4 novembre 2012

Manuel Valls et la militante basque de trop


« C'est une politique que je qualifierai d'autoritariste. »
Le commentaire fut d'Yves Cochet, le député européen écologiste, vendredi soir sur iTélé, à propos de Manuel Valls. Comme d'autres, comme nous, il réagissait très vite à la demande d'une journaliste à propos de l'extradition d'une militante indépendantiste basque vers l'Espagne.

Il avait tort. Cette expulsion extradition d'Aurore Martin, militante d'un parti pourtant légal en France, a certes semé plus qu'un trouble.

Une ire, une révolte, une consternation.

Pourquoi ?

Il y a deux ans, la police avait déjà tenté la chose, en vain, empêchée par des soutiens de la militante. On imagine Aurore Martin, Française, victime d'un délit d'opinion en Espagne. Militante d'un parti légal en France, illégal en Espagne. A l'heure des frontières intra-européennes disparues, la situation semble anachronique.

Nous fûmes choqués, comme d'autres, encore nombreux. A gauche comme à droite. 

Et pourtant ...

1. Les autorités françaises ont juridiquement raison.
Le ministre de l'intérieur ne pouvait rien faire d'autre, sauf à ne pas respecter la loi. La jeune militante a épuisé tous les recours (cour d'appel de Pau, Cour de cassation, Cour européenne des droits de l'Homme). Le mandat d'arrêt européen (MAE) qui la concerne s'impose aux autorités françaises. Elle n'a pas été arrêtée, d'après les premiers éléments d'information, dans le cadre d'une opération policière d'envergure. Elle a été arrêtée lors d'un simple contrôle routier, explique la gendarmerie. « Nous reprochons à Manuel Valls de ne pas respecter le droit français », a déclaré sur i>Télé le député EELV Noël Mamère. Il fait référence à une disposition qui autorise la France à ne pas appliquer un MAE pour les délits d'opinion. Mais dans ce cas précis, répétons-le, Aurore Martin a même été déboutée de sa demande d'annulation du MAE devant la Cour européenne des droits de l'homme.

2. La France ne livre pas ses ressortissants à un autre pays pour des faits qui ne sont pas condamnables en France. C'est la seconde critique, plus fondamentale, contre cette extradition. Bizarrement, la presse française n'a pas fait état du contenu exact des charges qui pèsent contre Aurore Martin. La justice espagnole l'accuse depuis 2007 d'avoir participé à une manifestation de soutien à ETA. ETA est un mouvement terroriste de part et d'autres des Pyrénées. L'organisation a annoncé un cessez-le-feu en 2011 mais n'a pas déposé les armes.

3. L'Espagne n'est pas une dictature. Franco est mort il y a bientôt 40 ans.Aurore Martin n'a pas été encore jugée en Espagne. Nul ne sait même si elle sera condamnée, ni, le cas échéant, à quelle peine elle sera condamnée. Elle risque 12 ans de prison, mais l'Espagne est un pays démocratique. La justice y est largement comparable à la nôtre, en bien comme en mal.

4. Il était surprenant d'entendre un représentant de Batasuna expliquer que Claude Guéant, le prédécesseur de Manuel Valls, avait lui au moins respecter une trêve tacite avec le mouvement indépendantiste:  « Il y avait un accord tacite que Valls a cassé, une étape a été franchie ». Les tensions dans le pays basque s'étaient donc apaisées. Claude Guéant et Nicolas Sarkozy, malgré leurs rodomontades publiques, avaient visiblement choisi un apaisement que les partisans d'Aurore Martin réclament à nouveau. On peut donc comprendre de certaines critiques contre Valls qu'elles lui reprochent d'avoir trouvé ce calme relatif, d'avoir préféré l'application de la loi au pragmatisme.

5. Manuel Valls est un coupable idéal. Ce n'est pas la première fois que Manuel Valls - et par ricochet l'ensemble du gouvernement - est accusé de dérapage sécuritaire depuis mai dernier. A gauche, certains décrivent Valls comme une réincarnation de Sarkozy. A droite, on se pince de gêne pour fustiger la prétendue hypocrisie du collègue de Christiane Taubira.Avec cette arrestation, une belle partie des critiques habituelles du ministre de l'intérieur se sont facilement mobilisées


Cette expulsion/extradition est-elle légitime ? Oui.

Dommageable ? Oui.

Mon dieu, le monde est parfois gris.

Les autorités françaises ont commis une bourde politique. L'arrestation puis l'expulsion de la militante ont déclenché l'ire et la protestation de tous les représentants politiques locaux.

Le mal est-il fait ?

Pas forcément, ça dépend pour qui.

Le lendemain, le ministre a nié toute intervention ni consigne donnée aux forces de l'ordre: « L'exécution du MAE est une décision de la justice. La décision a été appliquée sous l'autorité du parquet général de Pau. Ce n'est pas du ressort du ministre de l'intérieur que je suis. » Même Christiane Taubira a réagi: « la remise de Mme Martin à la justice espagnole s'est opérée dans le strict cadre du mandat d'arrêt européen ».

On a peine à croire que le gouvernement français en général, ou Manuel Valls aient quelque chose à gagner avec cette extradition. C'est plutôt l'inverse, surtout si elle n'est pas davantage revendiquée.

Certains auront besoin de crier au complot élyséen. François Hollande comme son premier ministre ou le locataire de la Place Beauvau ont pourtant d'autres chats à fouetter.



23 commentaires:

  1. Et tout ceci n'a absolument RIEN à voir avec ses déclarations belliqueuses dans El Pais 2 jours plutôt. Juste une coïncidence on va dire...
    Cette extradition est indigne, qu'elle soit légale ou pas. Ceci est sensé être un gouvernement de gauche, damn it !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un gouvernement de gauche devrait donc intervenir dans l'exécutions des décisions de justice ?

      Supprimer
    2. quand elles sont injustes, et qu'en l'occurrence il s'agit non pas de décisions nationales mais de directives européennes qui vont à l'encontre de notre tradition républicaine : oui, 1000 x oui ! come on ! la militante n'a bafoué aucune de nos lois ! elle s'est juste exprimée lors de meetings politiques. Il n'y avait aucune raison de l'extrader ! au regard de la loi française, il n'y a rien à lui reprocher. point barre.

      Supprimer
    3. alors @jegoun ? http://www.mediapart.fr/journal/france/071112/hollande-donne-son-feu-vert-l-extradition-d-aurore-martin
      un gouvernement de gauche est intervenu dans l'éxécution d'une décision de justice. Et pas dans le bon sens....

      Supprimer
  2. Si exécrable que soit cette extradition, ceux qui tapent à coups redoublés sur Valls (et donc sur Hollande, le gouvernement, les Socialistes) devraient se renseigner sur le mandat d'arrêt européen, qui a aboli toutes les conventions d'extradition entre pays membres de la CE et mis fin à l'intervention de l'exécutif dans la procédure d'extradition, autrement que pour en appuyer l'exécution. On ne voit pas trop comment Valls, Taubira ou qui que ce soit aurait pu intervenir légalement pour s'opposer à cette extradition dont la demande avait été validée par tous les niveaux du judiciaire.

    RépondreSupprimer
  3. Et la gauche a trop dénoncé l'ingérence de l'exécutif sur le judiciaire à l'ère Sarkozy pour faire pareil à son tour... Fallait y penser avant, peut-être ?

    RépondreSupprimer
  4. Il est vrai que j'ai Aurore des extraditions. Mais, si c'est loi...

    RépondreSupprimer
  5. Parce qu'en matière de terrorisme, on extradie depuis Bayonne ou Pau sans câbler au ministère ?

    Et ministre socialiste parisien on ne prête même pas l'oreille aux socialistes locaux qui ont fait votre campagne ? http://goo.gl/mUb6r

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'on ait ou pas câblé au ministère ne change rien à l'affaire : le rôle de l'exécutif est d'appliquer les décisions judiciaires. Il s'agissait d'un mandat européen, pas d'une demande d'extradition ordinaire. Les Socialistes locaux peuvent s'égosiller, il n'y avait aucun moyen, pour le ministre, d'empêcher cette extradition. Et il lui était difficile de donner pour instruction aux gendarmes et policiers d'ignorer Aurore Martin si jamais ils lui tombaient dessus.

      Supprimer
  6. Aurore Martin aurait fait l'objet d'un mandat international pour avoir participer à une manifestation de soutien à ETA ! C'est tout ce qu'il y a à lui reprocher ! Mitterand avait accueilli Battisti and co ; le Brésil a recueilli Battisti et refusé de le livrer l'Italie ! Et la France LAISSE livrer à un autre pays une de ses ressortissantes pour un tel motif ! En se défaussant bien hypocritement sur sa Justice .

    Ce jour-là fut un sale jour pour la France en remettant de la sorte à un pays étranger une de ses ressortissante membre d'un parti politique légal en France ! C'est un très mauvais jour pour l'idée de la souveraineté de la France. Et franchement cette "Europe" qui permet cela ne donne vraiment pas envie qu'on l'apprécie.

    Après on peut toujours se retrancher mollement derrière l'application du droit : les SYMBOLES qui dominent dans cette affaire sont ceux de l'écrasement d'un certain ordre protecteur par un rouleau compresseur bureaucratique européen ; une sorte de coalition des Etats dans la traque des citoyens pas sages ! Qui fera accroire que ce genre de symbole donne envie de ce monde que l'on veut nous fourguer aux forceps ! Nulle personne un tant soit peu sensée et réaliste ! Le message transmis par le SYMBOLE est clair et puissant quand bien même il n'est pas forcément explicite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A propos de cet événement d'une portée symbolique considérable pour qui s'attache à lire les symboles, une tribune éclairante de Jean-Claude Paye, sociologue. Rappelons que l'arrestation d'Aurore Martin présentée comme fortuite ne le fut pas. Mais un petit scénario a été aménagé pour que les circonstances laissent à penser qu'elle le fut. Sachant que Aurore Martin ne vivait pas clandestinement. Et était donc facilement arrêtable dans le cadre de ce mandat d'arrêt .. qui faisait obligation à l'Etat français de livrer sa ressortissante à un Etat étranger [ que l'on médite la portée de cela du point de vue du renoncement de souveraineté que ce nouveau dispositif juridique européen remplaçant le mandat d'extradition suppose ... ]!! Obligation auquel cet Etat français s'était donc soustrait. CQFD. ==>

      Le vrai visage du mandat d’arrêt européen

      http://www.humanite.fr/tribunes/le-vrai-visage-du-mandat-d-arret-europeen-461164

      Supprimer
  7. Ah, comme c'était bien avant, on pouvait traîner dans la boue toute la bande de Sarkozy sous n'importe quel prétexte, et même quand il n'y en avait pas ! Ce Sarkozy est vraiment un salopard : perdre l'élection et forcer "la gauche" à (essayer de) gouverner ! C'est inqualifiable, et même nauséabond ! Il devrait y avoir des lois, un article de la constitution, qui protègent "la gauche" contre un coup tordu pareil : nous obliger à mettre en évidence notre incompétence ou notre irresponsabilité (quand c'est pas l'une, c'est l'autre)…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le retrait du pouvoir de l'UMPereur sarKomzy aura eu, entre autres mérites, celui de mettre en évidence l'indifférence de ses soutiens quant à participer au débat d'idées pour essayer de convaincre du bien-fondé de sa politique et de sa façon violente de la mettre en oeuvre.

      A l'époque où il était l'hôte de l'Elysée, sur ce site, il n'y avait guère de monde pour argumenter en sa faveur. Et puis vint le temps de la défaite et soudainement on vit ici apparaître une faune remplie d'amertume venir déverser ses aigreurs.

      Les propos comme les vôtres seraient plus audibles si à l'époque vous fûtes intervenu sincèrement dans le débat pour essayer de convaincre en jetant dans le débat toute la bonne foi des individus porteurs de convictions et sincèrement désireux de les défendre.

      Mais bon, à l'époque, forts de la domination de votre camp, vous snobiez les palabres ; vous les laissiez aux âmes sensibles pendant que les gens comme vous, sérieux, compétents et responsables vaquaient à leurs affaires !

      Cette défaite aura au moins eu le mérite de nous permettre de faire votre connaissance ! Bienvenue sur ce site et bon courage : quatre ans et demi encore à ronger votre frein et à contenir bon an mal an votre dépit !

      Bon entre temps il y aura des élections intermédiaires qui pourront vous apporter qqs gratifications en grignotant qqs-uns des pouvoirs actuellement détenus par les pseudo-socialistes, "incompétents et irresponsables" selon vos dires, et qui ont néanmoins réussi au fil des années à se rendre plus désirables auprès des Français que leurs homologues de droite dans la quasi-totalité des scrutins !

      Profitant certes d'une infâme équation qui rend la tâche extrêmement compliquée à la droite puisque l'un de ses termes la rend quasi-insoluble : sauf à franchir les limites qui nous séparent de l'infâme ! Tâche à laquelle on s'emploie dans ses rangs depuis qqs années maintenant.

      J'ignore si cette conduite révèle un prétendu supplément de compétence de la droite, si ce n'est dans le domaine du sordide et du cynisme, mais assurément elle ne plaide aucunement en faveur d'une prétendue supériorité en matière de sens des responsabilités ! Soutenir le contraire ne serait faire preuve ni de compétence, ni d'esprit responsable ...

      Supprimer
    2. De plus en plus rigolo. Voilà un blogueur qui a passé cinq ans (ou presque, j'ai pas vérifié la date d'apparition des symptômes les plus graves) à invectiver de toutes les façons possibles Sarkozy et lez sarkozystes. Et il eût fallu que l'un de ces derniers, tel Saint Sébastien, vînt lui apporter « sincèrement » la contradiction « en jetant dans le débat toute la bonne foi des individus porteurs de convictions et sincèrement désireux de les défendre ».
      OK, c'est donc ma faute : si j'avais fait preuve d'un peu de masochisme et d'inconscience, sans doute vous aurais-je convaincu (ainsi que ceux qui se délectaient de votre prose) que vous faisiez fausse route, que Hollande et sa bande d'imposteurs dogmatiques et revanchards sont, malgré tout, pires pour la France que Sarkozy — vous évitant de vous retrouver aujourd'hui dans le bourbier de votre imprévoyance et de vos incohérences (et pour tout dire de vos mensonges — pas spécialement les vôtres, rien de personnel) !
      Mais c'eût été compter sans le plaisir, si palpable ici (et à gauche en général), de mépriser et de haïr au nom de Vérités et de Principes qu'on est les seuls à connaître et défendre légitimement.
      D'ailleurs, j'observe que continuer à traiter ceux qui ne pensent pas comme vous de « faune remplie d'amertume » venue « déverser ses aigreurs » ne montre pas une appétence particulière pour le débat d'idées.
      Je n'ai ni amertume, ni aigreurs, je vois se dérouler avec tristesse et de loin ce que je redoutais et mon pays devenir une Suède pauvre, interdit d'estime de soi par la gauche et sans influence dans le monde.
      Vous avez voulu chasser Sarkozy et y avez certainement contribué par votre mauvaise foi et vos outrances. Vous êtes donc, comme vos semblables blogueurs sarkophobes effrénés, responsable de ce qui va se passer.

      P.S. 1- Pour votre info, je n'ai cessé pendant cinq ans de défendre mon opinion, sous ce pseudo ou d'autres, sur des sites et blogs un peu moins frénétiques.

      P.S. 2- Quand allez-vous changer le nom de votre blog ? On va finir par croire que vous ne pouvez vivre sans votre AntéChrist personnel et que votre hargne a effectivement quelque chose de pathologique…

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    4. Dans ce cas créez votre blogue en défense de vos idées ; mais pourquoi aujourd'hui vous exposer dans une posture négative quant hier vous ne leviez pas le petit doigt pour défendre, en ce même lieu, positivement ou négativement, vos idées et le pouvoir en place ici marqué au short !

      Aujourd'hui, il ne semble guère que le traitement qui vous est réservé ici vous importe ; alors pourquoi hier davantage ! Où puisez-vous le supplément d'âme qui désormais vous pousse à déverser votre acrimonie ? Ce n'est pas tant votre acrimonie qui me chiffonne ; chacun a bien évidemment le droit d'exprimer sa colère post-défaite ; c'est avant tout le changement de comportement (sur ce site) entre avant la défaite et maintenant ;)

      PS : Je ne suis pas Juan, mais un lecteur régulier puisque je jette un oeil à tous les billets, et j'en lis plus de la moitié. Je ne suis pas toujours d'accord sur le fond, mais je trouve la forme satisfaisante dans l'ensemble. Je trouve Juan un peu trop clément dans les justifications qu'il donne de la politique suivie par le gouvernement ; pour tout vous dire, j'ai peine à ne voir qu'un simple citoyen non appointé aux manettes de ce bon blogue ! Trop d'efforts constants pour une ligne trop politiquement correcte implique une énergie qui à mon avis serait mieux employée dans une perspective plus créative si il devait se confirmer qu'elle n'est soutenue par aucune gratifications autres que strictement personnelles ! Il n'en reste pas moins que le taff est de qualité dans l'ensemble !

      PS2. Sinon, où peut-on vous lire cher NewParadigme. Avec un pseudo pareil, on a envie vraiment d'en savoir davantage sur ce que vous nous mijotez de décoiffant ... Vous inscrivez-vous dans la lignée d'Edgard Morin ?

      Supprimer
  8. La justice espagnol ne garanti en rien les droits de Aurore Martin une justice au service de l’intolérance et l’iniquité. La justice espagnole n’est pas indépendante. Pour moi aucune excuse n’est valable. Souvenais vous de balthasar Garzon et se qui lui est arrivé pour les écoutes de terroristes de ETA et les investigations des crimes du franquisme ! Puis la justice européenne une foutaise il refuse de rendre justice aux républicaines victimes du franquisme et vient condamne une jeune femme pour des opinions ? Deux poids deux mesures ! Puis pour se qui est de la démocratie en Espagne, avec les lois antisociales de se gouvernement je doute beaucoup ! A l’époque de vichys la police de franco venais en France arrêté les républicains aujourd’hui ces une démocratie ils peuvent venir plus facilement quoi ! En France le premier magistrat est le président de la république !faudra pas venir pleurer si elle prend dix ans pour délit d’opinion ! La droite espagnole s’est les héritiers de la phalange et du national catholicisme, les dirigeants espagnols ne jure pas sur la constitution mais sur la bible. Moi j’affirme que cette jeune femmes sera l’enjeu de leurs désire politiques et que donc le droit ne sera pas garantie pour elle !
    Et non on ne mélange pas la droite et la gauche François Copé a déclaré être favorable à l’extradition d’Aurore Martin, il réclame a la gauche de faire en 15 jours le travail qu’il non pas fait en dix ans et sa référence est toujours Schröder l’allemand et blair le britannique ! Pour moi la droite française actuel est un honte ils non rien fait et quand il fond ces toujours contre les travailleurs ! M’empêche que nous restions vigilent contre tous les pouvoirs ont n’est pas fanatique comme à droite !

    RépondreSupprimer
  9. OMG, mon cher Juan, tu vas prendre cher , tu as osé mettre le mot "terroriste", alors que pour la vraie gauche ce sont des militants dans une vitrine qui ne sait pas ce qui se passe dans l'arrière boutique ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Etes vous bien sûr Politeeks que l'arrière-boutique affiliée à l'idéologie à laquelle votre réthorique vous rattache est suffisamment clean pour n'avoir rien à redouter d'un éventuel inventaire ...

      Supprimer
  10. http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/11/02/les-questions-que-pose-l-arrestation-d-aurore-martin_1784920_3224.html

    "Toutes les voies de recours ont donc été épuisées, souligne Henri Labayle, spécialiste du droit européen de l'immigration et de la sécurité intérieure européenne et professeur à l'Université de Pau et des pays de l'Adour. La Cour de cassation ne pouvait pas répondre autre chose car l'apologie du terrorisme est prévue dans le MAE. Pour l'Espagne, la lutte contre le terrorisme passe par la lutte contre l'apologie du terrorisme."

    "Comme c'est un cas de figure qui ne s'est jamais produit, le juge aurait pu interroger la Cour de justice de l'Union européenne dont le rôle est de veiller à l'application du droit de l'Union et à l'uniformité de son interprétation sur le territoire de l'Union, ajoute Henri Labayle. Le véritable problème juridique, c'est qu'il y a un parti qui a deux statuts différents de chaque côté de la frontière. Batasuna est un parti légal en France."
    ...

    "Il y a une disproportion entre les moyens et les fins, constate Henri Labayle. Est-ce que ce n'est pas utiliser un marteau pour écraser une mouche ? Le MAE devrait être réservé à des infractions sérieuses et graves. Même si en droit, on ne peut pas reprocher au juge espagnol de l'avoir utilisé."

    Trois jours avant l'arrestation d'Aurore Martin, mardi 30 octobre, la Cour d'appel de Pau a par exemple refusé la remise à l'Espagne d'Arturo Villanueva Arteaga pour son appartenance à un mouvement de jeunesse radical basque déclaré illégal en Espagne le 19 janvier 2007, invalidant le MAE émis par Madrid contre lui. En 2010, les juridictions britanniques avaient refusé d'appliquer le même MAE que celui rejeté mardi par la cour d'appel de Pau.

    Billet aussi gauche (au sens de maladroit) qui prétend justifier l'attitude passive du gouvernement qui lorsque cela l'arrange ne se gêne pas pour s'asseoir gentiment sur des décisions judiciaires européennes.

    RépondreSupprimer
  11. Sans être expert, mais disposant d'une bonne mémoire, je me souviens que la Grande Bretagne a refusé à plusieurs reprises d'extrader des terroristes et des "présumés" criminels dangereux à plusieurs reprises. C'est d'ailleurs ce que confirme Brucolaque à la fin de son post.

    Nos amis d'outre Manche auraient peut-être plus que nous le goût de l'indépendance dans cette Europe à 27 vitesses. L'insularité peut-être ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mal fichu mon post, il s'agit de la fin de l'article du Monde dont le lien est donné en tête.
      Mes excuses.

      Supprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.