7 août 2012

Syrie: le dernier éclat narcissique de Sarkozy.


On a cru rêver, et pourtant c'était vrai. Mardi soir, coup de théâtre, coup de tonnerre, nous étions dans un mauvais re-boot de Sarkofrance.


Certains voudraient qu'on l'oublie, comme son bilan. Mais lui ne voulait pas se faire oublier. Son abstinence médiatique aura été de courte durée. Il n'a pas pu s'empêcher de revenir. Il était pourtant prétendument au repos au Cap Nègre, à quelques encablures du Frot de Brégançon où logeait son rival.

Mardi 7 août 2012, un peu avant 22 heures, on apprenait que Nicolas Sarkozy s'était « entretenu par téléphone avec le chef de la principale coalition de l'opposition au régime de Bachar al-Assad. Ils ont constaté la convergence de leurs analyses.» Selon France Info, l'entretien téléphonique a duré 40 minutes. Pire, Sarkozy et son homologue syrien, Abdel Basset Sayda.

Ils ont même publié un communiqué commun. 

Il faut se pincer pour le croire....

Les deux hommes ont constaté « la complète convergence de leurs analyses sur  la gravité de la crise syrienne et sur la nécessité d'une action rapide de la communauté internationale pour éviter des massacres ». De quel droit l'ancien monarque se permettait-il une telle incursion privée dans une crise internationale ? De son propre droit. C'était une sortie narcissique, le signe d'une crise existentielle, le besoin de montrer que même défait, lui au moins savait mieux que tout, et surtout mieux que Hollande.

Sur le fond, l'intervention de Nicolas Sarkozy ne sert à rien. Elle peut même être étonnament contre-productive: Sarkozy n'a aucune autorité, aucun mandat, aucune écoute sur le plan international. Membre du Conseil Constitutionnel, il est même astreint au devoir de réserve.

C'est la dernière (?) gaffe d'un garçon décidément incorrigible.


13 commentaires:

  1. Je tombe des nues et pourtant rien ne devrait plus me surprendre venant de ce garçon...

    RépondreSupprimer
  2. C'est pas un melon qu'il a, c'est une groooosse pastèèèèque ! ...
    :D

    RépondreSupprimer
  3. Incroyable... je viens de tomber sur la dépêche et j'ai accouru chez toi en voyant que tu avais (déjà) publié un billet...
    Que cherche-t-il au juste? Et dire qu'on nous reproche de parler (encore) de lui...

    RépondreSupprimer
  4. Guignol qui sort de sa boîte ! Belle photo pour illustrer ton article, Juan. Ou comment on accorde du crédit à un irresponsable cynique, qui a prouvé son incompétence et son suivisme, autant pour la politique économique européenne à la traîne de l'Allemagne que pour la politique de défense aux ordres de l'OTAN.

    RépondreSupprimer
  5. Bah moi je trouve que si Flamby avait plus de charisme le chef de l’opposition syrienne serait venu vers lui... mais non, il a été cherché Sarkozy...
    Je suis déçu de voir la partialité de ce blog qui visiblement ne met rien en avant sur le contenu de la dépêche mais uniquement sur le fait que Sarko avait annoncé son arrêt de la politique et que le voilà à nouveau sur la scène...
    Un comportement très gamin. Et très partial. Ça en dit long sur le penchant de ce blog...je vais voir si ce commentaire sera publié et je le saurais.

    RépondreSupprimer
  6. J'ai vu Géant avec voiture, chauffeur et garde du corps, quelle est la fonction de ce monsieur et qui paye tout çà ? la Republique ?

    RépondreSupprimer
  7. Najib,

    Si le président de l'opposition syrienne était décent, jamais il ne se serait prêté à cette pitrerie qui serait risible et insignifiante si elle ne révélait une fois encore le narcissisme pathologique de celui qui ne sait faire qu'une chose : pourrir ce qu'il touche dans le domaine de la politique, transformer l'or du statut d'homme d'Etat en plomb de sordide manoeuvrier de bas étage !

    tSarkomzy joue de l'agenda médiatico-politique pendant que son successeur normal réside à Brégançon. le moment est bien choisi pour une petite polémique. Hollande étant en retrait, il tente de sortir de son anonymat ; il soigne sa déprime en reprenant une petite dose d'adrénaline !

    tSarkomzy n'est pas un homme d'Etat et ne le sera jamais ; il n'est qu'un avocat d'affaires parmi les plus vulgaires, sans scrupule ni élégance ; un parvenu aux manières de beauf ! Mais ce qui sied à un beauf qui reste à sa place est parfaitement malséant et impardonnable de la part d'un personnage qui prétendait jouer dans la cour des grands avant d'annoncer son retrait de la vie politique ! Quel triste clown de piètre envergure qui une nouvelle fois se couvre de ridicule, la France recevant au passage qqs éclaboussures !

    Vivement le retour du président normal à Paris car dès que l'adulte à le dos tourné le gosse en profite pour faire des siennes ;)



    Au sujet de l'opposition syrienne, un article documenté de Charlie Skelton dans The Guardian (traduit en français):

    http://mounadil.wordpress.com/2012/07/16/syrie-et-propagande-guerriere-un-article-essentiel-de-charlie-skelton/

    RépondreSupprimer
  8. Juan, à verser au dossier des affaires syriennes une analyse d'un éminent directeur de recherche du Council on Foreign Relations ou CFR, un prestigieux think tank non partisan américain, ayant pour but d'analyser la politique étrangère américaine et la situation politique mondiale.

    Ed Husain est Senior Fellow for Middle Eastern Studies auprès de ce think tank. Il a rédigé une contribution intitulée : Le spectre d'Al kaida en Syrie. En voici qqs extraits [ http://www.cfr.org/syria/al-qaedas-specter-syria/p28782 ] :

    "The Syrian rebels would be immeasurably weaker today without al-Qaeda in their ranks. By and large, Free Syrian Army (FSA) battalions are tired, divided, chaotic, and ineffective. Feeling abandoned by the West, rebel forces are increasingly demoralized as they square off with the Assad regime's superior weaponry and professional army. Al-Qaeda fighters, however, may help improve morale. The influx of jihadis brings discipline, religious fervor, battle experience from Iraq, funding from Sunni sympathizers in the Gulf, and most importantly, deadly results. In short, the FSA needs al-Qaeda now."

    [...]

    Thus far, Washington seems reluctant to weigh heavily into this issue. In May 2012, U.S. Defense Secretary Leon Panetta publicly accepted al-Qaeda's presence in Syria (Guardian). And in July, the State Department's counterterrorism chief, Daniel Benjamin, rather incredulously suggested that the United States will simply ask the FSA to reject al-Qaeda. The unspoken political calculation among policymakers is to get rid of Assad first—weakening Iran's position in the region—and then deal with al-Qaeda later.

    But the planning to minimize al-Qaeda's likely hold over Syrian tribes and fighters must begin now as the Obama administration ramps up its support to rebel groups (Reuters). Of course, these preparations should also include efforts to locate and control Assad's chemical weapons. The months ahead will not be easy.


    Résumé : les rebelles authentiques sont démoralisés (on le serait à moins). heureusement les gars d'Al kaida sont là qui mettent dans la balance tout leur enthousiasme généré par leur amour pour la guerre sainte. et les Etats-Unis par l'intermédiaire de Panetta (directeur général de la Central Intelligence Agency (CIA) dans l'Administration Obama à partir du 5 janvier 2009, puis secrétaire à la Défense à compter du 1er juillet 2011) ont acquiescé à leur présence.


    Les enjeux internationaux sont compliqués Juan. L'amateurisme n'y a pas sa place ; les bons sentiments encore moins. Visiblement on ne fait pas de la bonne politique internationale avec de bons sentiments. Le cynisme absolu semble au contraire plus que jamais de mise : les Etats-Unis allés de circonstance avec Al Quaida leur pire ennemi !

    Juan, nul ne vous en voudra de ne pas vous compromettre dans ce marigot ! Ou si vous y allez, fourbissez vos armeguments ; munissez-vous d'un gilet pare-balles et soyez extrêmement vigilant ; sous peine de vous compromettre bien innocemment au service d'une cause qui est tout sauf évidente à cerner de façon binaire et manichéenne dans un contexte où les "enjeux internationaux" semblent terriblement explosifs ! Au point de justifier de sacrées alliances parmi les plus improbables ! Dont nous avons déjà eu un aperçu en Lybie ! Devenu depuis l'intervention de l'Otan un véritable chaos ethno-confessionnel ! Comme l'Irak ! Ca sent la partition ! La balkanisation ! L'émiettement.

    Que tout cela donne à réfléchir vous ne pensez pas ...

    RépondreSupprimer
  9. Pour être en contact avec une poignée de Syriens par intermittences, je confirme qu'ls sont démoralisés, oui. Et c'est normal apres plus d'un an à manifester, à souffrir à se cacher, à se faire arrêter, à galérer pour trouer à manger, à essayer de faire sortir sa famille du pays, etc...
    Après, ils sont démoralisés, mais ils continuent, ils avancent...

    RépondreSupprimer
  10. Juan, il se peut que vous ne laissiez pas passer ce lien vers un billet rédigé par Thierry Meyssan; mais en mon âme et conscience je me dois de le relayer car ce qui y est dit est instructif. Je ne proclame pas que c'est la vérité. Mais la cohérence de l'analyse est réelle, même si elle peut paraître schématique.

    Il s'agit d'éléments de réflexion dont on ne peut selon moi faire l'économie sous peine de tomber dans des réflexes irrationnels de bannissement suscités par la crainte de réfléchir sous peine de fauter et d'enfreindre un tabou devenu irréfléchi à force de nous être asséné.

    Pour ma part, je n'ai pas de difficulté particulière de ce point de vue car je suis du genre électron libre qui s'efforce de penser par lui même avec l'aide des autres mais sans laisser quiconque penser à ma place. Je n'ai donc pas peur que Meyssan, ou qui que ce soit d'autres, de son verbe maudit et maléfique viennent m'ensorceler et pétrifier ma capacité de réflexion ... me plongeant ad vitae dans les affres de l'enfer obscurantiste. Et tant pis si je me retrouve catalogué sur ce site et ma prose discréditée (aus yeux de celles et ceux qui auraient ne se seraient pas légitimement laissé dissuader par la longueur du commentaire ! Je n'interviens pas ici d'abord pour convaincre de ce que je dis mais avant tout pour dire au mieux ce qui me convainc ;)

    Présentement je suis donc persuadé que cette contribution de Thierry Meyssan mérite d'être lue avant d'être critiquée car nous devons tous avoir la possibilité de comprendre que la marche du monde n'est ni simple ni linéaire ni binaire ni manichéenne. Et pour ce faire, tous les éléments d'analyse susceptibles d'enrichir notre grille d'interprétation des événements sont les bienvenus. Même si on n'est pas obligé de souscrire à l'intégralité du raisonnement.

    Meyssan n'est pas parfait. Il a son histoire. Mais il fait encore partie de la famille humaine et que je sache rien dans ses écrits ne constitue des propos répréhensibles devant la loi ni de quelconques incitations incantatoires à la haine ou à la violence. Même si ses dénonciations sont virulentes, acerbes et sans concession. Quant à certaines de ses assertions les plus audacieuses et aléatoires, l'histoire (nous ?) dira (peut-être un jour) si elles sont aussi infondées qu'elles semblent fantaisistes à première vue à la majorité des bien-pensant qui ne voient pas forcément d'un bon oeil que l'on vienne ainsi troubler à si peu de frais leur confortable quiétude intellectuelle !!

    Dans l'hypothèse où Meyssan serait halluciné, raccourci que je ne partage pas, on ne peut lui dénier un certain courage, loin du confort de nos fauteuils et bureaux d'où nous tapotons sur nos claviers !

    Décideriez-vous de ne pas laisser ce message en ligne que je ne vous en tiendrais pas rigueur car je ne suis pas sans ignorer les conséquences d'une telle décision sur votre indice de respectabilité dans la blogosphère à tout le moins :) On a vite fait de vous meyssianiser ; la tentation est grande pour ceux de vos détracteurs que la pertinence et le percutant de vos propres analyses font enrager !

    Introduction :

    "Le slogan « Bachar doit partir ! » était destiné à être scandé par des foules manifestant à Damas et Alep. A défaut de telles manifestations, il est repris à leur compte par les leaders occidentaux bien qu’il ne ressorte pas du registre classique de la diplomatie. Pourquoi ?"

    ==> http://www.voltairenet.org/Les-dirigeants-occidentaux

    RépondreSupprimer
  11. hou hou je suis ICI dans l'antre de l'Anti-Sarkosisme primaire !
    Comme on ne peut parler de l'Enorme travail fait par le gouvernement actuel, on tape sur SARKO, ça fait du bien...
    Eh bien les gars continuez à vous faire plaisir !

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.