26 octobre 2012

Hollande: pourquoi c'est dur






Quelle surprise !


Il y a ce sondage qui nous dit, nous prouve, nous affirme que les deux tiers des Français sont mécontents de l'action de François Hollande. La dernière fois que nous nous intéressions aux sondages, ils étaient tous payés par l'Elysée de Sarkofrance, sous l'égide de Patrick Buisson. Ils étaient déjà réalisés par OpinionWay, comme celui-ci. Et déjà publié par le Figaro. Ils regrettaient le Président des Riches, l'homme aux 40 milliards d'impôts mais 60 milliards de services publics en moins.

La droite s'est autocentrée. Nathalie Kosciusko-Morizet, celle-là même qui a avalé toutes les couleuvres fascisantes de l'ancien Monarque, a cru bon propager l'idée que l'équipe Hollande n'était composée que d'amateurs. Elle est inaudible, sauf à gauche, ce qui est curieux et symptomatique. On le sait, nous y reviendrons ici et ailleurs, l'équipe Hollande gère très mal sa communication.

Sarkozy était impopulaire parce qu'il était détestable puis incapable. Il a aussi laissé quelques bombinettes sociales que d'aucuns à droite tentent de joliment masquer.

 François Hollande suit un autre chemin, celui du redressement dans la Grande Crise. Il peut échouer, rien n'est jamais garanti. Mais il enfile les mesures nécessairement impopulaires: pour la Sécu, même la bière sera taxée davantage. Il paraît que les cadres et les retraités s'inquiètent aussi. Et celles et ceux qui peinent à trouvent leurs trimestres manquants, en pleine explosion du chômage ? Le 1er janvier dernier, Nicolas Sarkozy avait fait supprimer définitivement la Dispense de Recherche d'Emploi. Pour quelques centaines de milliers de seniors, c'était un ascenseur direct vers ... le RSA.

« Monique Girardot, 59 ans, fait partie de ces seniors qui déversent leur amertume sur le web, envoient lettre sur lettre à leur député ou au gouvernement pour réclamer le retour de l'Allocation équivalent retraite (AER).»  Il fallait lire la suite de ce témoignage.  Le Gotha s'en fiche. Il pense à ses impôts.

Et penser à l'Autre. A celui aux conférences brésiliennes ou new-yorkaises à 50.000 euros.

Il était impossible de penser qu'il serait populaire l'année d'une quarantaine de milliards d'euros d'efforts budgétaires. Augmenter les impôts n'est jamais, nulle part, populaire. Réduire ou détruire les services publics - l'option favorite des deux rivaux de l'UMP qui s'écharpèrent jeudi soir sur France 2 - n'est pas davantage populaire.

Il fallait écouter, comprendre, entendre François Fillon et Jean-François Copé, ce jeudi soir sur France2. ces deux-là nous promettaient la révolution ou la désintégration. Tous les deux semblaient encore frotter avec le Rassemblement Bleu Marine. « Le mot d'intégration a perdu son sens » déclara Fillon. Il évoqua des « cohortes d'étrangers ». L'ancien premier ministre raconta n'importe quoi sur la baisse de la dépense publique. C'était terrible.

Son rival Copé pourtant maire, annonça qu'il refuserait de célébrer des mariages gay. Quel courage ! Fillon , qui n'est pas maire mais vise la commune de Paris en 2014, a au contraire promis de respecter la loi républicaine le cas échéant. Quel débat !

Qui regrette ? 

12 commentaires:

  1. Non sérieusement, entre 4 yeux, tu crois à tout ce que tu écris ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. What does it mean ? Was ist das ? Ma, che vuoi dire ? Is it pinball ?

      Supprimer
    2. @Corto: et toi ? Allez, va ailleurs.

      Supprimer
  2. le sondage du bigaro est bidon
    pas besoin d'avoir le nobel de math pour s'en rendre compte :

    2/3 des sondés n'ont pas confiance en FH mais les électeurs de FH et de JLM lui conservent majoritairement leur confiance

    recomptez tant que vous voulez mais c'est comme 1+1 faisaient 3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Force est quand même de constater que du côté de l'Elysée on ne donne pas que bon signaux. Le Président a grillé beaucoup de cartouches avec le choc fiscal avant de comprendre ou de feindre de découvrir qu'il y avait d'autres déficits à combler que celui de l'Etat. Et il est un peu coincé et cela se voit comme le nez au milieu de la figure.

      Supprimer
  3. Impopulaire car il engage le redressement des comptes en augmentant les impôts et en réduisant les dépenses de l'Etat. La première purge.
    Il peine à pouvoir redresser les comptes de la Sécurité Sociale, la seconde purge. Alors il colle plus ou moins de rustines, lâchant du lest aux médecins tout récemment sur les dépassements d'honoraires (leur contentement laisse songeur à maints égards), ponctionnant les labo en faisant mine de croire que les patients n'en seront pas affectés, haussant les taxes sur des produits pernicieux ou dangereux pour la santé, (alcool, tabac, sucre, sel, gras) mais qui au final pèseront bien évidemment sur les budgets des ménages. Sans pour autant que les comptes de la sécurité sociale sortent du rouge, au mieux peut-on espérer que le déficit reste inférieur à 15 Mrds.
    Puis la retraite, et troisième purge, le régime de base augmente de 0.2 % dès le mois prochain (0.1 % employeur, 0.1 % salarié) pour financer le "retour" de la retraite à 60 ans pour les carrières longues... Les caisses complémentaires ARRCO et AGRIC ont déjà annoncé la fonte des réserves pour bien plus tôt qu'attendu. Evidemment les prévisions d'activité, d'emploi qui ont orienté la dernière réforme sont dans les choux avec la crise. Travailler certainement plus longtemps encore non plus parce que l'espérance de vie augmente mais parce que le financement du système par répartition l'exige et des pensions calculées autrement, plus chichement et moins généreuses.
    Il est donc attendu au tournant et comme soeur Anne jusqu'à présent on ne voit rien que le soleil qui poudroie et l'herbe qui verdoie.

    RépondreSupprimer
  4. Il n'y a pas d'infos justes, ni de commentaires innocents. Toujours une intention inavouée, cachée. C'est pourquoi j'avais posé la question : qui se cache derrière le pseudo SARKOFRANCE ?
    C'est clair que ce commentaire de SARKOFRANCE est misérable, rien sur les zig-zag du pouvoir. Mais cela fait dix fois qu'il évoque les conférences à 50000 euros de SARKO (mais pas celles de DSK, ou là ce serait normal !)Rien sur les projets extravagants du pouvoir comme celui des factures d'électricité indexées sur la situation des ménages ! j'ai évoqué ça avec le député socialiste BROTTES : le "volume de base" serait indexé sur le nombre d'occupant du foyer, autrement dit un retraité vivant seul, qui se chauffe à l'électricité, subira un malus par rapport à une famille de trois ou quatre personnes ??? En même temps on veut encourager les vieux à rester chez eux !. M. BROTTES a reconnu que c'était une erreur.
    A quand le prix de la baguette de pain indexée sur le salaire ?
    Les critiques de SARKOFRANCE ne s'adressent jamais au pouvoir actuel, mais, en négatif, à la droite qui n'est plus au pouvoir.
    ICI, on est bien en HOLLANDIE, SARKOFRANCE devrait avoir l'honnêteté de le reconnaître.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Huhu Brottes... http://authueil.org/?2012/10/25/2063-le-naufrage-est-en-cours

      Supprimer
    2. we, la proposition de loi sur la sobriété énergétique c'est une gigantesque usine à gaz qui va conduire à des situations iniques. Je n'arrive pas à croire que nos députés puissent décider de mesures pareilles !

      Supprimer
  5. Moi, je regrette.
    Je regrette qu'il ne soit pas plus courageux. Qu'il ne nous demande pas notre aide, dans la rue ou dans les urnes, pour peser sur le rapport de force. Qu'il préfère appliquer les mêmes recettes qui partout échouent. Qu'il préfère s'entourer de Ayrault, Mosco et les autres, plutôt que de Mélenchon, Hammon, Lienemann et les autres.

    Je regrette d'avoir été des ~30% de votants pour Hollande au 1er tour des présidentielles, qui ont hésité avec Mélenchon et qui se sont résigné.

    Je regrette qu'on en soit arrivé à s'auto-rassurer à bon compte, en se rappelant à quel point Sarkozy était "méchant", et à quel point Hollande ferait une politique "à l'insu de son plein gré", pour ne pas avoir à admettre qu'elle joue contre nos intérêts.

    Qui est satisfait ?

    RépondreSupprimer
  6. Dites-moi, les amis. Je croyais que ces affaires de sondages débiles (pléonasme), c'était fini.

    La vie, ce ne sont pas les sondages. Moi, de là où je suis, à hauteur de pâquerettes, j'entends bien que le gouvernement socialiste prend des mesures positives et même plus, si on compare François Hollande et son équipe à l'énergumène qui l'a précédé. Mais, une fois ce constat fait, on ne va pas "passer l'hiver",ni l'année sur Sarkozy, sa politique au service des riches, ses polémiques abjects et tout le reste.

    Juan explique que le pouvoir est inaudible parce que "l'équipe Hollande gère très mal sa communication". C'est probable, mais le fond du problème est ailleurs. Encore une fois, la vraie question, ce ne sont pas les sondages, ni les articles racoleurs ou mensongers, ni l'indécision du capitaine pas plus que l'absence d'autorité du Premier ministre.

    La vraie question est : QUELS SONT LES SIGNES CONCRETS DE CHANGEMENT QUE LES FRANCAIS PERCOIVENT AUJOURD'HUI ? Si vous êtes de gauche, posez-vous la question à votre niveau ? Si vou êtes de droite, je suppose que vous l'avez trouvé dès le 6 mai au soir.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.