28 septembre 2012

Rigueur: le choc Hollande.

François Hollande a sorti son plan de rigueur.

Même à droite, ils n'y croyaient pas.

Mais ce plan est bien là. 


Des impôts pour les ménages les plus riches:
  • Un taux marginal d'impôt à 45 % pour la fraction de revenus supérieure à 150 000 euros par part de quotient familial: +320 millions d'euros sur les 50.000 foyers les plus riches
  • Une décote pour les ménages modestes pour neutraliser l'effet du gel du barème de l'impôt sur le revenu (de 439 à 480 euros, soit + 9 %). -345 millions pour 7,4 millions de contribuables.
  • Abaissement du plafond du quotient familial (de 2 336 euros à 2 000 euros par demi-part): 2,5 % des foyers concernés pour 490 millions.
  • Suppression du prélèvement forfaitaire libératoire (PFL) sur les dividendes et intérêts,  désormais soumis au barème progressif de l'IR: +2 milliards (avec décote pour les dividendes inférieurs à 2.000 euros/an)
  • Imposition des plus-values mobilières au barème de l'IR : +1 milliard à partir de 2013.
  • Soumission des gains procurés par les stock-options au barème de l'IR : +45 millions.
  • Durcissement du plafonnement des niches fiscales (de 18 000 euros + 4 % du revenu imposable du foyer fiscal en 2012 à 10 000 euros). Les niches en faveur de l'outre-mer restent soumises à l'ancien plafond. Les dispositifs Malraux et les Sofica ne sont pas soumises à plafond.
  • Une contribution de 75 % sur les très hauts revenus : 210 millions d'euros prélevés sur 1.500 personnes. (une mesure symbolique ?)
  • Réforme de l'impôt de solidarité sur la fortune : +1 milliard d'euros

Des impôts sur les entreprises, (surtout les grandes) :
  • Limitation de la déductibilité des intérêts d'emprunt à partir de 3 millions d'euros de charges financières par an (85 % pour  2012 et 2013; à 75 % au-delà):  4 milliards d'euros
  • Réforme de la niche Copé sur l'exonération des plus-values à long terme réalisées par les entreprises à l'occasion de la cession de titres de participation: 2 milliards en 2013 ; 1 milliard à compter de 2014.
  • Extension du crédit d'impôt recherche innovation, pour un coût de 200 millions annuels.
  • Durcissement du report en avant des déficits des sociétés (sous réserve d'une franchise de 1 million d'euros): 1 milliard en 2013 ; 500 millions annuels après.
  • Modification du régime des acomptes d'impôt sur les sociétés : le plafond d'exonération du cinquième acompte est abaissé de 500 à 250 millions d'euros de chiffre d'affaires. 1 milliard d'euros attendu en en 2013.
  • Contribution exceptionnelle sur la réserve de capitalisation des sociétés d'assurance (taxation supplémentaire de 7 % sur les sommes placées dans cette réserve), pour 800 millions de rendement.
Des réductions de dépenses publiques:
  • Défense nationale: 2,2 milliards
  • Fonctionnement des administrations: -2,8 milliards
  • Dépenses d'interventions économiques et sociales: 2 milliards
  • Agences de l'Etat et collectivité: 1,8 milliard
  • Investissements gelés: -1,2 milliard


Lire le détail:

11 commentaires:

  1. flanby n'a pas fini de les désorienter , les nostalgiques sarkosiens
    et il arrivera bien à tenir ses objectifs et ses engagements
    lr capitaine de pédalo a une bonne tenue à la barre dans la tourmente

    RépondreSupprimer
  2. Au 10% d'imbeciles qui vont payer pour les autres (et avec sourire s'il vous plaît parce qu'après tout il sont lâ pour ça), mes pensées vont vers vous.

    On peut effectivement se demander ce qui se cache derrière le mot juste si une si petite partie de la communauté nationale doit porter un si grand fardeau.

    Bon le faîte que vous ne soyez pas de gauche et n'ayez pas voter pour Hollande ou le PS n'a rien à voir avec cette décision.

    RépondreSupprimer
  3. Pas un euro de dette de plus à la fin du quinquennat. C'est encore heureux et il n'y a pas vraiment de quoi se rengorger. A croire qu'on essaye de prendre les citoyens pour des billes.
    La vraie décision courageuse aurait été de vouloir commencer à rembourser les 1850 Mrds et des broutilles accumulés ces 30 ou 40 dernières années. Et à envisager de tailler dans la dépense publique.
    C'est le projet de loi de finances, maintenant les lobbys vont pouvoir se mettre au travail, faire le siège des ministres, députés, sénateurs pour adoucir ces rudes annonces. On ne doute pas un instant de la fertilité de leur imagination pour y parvenir.

    Loi de financement de la Séc. Soc. : cotisation supplémentaires de 0.15 % pour les retraités imposables à partir de 2013.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec notre fonctionnement actuel de création de monnaie, il est mathématiquement impossible de rembourser la dette puisque pour cela il est nécessaire de s'endetter puisque les états ne peuvent pas emprunter directement à la BCE. Donc avant de songer à cette dette publique qui rappelons le est environ 6 fois plus faible que la dette privée, trouvons d.abord un moyen, probablement au niveau européen, pour gérer l'euro avec un juste équilibre entre BCE et banque privée. Sinon on alimente la dette. Ça me fait mal de le dire, mais le trou creusé pendant son quinquennat n'est pas entièrement de sa faute, c'est juste une conséquence de l'organisation de la finance en Europe.

      Supprimer
    2. Oui c'est certainement la faute à la BCE si nous vivons à crédit depuis 40 ans en accumulant les déficits dans la plus totale inconscience des conséquences à long terme. Il semblerait que nous soyons proche du terme désormais et au pied du mur ou de la falaise c'est selon l'humeur de chacun.
      Le problème ne viendrait donc pas des déficits et de la dette mais cette maudite BCE et ses règlements idiots.
      D'ailleurs n'est ce pas grâce à l'Euro que tous les pays disons un peu prodigues ont pu emprunter durant 10 ans à des taux qui ne correspondaient aux performances de leur économie et au fonctionnement de leur administration ?
      Ach (comme disent nos voisins allemands) je dois sûrement me tromper.
      Du reste nos élus vous ont entendu puisque le pacte budgétaire européen (TSCG) incluant une règle d'or et tout ce qui va avec de sanctions automatiques et patati et patata va être adopté

      Supprimer
    3. C'est parce que la BCE ne prete pas directement aux etats qui sinon en useraient et abuseraient ce qui conduirait à une inflation demeusurée. La gabegie et l'irresponsabilité politique depuis 40 ans n'arrangent en cas la chose, c'est évident, mais ce n'est pas l'origine du problème. La dette actuelle est fortement corrélée avec l'accumulation des intérêts que la France doit payer depuis qu'elle s'est interdit la création de monnaie par sa propre banque centrale en 1973 (loi Pompidou) et donc bien avant la zone euro. Tout ce qui arrive aujourd'hui était mathématiquement prévisible et certainement voulu par les organismes financiers qui voyaient ou est leur intérêt dans une telle organisation.

      Regardez donc cette video, qui si elle simplifie a l'extreme a au moins le mérite d'être tres pédagogique. Etvous arrêterez de gueuler sur la gauche (pour ses dépenses inconsidérées) comme sur la droite, car le principal tort qui leur revient est de ne pas avoir vu les débordements qu'allaient créer la finance en lui laissant la responsabilité de la création de monnaie.

      La video : http://www.mrquelquesminutes.fr/#dettepublique_video

      Supprimer
  4. cotisation supplémentaires de 0.15 % pour les retraités imposables à partir de 2013.

    je paye !
    Si vous saviez ce que je coûte à la sécu !!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est qu'un début ! ne soyez pas si impatient et presque content. Il y aura d'autres mesures pour tenter de diminuer le déficit (env. 12 à 15 Mrds bon an mal an) de 2.5 Mrds cette année. Un peu sur les patients en déremboursements de médicaments aux vertus devenues insuffisantes, sur les médecins (ça risque de tanguer), les labos ont l'habitude de raquer et nous le font payer sur le prix des médocs déremboursés. Dans les hôpitaux ce sera une fois de plus sanglant et pas qu'aux urgences.
      Tant que financement sera assis sur les salaires uniquement et que la crise aidant la masse salariale stagnera ou croîtra moins que les dépenses il n'y aura pas de solution.
      Donc Ayrault a beau jeu promettre que la loi de finances qui ne fixe les règles que des recettes et dépenses de l'Etat ne prévoit pas d'augmentation de CSG ou de TVA. Il laisse aux partenaires sociaux le soin d'infliger cette potion amère aux citoyens par la loi de financement de la sécurité sociale ou à l'issue des travaux de la "grande" conférence sur la compétivité des entreprises.
      En tout cas n'espérez pas trop y couper.

      Supprimer
  5. Dîtes donc, amis de la droite libérale, on ne vous entendait jamais pleurnicher quand notre ancien monarque faisait n'importe quoi et creusait le déficit de la France (+ 600 Mds d'euros en 5 ans) en militant pour la rigueur budgétaire avec sa copine Angela !

    Aujourd'hui gare au feu, certains d'entre vous nous alertent et nous annoncent la fin du monde civilisé, des difficultés à venir pour recruter des dirigeants (c'est un sujet prioritaire, non) la fuite des riches (qu'est-ce qu'on va faire sans eux ?)

    Amis de droite, l'Histoire se répète. Après 1789, voici 2012. Les héritiers des émigrants de la révolution française font leurs valises et, tant pis pour nous, pauvres inconscients en train de scier la branche sur laquelle nous sommes assis.

    Il est temps de redevenir sérieux, Monsieur Hollande. Ne voyez-vous tous ces patrons inquiets, ces actionnaires rongés par l'incertitude, ces banquiers frileux et pas prêteurs, ces "journalistes" sceptiques et alarmés.

    S'il vous plaît, Monsieur le Président, faites comme votre prédécesseur, promettez-nous des lendemains qui chantent, plus d'argent, un Etat irréprochable ... s'il vous plaît !

    RépondreSupprimer
  6. La révolution tranquille :
    http://owni.fr/2010/12/18/japon-la-revolution-tranquille-des-neet/

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.