22 octobre 2012

Touche pas à ma blogosphere


Nous, blogueurs et blogueuses, et avant cela citoyens et citoyennes, tenons à jour sur le web des chroniques, incluant du texte, des photos, des vidéos, de la musique. Ils sont le fruit de nos réflexions ou de nos humeurs, à propos de l’actualité politique ou culturelle, sociale ou sportive, ou dans des secteurs plus spécialisés tels que l’histoire ou la cuisine, la photographie ou les nouvelles technologies… Nous produisons un contenu dont nous sommes les auteurs, chacun et chacune à son propre rythme, selon ses propres centres d’intérêts ou ses compétences, chacun et chacune avec son expérience personnelle, sa sensibilité. En un mot, nous tenons des blogs.
Des hommes et des blogs
Chacun de nos billets de blogs est l’occasion de susciter des avis, des commentaires, des questions, des discussions, à l’occasion du débat. En un mot, de l’interaction. Les internautes qui « nous rendent visite » sont parfois blogueurs eux-mêmes. En commentant « chez nous », ils nous permettent de découvrir leurs propres blogs et ainsi d’étendre notre réseau, nos liens : ce que nous nommons la blogosphère. Avec le temps, parce que derrière chaque blog il y a un homme ou une femme, sa réalité, des affinités se nouent, des rencontres ont lieu, des sourires sont échangés. La supposée virtualité a alors fusionné avec le réel. 
Telle est notre vision du réseau social qu’est la blogosphère. Elle est tout sauf fermée, froide et aseptisée. Elle est au contraire ouverte sur la vie, bouillonnante, source d’autant d’amitiés durables que d’irréductibles inimitiés, et l’on peut même de temps à autre s’y faire insulter copieusement. Elle est tout simplement le meilleur et le pire de ce que sont les gens, de ce que nous sommes. Elle est vivante.
Des blogs et des liens
La société Wikio avait en son temps joué un rôle important dans l’émergence de cette communauté de blogs, et donc de blogueurs et de blogueuses. Wikio assurait la promotion des blogs, leur apportait un surcroît de visibilité, et eux-mêmes le lui rendaient bien. Et puis la petite société est devenue plus grande, elle s’appelle aujourd’hui Ebuzzing et a de nouvelles ambitions. 
Dans un premier temps, Ebuzzing a choisi de préserver l’outil qui avait fait la popularité de Wikio auprès des blogueurs, ses classements des blogs, se contentant d’adapter ceux-ci aux évolutions majeures d’Internet, l’émergence de Twitter par exemple.
Basés sur les liens entre blogs, divisés en catégories – politique, sport, technologies, société, etc… -, ces classements permettaient dans une certaine mesure d’apprécier le poids de chaque blog dans la blogosphère, l’étendue du réseau de chacun, pas nécessairement son audience. C’était intéressant ou amusant, pertinent ou farfelu, utile ou inconséquent, les avis étaient partagés. Chacun d’entre nous savait cependant y retrouver une photographie plus ou moins déformée de la communauté ou des communautés que nous formons.
Des blogs sans blogueurs
Mais récemment, l’outil est devenu tout autre chose. Des blogs institutionnels, des blogs de personnalités dont les médias traditionnels font la notoriété, ont été intégrés à la liste des blogs. Pis encore, des agrégateurs de liens et de contenus, des sites semi-professionnels, ont soudainement rejoints les bases de données d’Ebuzzing, y compris des sites d’extrême-droite qui usent à grande échelle de méthodes plus que suspectes pour gagner en notoriété – démultiplication de pseudos, retweets automatiques en masse, commentaires copiés-collés de manière industrielle, etc…
Les uns ne sont pas des blogueurs, les autres ne sont pas des blogs. Autant considérer comme des blogs Atlantico et le Huffington Post, les sites du Figaro et de Libération. Et pourquoi pas les pages Google News ?
De fait, les classements de « blogs » d’Ebuzzing ne nous parlent plus de la blogosphère, ne sont plus en « lien » avec elle et de qui nous y est commun, ce qui nous fait vibrer, fait sens et nous motive. Plus grave, il apparaît évident que tout ceci, cette définition nouvelle de la blogosphère que voudrait imposer une société de droit privé, nous englobant dans tout autre chose que ce que nous sommes, vise à nous étouffer, à faire taire notre spécificité : celle d’une parole libre venue d’un endroit d’où il n’est pas habituel qu’on parvienne à l’entendre, la parole des citoyens. Car la blogosphère n’est que cela, la caisse de résonance des citoyens et de leur diversité – diversité d’opinions et de centres d’intérêts, diversité sociale et professionnelle. La blogosphère, finalement, c’est le média de ceux qui n’en ont pas.

La blogosphère se rebiffe
Le choix fait par Ebuzzing est un choix politique. Nous en sommes d’autant plus convaincus que Pierre Chappaz, son patron, est aussi un des fers de lance du mouvement des « pigeons », un homme qui s’affiche sans ambiguïté en tant que libéral – ce qui ne nous pose aucun problème en soi – et qui, tenant lui-même un blog, a choisi de le faire figurer dans les classements établis par sa propre entreprise selon des algorithmes qu’il est seul à connaître, prenant de facto le risque du conflit d’intérêt, donc du soupçon. 
Considérant que Pierre Chappaz devenait en cette affaire juge et partie, nous le laissons seul juge de ses choix et décidons de partir, afin de ne pas cautionner plus longtemps une conception de la blogosphère qui ne repose plus sur aucune réalité. 
Nous, blogueurs et blogueuses, 1er, 10ème, 100ème ou dernier des classements actuels, avons décidé de ne plus en être et avons exigé de Wikio-Ebuzzing la suppression de nos blogs de ses listes. Parce que nous ne saurions nous retrouver à servir les intérêts commerciaux d’une société et les nouvelles ambitions politiques de son patron. Parce que nous refusons que la blogosphère, dont nous sommes à la fois le cœur et les poumons, puisse ce faisant se trouver assimilée à – et finalement dissoute dans – quelque chose de plus vaste et qui ne lui ressemble pas, et d’où les blogs ne sauraient plus être visibles et les blogueurs se faire entendre.


La présente tribune est collective.
S’y associent les blogueurs suivants et leurs blogs (*) :
  1. A perdre la raison@melclalex 
  2. Le chiffonnier dans le jardin@MarieEngagee 
  3. Chez El Camino@elc95 
  4. Le blog de corinne morel darleux@cmoreldarleux 
  5. Chez l’vieux@yannsavidan 
  6. Partageons mon avis@jegoun 
  7. Les coulisses de Juan@sarkofrance 
  8. Les échos de la gauchosphère@JesuisCethomme 
  9. Lyonnitude@romainblachier 
  10. Les chroniques de Juan@sarkofrance 
  11. Bah !? by CC@cycee 
  12. Reservus@bembelly 
  13. David Burlot s’explique@davidburlot 
  14. Affichage libre@elooooody
  15. Le cri du peuple@cridupeuple
  16. Le blog de Captainhaka@captainhaka 
  17. Rimbus le blog@rimbus 
  18. Mon Mulhouse@ericcitoyen 
  19. Trublyonne@trublyonne 
  20. Le blog de Louis Lepioufle@louislep
  21. La Renovitude@nico_LdT 
  22. Les bas-fonds de Juan@sarkofrance 
  23. Chez dedalus@zededalus 
  24. Et ma main dans la gueule ?@elc95 
  25. La femme de George@mrsclooney
  26. Ce que je pense@bembelly 
  27. Au comptoir de la comète@jegoun 
  28. Les photos de chez El Camino@elc95 
  29. Partageons nos agapes@jegoun 
  30. De tout de rien sur tout de rien d’ailleurs@detoutderien 
  31. Le p’tit cagibi de GdeC@JesuisCethomme
  32. Mon mulhouse bio@ericmulhouse 
  33. Partageons l’addiction@jegoun 
  34. Alter-Oueb@alteroueb 
  35. RéflexionPolitique.net, @gillessauliere 
  36. Le coin politique de dedalus@zededalus
  37. Woof it, @O_bi_Wan
  38. Ça sent le vomi@JesuisCethomme
  39. Partageux
  40. Les Témoins du temps présent, @lino83
  41. A gauche pour de vrai@sydne93
  42. Le jour et la nuit, @JeandelaXR
  43. Voie militante, @voiemilitante
  44. Regarder le ciel@regarderleciel

(*) 19 heures, lundi 22 octobre. Liste complétée chez Dedalus.

7 commentaires:

  1. Bien ! Politeeks, dans son aigreur, en est resté à 41... On peut mieux faire !

    RépondreSupprimer
  2. Nécessaire dans un temps et un espace où règnent la confusion et la communication institutionnelle tous azimuths.

    RépondreSupprimer
  3. Réaction salutaire de cerveaux lucides !

    RépondreSupprimer
  4. Certains blogueurs étaient assez fiers et contents fut un temps de faire partie de ce classement pourtant. C’est assez pathétique. Se classer. On se croirait à l’école de la politique. Alors que pour moi un blog qu’il parle de politique ou d’autre chose n’a pas à se comparer avec un autre. C’est une sale habitude de toujours vouloir être le premier ou le deuxième. Moi j’ai un blog depuis 5 ans et demi, je ne suis classée nulle part. Je ne sais pas trop combien de personnes viennent me lire. J’aimerais évidemment que beaucoup me lisent c’est normal. Mais je serais contente que beaucoup te lisent aussi. Vous voyez mon propos ? Je ne comprends pas cette histoire. Ce que je pense, moi, c’est qu’il existe une certaine élite des blogs politiques qui se lisent et échangent « entre eux » ; point. Et qui ont du mal à s’intéresser à ce que peuvent écrire d’autres qui essaient de se faire connaître et engager un débat. Non c’est Truc qui a lu Machin qui, lui citera Bidule qui rendra la passe à Truc… Bref ce ne sont que des enfantillages. Par rapport aux faits de société révoltants qu’ils dénoncent si justement tous parfois, je trouve cela dommage d’en monter toute une crème comme ça… Ça me lasse.

    RépondreSupprimer
  5. "...Vous voyez mon propos ? Je ne comprends pas cette histoire."

    Continue à parler des soldes avec tes copines, Cécile.
    BadA$$

    RépondreSupprimer
  6. Je vais voir ce que tu écris toi "Justice"… Et je n'apprécie pas du tout que tu me parles comme ça…

    RépondreSupprimer
  7. Evidemment pas de lien… T'en veux un ? Tiens…
    http://jereblogue.canalblog.com/archives/2012/10/02/25234291.html

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.