19 août 2012

Faute de mieux, la droite espère-t-elle le retour de #Sarko ?

C'est de la politique-fiction, l'impatience de quelques-uns, la dépression de quelques autres. L'UMP se déchire, ses leaders sèment le trouble parmi les militants. Alors certains s'interrogent sur les conditions d'un retour de Nicolas Sarkozy dans la vie politique, au moins pour 2017.

Thomas Guénolé, un politologue du Cevipof, a énuméré pour le Monde, le 13 août dernier,  les 8 conditions nécessaires du « retour de M. Sarkozy en 2017 » .
1. « Une mauvaise conjoncture économique persistante en 2016 »;
2. « Apparaître comme le meilleur candidat de l'opposition »;
3. « L'absence de verrouillage de la désignation du futur candidat de droite par l'état-major du parti »;
4.« L'absence de parasitage par les affaires Karachi et Bettencourt »;
5. « La présence persistante de Nicolas Sarkozy dans le débat public »;
6. « Une entrée en campagne dès un an avant l'élection »;
7. « Corriger le problème d'image qui a incontestablement contribué à sa défaite »;
8. «  Que Nicolas Sarkozy ait l'intention de se représenter ». 
Ah! On pouvait manquer de s'étouffer de rire.... Pourquoi un tel article ? Plus sérieusement, l'argument signifie sans doute qu'il est possible que Nicolas Sarkozy soit découragé d'ici 2017 de toute envie.

Quelle perspective !

A ce jeu-là, nous pouvions tous participer. Il manquait ainsi au moins deux autres conditions à  l'éventuel retour de notre ancien Président des Riches:

9. Que l'activité politique lui manque tellement qu'il replonge et casse sa malheureuse promesse du 6 mai dernier.Déjà, la perspective du mois de septembre le plonge dans un désarroi qu'il peinerait à masquer, à en croire les reporters de guerre de la presse people. Ces quelques semaines écoulées depuis sa défaite ont été rapidement remplies. Le repos était nécessaire, un séjour à Marrakech a permis de finaliser l'acquisition d'un Palais à 5 millions d'euros sans qu'on ait vraiment compris avec quel argent. Mais après, que faire après ? Un édifiant reportage-vérité de l'hebdomadaire VSD nous relatait l'inquiétude de ses proches, Carla Bruni en tête, sur le retour dans le « grand bain ». Qu'allait-il faire dans ses bureaux parisiens ? On sentait d'ailleurs qu'il trépignait, après sa déclaration publique sur la guerre en Syrie.

10. Qu'il n'évalue pas correctement ses chances. Sarkozy est un narcissique. Qui ne l'est pas dans ces hautes sphères du combat politique ? Mais lui a le narcissisme plus développé que la moyenne politique. Son autocentrisme l'a aveuglé maintes fois, et notamment lors des deux dernières années de son mandat.

La veille du 15 août, deux autres experts s'inquiétaient du retour de Sarkozy sur la scène publique. Anne Rovan et Jean-Baptiste Garat du Figaro complétaient: « Sarkozy reste un repère pour l'UMP et le PS ». Quelle surprise ! Bien sûr que l'ancien Monarque restait un repère ! A droite, on avait espéré que la défaite, les rancoeurs ou l'écoeurement auraient plus rapidement détachés quelques anciens Sarko-fans de leur ancien mentor. On espérait qu'une droite sûre d'elle et de ses valeurs, républicaine et stoïque, défende à nouveau ses couleurs. Pour l'instant, personne n'ose encore faire un quelconque inventaire critique d'un mandat globalement bien raté.

A gauche, le sarkozysme reste un repère, une boussole, un repoussoir, l'épouvantail qu'il faut garder en tête. Son exercice du pouvoir fut si pragmatiquement détestable.

Mais à droite...  On s'inquiète d'un éventuel retour. Certains confient combien ils n'ont pas apprécié l'intervention de leur ancien patron sur le sujet syrien: «Sarkozy aurait dû se taire sur la Syrie. La diplomatie ne doit pas servir à des aspirations politiciennes» a expliqué un député. D'autres questionnent carrément l'existence de l'UMP: «L'UMP a été créée en 2002 pour rassembler la droite et le centre. Est-ce aujourd'hui une réussite? Je ne le pense pas» (Thierry Mariani).

Rassembler la droite et le centre... à l'extrême droite ?




19 commentaires:

  1. Je retrouve avec plaisir votre esprit critique qui a fait les grand jours de l'anti-sarkofrance. Le phoenix renaîtrait-il de ses cendres ? Finalement c'est encore un des sujets les plus consensuels actuellement.

    RépondreSupprimer
  2. Certains s'inquiétent à droite à juste raison, faudrait quand même pas qu'ils oublient qui les a mené à la défaite...

    RépondreSupprimer
  3. Qui vivra, verra, mon cher Juan.

    Ça m'étonnerais qu'il prenne sa retraite comme ça. Si Jospin peut faire son comeback, pourquoi pas lui?... Ce qui doit bien ennuyer Coppé et Fillon au passage.

    En tout cas, monsieur Sarkozy devrait vous remercier de tous vos effort pour le maintenir à la première page de l'actualité. Avez-vous songé à rejoindre l'association de ses amis parce que vous abattez un sacré boulot pour lui?... There is no such thing as bad publicity comme le disent les anglo-saxons.

    C'est tout de même dommage ce choix de sujet. Encore Monsieur Sarkozy? Et moi qui espérait vos réactions à la déclaration de Monsieur Melenchon sur les 100 jours de François Hollande... Pour quelqu'un qui était près à rentrer au gouvernement, il se lâche pas mal notre Che national.

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. "A droite, on avait espéré que la défaite, les rancoeurs ou l'écoeurement auraient plus rapidement détachés quelques anciens Sarko-fans de leur ancien mentor."

    impossible
    il suffit de voir l'exemple de chirac
    le nombre de boulettes et d'échecs et pourtant il est toujpours une idole à droite

    RépondreSupprimer

  6. Merci Sarko d 'avoir enfin fait bouger notre pays engoncé dans le conformisme étriqué, dans les médiocres défenses d'avantages et de structures obsolètes qui n'ont plus lieu d'être et dans le conservatisme petit bourgeois.

    Oui Merci, le mouvement est lance et la clique mediatico-bobo de gauche qui déverse sa haine sur lui ne l'arrêtera pas.

    Enfin nous avons eu un Président digne des enjeux a relever.
    Il etait temps, qu'avons nous eu depuis de Gaulle ?
    Que des Présidents qui ont entériné le déclin progressif du pays sans oser aucune reforme.

    MERCI SARKO !!

    Et revenez vite relever le pays humilié sali depuis 3mois par la pire bande de pieds niquelés que la France a mis au pouvoir

    RépondreSupprimer
  7. Merci Sarko d 'avoir enfin fait bouger notre pays engoncé dans le conformisme étriqué, dans les médiocres défenses d'avantages et de structures obsolètes qui n'ont plus lieu d'être et dans le conservatisme petit bourgeois.

    Oui Merci, le mouvement est lance et la clique mediatico-bobo de gauche qui déverse sa haine sur lui ne l'arrêtera pas.

    Enfin nous avons eu un Président digne des enjeux a relever.
    Il etait temps, qu'avons nous eu depuis de Gaulle ?
    Que des Présidents qui ont entériné le déclin progressif du pays sans oser aucune reforme.

    MERCI SARKO !!

    Et revenez vite relever le pays humilié sali depuis 3mois par la pire bande de pieds niquelés que la France a mis au pouvoir

    RépondreSupprimer
  8. @ Juan

    Pensez-vous comme Melenchon que le vote pour Holande est un vote insurrectionnel?

    Je n'ai pourtant pas le sentiment que la France soit peuplé de 51% de révolutionnaires?

    À vous lire, je n'ai pas le sentiment non plus que vous prôniez le renversement brutal des institutions?

    Pensez-vous comme Monsieur Melenchon que François Holande avait un mandat pour changer la societé et que ces 100 jours tiennent plus de l'enlisement que de la révolution proletarienne?

    RépondreSupprimer
  9. Le fachisme est de gauche

    Cruel constat pour tous ceux qui ont cru que la gauche representait le social , l'humanisme , l'égalité des chances ....et tous ces rèves utopiques qu'ils nous ressassent jusqu'à la nausée , pour endormir et anesthésier le maximum de naïfs prèts à se soumettre à leurs dictats idéologiques de pensée unique , employant ainsi les mêmes méthodes que les gourous des sectes ; très peu ont le QI nécessaire pour s'en rendre compte ; tous apprennent par coeur le catéchisme dogmatique et sectaire imposé par leurs maîtres à penser : au top 50 de leurs délirantes éructations : le " tout sauf Sarko " stérile qui a provoqué l'élection haut la main de celui ci , ce qui n'est que justice et un beau d'honneur envers tous ces gôchos ; ensuite viennent les charivaris anti patrons , anti libéral , anti USA et leur modèle , anti capital , boursiers , banquiers ...etc ; comme çà ne leur suffisait pas , au paroxysme de la haine , ils entreprennent conjointement des actions physiques violentes contre tout ce qui représente l'état , le gouvernement , l'ordre public , et ceci en toute impunité sous le prétexte commode qu'ils mènent une lutte sociale , expression magique qui leur permet d'exercer toutes les incivilités : blocage de facs , lycées , agression de profs et proviseurs , grèves illégales dans les transports , menaces , chantages , pressions en tout genres , manifs - émeutes , hurlement incessants à l' Assemblée Nationale contre les ministres par tous ces petits vieux teigneux , violents , marionnettes de muppet' s show , dont on peut dire qu'ils sont des députés délinquants de gôche tant leur antidémocratisme est " criant " .

    Triste réalité qui rappelle les méthodes d'inquisition de destruction d'un individu qu'employaient les nazis d'HITLER et la police de BERIA chez STALINE .

    La gauche contient tous les symptômes de danger pour une démocratie.

    RépondreSupprimer
  10. On ne dit pas "Merci Sarko" d'avoir fait bouger notre pays protégé grâce à des acquis sociaux généreux, dans des avantages justes et solidaires par un Etat providence, que beaucoup nous envient pour installer un régime conservateur rétrograde au service des plus riches.

    On ne dit pas "Merci, Sarkozy" d'avoir lancer un mouvement haineux envers les chômeurs, les fonctionnaires, les syndicats, xénophobe, lâche et soumis aux puissants (voir le suivisme derrière les Etats-Unis et l'Allemagne).

    C'est vrai, pendant 5 ans, nous avons eu un président ridicule, narcissique, cynique et moqué par les média étrangers !
    Et dire qu'il honorait De Gaulle, dont il n'était même pas la pâle copie.
    Cinq ans d'un président, qui a fait reculer la France au profit des intérêts des multinationales et des privilégiés.

    Vraiment pas merci, Sarko !!

    Enfin , merci quand même de nous avoir débarassés de ta personne ! Prend de très longues vacances et qu'on ne te revoie pas de si tôt !

    RépondreSupprimer
  11. Je suis surpris qu'il y ait encore des gens pour dire que Mélenchon était prêt à entrer au gouvernement. L'ont-ils seulement écouté ? Et s'ils l'ont écouté, l'ont-ils entendu ? À mon avis, oui, mais ils ont décidé que ce qu'ils entendaient et comprenaient n'était pas ce que pensait Mélenchon, car une des grandes caractéristiques de beaucoup de commentateurs politiques, c'est qu'ils savent mieux que ceux dont ils parlent ce que ceux-ci pensent vraiment, et qu'ils n'ont aucune besoin d'étayer leurs dires.

    RépondreSupprimer
  12. C'est quoi ce costume ridicule de super héros, maximots bernardi ! Et ce jeu stupide : t'avais des mots à placer dans ton texte ou quoi ? Si tu veux être crédible, je te conseille de mettre du liant et surtout quelques idées sensées, parce que, là franchement, t'es pas convaicant. Une suite de mots sans queue, ni tête. Allez, recommence-nous ça et tâche de t'appliquer un peu, maximots !

    RépondreSupprimer
  13. @ Juan: vivement demain

    @ Démos: ah oui! Le fameux modèle-social-français-que-tout-le-monde-il-nous-envie... Pensez-vous aussi qu'ils nous envie le chômage de masse qu'il génère? Le modèle social français il est très bien quand tu as un job à vie ou deja à la retraite. Beaucoup moins quand tu es un jeune qui débute.
    Mais ne vous inquiétez pas. S'il y a bien un élément de langage qui a totalement disparu du discours du gouvernement c'est bien les fameux "droits acquis". Le changement serait-il pour maintenant?


    RépondreSupprimer
  14. @ Coin

    Les droits acquis, on en entend uniquement parler que lorsqu'ils sont attaqués. Comme, pour l'instant, ils ne le sont pas, aucune raison d'en parler.

    RépondreSupprimer
  15. @ Coin : le modèle français, c'est surtout très bien pour les gros actionnaires, les privilégiés, les entreprises et les professions libérales quand le pays est dirigé par un serviteur zélé, comme Sarkozy. Par ailleurs, je vous rappelle que "le fameux modèle social français" a, de l'avis général, permis d'amortir la crise. Eh oui, le modèle social et non votre héraut, qui n'a eu de cesse de le détricoter (merci Kessler, Parisot ...). S'il était resté au pouvoir, après 5 ans d'augmentation du chômage et de la pauvreté, c'était parti pour "les accords emploi-compétitivité" avec de nouvelles régressions et un chantage permanent exercé sur les salariés avant la désintégration du code du travail. Le Medef était déjà au septième ciel. Hélas pour lui et pour vous, le film n'est pas celui que vous attendiez. Que Sarkozy reste où il est, il a fait la démonstration de son incompétence et de sa fatuité !

    RépondreSupprimer
  16. Si le nabot veut se lancer dans la brocante il peut revenir, qu'est ce qu'il reste à vendre les croutes du Louvre et la tour Eiffel, pas sur que les pays du golfe soient intéressés.

    RépondreSupprimer
  17. "et casse sa malheureuse promesse du 6 mai dernier"

    http://www.youtube.com/watch?v=vQwoVKlhpfU

    laquelle?

    vous êtes mignons.

    RépondreSupprimer
  18. http://www.youtube.com/watch?v=Ux11q2LX4Ms

    contrairement à lui.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.