22 août 2012

Syrie: "Allo ? Nicolas ? C'est François."

Mardi 21 août, François Hollande a reçu le vice-président l'opposition syrienne. Le 6 août dernier, l'ancien Monarque avait parlé « 40 minutes » avec le président du CNS pour conclure que la Syrie était dans une situation similaire à celle de la Libye en 2011, mais sans avouer qu'une intervention militaire était exclue.

Ce 21 août, Hollande a donc engagé la République de son soutien auprès du Conseil National Syrien. Le communiqué est sans ambiguïté. Après 14 mois d'attentisme de Nicolas Sarkozy, c'était bienvenu. Son ministre des affaires étrangères Laurent Fabius revenait d'un déplacement sur les zones de soutien humanitaire dans la région. Et Hollande avait également reçu Lakhdar Brahimi, le nouveau représentant spécial de l’ONU.

Le même jour, Barack Obama menaçait Assad d'une rétorsion militaire si ce dernier envisageait l'utilisation d'armes chimiques. Quelques heures plus tard, on apprenait l'incroyable: « La Syrie est prête à discuter d'une démission du président Bachar al-Assad dans le cadre d'un processus de négociations avec l'opposition » avait déclaré en substance à Moscou le vice-Premier ministre syrien Qadri Jamil. «Pendant le processus de négociations, on peut étudier toutes les questions et nous sommes prêts à étudier même cette question».

Effectivement, la situation syrienne... n'avait plus rien à voir avec celle de la Libye au printemps 2011. A l'époque, Sarkozy avait obtenu un accord onusien pour intervenir militairement. Pour la Syrie, Sarkozy avait échoué à l'obtenir. Hollande récupéra les restes d'un enlisement diplomatique. La Russie de Poutine, ex-grand ami de Sarkofrance qui devait faire travailler nos chantiers navals de Saint-Nazaire ne voulait accepter de nouvelles ingérences occidentales.

En Syrie, une journaliste japonaise a été tuée lundi à Alep.

6 commentaires:

  1. La Russie de Poutine, ex-grand ami de Sarkofrance qui devait faire travailler nos chantiers navals de Saint-Nazaire

    la mafia poutinienne est toujours à l'oeuvre

    http://www.liberation.fr/societe/2012/08/21/chez-litwin-le-travail-ne-paye-plus_840966

    51 salariés d'une entreprise d'ingénierie pétrochimique ne touchent plus leur salaire depuis trois mois. En cause : un repreneur russe domicilé aux îles Vierges britanniques...

    Par SYLVAIN MOUILLARD
    Depuis quatre mois, les salariés de Litwin, coincés dans un imbroglio judiciaire, pointent tous les jours sur leur lieu de travail, de 9 heures à 16h30. Sans rien de précis à faire, sauf assurer la tenue des lieux. Les cinq étages du bâtiment de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), qui, il y a quatre ans, accueillaient encore 450 salariés spécialisés dans l'ingénierie pour l’industrie pétrochimique, sont quasiment vides.

    pour la suite suivre le lien ci dessus


    RépondreSupprimer
  2. [ Pour compléter notre information et nous prémunir d'une vision par trop simpliste et angélique, pauvre ignorants que nous sommes pour la plupart de ces choses dont on nous cause dans le poste ! ]

    Conférence d'Alain Chouet (ex directeur de la DGSE) sur les révolutions islamiques en cours (et le cas de la Syrie en particulier) ==> http://www.islamisation.fr/archive/2012/08/07/conerence-d-alain-chouet-ex-directeur-de-la-dgse-sur-les-rev.html

    NB. la recommandation du site ne vaut pas recommandation du site !!

    RépondreSupprimer
  3. - Allo, Monsieur Sarkozy, c'est le président Hollande !

    - le numéro que vous avez demandé n'est plus attribué, bip, bip, bip, bip ...

    RépondreSupprimer
  4. Vous pouvez commencer la chroniques des erreurs de Hollande:

    La baisse de taxation des carburants est la première (grosse) erreur du quinquennat. Elle coûtera chaque année plus cher, du fait de l'augmentation structurelle du prix et de la baisse des réserves, elle va pousser à exploiter le gaz de schiste, seul moyen d'augmenter la prod à court terme, et elle va favoriser le gaspillage de carburant, qui est aujourd'hui massif.
    Quant aux pauvres, n'oubliez pas que baisser sa vitesse de 110 à 100km/h (donc environ 10%), c'est baisser sa consommation de 19%!

    Déjà que Sarkozy s'était dégonflé sur la taxe carbone... si on détruit le peu de fiscalité qui ne porte pas sur le travail pour ne garder que celle qui pèse sur les salaires, on ne risque pas d'améliorer les conditions de vie du français moyen.

    Montrez nous donc que vous savez rester à peu près critique sur ce coup-la... ;-)

    RépondreSupprimer
  5. La baisse de taxation des carburants est la première (grosse) erreur du quinquennat

    faut apprendre à tout lire dans une dépèche
    cette baisse est faible et de COURTE DUREE dans l'attente d'un autre dispositif
    faut arrêter de jouer les Cassandre

    RépondreSupprimer
  6. Parler de première grosse (entre parenthèses ?) erreur du quinquennat au sujet du contrôle des prix du carburant est peut-être (un peu) excessif. En plus, ce jugement me donne l'impression que nous sommes avec une grille de notation pour tout ce qui est fait ou ne l'est pas par le pouvoir politique. La vie politique, ce n'est pas le jeu des sept erreurs, ni celui des petites phrases. Prenons de la hauteur et du temps pour analyser et juger les mesures du nouveau pouvoir ! La rentrée va nous apporter les éléments de réponse.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.