3 octobre 2012

#Geonpi: qui nous prend pour des pigeons ?

Ils ne sont pas contents, ces patrons de start-up forcément «innovantes » et « créatrices de valeur ». Depuis l'annonce, vendredi dernier, que certains impôts seraient largement relevés à compter de l'année prochaine, la révolte est en marche.

Ils «couinent et râlent sur internet », ils pétitionnent et se mobilisent. Ils se sont même créés un groupe FaceBook, les pigeonsentrepreneurs, avec déjà près de 20.000 participants, et un site Web, où ils s'appellent les #Geonpi, parce qu'ils sont modernes et l'avenir de notre pays. Et ils amalgament tout, technique classique pour qui ne veut rien entendre.

Fichtre ! Serait-ce déjà le socialisme ?

Ils ont d'abord placé le minuscule relèvement des cotisations sociales des autoentrepreneurs en tête de gondole de leur revendication. Ces gens-là s'y connaissent en marketing. Pour défendre la rente, la plus-value ou le dividende, il vaut mieux d'abord invoquer le travailleur pauvre. La moitié des autoentrepreneurs ne génère aucun revenu. La démagogie est sans limite ... et contre-productive.

L'amalgame était donc facile. Le projet de loi de finances prévoit d'augmenter les cotisations sociales de 3% pour les autoentrepreneurs. Chez les #Geonpi, on appelle cela une « augmentation assassine des charges sociales ». On se pince pour le croire.

Une augmentation... assassine ? Mais de quoi parlent-ils, ces apprentis millionnaires qui stressent pour leurs plus-values ?

Le blogueur, élu local et autoentrepreneur Romain Blachier explique très simplement pourquoi les cris d'orfraie n'ont pas lieu d'être: il s'agit d'aligner le régime social des auto-entrepreneurs sur celui des micro-entreprises, ni plus ni moins. « Compte tenu du CA réalisé par les AE en 2011, vous aurez en gros une augmentation de 3% des cotisations (12,4% au lieu de 12% pour l’achat-vente par exemple). »

Ces pigeons nous prennent-ils pour des pigeons ?

Certainement. 

Second objet de révolte, le vrai, le sérieux: les plus-values sur actions, antérieurement taxées à 19%, seront désormais imposés via le barème de l'impôt sur les revenus. Et ces #Geonpi dénoncent une imposition à 60%... une estimation volontairement grossi en la basant sur le taux marginal, c'est-à-dire la dernière tranche, et en additionnant les CSG/CRDS. Fichtre! Quelle horreur ! Ils ne bossent donc pas pour embaucher, produire  « Cette mesure conduit, par exemple, un entrepreneur cédant son entreprise après 10 ans de labeur, d’incertitudes, de hauts et de bas, de semaines de 70 heures… à payer 45% (taux marginal de l’IRPP) +15,5% (CSD/CRDS) soit plus de 60% sur la plus-value de cession ».

C'était donc ça. Ils n'osaient protester contre le relèvement de l'ISF, la taxation au barème de l'impôt sur le revenu des stock-options, le plafonnement à 10.000 euros des niches fiscales, ou le durcissement de la niche Copé. Non, il fallait rester discret pour éviter d'être indécent.

Ces #Geonpi n'avaient d'ailleurs rien à dire sur le reste du PLF 2013.

N'étaient-ils qu'attirés par l'argent, cette fameuse grosse plus-value tant espérée qui légitimera leur démarche au bout de quelques années,  ces « entrepreneurs » ?

On pouvait s'interroger.

Il fallait bien être avide pour se plaindre ainsi de ce qui les attend. Chaque jour qui passe amène son lot de plans sociaux, de suicides pour surendettement, de statistiques déprimantes sur la pauvreté ou le manque de soins.

Plutôt que de couiner, ces pigeons conservateurs auraient pu s'intéresser concrètement à l'amélioration d'un PLF 2013 qui, évidemment, n'est pas parfait. 

Mais là n'est pas la préoccupation de ces entrepreneurs.

Ils auraient pu remercier le gouvernement d'avoir finalement épargner les rentiers qu'ils rêvent de devenir. Ils auraient pu applaudir à l'extension du crédit impôt recherche, très favorable à l'innovation. Ils auraient pu se féliciter de l'abattement proportionnel sur l'impôt calculé sur la durée de détention des titres de l'entreprise (40% pour la 12e année) prévu dans ce PLF 2013. En d'autres termes, expliqua Bercy, « En régime de croisière et pour les titres détenus plus de 12 ans, l'impôt sera donc, au maximum, prélevé à un taux marginal net de la CSG de 24,7 %. » Reprenons: si ces fameux entrepreneurs-créateurs-d'emplois-et-de-richesse osaient garder leurs actions au moins une grosse décennie, la fameuse taxation de la plus-value augmentera donc de .... 4,7 points.

Ils auraient pu se féliciter que l'enseignement scolaire bénéficie de près de 3% de crédits supplémentaires (8 781 emplois créés), que l'enseignement supérieur recherche récolte 2,2% d'augmentation. Patrons ou futurs patrons, ils devraient se féliciter de la création de 100.000 contrats d’avenir, et 390.000 contrats aidés.

Après la Droite forte, la droite populaire, la France droite, voici donc la Droite Pigeon.

La belle arnaque... 



Lire aussi:

31 commentaires:

  1. Ce que j'adore dans ce genre de diatribe «antilibérale», comme celles de @sebmusset, c'est qu'elles sont publiées sur Blogueur, un produit Google.
    Vous savez, Google, la start-up «ultralibérale» née à la fin des années 1990-début 2000 en Californie. A l'époque où la politique qui est défendue ici était déjà au pouvoir en France.

    Politique qui se serait empressé de tuer dans l'oeuf toute tentative de Google française, au nom de la lutte contre le «libéralisme», à coup de 35H00, d'impôts sur la fortune, et de «mort aux stocks-options».

    Symbole même de la faillite politique, économique, sociale et culturelle dont ce cancer «antilibéral» se nourrit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que j'adore avec ce genre de diatribe, c'est qu'elle cause de Google, de web et d'innovation en ignorant ou faisant mine d'ignorer ce que l'informatique et le web en général, et subséquemment les grosses machines à cash Gogogle et Apple en tête, doivent au logiciel libre.

      Supprimer
    2. Ben tiens. Pourquoi se géner. Google, Apple doivent quoi au logiciel libre en l'occurence?

      Il existe des blogs en logiciel libre, non?

      Curieusement, c'est quand même plus confortable de ricaner des start-ups chez Larry Page et Sergueï Brin et en plus en faisant comme si c'est juste une machine à cash alors que quand ils ont démarré...

      Supprimer
    3. Mac osX intègre les gnu-tools, au hasard. Va voir un peu les positions de Richard Stallman, si tu considères que Juan est gauchiste tu va être servi. Sinon tu sais sur quel serveur web tournent l'écrasante majorité des sites? Etc etc.

      Les rapport entre libre et propriétaire sont évidement plus compliqués que ça (au débotté KHTML/Webkit, Android & GNU_LINUX) et il ne s'agit pas d'opposer une bande de chevelus fumeurs de joints et de requins milliardaires, il s'agit juste de briser la fausse alternative que tu as posé au commentaire de départ, qui est en tant qu'argument, pour la qualifier correctement, débile.

      En apparté : à mon avis c'est plus un paradoxe qu'une simple contradiction, ça pourrait être un bon outil pour ouvrir une discussion sur des sujets importants (ocnnaissances, échange, argent/gratuité, etc).

      Par ailleurs, en admettant même que ta remarque soit opportune, il ne revient pas à l'individu (ici Juan) d'endosser la responsabilité de contradictions qui sont globales (par exemple promouvoir le communisme sur un réseau social privé qui vend les données persos).

      Ca reviendrait à une exigence de pureté qui obligerait - et encore, serait-ce suffisant? - à vivre en ermite pour émettre toute critique, ce qui à son tour exposerait à l'argument "vous vivez hors du monde, ce que vous dites n'est donc pas pertinent".

      Sonc, si ça t'amuse, tant mieux, mais ça ne va pas plus loin que ça.

      Supprimer
    4. En PS, pour ceux que ça intéresserait, on peut évidemment réussir brillament en tenant de courtes semaines de travail et le maintien d'une petite taille comme principes essentiels. J'encourage donc les curieux à se renseigner sur 37signals, la boîte derrière basecamp.

      Supprimer
    5. Donc j'ai compris, tout est dans tout et inversement.

      :-D

      Supprimer
  2. "Le projet de loi de finances prévoit d'augmenter les cotisations sociales de 3% pour les autoentrepreneurs. Chez les #Geonpi, on appelle cela une « augmentation assassine des charges sociales »."

    Il serait de bon ton de signaler que les AE n'ont pas de pouvoir de déduction, comme la TVA ou autres... De ce fait les 3% d'augmentation vont être ressenti directement dans le porte-monnaie de ceux qui en ch.. pour se dégager un salaire.

    "Ils ne sont pas contents, ces patrons de start-up forcément «innovantes » "
    La seul innovation concrète est que des personnes grâce à ce statut sont sortis la tête de l'eau en proposant des prestations. Le reste n'est que discours marketing. L'artisanat à vu ca d'un sale oeil, l'Etat malgré tout lorgne sur des nouveaux revenus...

    Je suis pas capitaliste, ni encore moins de droite, mais on a besoin d'emploi et cette augmentation, ridicule pour certains, ne va pas aider dans ce sens. Et c'est pas les sociétés du CAC40 qui vont nous aider aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Imaginez chez les Sarkofrance comment ils réagiraient si au lieu de ça, on augmentait de 3% les cotisations des salariés les mieux payés de France en moyenne: les fonctionnaires.

      Supprimer
    2. On gèle (encore) les salaires des fonctionnaires et ils ne disent pas grand'chose.

      Supprimer
    3. Quoi? Les salaires les plus élevés en moyenne et garantis à vie sont gelés?

      Supprimer
  3. "si ces fameux entrepreneurs-créateurs-d'emplois-et-de-richesse osaient garder leurs actions au moins une grosse décennie, la fameuse taxation de la plus-value augmentera donc de .... 4,7 points. "

    On peut donc en déduire de quelle "création de richesse" on prlait, et à desination de qui...

    RépondreSupprimer
  4. Décidément, la gauche n’aime pas les entreprises et les entrepreneurs bien que ces derniers contribuent grandement à la création de la richesse nationale. Ils resteront toujours pour vous des ennemis de classe.

    Oui Juan, beaucoup d’entrepreneurs ont envie d’appartenir à ces riches que vous haïssez tant… et rapidement si possible. Que voulez-vous, ils préfèrent avoir des problèmes de riches plutôt que des problèmes de pauvre. Si au passage ils créent des emplois, font tourner l’économie et paye leur taxes (IR, cotisation patronale et TVA comprises) pourquoi s’en plaindre ? Ne devrions-nous pas plutôt les aider à un moment ou le chômage atteint les 3 millions ? Si « aider » est peut-être un terme un peu fort, disons simplement arrêter de les traiter en criminels.

    Pour en revenir au PLF 2013, il est vrai que le taux de 60% est le taux maximal marginal. Il est aussi vrai de dire que l’augmentation des prélèvements aura un effet relativement léger sur les très petite start-up et que l’imposition décroit dans le temps.

    Malheureusement, le PLF 2013 en l’état est absolument délétère pour les capital risqueurs qui eux ont tendance à investir dans de plus grosses start-ups (et à les faire croitre en y apportant des capitaux) et a détenir les titres 5-7 ans environ parce que c’est le mandat qui leur a été donné par leur propres investisseurs. Meme ce brave Romain Blanchier (est-il veritablement un auto-entrepreneur lui qui a un job bien au chaud chez la Compagnie Nationale du Rhône?) en convient.

    Les capital risqueur vont se prendre la PLF 2013 en pleine face… ce qui est dommage parce que justement la France manque de monde prêt à prendre le risque d’investir dans des PME de taille moyenne.

    Notre système fiscal actuel favorise les très grandes entreprises qui ont les moyens d’échapper à notre fiscalité. Par exemple : c’est un secret de polichinelle mais pas mal d’entreprises du CAC40 sont actuellement entrain de regarder comment transférer une partie de leurs dettes à leur filiales étrangères (en Belgique ou en Hollande) afin d’éviter de perdre la déductibilité des intérêts. Malin, non ? D’un autre cote, notre fiscalité aide les très petite entreprises en leur offrant des déductions.

    Les entreprises entre ces deux extrêmes qui sont trop grande pour bénéficier des déductions mais trop petite pour entrer dans des montages financiers complexes afin de réduire leurs impôts en prenne plein la gueule. C’est dommage pour la France parce que ces entreprises sont justement un grand vivier de croissance et d’emplois. Il est intéressant de contraster le tissu économique entre la France, les USA et l’Allemagne. Les USA et l’Allemagne ont tout un tissu de grosse PMEs qui manquent cruellement à la France. Ces dernières jouent un rôle moteur dans l’emploi et de l’innovation. En France, on ne sait pas faire croitre nos PME qui restent pour toujours des petites et moyennes entreprises. Nous y perdons.

    Quant à l’augmentation de 3% des credits de l’enseignement scolaire, excellente nouvelle pour votre fille. Mais sera-t-elle sure de trouver un emploi quand elle aura terminé ses études ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était donc ça la solution aux problèmes d'emploi : plus de pognon pour les entrepreneurs, créateurs de richesses et d'emploi.

      Supprimer
    2. Oui mon bon Pif, plus de fric pour ceux qui lâchent un job bien payé pour prendre le risque de monter une entreprise qui si elle marche payera un salaire à des gens qui comme vous aiment cracher dans la soupe pendant leur temps libre.

      Vous travaillez Pif ? On dirait pas

      Supprimer
    3. "Décidément, la gauche n’aime pas les entreprises et les entrepreneurs" : c'est marrant, de se croire obligé de commencer une démonstration par une caricature purement politicienne...

      Supprimer
    4. Vous allez rire mais j’ai du mal à ressentir l’amour des entrepreneurs dans les posts de Juan et de Pif?

      Vous ne pensez pas qu’un climat anti-entreprise est entrain de se développer à gauche ?

      Quelques exemples :
      - le fameux « j’aime pas les riches »… c’est dommage car le devenir c’est justement ce que à quoi aspirent pas mal d’entrepreneurs. C’est d’ailleurs ce qui justifie les risquent qu’ils prennent.
      - le fameux « casse toi riche con » repris par une partie de la presse de gauche… c’est dommage mais justement Monsieur Arnault est plutôt l’exemple même de l’entrepreneur qui a réussi a transformer une entreprise de BTP en un géant du luxe comme LVMH. L’homme ne vous plait peut-être pas mais sont parcours professionnel est impressionnant.
      - La famille Peugeot convoquée par Montebourg comme des mis en examens devant monsieur le juge… c’est dommage mais s’il y a une entreprise qui a essayé de tout faire pour continuer de produire en France (par opposition par exemple a Renault) c’est bien Peugeot
      - Les haut-revenus que l’on taxe à 75% pour les punir car en France il est bien connu que l’on à le droit de réussir mais pas trop tout de même parce que sinon ca fait des envieux.
      - Ce blog qui parait-il est assez lu en France

      La gauche aime les entreprises petites et frileuses parce que si elles vont bien c’est forcement parce qu’elles exploitent leur travailleurs.

      Je peux comprendre qu’un homme de gauche n’aime pas un trader qui spécule ou un rentier qui s’est seulement donné la peine de naitre mais je ne comprends pas cette haine des entrepreneurs dans le post de Juan.

      Apres tout, c’est quoi un entrepreneur ? C’est probablement un type qui avait déjà une situation confortable, un job stable, une famille … et qui décide un beau jour de tout risquer pour monter sa boite.

      Peut-être veut-il devenir riche (est-ce un crime) ou alors il en marre de son chef ou il s’ennuie profondément.

      Quoi qu’il en soit, il prend un risque. Fini la certitude d’avoir un salaire qui tombe en fin de moi. Votre banquier vous regarde maintenant différemment. Il prend un risque financier, emprunte à la banque, sa famille, il met ses biens en gage… et s’il se plante (ce qui arrive souvent) il risque de tout perdre. Il ne compte plus ses heures, plus de vacances, malade ou pas il faut bosser. Il se débat entre ses clients et ses fournisseurs et une administration pas forcement compréhensive. Bonjour la pression de faire vivre non-seulement votre famille mais aussi en fin de compte celle de vos employés… et ca pendant des années.

      Pourquoi le haïr ? Il est surtout bien con de se donner tant de mal au lieu de rester sagement au chaud à toucher son salaire puis sa retraite en fin de mois .

      Juan, est-ce l’ambition de ces hommes et femmes qui met en évidence l’absence de cette dernière chez vous qui vous énerve ?

      Supprimer
    5. Mon cher Coin-coin,

      Disons que mon opinion construite sur comment la richesse est créée et partagée n'est pas la même que la vôtre. Elle est teintée de marxisme, ça arrive souvent à gauche. Donc ne vous en étonnez pas trop, ça ne fait que souligner votre ignorance d'un penseur important - qu'on l'aime ou qu'on ne l'aime pas, qu'on l'approuve ou pas. Il est vrai que de nos jours, le PS n'a plus Jaurès mais Valls, mais ça ne vous dispense pas d'un peu de curiosité.

      Je passe sur vos attaques ad hominem parce qu'elles ne méritent aucune réponse, et sur vos poncifs sur "les entrepreneurs", prométhées modernes et ce gloubi-boulga parce que j'ai déjà beaucoup écouté BFM.

      Supprimer
    6. Ah? Vous êtes marxiste? Tout d'abord bravo. Cela ne doit pas être tous les jours facile d'appartenir à une espèce en voie de disparition.

      Bon. Maintenant que je sais que vous êtes motivé par vos convictions religieuses, je comprends mieux pourquoi la raison a déserté vos propos.

      Supprimer
  5. L'initiative de ces #Geonpi est caricaturale dans ses arguments. Il serait temps qu'ils le réalisent et proposent des idées concrètes. Lisez le très bon texte d'Henri Verdier, cité en bas de billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Monsieur Verdier et moi-même partageons la même analyse qui est que le PF2013 en l’état ne prend pas en compte la spécificité du capital-risque et donc est néfaste aux entrepreneurs car le capital-risque joue un role important en France.

      Monsieur Verdier pense aussi que l’ensemble du projet devrait être refondé en profondeur autour de principes visant à faciliter la création et le développent d’entreprises innovantes. Nous sommes d’accord.

      Monsieur Verdier pense par contre qu’il est inutile de faire trop de bruit autour de se sujet et qu’il vaudrait mieux approcher poliment l’actuel gouvernement avec de gentilles propositions et de beaux graphiques juste au cas où ce dernier en aurait quelque chose à cirer.

      Mon bon Juan, je ne vais quand même pas apprendre à un vieux marxiste comme vous la notion de rapport de force ? Sérieusement ?... nous nous sommes donc compris.

      Supprimer
  6. Un billet pour une telle roupie de sansonnet, c'est perdre l'entendement.

    RépondreSupprimer
  7. Billet clair et lapidaire.
    Merci.
    ps au mois aussi bon qu'à l'époque de Sarkofrance !

    RépondreSupprimer
  8. Quel succès, Juan ! Dès que tu parles argent, fiscalité, entreprise, certains de nos amis de droite se sentent concernés et rappliquent illico presto en poussant des cris d'orfraie et en nous expliquant en vrac que "l'impôt est confiscatoire", "qu'il décourage l'initiative privée", "qu'il tue l'innovation" ... Les larmes me viennent quand je pense à toutes ces victimes d'un système aveugle.

    Chers amis de droite, les impôts, taxes et autres droits représentent notre contribution au budget de la France et servent à financer des biens collectifs, des services publics et des actions conduites au titre de la solidarité nationale. Vous pouvez ne pas être d'accord avec un budget, qui prend en charge certaines dépenses, notamment pour les plus faibles, mais pourriez-vous nous rappeler le montant annuel en milliards d'euros des subventions, aides, niches fiscales bénéficiant aux privilégiés et aux entreprises, y compris multinationales ?

    De plus, pourquoi ne pas taxer plus fortement les plus aisés, ou les entreprises qui font de gros bénéfices, surtout dans le contexte actuel ? La démarche est logique. Le raisonnement est basique. Quel est le revenu disponible d'un foyer qui dispose de 1500 euros par mois ? Et quel est celui d'un foyer disposant de 10000 euros ou d'un autre gagnant 100000 euros par mois ?
    Vous me direz, au XIXème siècle, les ouvriers et leur famille avaient juste de quoi survivre et quelques économistes anglais trouvaient cela très bien.

    Ceci dit,ceux qu'on entend se plaindre, après avoir été cajolé par Sarkozy, ne sont pas les plus déshérités !

    Alors, double Coin, épargne-nous tes clichés sur le "crime d'être riche", "la haine de la gauche envers les entrepreneurs". S'il y a une lutte des classes, c'est bien les privilégiés, qui la mènent. Ouvre les yeux !

    Notre pays s'est mieux sorti de la crise, si l'on peut dire, grâce à son système politique, mais cela ne va pas durer avec les attaques répétées des ultra libéraux pour mettre la main sur les services publics, comme celui de la santé - ils ont commencé depuis pas mal d'années déjà - et imposer la rigueur budgétaire.

    Pour eux, ultra libéraux, cupides, sans foi, ni loi, si ce n'est "la loi du marché", l'objectif est double :
    - gagner plus d'argent en marchandisant toutes les activités à potentiel
    - gagner plus d'argent en payant moins d'impôts et de taxes

    Et là, ça ne rigole plus du tout et on n'a même pas besoin de notre avis. Vive l'Europe libérale ! J'ai hâte d'être en 2020.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le budget en France sert d'abord et avant tout a payer les salariés de l'Etat qui ont en moyenne les salaires les plus élevés.

      Prendre aux riches pour donner aux pauvres? Version officielle incomplète.

      Version complète:
      Prendre aux riches, en garder plus de la moitié pour soi, distribuer l'autre partie à une clientèle politique, sure de préférence, et enfin rassembler les miettes qui restent pour les donner aux pauvres.

      Supprimer
    2. pauvre garçon. Argumentez un peu mieux svp.

      Supprimer
  9. Démos, vous revoilà. Je suis rassuré. J'avais peur que découvrir que voter non au TCE en 2005 n'avait servi à rien vous ait achevé.

    Ouf.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne t'inquiète pas, brave volatile !
      Pense plutôt à voler bien droit devant toi. En t'appuyant trop sur ton aile droite, tu risques de tourner en rond et, par les temps qui courent, tu pourrais finir sous les plombs d'un chasseur à l'affût. Ce serait dommage de perdre un défenseur de la libre entreprise, sauf peut-être de celles qui font du foie gras !

      Supprimer
  10. Regardez donc ces deux docs économiques sur Arte, je mets l'adresse du premier :
    http://videos.arte.tv/fr/videos/la-grande-pompe-a-phynances--6965918.html.

    On comprend mieux les pigeons entrepreneurs.

    RépondreSupprimer
  11. Regardez donc ces deux docs économiques sur Arte, je mets l'adresse du premier :
    http://videos.arte.tv/fr/videos/la-grande-pompe-a-phynances--6965918.html.

    On comprend mieux les pigeons entrepreneurs.

    RépondreSupprimer
  12. Jouons un peu.

    Sachant qu'il y a 15 milliardaires en France et 55 en Allemagne.

    Qu'il y a un million de fonctionnaires de plus en France qu'en Allemagne.

    Saurez vous trouver où se trouve les restaus du coeur?

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.