25 août 2012

277ème semaine politique: "Nous sommes en état de guerre"

François Hollande est donc rentré lundi, après un weekend de canicule sur l'essentiel de la métropole. On lui a promis une rentrée « dure », « difficile », « impossible », presque ratée d'avance.

Une rentrée socialo-fiscale agitée, puisque cet été nous n'avions encore rien vu malgré un plan d'urgence de plus de 7 milliards d'euros d'efforts.

Quand l'UMP au pouvoir économisait 10 milliards d'euros de niches fiscales, on nous expliquait que l'effort était gigantesque. Cette fois, 7 milliards était jugés chose négligeable par les mêmes qui nous avaient placé là.

En Italie, le président du Conseil Mario Monti n'a pas hésité sur les termes: «nous sommes en état de guerre contre l'évasion fiscale» a-t-il expliqué. Son pays, l'Italie, est à peine mieux lotie que la Sarkofrance dont a hérité François Hollande. La dette publique y est moins importante - en valeur absolue comme rapportée au PIB national - mais l'impôt rentre très mal, le chômage y est terrifiant, la confiance des prêteurs en presque chute libre. Mario Monti, le technocrate, a parfois des expressions pleines de bon sens: « Il y a un an, nous pensions moins que nous ne le faisons aujourd'hui que nous étions dans une crise mais je crois que nous y étions encore davantage  ».

François Hollande serait-il inspiré de vendre la Tour Eiffel ? Après tout, une chambre du Commerce italienne (celle Monza et Brianza), l'a évaluée à 434 milliards d'euros, un quart de notre endettement national. Vendre les joyaux du pays pour renflouer les caisses ? L'affront serait-il à ce point suprême ? En France, TRACFIN fait ce qu'elle peut. Parfois bizarrement, quand un ministre dénommé Woerth lui demande de traquer un élu socialiste. Dans son rapport 2011, enfin publié ce 22 août, on apprenait que l'organisme recevait un peu moins de 400 déclarations de suspicion relatives à des personnalités ...

Pour la zone euro, la Merk-Allemagne a prévenu: ne vous attendez à rien d'essentiel quand Hollande puis Samaras viendront à Berlin en fin de semaine... Sans rire ? Dans les milieux officiels, on se reprend à évoquer une sortie de la Grèce de l'eurozone.  Jeudi, Hollande n'est pas d'accord. Mais Merkel compatit sur la douleur des efforts à faire. Le premier ministre grec rêve d'un rééchelonnement des efforts (il lui manque encore 14 milliards d'euros!)... qui n'a pas été accepté par les deux leaders.

Dans les colonnes du Monde, il nous explique, sans haine ni remords, combien l'immigration clandestine causait de l'insécurité en période de crise. L'homme répétait une antienne xénophobe si facile. Ce sont pourtant les immigrés qui semblent être la cible des suppôts du Parti néonazi grec. En Les attaques racistes se multiplient. Le Haut commissariat des réfugiés des Nations unies (UNHCR)  exprime son inquiétude devant « l'aggravation » des attaques racistes en Grèce. Vendredi, des milliers d'immigrés manifestent.

Crise, chômage, xénophobie, faillite... quel cocktail!

En France, les critiques restent dérisoires. Il y a bien le sujet Roms, qui avait provoqué gêne, disputes voire colère. Mercredi, le premier ministre a reçu des représentants de Romeurope, pour annoncer ensuite la levée des interdictions et taxations de travail qui frappe la communauté Rom. L'association a salué le changement de ton.

Mais pour les commentateurs, le problème était ailleurs: la cote de François Hollande plonge dans les sondages.

Et alors ?

Quelle popularité ? Que fallait-il espérer après quatre années années de crise, trois millions de demandeurs d'emplois, un pouvoir d'achat en berne et des comptes publics plombés ?

Des danses de rue et des confettis sur les Champs Elysées pour célébrer la rentrée ?

Même Jean-Luc Mélenchon, sans surprise, fait sa rentrée sur le dos du président Hollande. Il l'accuse d'avoir briser l'élan révolutionnaire du printemps. Fichtre ! Nous l'avions raté celui-là... Comment Mélenchon espère-t-il peser sur le réel en taillant ainsi ses anciens camarades sans attendre ?

Cet été, la (petite) manipulation sarkozyenne avait consisté à clamer qu'Hollande ne faisait rien. C'était drôle. L'ancien monarque - qui souffla dans le vide sur le dossier syrien voici 15 jours - aimait tant les vacances, du Cap Nègre à Marrakech. Qui étaient-ils, ces Sarko-fans, pour nous livrer leurs leçons après cette décennie ratée ?

A Nice, l'Association des Amis de Sarkozy se réunissait pour la première fois. Les appels à son retour se multipliaient. Même la prétendue Sarko-résistante Nathalie Kosciusko-Morizet avouait « l'immense vide » causé par son absence. Cet aveuglement collectif sur l'ancien leader déchu et mystérieusement millionnaire était de mauvais augure pour la recomposition de la droite républicaine. Fillon livre ses mesures « choc » dans les colonnes du Point (que n'a-t-il fait pendant 5 ans alors qu'il se décrit plutôt comme prudent de nature ?) et se voit un destin à la Pompidou. Copé chute (aussi) dans les sondages.

Bien inspirés, les sondeurs ont demandé si Hollande en faisait assez pour l'emploi et la croissance.

Mercredi, comme pour mieux répondre à cette impatience, Jean-Marc Ayrault a joué à l'omni-premier ministre, 25 mesures, chantiers et projets de lois annoncés d'ici décembre, sans compter les conférences et missions connexes. On pouvait citer la réforme fiscale, le pacte européen, la banque publique d’investissement, les 80.000 emplois aidés supplémentaires, les « emplois d'avenir », le relèvement immédiat de 25% du plafond du livret A, la création d'un système de caution aidée, ou la tarification sociale et progressive de l'électricité et de l'eau.

Jean-Marc Ayrault promet aussi un rapprochement de l'ARCEP et du CSA, un chantier lancé la veille avec Aurélie Filippetti (Culture) et Fleur Pellerin (Numérique). Quelques grincheux hurlèrent à la censure du Net... Pourquoi tant de stress ? Le CSA est une institution fatiguée, l'ARCEP une tutelle parfois très légère des tuyaux numériques.

Après l'agitation immobile sarkozyenne, pouvait-on se donner le temps de travailler, réformer, corriger ?




5 commentaires:

  1. Enfin une bonne nouvelle avec cette solution indolore pour nous : la vente des monuments nationaux, comme la Tour Eiffel. Il doit bien y avoir des fonds souverains quatariens ou chinois pour se les payer. En plus, cinq ou six monuments devraient suffire pour effacer notre dette ! Ouf, un souci de moins ....

    RépondreSupprimer
  2. Et pour ces transactions (Louvre, Versailles, Tour Eiffel) un riad au Maroc est gracieusement offert avec un compte numéroté au Brésil. Elle est pas belle la vie ?

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,

    j'aimais votre blog quand il était anti-sarko. Mais là je pense que vous pêchez dans l'excès inverse : que dire des déclarations de Valls, du démantelement des camps roms, de la stigmatisation, encore et toujours, des minorités.
    Hollande aurait-il été élu sans les voix du front de gauche ? Je pense que non. Donc avec Mélenchon, je pense qu'il faut rester vigilant.

    RépondreSupprimer
  4. Mélenchon aurait il été élu sans les voix de hollande ?

    RépondreSupprimer
  5. Votre dernier lien amène à :
    [...]Il y a quand même autre chose à la base de la renaissance de ce blog, que Juan a bien expliquée : la nécessité de riposter, autant qu’il est possible, aux attaques dont la gauche démocratique fait l’objet depuis son retour aux affaires au plus haut niveau de l’Etat [...]
    Je ne vais pas me "camoufler" : je suis partisan du Parti de Gauche, donc, je pense appartenir à la "gauche démocratique".
    Pourtant je ne suis pas d'accord avec votre analyse qui tend à démontrer, sans preuve, que seule le PS (la pseudo "gauche démocratique" a raison dans son analyse des problèmes qui plombent notre pays, notre peuple.
    Oh je ne vais pas faire dans le mélo, mais enfin,la hausse du SMIC (autrement que 0,4 %), le référendum sur la pseudo "règle d'or", l'amnistie aux syndicalistes, la loi permettant la reprise des entreprises liquidées pour cause de bourse,la réforme de la justice, la loi contre les licenciements boursiers etc... (voir le site du PG) n'étaient elles pas nécessaires, démocratiques ??
    Je suis vraiment déçu !

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.