6 octobre 2012

283ème semaine politique: pourquoi il est difficile de défendre Hollande.

En Syrie, les combats font rage, et toujours à Alep et ailleurs. Le régime ne chancelle pas. François Hollande veut un gouvernement provisoire. Le Qatar travaille en sous main. La Russie résiste mais la France s'en fiche.

Mais jeudi, l'armée syrienne tire de l'autre côté de sa frontière, et tue 5 civils turcs. Grosse erreur ! La Turquie est membre de l'OTAN et peut réclamer des sanctions à l'ONU. La Syrie vient de fournir le prétexte légal qui manquait - une agression contre un pays extérieur - pour légitimer une intervention.

Mais la France a oublié le conflit syrien. BHL avait bien couiné pour réclamer une intervention militaire. Je l'imaginais rééditer son coup libyen. Il aurait pu s'y rendre, en Syrie. Des journalistes, notamment français, y ont risqué leur vie, ou l'ont perdu, pour témoigner.

En France, on pleure deux morts, l'assassinat de deux jeunes par une bande à Eichyrolles, près de Grenoble, littéralement massacrés « pour un regard de trop ».

On réclame François Hollande. Il se rend sur place, comme Nicolas Sarkozy en son temps, mais à son rythme et à sa façon. Il est interpellé devant les caméras par une habitante du quartier:  « c'est le Texas ! » hurle-t-elle de sa fenêtre. On pensait à cet Sarkozy ministre à la Courneuve, en 2002. Mais Hollande n'a pas évoqué de chasse à la racaille. Il a attendu quelques jours, trois jours pour être exact. Juste avant une douzaine d'interpellations, pour l'essentiel conclusives. Sarkozy nous aurait promis une loi sur-mesure, évidement non appliqué faute de moyens.

Une poignée d'éditocrates, fabriquant de l'opinion, s'amusent à la comparaison. Hollande ferait du Sarko. Qu'espéraient-ils ?

La France médiatique s'amuse avec des Pigeons. Quelques entrepreneurs pour la plupart issus du Web lancent dimanche un appel, avec page Facebook et site dédié. Ils se dénomment les Pigeons (#Geonpi en langage nerd-millionnaire). Ils fustigent deux mesures du projet de Loi de finances, un minuscule relèvement des cotisations sociales pour les auto-entrepreneurs, rapidement qualifié « d'assassinat ». Et la taxation des plus-values de cession d'actions au barème de l'impôt sur le revenu. Quelle horreur ! Ce n'est plus un assassinat mais un génocide ! Les mots n'ont plus de sens.

D'ailleurs, le Medef, débordé et tardif, évoqua un racisme anti-entreprise. Même Christian Clavier a pris peur ! Il a filé à Londres. Fichtre... On est finalement soulagé. Qui se souvient de Christian Clavier ?

Et du racisme anti-cons, qui s'en indigne ? Quelques journalistes paresseux, jusqu'aux journaux radio-télévisés, répètent l'argument de ces néo-conservateurs. Les mêmes arguments, sans aucune recherche ni aucun travail: ça mélange tout, le capital et ses revenus, les plus-values et le travail, le taux marginal de l'impôt sur le revenu et l'imposition en général.

Quelques autres journalistes, trop rares, démontent l'imposture. Mais les éditocrates préfèrent observer comment Hollande, Ayrault ou un ministre allaient reculer.

On s'énerve, il faut défendre.

Qui m'expliquera comment trier entre les entrepreneurs qui prennent des risques et les autres ? Qui m'expliquera la différence entre les plus-values faciles et les autres ? Au gouvernement, on réagit. On tend la main. Dans les blogs, certains s'agacent.

Nous défendons. On en connaît, certains de ces ministres. Ils/Elles se (dé)battent. Redresser, corriger, rétablir sans fustiger, dénoncer, accuser. La tâche est rude. On pourrait donner des leçons comme les autres, mais non. Ayrault est critiqué parce que trop calme. En ex-Sarkofrance, on préfère les troubadours...

Je suis solidaire.

Il n'y a aussi aucune raison que l'outrance l'emporte sur le débat. Tout projet de loi s'améliore. C'est même pour cela qu'on appelle cela un Projet de Loi. Ces Pigeons n'ont rien dit contre d'autres nouvelles: la progression de la pauvreté, ou ce sixième des Français payés sous le SMIC, ces

Jeudi soir, Pierre Moscovici et Fleur Pellerin reçoivent quelques représentants. Ils annoncent des allègements.

Sur le fond, pas grand chose, juste de quoi rétablir un équilibre, dissocier les entrepreneurs laborieux des quelques millionnaires qui voulaient préserver leur bonus.

On croyait que le redressement de la nation nous concernait tous. Certains pensent encore qu'il vaut mieux réduire le filet social, celui-même qui nous a sauvé de la débâcle voici trois ans. La rigueur, c'est pour les autres.

Sarkozy, justement. Imaginez qu'il ait été réélu.

Vous auriez eu l'Agité et le TSCG, le fameux traité européen. Bien joué François, se félicite notre confrère Gabale. Il a raison, même si ce fichu traité n'est pas bon. Il faut expliquer que le traité n'interdit pas les déficits quand ils sont conjoncturels. Que c'est fatiguant...

A en croire, les sondages, ceux qui ne regrettent pas Sarkozy dépassent les 55%, plus nombreux qui ceux qui ont voté contre lui en mai dernier.

Une réjouissance.

Ah, au fait, Hollande a annoncé une loi contre le cumul des mandats pour le printemps.

A bon entendeur...



29 commentaires:

  1. Ah bah ! Le régime français ne vaut pas plus cher que celui de Damas, de Washington, de Berlin ou de Madrid. C'est le pognon (mot trivial posé volontairement) qui régit partout. Sauf dans quelques pays d'Amérique latine, il n'y a plus que des théocraties adoratrices du Dieu Dollar.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. "Mais jeudi, l'armée syrienne tire de l'autre côté de sa frontière, et tue 5 civils turcs. Grosse erreur ! La Turquie est membre de l'OTAN et peut réclamer des sanctions à l'ONU. La Syrie vient de fournir le prétexte légal qui manquait - une agression contre un pays extérieur - pour légitimer une intervention."

    ==> un peu de jugeotte Juan (ou de bonne foi !) à propos de cette providentielle provocation, réitérée qui plus est ! Il doit se sentir bigrement costaud le régime syrien pour aller ainsi tirer la moustache de Gros minet jusque dans son panier où celui-ci fait semblant de dormir (et encore d'un seul oeil) ! Ou alors il est pas finaud ! Ou alors ... Ou alors ...

    "BHL avait bien couiné pour réclamer une intervention militaire. Je l'imaginais rééditer son coup libyen. Il aurait pu s'y rendre, en Syrie"
    ==> BHL est considéré persona non grata par une partie des opposants syriens

    Des opposants syriens rejettent le soutien encombrant de BHL

    par Hala Kodmani
    Journaliste
    Publié le 03/07/2011 à 18h14

    Craignant que Damas exploite cette « récupération », ils appellent au boycott du philosophe, « ennemi des droits des Palestiniens ».

    ==> "Invitées à participer à un meeting organisé par la revue La Règle du jeu de Bernard-Henri Lévy, lundi 4 juillet à Paris, plusieurs personnalités représentatives de l’opposition syrienne à l’étranger, ont renoncé publiquement à leur présence à cette manifestation. « Car le message de soutien aurait pu être entendu si l’identité du messager n’était pas si problématique, » selon l’un d’entre eux.

    « Celui qui se fait l’ennemi des droits d’un peuple ne peut prétendre soutenir une révolution fondée sur les mêmes droits », écrit Suhair Atassi, figure emblématique de l’opposition de l’intérieur depuis sa cachette syrienne."

    ==> http://blogs.rue89.com/neo-arabia/2011/07/03/des-opposants-syriens-rejettent-le-soutien-encombrant-de-bhl-212044

    RépondreSupprimer
  4. selon les grosniqueurs patentés , hollande n'a rien fait de son quinquennat car le réchauffement climatique perdure, la banquise fons et à l'UMP ils sont toujours aussi c*ns

    RépondreSupprimer
  5. Juste deux ou trois remarques, dont la première à Juan. Non, nous ne sommes pas comme ceux que vous appelez éditocrates. Si nous n'avons pas leur talent littéraire, nous n'avons surtout pas leur mauvaise foi. D'ailleurs, je fais, pour ma part, le distinguo entre les critiques, qui remettent en cause des choix politiques, et celles qui s'attaquent à la personne. Il n'est de tout façon question de faire silence ou, mieux, de défendre et de soutenir certains choix, comme le TSCG, au motif que nous avons des idées de gauche. Je laisse ces pratiques aux électeurs de droite, qui tombent en pâmoison devant leurs idoles. A gauche, nous sommes nombreux à ne pas aimer les plébiscites.

    Pour en revenir aux journalistes, je ne vois pas en quoi des marionnettes, rabâchant à longueur de journées des dépêches à la télé, à la radio ou tout juste capables de faire des analyses du niveau du cours élémentaire 2 dans certains journaux, méritent le nom de journalistes. Notez au passage le poids toujours croissant des fais divers ! De l'information, vous avez dit information !

    Quant à BHL, qu'il reste où il est et que les Minc et autres grands penseurs aillent le rejoindre !

    RépondreSupprimer
  6. pourquoi il est difficile de défendre Hollande ? par ce qu'il comment des erreurs politiques ou de communication ? par ce que le poids de ces erreurs dans l'opinion est plus profond ou diffèrent que ce qu'on peut entendre ici ou là .

    Je note quand meme que toi et Nicolas avez eu la meme idée : être obligé de rappeler que vous soutenez Hollande. Est ce là un exercice obligatoire ?

    Et sur ce déficit structurel dont tout le monde nous parle . De combien est il en France ? 3,7% fin 2011 selon la presse.
    http://archives.lesechos.fr/archives/2012/lesechos.fr/04/02/0201987414580.htm

    Il va donc falloir le ramener à 0,5% d'ici combien de temps ? Quel effort budgétaire cela représente ? Est ce que Gabale a fait le calcul ?


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OUI CAMARADE, c'est un exercice obligatoire quand je sens des hésitations. Un exercice qui m'appelle à revisiter le soutien comme souvent, car, comme tu le sais et le pratiques, rien n'est acquis. Tout se prouve.

      Supprimer
  7. il y a aussi les atteintes répétées aux libertés civiles http://leparisienliberal.blogspot.fr/2012/10/constat-unanime-une-gauche-liberticide.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Le Parisien Libéral : Entre nous, on se fout totalement de l'origine sociale de Hollande, comme de celle de Sarkozy.

      Par contre, on s'est senti très concernés par la politique de pillage de l'Etat menée consciencieusement et systématiquement par Sarkozy et sa bande pendant 5 ans avec, comme résultat, la mise sur orbite du lider minimo. Vos amis de droite peuvent toujours continuer à raconter sur tous les tons qu'il s'agit d'un malentendu. Plus c'est gros, plus ça a des chances de passer. Le problème n'était avec Sarkozy de savoir si ce monsieur portait des Ray Ban ou appréciait les montres Rolex, voire les modèles Jaeger Lecoultre, mais de supporter, outre son comportement narcissique pitoyable, ses attaques répétées contre nos droits sociaux, économiques, politiques. Avec, cerise sur le gâteau, un art consommé de la provoc et du mépris et, comme symbole de la démocratie, le bras d'honneur quotidien d'un Président à ses concitoyens.

      Supprimer
    2. Comme si le pire était là ! Mais le plus important, c'est la politique économique et financière, celle qui permet tout le reste. Et là-dessus, à part des mesures homéopathies envisagées, sur le fond il n'y a rien que la continuité avec le régime précédent. Le nouveau gouvernement se prépare sans dériver d'un micron à faire entériner par "sa" majorité, aidée par l'ancienne, le verrouillage définitif des finances publiques. Les avertissements angoissés des économistes les plus éminents n'y font rien.

      Mais bien entendu les "libéraux" sont tout contents : faute de financements qui seront désormais interdits par les mesures de rigueur, l'État sera obligé de demander aux capitalistes de prendre en main ce qui reste de services publics (y compris la police, ah ah ah ah !) On va rire.

      Supprimer
    3. Si, pour toi, augmenter le déficit de 600 Mds d'euros n'a aucune importance, t'es cohérent, mais si tu penses que Sarkozy pouvait faire autre chose, là t'as tout faux.

      Pour le reste, si certaines mesures de Hollande vont dans le bon sens, j'ai déjà dit ce que je pensais du TSCG, que les socialistes refusent de discuter et qu'ils vont voter avec la droite. Ce ne sont pas les crédits de 120 Mds, qui devraient être dépensés en plusieurs années, qui changeront quoi que ce soit au fait que le traité est anti-démocratique, qu'il signe la remise des clés aux technocrates au service des financiers et des mutinationales.

      Hollande choisit la fuite en avant plutôt que de se battre pied à pied, mais c'était prévisible de la part d'un homme attaché viscéralement à l'équilibre budgétaire - voir son époque rocardienne - favorable au traité de Lisbonne. Il n'en demeure pas moins que signer ce traité est grave, irresponsable d'autant que des alternatives existent pour sortir de cette situation surréaliste.

      Ce traité met fin à la souveraineté de notre pays. Les dirigeants européens vont mettre en place une deuxième instance soi-disant indépendante pour contrôler les budgets des Etats et sanctionner ceux qui ne respecteront pas leurs engagements.

      Vous avez vu, comme moi, ce que cela donne avec la BCE, aux mains d'un ex de Goldman Sachs, qui exige que les Etats baissent les salaires et les retraites, abandonnent les services publiques et privatisent ceux qui sont rentables pour rembourser leurs créanciers.

      Vive la politique européenne de la France, le changement, c'est maintenant !

      Supprimer
    4. @LeParisien: T'étais où, toi, quand Eric Besson était ministre ?

      Supprimer
  8. A l'auteur du blog,il vaut avoir N Sarkozy ou F Hollande comme président ?

    RépondreSupprimer
  9. A l'auteur du blog,il vaut mieux avoir N Sarkozy ou F Hollande comme président ?

    RépondreSupprimer
  10. @style

    Toi prends ton ballon et va jouer dans le jardin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est pas la réponse qu'il attend.

      Supprimer
    2. C'est la seule à donner. Bonnet blanc et blanc bonnet.

      Supprimer
    3. @babelouest: tu es trop sévère, camarade.

      Supprimer
  11. chers amis degôche, je vous trouve tres indulgent avec le pouvoir actuel.

    A t il demandé à Delanoé s'arreter la video surveillance ? A t il cessé les controles d'identité au faciès ? A t il stoppé l'arrestation et la detention de mineurs sans papiers isolés ? A t -il demandé la fermeture de la ZAPI 3 de Roissy ? A t-il supprimé la Hadopi et la Loppsi ? Est-il revenu sur la fusion de la DST et des RG ?

    Ne mettez pas tout cela sur la crise, ces mesures n'ont rie à voir avec l'argentque l'Etat a, ou pas, et tout à voir avec la volonté de l'Etat, quelque soit la couleur politique du gouvernement, de tout controler.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien au contraire. C'est tout simplement que Sarkozy est toujours là, rien de changé sur le fond. Ceci dit, je suis peut-être un tout petit peu plus à gauche que d'autres.

      Supprimer
    2. @LeParisien: je crois que tu vis sur une image de la gauche qui date un peu. relis mes billets (notamment dans les Coulisses).

      Supprimer
    3. dans ce cas c'est décevant que la gauche, qui a tant critiqué l'UMP sur sa dérive anti droits de l'homme, fasse pareil !

      Supprimer
  12. Bien donc le gouvernement va amender le projet de taxation pour nourrir les "pigeons". Mais comme le dit si bien notre Jérôme Cahuzac "ce rétropédalage coûtera plusieurs centaines de millions d'euros à l'Etat et qu'il faudra les compenser."
    Economie, nouvelle taxe, alourdissement d'une fiscalité existante ?
    Les pigeons c'est qui maintenant ?

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.