15 septembre 2012

280ème semaine politique: Pourquoi faudrait-il défendre Hollande ?

A Aulnay, une usine fermera, et d'autres établissements PSA également. Huit mille salariés concernés. Mais on en sait un peu plus sur la curieuse stratégie du groupe automobile ces dernières années.

On titre sur le renoncement supposé du président actuel. En juillet, Hollande refusait le plan PSA, Montebourg s'indignait. En septembre, les deux se taisent... ou pas. Car l'affaire ne fait que débuter, mais les buses ne font que ressasser. L'expert nommé par le gouvernement a rendu son rapport qui ressemble à un réquisitoire contre la direction. La négociation commence.

Un milliardaire a raté sa semaine. Sa demande de nationalité belge passe mal. Bernard Arnault se défend de tout exil fiscal. Vraiment ? On apprend qu'il a créé voici près d'un an une Fondation en Belgique pour sans doute y léguer ses parts dans LVMH et éviter tout démantèlement post-mortem. La démarche choque sauf chez les anciens Sarko-fans. Libération titre sur « Casse-toi riche con! » et perd 500.000 euros de publicité du groupe Arnault. Couverture inutile ou futile, coûteuse ou heureuse... Le propriétaire dudit journal, également très riche, cherche à vendre ses parts à Matthieu Pigasse, déjà patron des Inrocks et (minoritaire) du Monde. Chez Mediapart on s'inquiète.

François Hollande a donné son avis sur la succession de Martine Aubry au poste de Premier Secrétaire. On glose sur son ancienne promesse de ne pas être le chef de la majorité comme Nicolas Sarkozy pouvait l'être. Il est pourtant resté modeste: il n'a pas campagne, ni de meeting; il n'invite pas quelques centaines de parlementaires socialistes à l'Elysée se rincer à l'oeil chaque semaine à l'Elysée.

On s'amuse sur une commande élyséenne de sondages. Hollande avait promis qu'il ne ferait pas comme Sarkozy. Effectivement, la commande est officielle, avec appel d'offre, et confié au SIG. L'ancien monarque avait préféré confier un budget autrement plus conséquent à deux proches amis pour financer les sondages du Figaro en sous-main ou sonder l'opinion des Français sur sa nouvelle épouse...

D'ailleurs, pourquoi s'obstiner à défendre ce gouvernement ? Cette semaine était dans l'action, et donc la critique. C'est bien normal. En même temps, la violence des critiques surprend toujours. Comme si la France avait oublié ces 5 années de Sarkofrance. En septembre 2007, tout était déjà raté. En septembre 2012, tout est encore possible.

Dimanche soir, François Hollande a ouvert la douche. Très froide, la douche. Avait-il besoin de choquer pour se donner du temps ? 30 milliards d'euros de rigueur promise pour l'an prochain, en direct sur TF1. Et de la vraie rigueur, pas la fausse mise en scène surjouée de l'ancien monarque. « Un agenda ^récis et des efforts considérables » relève le Parisien... Quatre mois après l'élection, voici l'addition Sarkozy... Cette fois-ci, un président normal prend ses responsabilités, ... même si l'on peut en contester le résultat. Nous aurons donc  10 milliards d'impôts supplémentaires mais 20 millions de Français en seront épargnés. Les entreprises supporteront 10 milliards, et l'Etat économisera 10 milliards...

« Je sais où je vais » a-t-il expliqué. « Où ça ? Où ça ? » s'inquiétaient quelques éditocrates médusés par l'annonce.

Lundi matin, la ministre de la Culture achève quelques projets symboliques sarkozyens. Rigueur oblige, Aurélie Filippetti n'a pas attendu pour décocher ses flèches. Mardi, l'Assemblée rentre enfin. Les députés votent les contrats d'avenir. Un UMPiste dénommé Pierre Lellouche ose accuser le gouvernement de faire dans le clientélisme électoral pour les élections municipales de dans 2 ans. Ces gens-là sont prêts à tout, même à raconter n'importe quoi.

Plus légitime était l'inquiétude sociale.

La Sécurité sociale est en déficit plus grave que prévu, la Cour des Comptes réclame des mesures. Deux médecins fustigent le remboursement de 75% des médicaments alors qu'une bonne moitié d'entre eux seraient inutiles. Environ 5 millions de Français n'ont toujours pas les moyens de se payer une mutuelle. L'INSEE nous dévoile que la pauvreté frappait 440.000 personnes de plus en 2010. Pour l'essentiel des enfants, des retraités et des chômeurs. Et en 2012 ? Où était donc cet ancien monarque si protecteur ? Planqué à Marrakech, au Cap Nègre ou dans sa villa de millionnaire villa Montmorency.

On pense au 11 septembre, anniversaire oblige. Hollande n'est pas monté s'agiter sur une estrade pour fustiger le terrorisme islamique. Pourtant, mardi soir, un ambassadeur américain s'est fait piégé à Benghazi, en Libye. Piège mortel, son cadavre fut exhibé. C'est donc toujours la guerre, qui en doutait ?

Vendredi, Hollande annonce la fermeture de la centrale Fessenheim pour 2016. L'UMP crie au démantèlement de la filière nucléaire française. A force d'outrances, elle n'est plus audible.



4 commentaires:

  1. Et oui dans les entreprises privées aussi bonne gestion et stratégie ne sont pas toujours au rendez-vous. Mais dès lors que la stratégie de l'entreprise exigerait de transférer activités et emplois dans d'autres pays la chose devient pour délicate. Certes Peugeot a distribué il y a peu 250 Mo de dividende c'est très vilain de servir l'actionnaire au détriment du développement de l'entreprise. L'expert reconnait n'avoir eu accès qu'aux documents disponibles et ne rien savoir de la stratégie future du groupe. Parmi d'autres mauvais gestionnaires on peut citer l'Etat qui a failli au Crédit Lyonnais (Bernard Tapie est très reconnaissant), les frasques d'Elf et la Caisse des dépôts et consignation lorsqu'elle est guidée par des intérêts plus politiques qu'économiques. Oui tout n'est pas bien dans la gestion de Peugeot. Mais si cela est une calamité au moins Peugeot a t-il encore les moyens d'assumer financièrement les conditions de départ de ceux qui quitteront l'entreprise.
    Ailleurs tous les jours des PME se crashent dans des conditions financières épouvantables laissant les salariés sur le carreau, sans salaire depuis des semaines, face à un administrateur qui ne trouve pas un radis dans les caisses, qui va liquider le peu de patrimoine qui reste en quelques semaines et licencier sec sans fioritures de quelques salariés à plusieurs centaines sans que l'Etat ne s'en émeuve, parce que l'Etat ne peut pas tout.
    On peut se réjouir qu'en ces temps difficiles, pôle emploi se voit rappeler ses obligations devant un tribunal administratif.http://www.bfmtv.com/societe/condamnation-pole-emploi-il-sagit-dun-rappel-a-l-ordre-334912.html
    On peut longtemps encore invoquer le bilan de l'ancien président pour se couvrir la tête de cendres. Cela n'améliorera pas la situation de ceux qui sont dans la mouise. Un tribunal d'exception pour lui faire rendre gorge ?
    Pfffiou...

    RépondreSupprimer
  2. Merci de rétablir régulièrement quelques vérités!

    RépondreSupprimer
  3. une bonne base d'étude c'est les discours des candidats à la présidence de l'UMP ce midi

    RépondreSupprimer
  4. Je ne pense que nous ayons à défendre François Hollande, il dispose de tous les moyens pour le faire lui-même.

    Toutefois, il n'est ni illogique, ni inutile, quand on est un citoyen de gauche, d'expliquer, de nuancer et de mettre en perspective la politique menée par le nouveau pouvoir. Dans cette démarche, au vu des critiques ridicules et infondées de la droite sarkozyste, pourquoi nous priverions-nous d'ailleurs de revenir sur le bilan calamiteux et les exploits passées des sarkozystes, qui se posent aujourd'hui en donneurs de leçons ? Cete droite a singulièrement dévalorisé la fonction présidentielle, et au-delà la pratique de la politique, tout en affichant mépris et arrogance pour les citoyens de notre pays.
    Qu'elle ait au moins la décence de faire preuve de pondération et de mesure ! Qu'elle prouve sa capacité à présenter une véritable alternative devrait suffire à l'occuper.

    Mais qu'elle n'attende pas, elle qui est fascinée et idôlatre le roitelet, que nous nous comportions comme elle. Pour ce qui nous concerne, nous resterons objectifs, vigilants et critiques, quand il le faudra, reconnaissant ce qui est réalisé et revendiquant ce qui aurait été négligé ou mis de côté.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.