. Puis, François Hollande élu n'avait-il pas terminé ses 100 premiers jours à l'Elysée qu'il était déjà responsable de tout et de bien pire encore; et surtout, nous avions l'interdiction collective de prononcer encore le nom de Sarkozy.

A droite, on riait jaune, parce que la compétition au sein de l'UMP pour la présidence du parti virait à la guerre des chefs. Nathalie Kosciusko-Morizet annonça son retrait... si Alain Juppé se présentait. Mais Christian Estrosi continuait sa tournée des plages, clamant avoir 3.000 des 7.000 parrainages nécessaires. François Fillon, immobilisé par son accident de scooter chez son ami millionnaire italien, croyait bien faire en réclamant  du « courage » à François Hollande sur la guerre en Syrie. Il taclait indirectement son ancien patron - Nicolas Sarkozy qui suggérait, cinq jours avant, une intervention militaire. L'intervention tomba rapidement à plat dans l'actualité. Copé, comme lui, s'inquiétait d'un éventuel retour de l'ancien Monarque dans la vie politique nationale.

Sur le front économique, le ministre Moscovici promettait des mesures contre la récente flambée des prix du carburant. Mais finalement, en fallait-il vraiment ? Les recettes fiscales s'annonçaient mauvaises: un premier état des lieux à mi-année révélait que la TVA et l'impôt sur les sociétés rentraient mal. Mardi, L'INSEE, prévoyait une croissance nulle pour le second trimestre, à cause d'une faible consommation des ménages (en baisse de 0,2%), sans relève. Toute la zone euro était plombée. D'après le ministère du travail, l'économie française avait recommencé à détruire des emplois (-11.700 en juillet), principalement à cause de l'intérim. La crise de l'euro battait son plein. France et Allemagne pouvaient encore emprunter à des taux négatifs (sic!). Mais outre-Rhin, certains réclamaient un changement de gouvernance au sein de la BCE pour revaloriser le poids de l'Allemagne. Jeudi prochain, Hollande sera chez Merkel. Il fallait du sang-froid, et non plus les précédents coups de mentons auxquels l'ancien Monarque nous avait habitués.

Vendredi soir sur Europe1, deux éditocrates, dont Yves Thréard du Figaro, reprochèrent aux ministres de n'être revenus plutôt de congés parce que la croissance était annoncée fragile ou nulle. Le ridicule n'avait plus de limite...  

L'agitation sarkozyenne avait décidément marqué bien des esprits.

Cette semaine vit passer le 15 août. Quelques hiérarques de l'Eglise catholique n'avait rien trouvé de mieux à faire qu'une prière contre le mariage gay. 

Quel sens de l'actualité !


3 commentaires:

  1. Non, Sarkozy n'a jamais fait la chasse aux Roms !

    Et mieux encore il les a fait venir de l'Europe entière en leur accordant le RMI comme prime de retour (la raison cachée de cette subite générosité, faire exploser l'état providence et faire chier les socialos, les régions qui payent le RMI)

    Sur un blog américain, quelqu'un avait écrit, durant la guerre d'Irak que si G W Bush avait été président durant l'attaque de Pearl Harbour, le lendemain il aurait bombarder la Chine.
    Sarkozy, l'immonde, après une colère de manouches français qui ont détruit le portaille d'une gendarmerie, décida le lendemain d'expulser les tziganes roumains, qui sont pas le genre a s'en prendre aux forces de l'ordre quand on les connait un peu.

    Sarkozy est une sorte de machiavel pervers, une belle ordure !

    RépondreSupprimer
  2. Au-delà des déclarations inappropriées des uns et des élucubrations des autres, je voudrais souligner un fait, que je trouve important : François Hollande nous a libérés de la pression quotidienne des média alimentés par son prédecesseur. Finis les scoops, les confidences, les effets de surprise et les grandes déclarations montés de toutes pièces par le monarque et ses communicants. Quel régal de voir les porteurs d'eau de l'UMP, comme Hortefeux, Peltier, voire le monarque lui-même, essayer de créer la polémique en vain ! Que du bonheur !

    RépondreSupprimer
  3. @justice: vous étiez énervé ce matin !

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.