8 septembre 2012

Hollande s'explique, ou bien.

Alors qu'un richissime patron français cherche à devenir belge pour des raisons familiales et soudaines, le président de la République a livré quelques confessions/explications au quotidien Le Monde.

Je ne retiendrai que trois extraits.

Sur l'urgence
« Dans cette période marquée par la montée des prix, les plans sociaux et la hausse du chômage, la chronologie des Français ne correspond pas à celle de l'action gouvernementale.»
C'est un drame qui ne s'arrangera pas. L'actualité est une drogue moderne, les dealers sont les médias. Hollande a peut-être compris la semaine dernière qu'il fallait davantage rouler sur ce rythme absurde imposé par l'ancien monarque.

Sur l'attitude
« Nicolas Sarkozy a été rejeté par les Français, mais il a laissé entre eux et le pouvoir exécutif une relation passionnelle. Il a imposé l'habitude d'une réactivité maximale, ancré l'idée du ‘je parle, donc je gouverne’, du ‘j'annonce, donc je décide.»
L'agitation immobile du Prédécesseur a pollué les esprits. C'est un fait.

Sur le Hollande-Bashing

[Les magazines] « qui sont de droite ne vont pas dire du bien de la gauche, ceux qui sont de gauche veulent montrer qu'ils sont indépendants, et tous ont avant tout un bon sens commercial.»
Rien à dire ni redire. A gauche, on attend, j'attends des décisions.

Comme d'autres.

Pour le reste, l'interview est à lire dans les colonnes du Monde.


5 commentaires:

  1. mais vous croyez quoi?

    cet homme (si on peut appeler ca un homme )a batit sa campagne sur l'anti Sarkozysme et non sur des idées ou un projet ....
    mais bon sang réveillez vous bandes d’imbéciles.....
    que pensez vous de son inaction???

    RépondreSupprimer
  2. Alors qu'en 1981 on entendait dire : "avec la gauche, c'est la révolution". Aujourd'hui, c'est le contraire, avec la gauche, c'est la contre-révolution".

    N'êtes-vous pas sensibles au destin du pauvre Bernard B. obligé de quitter la France pour sauver ses entreprises et continuer à vendre ses sacs, parfums et champagnes à un prix abordable ? Quelle tristesse de penser que les fameux sacs seront 'made in Belgium" !

    Allez, te fâche pas, camarade Bernard ! Tu pourrais donner des idées à tes amis et là, nous, qu'est-ce qu'on deviendrait si vous deveniez tous belges ou suisses ! Un pays en récession, trois millions de chômeurs, huit millions de pauvres ....

    Déconne pas, Bernard ! Excuse-moi d'être aussi familier, mais déjà qu'on a perdu Johnny Hallyday !

    RépondreSupprimer
  3. et bien attendons,
    Attendons aussi de savoir quel repris de justice, entre Desir (condamné à 18 mois de prison) et Cambadélis (condamné à 6 mois de prison puis encore 5 mois) sera élu secrétaire général du PS.
    Elle est pas belle la vie politique normale ?
    Je lis ton blog depuis 5 ans, mais là, Juan, tu tournes figaro sévère !
    Merci de ton dévouement.

    RépondreSupprimer
  4. Posture ridicule que d'invoquer l'agitation obsessionnelle et peut-être pathologique du "prédécesseur" pour justifier les critiques de la presse et aussi des français.
    A croire que le président vit déjà hors sol, qu'il n'entend pas les annonces des plans sociaux qui se multiplient, ni celles des prévisions de croissance qui s'effondrent pour 2012 et 2013 et qui viennent de France et d'Europe, qu'il ignore qu'il faut plus de 2 % de croissance pour que le chômage reflue chez nous.
    Les français commencent à comprendre l'ampleur de la crise et ses conséquences : la remise en cause de l'Etat-providence pour l'essentiel. Car ce n'est pas en taxant exceptionnellement les revenuns supérieurs à 1 Mo pour 20.000 personnes comptes reviendront au vert. Surtout quand on fait une flopée d'exclusion : pas les artistes, peut-être pas les sportifs, non juste ce qui année après année perçoivent régulièrement plus d'un million.
    Depuis 3 mois le gouvernement travaille essentiellement à réduire le déficit de l'Etat, quand attaquera t-il celui de la protection sociale : santé et retraite ? Puis celui du chômage qui va plonger dans les prochains mois jusqu'à l'épuisement rapide des droits des nouveaux entrants.
    A son habitude il songera d'abord à augmenter les contributions, taxes ou impôts. Et il n'aura rien réglé puisque la demande est par nature inextinguible.

    RépondreSupprimer
  5. L'addition s'alourdit encore. 33 mrds ne suffisent plus, 15 à 20 mrds de plus devraient être trouvés pour tenir les engagements de F. Hollande auprès des instances européennes. http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/09/09/francois-hollande-pourrait-annoncer-de-15-a-20-milliards-d-impots-nouveaux_1757656_823448.html
    On glisse vers L'Espagne et l'Italie dont les gouvernements sont conservateurs (de droite) et consistant à s'imposer voire anticiper des sacrifices importants pour espérer tenir les engagements de déficits.
    Avec cela le peu de croissance se casse la figure, exigeant à nouveau de réviser les impôts à la hausse.
    De quoi gripper la consommation et favoriser l'économie souterraine.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.