22 septembre 2012

281ème semaine politique: Hollande peut-il réussir contre les caricatures ?

La Fabrique de l'Opinion n'a aucun problème de production, de clients, ni de fournisseurs. Elle marche à plein régime. Elle prospère sur n'importe quel sujet, n'importe quel prétexte. Cette semaine fut exemplaire. Les abus budgétaires des agences de l'Etat, des révélations sur le potentiel cancérigène du maïs Monsanto, la réforme de la Justice ou l'amélioration des droits des femmes, tous ces sujets furent un à un balayés par un emballement médiatique et caricatural sur des manifestations islamistes. 

La semaine aurait pu bien commencer. Le mini-Grenelle de l'environnement de François Hollande avait réjoui les écologistes, et convaincu jusqu'à la presse. Le président avait promis une évalusation annuelle de sa politique, la fermeture de la dangereuse Fessenheim en 2016, et l'interdiction d'exploitation du gaz de Schiste. Même José Bové claqua une bise de remerciement à la ministre Delphine Batho.

Mais ce fut vite (et temporairement ?) oublié.

Attirés par le bruit et la facilité, nos médias et éditocrates préfèrent ce prétendu embrasement du monde musulman après la diffusion d'une quinzaine de minutes de film islamophobe réalisées par un extrémiste copte d'origine égyptienne. L'auteur, réputé escroc, se terre quelque part en Californie. En Tunisie, Libye ou en Egypte, des petites foules manipulées, minoritaires mais ultra-violentes, crient leur rage contre le Grand Satan américain.

Puis, samedi 15 septembre, l'affaire débarque en France. 
Environ 200 Musulmans - 200 sur les quelque 3 ou 5 millions que compte le pays - manifestent à l'improviste place de la Concorde. Et aussitôt, c'est l'emballement. Aux vociférations des illuminés répondent alors des appels à la croisade ou des dessins moqueurs. Les contraires se retrouvent dans leurs caricatures.

Mardi, soixante-dix-sept députés, tous socialistes, réclament publiquement le dépôt d'un projet de loi légalisant le droit de vote des immigrés extra-communautaire aux élections locales. On ne pouvait pas choisir pire timing. Ces gars cherchaient sans doute à alimenter les débats de l'université d'été du Front National ce weekend.

Mercredi, l'hebdomadaire Charlie Hebdo croit faire drôle.

Il publie de nouvelles caricatures brocardant les islamistes (soit !), l'islam (aïe!) et Mahomet (??). On s'interroge sur l'objectif ou le message, surtout après avoir contemplé les dites caricatures. Pourquoi se moquer ? Quelques heures plus tard, le gouvernement envoie un car de CRS protéger les locaux de ces ex-gauchistes. Consulats et écoles français sont fermés un peu partout dans le monde musulman. Les manifestations prennent de l'ampleur.  Répétons la question : qel est le sens d'étendre le mécontentement à tous les croyants ? Une envie de croisade, peut-être ? Marine Le Pen, après son père, ne s'y est pas trompée. Avec une surprenante facilité, le quotidien Le Monde lui consacra sa une du 21 septembre et une pleine page d'interview sans contradictions.

Les terroristes d'Aqmi annoncent à leur tour qu'ils exécuteront les 4 otages français qu'ils détiennent si la France se mêle un peu plus des affaires maliennes.

Personne, ou presque, ne relate ces manifestations arabes anti-salafistes. 

La situation est donc grave. L'incompréhension devient totale. Elle semble irréversible. En France pourtant, contrairement aux protestataires médiatiques, la fin de semaine est calme. Les représentants de l'islam appellent à l'indifférence et au mépris.

Bref, un apaisement bienvenu.

Les plus sérieux de nos commentateurs s'attardent heureusement sur la vraie vie (les OGM), les annonces du gouvernement, les plans sociaux, les derniers écarts de Manuel Valls, ou le traité européen.

Lundi, un rapport de l'Inspection Générale des Finances, révélé par le Parisien, dézingue encore un peu plus la gestion passée de l'ancien Monarque. Cette fois-ci, ce sont les agences de l'Etat qui sont dans le collimateur de cet audit: plus de 1.200 établissements, un budget (+15%) et des effectifs (+6%) en constante hausse depuis 5 ans, et une cartographie encore floue faute d'informations fiables. Bref, la prétendue rigueur sarkozyenne en prend pour son grade. Comment comprendre que Sarkozy ait réduit les effectifs de la Fonction publique de quelque 150.000 postes en 5 ans, tout en laissant augmenter ceux de ces agences publiques de près de 30.000 ?

Edwy Plenel, dans Mediapart, livre une charge incroyablement violente contre le plus populaire des ministres de François Hollande, Manuel Valls. Tout y est, et tout y passe. Valls, qui vient de renoncer à imposer les récépissés pour les contrôles d'identité de la police, incarnerait la trahison des promesses Hollandaises. Plenel, qui vise juste par moments, reste caricatural: il est aveuglé par Valls et oublie le reste, ces autres ministres qui travaillent aussi et qui méritent encouragements ou applaudissements.

Ce prétendu débat - répression contre prévention, Valls contre Taubira - est caricatural.

Mardi, deux ministres nous réjouissent. Najat Vallaud-Belkacem, en charge des droits des femmes, promet de durcir les sanctions contre les entreprises qui ne respectent pas la loi sur l'égalité salariale hommes/femmes. Et pour cause : l'ancien ministre Xavier Bertrand avait simplement saboté le décret d'application de la dite loi qui prévoyait pourtant jusqu'à 1% de leur masse salariale en pénalité. La même ministre a lancé le chantier de la légalisation du mariage civil des homosexuels. Enfin ! Christiane Taubira, sa collègue de la justice, recadre les caricatures propagées à droite sur ses idées, sa réforme et sa propre personne: la récidive ne se combat pas avec le tout-carcéral prôné par l'ancien Monarque et ses sbires. Sur son blog du Figaro, l'éditocrate Ivan Rioufol éructe avec autant de rage que certains de ces lecteurs.

En fin de semaine, la ministre est à Marseille avec Manuel Valls. Le symbole fait plaisir.
« Nous effectuons ce déplacement dans l'esprit de nos responsabilités respectives et dans le désir du travail commun. Entre Manuel Valls et moi, il y a une volonté politique de réussir. »
Vincent Peillon (Education) frappe un joli coup, un bel espoir que le changement est finalement pour maintenant: 40.000 recrutements de professeurs sont prévus dès l'an prochain. Cécile Duflot (Logement) obtient 50 millions d'euros supplémentaires pour financer l'hébergement d'urgence. Fleur Pellerin (Numérique) nous promet le très-haut-débit pour tous plus tôt que prévu.

Vendredi, Libération croit faire un bon coup en plaçant en une le spectre de la TVA sociale. 
D'après « ses » informations, la mesure tant honnie serait à l'étude à Bercy. Pierre Moscovoci (Finances) puis Alain Vidalies (Relations avec le Parlement) ont du perdre quelques minutes pour démentir la chose: même pas en rêve ! Le projet de loi de finances se dévoile peu à peu. Il sera présenté d'ici 8 jours: plafonnement des niches fiscales (sauf pour la culture ou l'outre-mer), relève du barème de l'ISF, gel du barème de l'IR,  forfait de 2000 euros pour les petits épargnants, etc.  Les socialistes sont aussi occupés à défendre ou débattre du traité budgétaire européen. Qu'importe. Jacques Attali, pour une fois, fait un constat empreint de bon sens: « les politiques ont peur de la révolte, ils auront la révolution

Vendredi, un revenant s'exprime à l'Université privée de Marrakech : Dominique Strauss-Kahn avait encore des choses à dire, des conseils ou son analyse sur la situation économique. Il veut partager des idées nouvelles. Du pain béni pour quelques médias ! iTélé croit savoir que DSK veut peser sur le débat franco-français.  L'envoyé spécial du Monde se régale des premiers mots publics de l'ancien patron du FMI.

François Hollande joue quelques symboles. Mardi, il inaugure un nouveau département sur l'art islamique au Musée du Louvre, puis, vendredi, un mémorial à Drancy dressé dans l'ancien camp d'internement qui envoya 60.000 Juifs vers les camps de la mort.

Symbole contre caricatures ?

Ce sera sans doute insuffisant. 

Ami sarkozyste, nous n'avons même plus besoin de toi.


14 commentaires:

  1. Alors crois-moi, jette cette histoire dans les oubliettes de l'actualité ! Je ne crois pas pouvoir être rangée dans les rangs des inconscientes ... j'ai joué mon rôle, quand il l'a fallu, pour nourrir le débat au sein de la Commission Stasi, puis au Parlement, pour obtenir l'interdiction de l'entrée en force des signes religieux et notamment le foulard, bandeau, ou tout autre signe sur les cheveux des fillettes ... Nous n'avons pas réussi pour l'Université. La Turquie avait réussi ... mais Erdogan est passé là-dessus ...
    Renforce pas, c'est fini.
    Charlie,victime d'un attentat et porteur de l'affaire des caricatures n° 1 a fait ce qu'il avait à faire : on ne peut pas lui reprocher, fallait pas qu'il reste à genoux. Mais nous, maintenant, je crois qu'on peut passer à autre chose. Sur la Laïcité, on ne lâchera rien, c'est acquis, inscrit, Sarkozy a essayé mais sa loi CARLE n°2009-1312 du 28 octobre 2011 tendant à garantir la parité de financement entre les écoles élémentaires publiques et privées sous contrat d’association lorsqu’elles accueillent des élèves scolarisés hors de leur commune de résidence, qui met tout bonnement à la charge des communes, le financement d'enfants scolarisés en école privées confessionnelles, on va rectifier le tir.
    Voilà, on est totalement à l'aise dans nos baskets, on reviendra pas à l'âge de la pierre taillée, on a autre chose "à s'occuper" comme on dit. T'inquiète pas, on a toujours l'oreille et l'oeil qui traîne ... pas la peine de livrer bataille tous les jours et de rendre visibles des gens ou des théories tellement nulles qu'elles sont transparentes.
    Amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je vais suivre ton conseil, la jetter aux oubliettes, reprendre une activité normale. ;-)

      Supprimer
  2. Cela illustre bien ce contre je ne cesse de ma battre : il vaut mieux parler du chat qui a pété plutôt que des VRAIS sujets. Les avancées du gouvernement (et fort heureusement elles existent quand même) passent sans susciter de réelle attention des media. Heureusement l'UMP, toujours à l'affût de dérapages mal contrôlés reste le (très mauvais) commentateur de la politique. Nos pauvres media ne savent plus parler que d'une voie formatée. L'exemple des caricatures de Charlie et des manifestations (?) qu'elles ont déclenché en sont un triste exemple. Mediapart deviendrait le seul vrai moyen d'information en France ? Et Juan bien sur !

    RépondreSupprimer
  3. Vraiment, je retrouve le style des grands jours dans tes billets: ça fait plaisir!
    Bravo!

    RépondreSupprimer
  4. C'est marrant que tu parles de fabrique de l'opinion alors que la dernière fois que j'ai mis les pieds sur ce blog, tu suppliais de voter utile.

    Je n'ai rien contre tes choix politiques, mais il faut dire que pendant la campagne présidentielle, les media partisant d'un bord ou l'autre ont fabriqué l'opinion, notament du coté du PS avec le "vote utile".
    Tu as superbement dénoncé la supercherie du mandat de sarko pendant 5 très longues années (et merci pour ça), j'espère qu'a un moment tu saura le faire avec neutralité et dénoncer tout les menteurs et les fabriquant d'opinion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'espère aussi. Mais je n'avais qu'un objectif, tout à fait explicite, ces 5 dernières années: donner des arguments à qui voulait contre Sarkozy. C'était assez restreint.

      Supprimer
  5. Appeler à voter pour un candidat ou pour un autre, ce n'est pas "la fabrique de l'opinion", mais une démarche engagée, qui a le mérite d'être claire et lisible.

    "La fabrique de l'opinion", ce sont les interventions à la radio et/ou à la télévision et les articles de certains journalistes ou économistes, qui n'affichent pas plus leurs convictions que les scientifiques travaillant pour les organismes publics et rémunérés par les grands laboratoires pharmaceutiques. Prenant des postures raisonnables et réfléchies, se dotant de titres ronflants, ceux-là distillent mensonges et contre-vérités. Il est de évidemment plus facile de simplifier les situations, de rester à la surface des faits et de choisir les jugements de valeur plutôt que de travailler, de se remettre en cause ou de prendre de risques.

    Les excès, les lacunes et les dérives que nous dénonçons démontrent à quel point nous sommes attachés à la diversité des convictions et des opinions et à liberté de parole dans le respect de l'autre.

    Les gouvernants doivent faire porter leurs efforts sur l'éducation, la culture et la participation des citoyens à la vie publique et, pour ce qui les concerne, remplacer la communication par l'action.






    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci de cette précision! et 100 fois d'accord !

      Supprimer
  6. " Mardi, soixante-dix-sept députés, tous socialistes, réclament publiquement le dépôt d'un projet de loi légalisant le droit de vote des immigrés extra-communautaire aux élections locales. On ne pouvait pas choisir pire timing. Ces gars cherchaient sans doute à alimenter les débats de l'université d'été du Front National ce weekend."
    Tout d'abord les signataires étant pour une part des femmes " ces gars" me parait assez mal venu.
    j'aimerais savoir par quel tour de passe en passe le simple fait de réclamer l'application du programme de François Hollande aboutirait à servir la cause de l'extrême droite ? Nous n'avons pas à nous liasser dicter notre agenda par l'extrême droite, mais à imposer le notre.
    " "Nous ne gagnerons pas la confiance de ceux qui nous l'ont refusée en perdant celle de ceux qui nous l'ont donnée" François Mitterrand

    RépondreSupprimer
  7. A propos de recrutements, une précision s'impose à l'attention de ceux qui ne connaissent pas les subtilités de la communication politico-administrative :

    quand, dans les trois ans à venir, trente mille fonctionnaires vont cesser leurs activités pour cause de départ en retraite et que quinze mille d'entre eux vont être remplacés, que croyez-vous que les politiques annoncent à grand renfort de publicité.
    Ils déclarent très sobrement qu'ils vont RECRUTER QUINZE MILLE FONCTIONNAIRES laissant croire aux naïfs et aux plus mal informés que quinze mille nouveaux postes sont créés.

    Encore bravo et merci pour tout !

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.