7 octobre 2012

Pourquoi les pigeons se sont fait pigeonner.

Bizarrement, certains croyaient crier victoire vendredi dernier, après que Pierre Moscovici et Fleur Pellerin aient annoncé quelques assouplissements au projet de loi de Finances pour calmer la révolte de quelques milliers de Net-entrepreneurs emmenés par des exilés fiscaux.
Samedi 6 octobre, le site Arrêt sur Images a dressé une jolie revue de presse sur le sujet. Et il ressort de l'avis général que les Pigeons se sont fait encore pigeonner.

Le Figaro est également sceptique sur cette reculade annoncée. Encore plus tranché (et dépité) : Stéphane Soumier. L'animateur de la tranche matinale sur BFM Business estime que les entrepreneurs se sont fait berner : "J'ai compris ce matin que les «pigeons» n'avaient évidemment rien gagné du tout. Oui, je sais, j"ai gardé une âme d'enfant, j'ai cru quelques heures au Père Noël. Fini de rire."
Qu'auraient-ils donc perdu ? Le Parisien croit savoir que "les plus-values pour les créateurs d’entreprises resteront taxées à 19 %. (…) Sur les gains tirés des actions, le gouvernement maintient le cap". En somme, si vous revendez les parts d’une entreprise que vous avez créée, vos plus-values ne sont pas taxées comme les revenus. Mais si vous vendez des parts d’une entreprise dans laquelle vous avez investi, en tant que "VC" ("capital-risqueur", voir dans le forum une définition de ce métier), vous l’avez dans le baba. Or, il se trouve que le mouvement des pigeons était surtout conduit par des investisseurs à plumes. Dont une grande partie est, au passage, installée à l’étranger, comme le raconte Samuel Laurent sur Lemonde.fr.

 A bon entendeur...


6 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. "Dont une grande partie est, au passage, installée à l’étranger"

    ==> quelle mobilité chez ces entrepreneurs ! :)

    Petite parenthèse personnelle : diplôme d'ingénieur et business master en poche, le compagnon de ma soeur crée en Savoie voici cinq ou six ans une petite entreprise autour d'un procédé très novateur. Au fil des années une vingtaine de personnes vient se greffer au projet. L'an dernier, vente de la petite affaire en plein développement avec de jolies perspectives devant elles. L'heureux créateur empoche sont dû. Avec cette petite manne, il rachète sa maison, envisage de se faire construire une petite piscine. Nul projet d'exil fiscal autrement dit ! Bien au contraire : il est sur le point, si ce n'est déjà fait, d'acheter une parcelle de terrain, dans une zone d'activité aménagée sur le territoire de sa commune, en prévision d'un futur projet ! Et pourtant actuellement il occupe des responsabilités non négligeables qui l'amène à superviser une partie de l'activité des filiales de son repreneur (qui fut aussi son premier employeur et dont il est (re)devenu salarié pour un temps) dans une quarantaine de pays !

    Mais me faisait-il remarquer, "ce qui me plaît c'est la création, la phase de lancement et de développement initial" ! Ce qu'il me décrit là ressemble assez je pense à ce que l'on entend par l'esprit du créateur d'entreprise ; et preuve est faite une nouvelle fois (si besoin était) qu'il peut tout à fait s'exprimer en France ! Pourvu qu'on ait des idées, du talent, du sens civique et le sens de la mesure !

    Quant à nos exilés, ils ne se rendent pas compte du grotesque de leur démarche ! Inopportune d'un double point de vue spatio-temporel ! Ils aspirent à faire progresser des idées qui ont vécu et sont en phase terminale ! Des pigeons dégénérés en qqe sorte...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un président normal, des entrepreneurs normaux !

      Pas des entrepreneurs ayant muté aléatoirement au gré de tendances fantaisistes aujourd'hui caduques :)

      Supprimer
  3. Si j'ai bien compris, certains de ces volatiles, qui ont migré vers des contrées fiscalement plus clémentes, seraient plutôt des rapaces que des pigeons. Des rapaces dont la cause est défendue par les perroquets sarkozystes ? Il est temps d'appeler la ligue de protection des oiseaux.

    RépondreSupprimer
  4. qui cherchait ce matin qui allait se faire plumer en dehors des pigeons pour compenserr le manque à gagner
    et stigmatisait la reculade importante du gvt ?

    RépondreSupprimer
  5. Soumier s'est comporté en véritable militant dans cette affaire. Il en a parfaitement le droit mais devrait parfaitement l'assumer.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.