4 octobre 2012

Patrick Buisson, où es-tu ?

Il faut traquer Patrick Buisson.

Pour celles et ceux qui pensent que la droite parlementaire s'est égarée dans d'obscurs débats identitaires d'extrême-droite pendant le précédent quinquennat, Buisson est devenu l'incarnation de l'échec et du mal.

L'ancien conseiller ès sondages de Nicolas Sarkozy oeuvrerait toujours en coulisses à l'UMP. Il se murmure qu'il aurait même un contrat de prestations avec l'ancien parti sarkozyste. Interrogé sur le sujet jeudi 27 septembre, Luc Chatel, qui soutient Jean-François Copé pour la présidence de l'UMP, a expliqué qu'il n'en savait rien. D'après le Parisien du même jour, Buisson travaille pour Copé.

A-t-il écrit les bonnes feuilles de son récent bouquin, le « Manifeste pour une droite décomplexée » ? On devine l'inspiration, jugez plutôt : « La droite que je défends est moderne, républicaine et libérée du politiquement correct, cet ordre établi imposé par la gauche bien-pensante pour assurer sa domination » explique Copé. La démarche est peut-être sincère, mais surprend toujours: la droitisation du discours UMPiste n'a servi à rien contre le Front National. Marine Le Pen a terminé à 18% des suffrages au premier tour de la dernière élection présidentielle.

Notre confrère Guy Birenbaum a donc lancé un appel public au conseiller de l'ombre: qu'il s'exprime enfin et lève quelques ambiguïtés. On se doute bien qu'il conseille encore trop de monde à l'UMP.

Patrick Buisson était ce conseiller occulte de l'Elysée, légion d'honneur reçue des mains de l'ancien monarque en septembre 2007, rémunéré 1,5 million d'euros pour sa première année élyséenne, avant que les révélations de la Cour des Comptes ne provoquent l'interruption dudit contrat. En 2008, pour sa première année, Buisson supervisait la commande d'un sondage politique tous les trois jours, soit 134 sondages au total, ensuite publiés sans mention de cette intervention par des médias peu regardant.

Le même Buisson a inspiré la campagne qualifiée de droitière voire frontiste de Nicolas Sarkozy au printemps dernier: immigration et sécurité plutôt que chômage et économie, l'argument était facile. Et Nicolas Sarkozy sombra.  En 2011, il a dénoncé la «  prolophobie » des élites, suggérant de réserver le RSA aux Français.

En 2012, on a apprit que Patrick Buisson conseillait également Laurent Wauquiez depuis 2007, et même Valérie Pécresse. Les deux se sont ralliés à ... François Fillon pour cette campagne interne.

« C'est normal qu'on n'ait pas tant de différences que cela. (...) On a les mêmes valeurs » commenta l'ancien premier collaborateur de Nicolas Sarkozy. Dimanche 30 septembre, il poursuit sa course contre Jean-François Copé pour la présidence de l'UMP. Ce dernier dénonçait-il le racisme anti-blanc ? Voici que son rival propose de faire voter chaque année par le Parlement pour fixer le nombre d'immigrés à accueillir dans le pays. « C'est la première fois qu'on accueille des étrangers dans des proportions aussi importantes. » Pauvre François Fillon... obligé de centrer son discours sur l'immigration, une fois encore...

L'UMP joue donc les prolongations de la mauvaise campagne xénophobe de Nicolas Sarkozy en mai dernier (*).

La faillite, c'est maintenant !








(*) A toutes fins utiles, rappelons que François Hollande suggérait de définir l'immigration économique (et seulement celle-là).


5 commentaires:

  1. un buisson ardent parlait à Abraham
    et Abraham crut entendre Dieu
    in La Génèse

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Copé et l'UMP jouent les pompiers-pyromanes auprès d'une poudrière ! Ici cher Juan, une plongée dans la dimension anthropologique de la politique s'impose car il se pourrait bien que nous assistions à de ces déchaînements de la nature humaine habituellement tenue en respect à travers les dispositifs, les montages de la civilisation ... Nous pourrions donc assister à un lâcher de pression comme à une sorte de rite sacrificiel païen !

    RépondreSupprimer
  4. Tout le monde sait aujourd'hui que Buisson était et est encore le souffleur des perroquets sarkozystes, oiseaux sans cervelle, incapables d'avoir des convictions et des idées.

    Le passage du bouquin de Copé cité par Juan sur "la droite décomplexée libérée du politiquement correct, cet ordre établi imposé par la gauche bien-pensante" mériterait bien quelques explications. Vomir sur les immigrés, mépriser ceux qui ne sont pas de leur caste, enrichir ses amis en adoptant des textes sur mesure,ça doit être ça, la marque de la droite décomplexée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il y a bcp plus de cynisme que de conviction chez ces gens-là ! Il procède à une étude du marché électoral; au-delà de leur électorat naturel, idéologiquement acquis, ils identifient les désirs des consommateurs visés et définissent une offre susceptible de correspondre pour emporter la majorité du marché des électeurs-acheteurs (ceux qui votent). Reste à faire coincider les deux offres par forcément spontanément compatible. Une question de temps et de propagande. Le temps d'habituer les esprits ; de décomplexer les mentalités ! Cinq ans, dix ans, quinze ans. Mais ça finira par céder. La tentation grégaire est trop forte. Surtout par temps de vaches maigres où elle est renforcée par le réflexe des boucs-émissaires ...

      Supprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.