13 octobre 2012

284ème semaine politique: Pourquoi Cahuzac est notre adversaire


International, sécurité et éducation. Trois terrains où l'équipe Hollande réussit à convaincre. Mais sur la fiscalité ou le budget, la grogne est là, vraiment là.
Et l'on devine l'influence du ministre déléguée au budget.

François Hollande s'est envolé en Afrique, au Sénégal. Il a prononcé « l'autre discours de Dakar », celui qui devait nous faire oublier celui de Nicolas Sarkozy de juillet 2007. Nous étions fiers. En 2009 déjà, Ségolène Royal était allée laver l'affront et le déshonneur. A Dakar, Hollande n'a pas hésité à évoquer les fautes du colonialisme, un antisarkozysme diplomatique bienvenue:
« L'histoire que nous avons en commun, elle est belle, elle est rebelle, elle est cruelle. (…) Notre histoire est aussi celle d'une fraternité [...]. La France se souvient qu'en 1914 et en 1940, elle a pu compter sur le soutien de nombreux Sénégalais. La France se grandit lorsqu'elle regarde lucidement son passé. »

La Françafrique était-elle finie ? Oui, répète-t-il. Ces rencontres avec toutes sortes d'autocrates l'été dernier avaient fait jaser jusque dans ses propres rangs. Rompre avec la Françafrique signifie encourager la démocratie, ne plus célébrer ni soutenir, surtout militairement, les potentats locaux, fermer sa porte aux officines et aux intermédiaires douteux. Hollande l'a donc à nouveau assuré: « Je ne suis pas venu en Afrique pour imposer un exemple, ni pour délivrer des leçons de morale. Je considère les Africains comme des partenaires et des amis. L'amitié crée des devoirs, le premier d'entre eux est la sincérité. Nous devons tout nous dire, sans ingérence mais avec exigence.»

Après Dakar, François Hollande s'est envolé pour Kinshasa
. Quelques militants humanitaires s'inquiètent du geste. L'autocrate local multiplie les violations des droits de l'homme. Mais Hollande, justement, a publiquement prévenu de la position française à son égard: les élections de novembre 2011, applaudies par Sarkozy, « n'ont pas été regardées comme étant complètement satisfaisantes ».

La semaine s'est ouverte sur le choc d'une vague d'arrestations. Une douzaine de personnes interpellées partout en France, l'une d'entre elles riposte et est abattue, des explosifs dans un local. Ces islamistes-là, car ils l'étaient, visaient visiblement gros. Manuel Valls appelle à la mobilisation. Il utilise encore un vocable à la Guéant, surtout au congrès du syndicat de police Alliance. Il évoque des « ennemis en notre sein ». Le Figaro s'en émeut. La gauche morale aussi, l'expression est détestable. Jean-François Copé, en difficile posture pour ravir la présidence de l'UMP, n'a plus d'arguments. On appelle cela trianguler l'adversaire. Valls est le plus populaire des ministres de l'équipe Ayrault/Hollande, à en croire les sondages.

Mardi, Hollande parle éducation. Son ministre Peillon est là. On clôture une large concertation, des centaines d'ateliers de réflexions et quelques mesures à l'arrivée. Après le renfort de 43.000 recrues l'an prochain, voici la semaine des 4 jours et demi, le numérique dans les classes, et il promet que « les devoirs se feront désormais à l'école »

Jeudi, Nicolas Sarkozy fait sa rentrée, devant un parterre de banquiers et de chefs d'entreprises, invités par une banque brésilienne. Chaînes et radio d'information avaient dépêché un tel dispositif qu'elles en étaient devenues ridicules. Nous ne voulions plus parler de Sarkozy mais celui-ci s'invitait, à coup de conférences richement tarifées et de scandales judiciaires. Deux autres dossiers avancent. Les juges s'inquiètent de ces rendez-vous secrets à répétition entre l'ancien monarque et l'ancien procureur et ami Philippe Courroye dans le cadre de l'affaire Bettencourt. Et l'association Anticor vient de déposer une nouvelle plainte contre Patrick Buisson pour les centaines de sondages politiques financés sur deniers publics pour la cause politique de Sarko.

Le véritable évènement de la semaine était cependant fiscal. Le projet de Loi de Finances 2013, et son complément relatif au financement de la Sécurité Sociale, se dévoilent et s'étudient. Chacun y trouve matière à satisfaction ou critique. La polémique des Pigeons s'est à peine calmée cette semaine. Le gouvernement a concédé la poursuite d'exonération pour les plus entrepreneurs d'entre eux. Le recul est davantage cosmétique mais la gauche s'impatiente. L'équipe Hollande voulait avancer dans l'apaisement et la concertation mais c'est visiblement peine perdue.

Jérôme Cahuzac est un drôle de larron. Le patron de Bercy a maintenu en poste le très sarkozyste directeur du Trésor, pour mieux jouer les pères-la-rigueur avec tous les ministres. On sait bien que la manipulation des simulations budgétaires et statistiques est un exercice aisé pour qui les contrôle. Arnaud Montebourg s'en est publiquement agacé. Et Jean-Marc Ayrault a préféré confier à la députée Karine Berger le soin de réfléchir à la fiscalité de l'épargne financière...

L'ancien chirurgien Cahuzac a aussi eu le scalpel fiscal inégal. La justice n'accompagne visiblement pas tous les efforts de redressement. Nous aurons des prélèvements tous azimuts, soit. L'efficacité des prélèvements à assiette large n'est plus à démontrer. Seulement se pose aussi la question de la justice. Rappelez-vous, Nicolas Sarkozy a été défait en mai dernier.
Notre confrère Politeeks s'indignait ainsi à juste titre de la stabilisation du coût des niches fiscales: encore plus de 70 milliards d'euros en 2013, comme en 2012. On croyait que le candidat nous avait promis de sabrer dedans... Le trop faible rabot annoncé des niches fiscales est inexplicable.

Mais il y avait plus symbolique et détestable: le barème de l'ISF a été certes toiletté, mais il ne sera pas, loin de là, aussi sévère qu'avant la réforme Sarkozy. Primo, le Conseil constitutionnel avait imposé un plafonnement de l'imposition – une sorte de retour au bouclier fiscal tant honni, même si nous nous situerons sur des hauteurs bien différentes de la générosité sarkozyenne précédente. Secundo, les équipes de Moscovici/Cahuzac ont été bien clémentes avec les seuils et les taux d'impositions. Tertio, quand le rapporteur socialiste Christian Eckert fait adopter un amendement réintégrant les oeuvres d'art « non exposées au public » et au-delà de 50.000 euros de valeur dans l'assiette de l'ISF, voici tous les ministres concernés – les uns après les autres, qui protestent.

Comme le détaille avec précision et chiffrage le blogueurMelclalex, l'ISF version Hollande rapportera 1,3 milliard d'euros de mieux que l'ISF version Sarkozy, que ce dernier avait pourtant allégé de 2,3 milliards.

Mais pourquoi donc cette clémence en ces temps de redressement national ?

On devine la réponse, l'habituel chantage à l'exil fiscal. Qui restera donc patriote ? N'est-ce pas la Grande Crise ?

Où est passé Roosevelt ?



10 commentaires:

  1. Où est passé Roosevelt ? on ne le verra pas , nous aurons Schreoder 2013. Avec ligne "terra nova" qui gagne. Je l'ai dit sur Facebook à Rimbus : la lâcheté des Soc-Dem va finir par produire de la violence politique.
    Oui lâcheté, par ce que ne pas être capable d'appliquer son propre projet c'est une lâcheté.

    RépondreSupprimer
  2. Lire l'article d'Emmanuel Todd dans le dernier Marianne.
    Excellent...

    j'ai encore du mal à comprendre les bienfaits de la sortie de l'Euro qui pourrait entraîner plus de méfaits que de bienfaits.
    Sur la votation des parlementaires... si... je me serais
    " lâchement" ? abstenu

    RépondreSupprimer
  3. Ce même Cahuzac qui refsuait de faire appel dans l'affaire de la vente du champ de course de Compiègne. Décidément il ne veut pas déranger les gens de l'UMP. IL a fallu que ce soit le syndiac des Forêts qui fasse appel pour ren,voyer Woerth devant les juges. Il faut savoir que Woerth avait vendu ledit champ pour 1,8 millions d'euros à son copain, alors qu'il a été évalué à ... plus de 8 millions d'euros : une bagatelle ! A quoi il joue le Cahuzac ? Il serait de gauche ? A bon ? ARAMIS

    RépondreSupprimer
  4. Un socialiste qui se lâche ! Jean-Marie Le Guen, député PS de Paris, déclare au Nouvel Observateur, : "la réhabilitation de la pensée républicaine a permis à notre candidat (Hollande) de liquider en douce la vulgate postmarxiste qui irriguait encore les textes du PS et qui faisait de l'antilibéralisme l'alpha et l'oméga de la pensée, à gauche" et il ajoute "nous mesurons tous les limites du projet social-démocrate". A contrario, nous, nous mesurons l'absence de limites du libéralisme sauvage (pléonasme), mais nous ne pouvons pas reprocher à Le Guen de manier la langue de bois. Il y en a quelques-uns, qui doivent se retourner dans leur tombe, au Panthéon et ailleurs.

    Tu vois, Juan, voilà une bonne réponse à la question sur ceux que certains appellent les "sociaux-traîtres". Moi, pour qui c'était "tout (à gauche, voire dans la droite modérée)sauf Sarkozy", je ne suis pas surpris. Le citoyen Hollande a gagné l'élection présidentielle là où Jospin l'avait perdu. Il l'a gagné d'abord grâce aux frasques du lider minimo, of course, mais aussi en tirant les leçons des erreurs ou plutôt de la franchise de Jospin. Jospin, qui déclarait, si je me souviens bien, qu'il ne ménerait pas une politique socialiste. Véridique, tel quel.

    Aujourd'hui, la politique socialiste commence à prendre corps et il semble bien que la messe soit dite.
    Ce ne sera pas le grand soir, mais qui le demandait ? Une minorité. Ce ne sera malheureusement pas non plus une rupture avec les politiques chiraquienne et sarkozyste au service des riches et des entreprises.

    Hollande continue dans la même direction et son baratin et celui des socialistes ne tromperont pas plus les Français que celui des sarkozy boys n'a réussi à le faire.

    Plus dure sera la chute.

    RépondreSupprimer
  5. Hollande n'a jamais promis Le Grand Soir, La nationalisation à tout perdre....
    Dans la ligne de Mitterrand il rabote...
    Mais ceux qui ont voté pour lui sans prendre des vessies pour des lanternes savaient qu'il votaient pour un social démocrate, normal...ordinaire !
    D'accord il s'est laissé aller avec la guerre à la finance c'était une gonflette d'estrade.
    Qu'il fasse payer les riches, tant que l’équilibre n'est pas revenu, ne convient parfaitement. La régulation des banques me suffira ! ou en est séparation des banques ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le moment, comment l'écrit Politeeks, les promesses socialistes sont loin d'être tenues. Si elles ne le sont pas aujourd'hui, pas besoin d'un dessin, il faudra repasser plus tard. Les promesses ne s'usent que si l'on sert, non ?

      Supprimer
  6. J'aime bien le charabia de Todd sur la structure familiale, qui nous sort à chaque fois, on dirait du Robert Lamoureux "Papa maman la bonne et moi..."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais ce Robert Lamoureux-là dit des choses pertinentes sur la nouvelle vache sacrée de l'Europe : l'euro, sur le comportement des gouvernements européens et sur la sortie de l'euro. Il ajoute que, "dans cinq ans, Hollande sera un nain ou un géant", mais, la France et, nous citoyens ordinaires, que serons-nous devenus ?

      Supprimer
    2. Et oui hélas, il est un triste de voir Todd descendre au niveau d'Attali (souvenez vous - A noël l'euro aura disparu ou pas)
      Brilliant est le raisonnement de Jacques Sapir, qui explique que l'euro va disparaitre (du moins dans le sud) non pas parce que les allemands ne voudront plus payer mais parce que ils ne POURRONT plus.
      on peut rajouter que si la France tombe du côté du sud, la spéculation sur le franc sera terrible et cette fois les allemands ne viendront pas à la rescousse, épuisés par les dettes du sud. BIG UP à Nino !

      Supprimer
  7. AFRIQUE : Les mots du président sont bons à prendre !
    Mais entre les mots et les actes espérons qu'il n'y aura pas d'autres maux !

    Le nettoyage va être très délicat !

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.