20 septembre 2012

What's next ? Mahomet à poil ?

L'hebdomadaire humoristique a réussi son coup: un car de CRS de la République a été envoyé pour protéger ses locaux, des polémiques en tous genres ont agité les blogs et les réseaux sociaux; et il a soulevé une levée de boucliers dans le monde politique et médiatique jusqu'à l'Elysée. Bref, la publication, dans l'édition du mercredi 19 septembre a rempli sa promesse: faire vendre le journal.

On peut imaginer qu'un tel hebdomadaire a néanmoins deux objectifs plus éditoriaux: faire rire et faire réfléchir. La transgression des humoristes est une expression de liberté essentielle en démocratie. Elle provoque régulièrement d'insondables débats sur ses limites ou l'absence de limite. L'humour d'un dessin est une affaire de goût personnel. Susciter la réflexion est en revanche un objectif qu'il est plus facile d'appréhender de façon neutre et impersonnelle.

Quand Charlie Hebdo publie les fameuses caricatures de Mahomet en 2006, il apporte en France une manifestation de soutien au journal danois qui les avait publié en premier lieu, et se trouva alors pris d'un tourbillon de censure et de pressions politiques inédites dans le pays. Charlie Hebdo faisait preuve d'indépendance - comme souvent - et de solidarité. Il testait, une fois de plus et à juste titre, notre liberté d'expression et le sens de la dérision de certains. Qu'importe le tollé, les pressions, le procès ! Charlie Hebdo faisait réfléchir.

Quand le 19 septembre 2012, l'hebdomadaire décide de publier de nouvelles caricatures de Mahomet, la situation, sa situation est bien différente. Il en fera peut-être rire certains.

Espérons-le.

Espérons aussi que la démarche ne visait pas qu'à provoquer seulement des rires ou des sarcasmes mais aussi un minimum de réflexion sur l'état du monde, ou, en l'occurrence, notre liberté d'expression face aux religions en général, l'islam en particulier. Si c'est le cas, s'il s'agissait bien de faire progresser notre liberté de pensée, alors le coup est objectivement raté, et triplement raté.

Divers pays où l'islam est la religion dominante voient les rangs des manifestations d'indignation grossir après la diffusion - instrumentalisée - d'un film provocateur d'un extrémiste égyptien caché aux Etats-Unis: On peut imaginer que toute provocation supplémentaire émanant d'un pays occidental n'améliorera pas la situation. Certains supporteurs de l'initiative humoristique clament en retour qu'il faut justement affirmer sa fermeté.

Vraiment ? Charlie Hebdo n'apporte rien dans l'affaire. Bien au contraire!

On n'ose imaginer que l'hebdomadaire veuille exprimer une quelconque solidarité avec les auteurs dudit film. Cette mauvaise polémique est tellement instrumentalisée par les salafistes et l'Iran qu'on pouvait penser que la meilleure des attitudes aurait été de fustiger ces derniers plutôt que de se moquer de Mahomet...

Partout, les gouvernements sont surpris par l'ampleur et la violence de manifestations sur un prétexte aussi fallacieux et absurde. Les opinions occidentales sont choquées, les autorités religieuses appellent calme. Tous ou presque ont conscience de l'absurdité et de la stupidité de ces réactions. Nul besoin de Charlie Hebdo pour comprendre ni réaliser.

Du coup, l'attitude du journal apparaît franchement contre-productive: Charlie Hebdo s'est attiré des nombreuses réactions négatives de la part de critiques peu suspectes de complaisance envers l'islamisme radical voire les religions en général. Le journal est suspecté d'opportunismed'instrumentaliser lui-même l'affaire, d'agiter les esprits, ou d'être suiviste dans une polémique gravissime qui le précède. A l'inverse, il fallait chercher loin, du côté d'Yves Rioufol, le polémiste ultra-catholique du Figaro et François Fillon, enfin seul en campagne contre Jean-François Copé, pour trouver quelques soutiens à cette initiative médiatique.

Le sujet religieux est enfin, une fois encore, une diversion des vrais problèmes: la mise en oeuvre des emplois d'avenir, la hausse des prix du gaz, le traité européen ou les menaces sur l'emploi public et l'austérité en général...

9 commentaires:

  1. Ainsi va le monde, avec son lot de vague à l'âme...

    RépondreSupprimer
  2. Charlie Hebdo est un journal qui, depuis toujours, fait des dessins caricaturant l'actualité.
    L'actualité étant le film anti-islam, ils font des dessins dessus, moquant le film ou son sujet.
    Quand les mecs de Charlie font leurs dessins, ils ne pensent pas que la paix dans le monde est menacée par leurs coups de crayon.

    Pourquoi vouloir absolument qu'un dessin provoque "un minimum de réflexion sur l'état du monde" ?

    On achète Charlie parce qu'ils tournent tout en dérision, et se moquent de tout ce qui nous emmerde. On ne l'achète pas pour réfléchir sur l'état du monde.

    RépondreSupprimer
  3. Demain, en fonction du nombre de morts, on rira certainement moins.

    RépondreSupprimer
  4. Non Charlie!

    Je ne suis pas d'accord avec vous et me battrai toute ma vie s'il le faut pour que vous ne puissiez pas, sous couvert de liberté, fouler au pied le sens de toute transcendance. Pour vous c'est la liberté qui transcende... pour eux, c'est la transcendance qui libère !

    Non Charlie
    Au nom de la liberté d'expression, ce n'est pas votre vie que vous mettez en jeu mais la vie d'autrui...
    Y avez-vous songé un tant soit peu ? À vos compatriotes au Caire, à Tunis, ou à Tripoli ? Qui n'auront bientôt plus l'occasion de vous lire...

    Non Charlie
    Votre caricature est une injure pour toute personne qui a deux grammes d'intelligence et un minimum de connaissance de l'état des lieux, des forces en présence et du désir de vengeance auquel vous venez de donner naissance.

    Non Charlie
    On n'a pas le droit de s'octroyer tous les droits, d'offenser et de défoncer les gens dans ce qu'ils ont de plus sacré : l'objet de leur Foi ou de leur désarroi.

    Non Charlie
    Il n'y a pas que la liberté... il y aussi le secret qui rime avec le plus grand respect que l'on doit à tous ceux avec lesquels nous désirons vivre et mourir en paix.

    Non Charlie
    Je sais que vous savez ce que tout le monde sait : que toute mauvaise cause entraine les pires effets ... des innocents vont devoir payer votre petite liberté de libre penseur sans un brin de responsabilité.


    Non Charlie
    On n'a pas le droit de toucher au prophète quand on veut se payer des têtes. Si les islamistes ne vous reviennent pas... il faut aller le leur dire en face, sans violer avec vos sombres desseins, leur religion et leur trace.

    Non Charlie
    Ne parlez plus de liberté d'expression... mais de valeurs et d'échelle de valeurs.
    Et sur cette échelle il est, semble-t-il important de vous rappeler que la liberté de conscience est première. On n'est pas obligé de l'honorer certes, mais on n'a pas le droit de la déshonorer.

    Non Charlie
    Votre caricature n'est qu'une imposture.
    De plus, c'est du marketing qui va couter la vie à tous ceux qui croient qu'on peut rire de tout et avec tout le monde. C'est une déclaration de guerre... guerre de religion dont aucune libre expression au monde ne peut être fière.

    Non Charlie
    Si l'offense est l'expression de votre liberté, admettez alors, la violence, comme expression de leur liberté ! Échange de mauvais procédés.
    Non, ne dites pas "mais" ! Assumez...

    http://www.lejournaldepersonne.com/2012/09/non-charlie/

    RépondreSupprimer
  5. "Quand les mecs de Charlie font leurs dessins, ils ne pensent pas que la paix dans le monde est menacée par leurs coups de crayon."

    Quand on dessine le Prophète, à 4 pattes, avec une étoile jaune à 5 branches dans l'anus ou un acteur interprétant le Prophète en train de niquer une tête de cochon avec le réalisateur, lui disant qu'il a choisi une tête de porc car "une pute de 9 ans aurait été trop chère", on n'est plus très loin des caricatures antisémites des années 30 publiées dans "Je suis partout".

    RépondreSupprimer
  6. Pour juger de la crédibilité de Charlie Hebdo aujourd'hui et depuis bon nombre d'années, il nous suffit de rappeler le bon souvenir de ce pauvre Philippe Val, ancien directeur de ce journal devenu le valet servile et enragé, et encore je reste poli, du lider minimo. Beurk !

    S'il existe des esprits libres, et il y en a, ils sont rares et ils ne font pas commerce de leurs indignations comme des agitateurs professionnels.

    Devons-nous toujours trouver des vertus à celles et à ceux qui prennent une position radicale en toute circonstance, même quand celle-ci est stupide ou gratuitement (si l'on peut dire) provocatrice ?

    C'est bizarre, on n'a pas encore entendu BHL !


    RépondreSupprimer
  7. Pour juger de la crédibilité de Charlie Hebdo aujourd'hui et depuis bon nombre d'années, il nous suffit de rappeler le bon souvenir de ce pauvre Philippe Val, ancien directeur de ce journal devenu le valet servile et enragé, et encore je reste poli, du lider minimo. Beurk !

    S'il existe des esprits libres, et il y en a, ils sont rares et ils ne font pas commerce de leurs indignations comme des agitateurs professionnels.

    Devons-nous toujours trouver des vertus à celles et à ceux qui prennent une position radicale en toute circonstance, même quand celle-ci est stupide ou gratuitement (si l'on peut dire) provocatrice ?

    C'est bizarre, on n'a pas encore entendu BHL !


    RépondreSupprimer
  8. Que Charly Hebdo fasse des émules partout dans le monde ! http://annagueye.blogspot.com/2012/09/que-charly-hebdo-fasse-des-emules.html

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.