10 septembre 2012

Pauvreté: la lutte des classes peut-elle reprendre ?

On s'en doutait mais les chiffres font mal. Comme souvent, les bilans tardent à être publiés. Celui-là aurait dû retirer quelques milliers de voix supplémentaires au Président des Riches qui se voulait président protecteur. Ce bilan-là aurait pu et dû dévier le centre de gravité politique des dernières élections quelque part plus à gauche, sur le terrain social et de la relance.

Ce bilan-là, c'est celui de l'INSEE sur les niveaux de vie en France. Le 7 septembre dernier, l'institut a donc publié son évaluation des niveaux de vie en France en 2010. Deux ans de retard pour comprendre combien la pauvreté s'est aggravée durant les trois premières années du quinquennat Sarkozy. Les supporteurs de Nicolas Sarkozy - si nombreux en ces temps de primaires internes pour la présidence de l'UMP - nous/vous expliqueront que c'est la faute à la crise.

Même le niveau de vie médian a baissé. En 2010, il s’élève à 19 270 euros annuels, soit une diminution en euros constants de 0,5 % par rapport à 2009. A ce niveau, le seuil de pauvreté est fixé à 964 euros mensuels (60% de la médiane):  « la moitié d’entre elles vivent avec moins de 781 euros par mois.» L'INSEE rappelle que cette année-là, même le SMIC a baissé, de 0,5% en euros constants.

La pauvreté continue de progresser. Elle concerne 8,6 millions de personnes, soit 14,1 % de la population contre 13,5 % en 2009.  Sur tous les critères, avec toutes les mesures, les inégalités ont progressé: « Le niveau de vie baisse ou stagne pour pratiquement toutes les catégories de population sauf pour les plus aisées. »

1. Les inégalités se sont creusées. « Le rapport entre la masse des niveaux de vie détenue par les 20 % de personnes les plus aisées et celle détenue par les 20 % les plus modestes s’élève de 4,3 à 4,5. »

2. Les pauvres sont plus nombreux: 14,1% des Français, un record depuis 1997, en hausse de 0,5 point en un an. Au total, ils sont 8,617 millions (contre 8,0 millions en 2007; 7,8 millions en 2008; 8,2 millions en 2009).

3. La pauvreté frappe surtout les chômeurs (36% d'entre eux), les familles monoparentales (32%!) et les retraités (19%). Le pourcentage de salariés pauvres reste au contraire stable, à 6,3% depuis 2007. L'INSEE note en effet que le chômage n'est pas l'explication principale de l'aggravation de la pauvreté: « contrairement à 2009, le chômage contribue peu à l’évolution globale de la pauvreté ».

4. Cette aggravation est due aux inactifs: les retraités (11 % de l’accroissement du nombre de personnes pauvres), les adultes inactifs autres que les étudiants et retraités (16 %) et, surtout, les inactifs de moins de 18 ans, c’est-à-dire les enfants (63 %).

Car c'est bien la terrible nouvelle de ce rapport, la pauvreté des enfants explose: un enfant sur 5 est pauvre (19,6%). la pauvreté enfantine frappe 2,67 millions de personnes, soit 320.000 de plus en une année !

Ainsi la hausse de la pauvreté frappe surtout les familles monoparentales, et les couples avec enfants (dont les familles nombreuses). L'INSEE avance deux explications: primo, le coup de pouce du gouvernement Sarkozy en faveur des familles a été limité à 2009; après les grandes manifestations sociales de janvier 2009, Nicolas Sarkozy avait été contraint de lâcher deux primes exceptionnelles, non renouvelées en 2010 : 150 euros aux bénéficiaires de l’allocation de rentrée scolaire, et une « prime de solidarité active » de 200 euros, aux bénéficiaires du revenu minimum d’insertion, de l’allocation de parent isolé ou d’une aide au logement. Secundo, en 2010, le gouvernement avait refusé toute revalorisation des prestations familiales.

5. Cette dégradation ne date pas d'hier. Quand Laurent Wauquiez, au printemps 2011, dénonçait le cancer social de l'assistanat, était-il au courant ? Bien sûr, et c'en était ignoble. L'INSEE s'attarde sur une comparaison courte, 2007-2010, quatre années, pas même un mandat. Sur une plus longue période, on remarque que la pauvreté a progressé d'un million de personnes en une décennie.

Quel bilan ! Quel boulet !

L'Observatoire des inégalités rappelle que cette dégradation est historique dans notre pays depuis les années soixante.

Le pacte social craque.

Car les plus riches sont devenus plus riches. Qui sera surpris ? Les 10 % des personnes les plus aisées ont un niveau de vie d’au moins 36 270 euros par an, soit 3,5 fois plus que celui des 10% les plus modestes (10 430 euros). « Entre 1996 et 2010, le niveau de vie moyen des 10 % de personnes les plus aisées a augmenté d’environ 2,1 % par an en moyenne, contre 1,4 % pour le niveau de vie moyen de l’ensemble de la population. » Si les revenus du patrimoine contribuent peu et évoluent peu, « les 10 % de personnes les plus aisées détiennent aussi des placements plus risqués, dont les rendements sont plus élevés en 2010. »

Sommes-nous mûr pour un retour de la lutte des classes ?  Pas sûr. Certains sociologues expliquent que les classes ne sont plus suffisamment homogènes ou cohérentes pour être mobilisées. La précarité est certes diffuse, massive et croissante. Mais cela ne suffirait pas. Pourtant, les plus riches savent eux rester mobilisés, conscient de leur cohérence et de leur homogénéité.

Dans un ouvrage dénommé « Les ghettos du gotha », publié quelques mois après l'élection de Nicolas Sarkozy, les deux sociologues Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon s'attardaient par exemple sur l'entre-soi et les stratégies de résistance et de pouvoir des plus riches, des très riches.

Tout y était.

Un ouvrage indispensable, l'observation détaillée qu'une classe a parfaitement compris l'intérêt de se défendre et de se reproduire.





Crédit graphique: Observatoire des Inégalités

14 commentaires:

  1. Rien de nouveau sous le soleil en effet...cf Warren Buffet, milliardaire américain, 1ère fortune des Etats-Unis :

    "Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."

    RépondreSupprimer
  2. Parait même qu ils vont delocaliser le Fouquet s et y mettre à la place un resto du coeur et un bordel du coeur poue les necessiteux de la gueule et du kul

    normal que tous les riches se tirent de cette pétaudièe socialo

    j invite tous les autres a faire de même

    restons entre pôv !

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  4. @MartinJuan: tu as laissé une fois ou deux des commentaires critiques et presque sérieux. C'est plus intéressant que ces saillies verbales...

    RépondreSupprimer
  5. Les Français de gauche trouve normal de donner la nationalité française a des hors la loi introduit frauduleusement en France et refuse le droit a un français de rejoindre l’état de son choix ecoeuré de se faire raketter par les socialos en faveur des parasites profiteurs du systeme assistés professionnels

    Un grand économiste du 19 eme siècle écrivait qu'il fallait se méfier des tendances totalitaires de l’état...
    Nos amis de gauche ferait bien de le relire...
    Son nom? Karl Marx.

    RépondreSupprimer
  6. Le grand bal des hypocrites.
    Les socialistes ont ruiné la France - 1981 doublement du déficit annuel.
    Hollande se faisait passer pour un dirigeant de droite sur sa radio, France Inter.
    Jospin augmente encore les dépenses en 98, vote une loi sur les 35 heures sans la financer et laisse aux suivants la mise en place de celle-ci pour les fonctionnaires.
    Hollande fidèle à son honnêteté le met sur le compte de la droite.
    Hollande en 2007 fraudait le fisc (valorisation de sa maison au prix du terrain) pour ne pas payer l'ISF qu'il avait voté. Le patriotisme de Hollande le bon socialiste.
    Cette loi nous a fait perdre 1000 milliards. Vive le socialisme ! Ils vont redresser...
    Les fonctionnaires ne cotisent pas comme le privé, les administrations ne payent pas les charges patronales : pas grave, on a créé une CSG CRDS que le privé payera.
    Les députés ne prouvent pas leur dépenses et déduisent 85 000 euros de leurs revenus : l'impôt juste selon Hollande.
    Les artistes déclarent leurs revenus en étalant sur quatre ans.
    Les artistes télés ne payent pas des charges patronales identiques à celles des entreprises (que ces dernières devront compenser par une surtaxe), régime de faveur pour le chômage payé, pas les salariés. Cela leur permet d'être payés des millions avec l'argent des Français et de s'exonérer d'un impôt normal (étalé sur quatre ans). Je me souviens de tous ces hypocrites qui disaient vouloir payer plus...
    Un Parti socialiste qui se rémunère dans le sud et le nord sur des travaux.

    Les associations bidons qui touchent des milliards de subventions, sans comptabilité, dont les présidents et salariés peuvent finir au PS.

    Les patrons doivent fuir cet Etat.

    Regardons avec le sourire ce grand bal d'hypocrites parler de patriotisme
    La France est une république bananière dénoncée internationalement pour la corruption qui y règne.

    RépondreSupprimer
  7. Je pense que martin juan a une mémoire plutôt sélective et qui défaille. Je vais donc apporter ma contribution à son exercice en listant quelques exploits de son idole, le président des riches. Cette liste n'est pas exhaustive, loin s'en faut, et j'invite mes amis de gauche à la compléter.

    Quelques faits marquants cités par la Cour des comptes à porter au débit du président du pouvoir d'achat (2007-2012)avec, entre parenthèses, le coût annuel moyen pour le budget de l'Etat :
    - niche Copé sur la taxation des plus-values à long terme des cessions de titres de participation (6 à 7 Mds € par an)
    - heures supplémentaires (4.5 Mds € par an)
    - TVA réduite sur la restauration
    (3.5 Mds € par an)

    J'ajoute que ce président a accru le déficit de la France de 600 Mds € en 5 ans, que la pauvreté et le chômage ont progressé de manière dramatique (voir les données de l'INSEE)...etc

    N'en jetez plus, aussi injuste et nul que cela, ce n'est pas possible. Alors, vous pouvez toujours critiquer la politique menée par François Hollande sans nuances, avec violence et hypocrisie. Je vous rappelle que, pour celles et ceux qui ont voté pour lui en 2007 pour travailler plus et gagner plus", le changement promis par Sarkozy n'est toujours pas arrivé à la date d'aujourd'hui.

    Vous êtes vraiment bien placés, amis sarkozystes, pour critiquer le nouveau Président !

    RépondreSupprimer
  8. Je soutiens a donf ARNAUD pour sa fuite fiscale

    il a raison de ne plus vouloir engraisser cet Etat obese et repus d aquis sociaux adipeux en faveur des assistés des parasites et des sangsues socialos

    que d autres le suivent !

    RépondreSupprimer

  9. Flanby : un président low cost !


    J'avais écrit qu'il avait la stature d'un sous-préfet au champ mais certainement pas d'un président. Le seul hic, c'est que près de 51% des électeurs ont pensé qu'il avait les épaules solides pour faire un président. Que des dizaines de millions de Français se trompent à ce point est proprement sidérant.

    Le président espérait que le coup de pouce de six centimes suffirait à convaincre les Français de son volontarisme.." C'est lamentable, le genre de petits calculs minables qui refletent bien l'amateurisme et l'imposture de cette clique ps rouge/verts !!! 6 centimes sur l'essence et c'est le grand reve.. Attendons les hausses d'impots, de cotisations, et nouvelles taxes en tous gentes a venir la on va pleurer !!! les riches a 4000 euros du normal vont devenir triste realite !!

    Le pédalo c'est encore trop pour lui, une bouée canard aurait fait l'affaire.

    RépondreSupprimer
  10. La gauche demago accuse Arnaud de ne pas etre patriote

    loool d habitude ils salissent ce mot de patriote en l ' attribuant à la droite voire l extreme droite

    faudrait vous entendre mrs les " de gauche "

    faut passer vos neurones a l antivirus marxiste

    Pour B. Arnault, être patriote est une chose, être couillon en est une autre !
    Il paiera évidement les impôts qu'il doit en France, mais à l'avenir, ses nouvelles entreprises, il les créera ailleurs. Il ne fait d'ailleurs en cela que suivre le courant ; on ne compte plus les avocats qui se spécialisent en création d'entreprise à Hong Kong, etc.

    ET ILS ONT RAISON !!!

    RépondreSupprimer
  11. belles formules, mais un peu creuses sur le fond (pédalo, bouée de canard), quelques accusations infondées et déjà démenties (la prétendue fraude à l'ISF.. ?). Sur le reste, pfuuu.

    RépondreSupprimer
  12. "Que des dizaines de millions de Français se trompent à ce point est proprement sidérant" écrit martin juan !

    Mais, ami sarkozyste, sans doute n'as-tu pas remarqué que c'était pire en 2007 ? Des millions de Français modestes ont voté en mai 2007 pour le symbole de la droite conservatrice, maire de Neuilly, président du conseil général des Hauts de Seine, ami intime des plus riches entrepreneurs de France.
    Un bonimenteur vulgaire, agressif et méprisant, qui déclarait n'importe quoi, se contredisant trois fois dans la même journée. Une girouette portée par le vent des sondages !

    Alors, martin juan, grand démocrate, peut sortir son mouchoir et nous refaire le coup du "Hollande a obtenu (seulement) 51% des voix". La démocratie est un système politique dans lequel les citoyens choisissent leurs représentants. N'en déplaise aux réacs, qui ont l'injure comme seul argument et veulent décider à la place des autres de ce qui est bon pour eux !

    RépondreSupprimer
  13. Martin, barre toi si ça te tente tant que ça ; je te jure qu'on ne lèvera pas le petit doigt pour te retenir ! Et je te jure qu'on s'en sortira mieux sans les parasites dans ton genre ;) Allez chiche on essaie ...

    RépondreSupprimer
  14. "Se réfugier dans les valeurs pour minimiser les antagonismes de classes"

    ==> franchement pas nécessaire il est vrai ; le parti capitalo-sociétaliste s'en charge très bien derrière les rodomontades du candidat Hollande, croisé contre la finance invisible le dimanche ! et portant de rassurantes paroles à cet "ennemi redoutable" dans son antre même !
    C'est alors que Jérôme Cahuzac sur la sellette cru bon de devoir nous rappeler qu'il n'avait "jamais cru à la lutte des classes" ! Et le ministre Ayrault s'affichant ostensiblement à la tribune du Medef ; et Moscovici s'en remettant à l'auto-régulation pour le plafonnement des salaires patronaux dans le privé !

    Alors pour ce qui est d'arguer de la volonté de mener la lutte des classes de vos obligés capitalo-sociétalistes, faudra repasser ! Attention à ne pas trop jouer avec le peu de crédit qui vous reste au risque de le dilapider ! Même si ça fait rire vos lecteurs attentifs

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.