26 novembre 2012

Pourquoi Sarkozy est déjà revenu


Ils ne sont pas nombreux à espérer son retour sauf, sans doute, quelques milliers de militants de feu-l'UMP.

Mais Nicolas Sarkozy a quand même fait son retour, dans une discrétion toute relative.

Le Canard Enchaîné lui a consacré ses meilleures confidences, mercredi dernier. Preuve sans doute qu'il avait beaucoup à raconter.

Soutenir Copé contre Fillon
A en croire l'hebdomadaire satirique, l'ancien monarque a tout fait pour « faire monter Copé » contre François Fillon. Et Sarkozy fut ravi du résultat final qui, d'après lui, disqualifiait Fillon pour 2017.
« Ce résultat élimine Fillon car ne recueillir que 50% des voix quand on a été premier ministre pendant 5 ans, c'est piteux, terrible pour lui. » Visiblement, la nouvelle est confirmée: Sarkozy n'a pas abandonné ses ambitions présidentielles. Et il est bien content de l'autre Voyou de la République, i.e. Jean-François Copé: « Copé a fait une remontée exceptionnelle.»

Visiblement, l'ancien monarque n'avait pas prévu l'autre dommage collatéral de ce déchirement intestinal, la dislocation de l'UMP. « Ces abrutis sont capables de foutre le parti en l'air. (...) S'ils font trop les cons, je vais finir par m'en mêler » aurait-il déclaré mardi dernier. C'était avant le cataclysme du lendemain, la nouvelle incroyable que l'UMP avait proclamé ses résultats en oubliant quelques départements, puis la médiation d'Alain Juppé.

Durant le weekend, la presse eu confirmation que Sarkozy était « en contact téléphonique » avec ce dernier. Quelle retraite !

Eviter la mise en examen
Jeudi dernier, les juges avaient réservé le temps qu'il fallait à l'audition de Nicolas Sarkozy, à Bordeaux. Mais il était « très serein », a assuré sa grande amie Isabelle Balkany. « Il y a une espèce d'acharnement, d'envie peut-être d'un magistrat de faire un exploit en impliquant sans fondement un ancien président de la République. La durée de l'audition aujourd'hui me renforce dans cette idée. Nicolas Sarkozy est combatif (...) mais dans la durée de l'audition je présume, j'imagine, qu'il y a peut-être une volonté d'en faire un événement médiatique ».

Samedi, une flopée de journaux balançaient leurs scoops exclusifs sur l'audition qui aurait innocenté Nicolas Sarkozy. On imaginait son avocat Thierry Herzog, livrer ses photocopies au Figaro, à Sud Ouest, au Monde,

La Garde des Sceaux Christiane Taubira exprime sa surprise: « Ce n'est pas conforme à la loi, par conséquent ce procès verbal n'aurait pas dû circuler ». Bizarrement, les sarkozystes si agacés que quelques PV d'audition de la même procédure aient pu circuler en juillet 2011 (au point de lancer un illégal espionnage de journalistes) se taisaient religieusement cette fois-ci. 

Se faire désirer dans les sondages
Il y a aussi ces sondages, sans surprise. Tout au long du fiasco électoral de la semaine passée, les sondeurs se sont jetés sur l'inévitable question, un retour de Nicolas Sarkozy était-il déjà souhaitable ? Oui, chez le maigre contingent de militants UMP, à croire d'improbables panels de quelques centaines personnes. Non chez la majorité des sondés en général, un non massif (entre 64% chez Ipsos ; 65% chez Ifop).

Dimanche, un autre sondage CSA pour BFMTV, déclarait Sarkozy vainqueur du duel Copé/Fillon. Quelle ironie !

Revenir au centre du jeu.
Invitée du Grand Journal de Canal+ vendredi soir, Isabelle Balkany se déclarait navrée de la situation de son parti. Et elle appela Nicolas Sarkozy à « prendre la parole » pour sortir l'UMP de sa crise. Elle promit que sa démarche n'était qu'une initiative personnelle. Que c'était drôle et sincère.

Elle avait pris l'habitude de prendre ses consignes à la bonne adresse.

Nicolas Sarkozy avait patiemment détruit l'UMP de l'intérieur en cinq années de présidence. Il a tout manipulé, rien organisé pour l'après 6 mai. L'UMP a été ruinée.

Quand la figure forcément neutre, presque tutélaire d'Alain Juppé s'affiche pour une médiation, les premiers à critiquer à mots couverts la démarche sont le clan Coppé et... quelques sarkozystes purs jus.

Dimanche, Frédéric Lefevbre, l'ancien lobbyiste de la Place Beauvau (2002-2007), éphémère député et porte-flingue de Sarkofrance, critique la prétendue neutralité de l'ancien ministre. Et il le fait de façon posée et réfléchie. Un communique de presse mûrement pensé balancé dimanche après-midi: « Comment rassurons-nous les militants sur le fait que cette médiation ne puisse dériver en prise de contrôle "à l'ancienne" par des personnalités aussi respectables soient elles qui n'auraient pas la légitimité de l'élection, y compris pour une période transitoire ? » Et un autre sarkozyste promettait un retour triomphant: « Il n'est pas l'homme de la politique politicienne. S'il revient ce sera pour jouer le premier rôle de nouveau et il n'a pas à descendre dans la cuisine. »

Claude Guéant, involontairement ou pas, résumait ainsi le scénario écrit chez son ancien monarque.

Dimanche 25 novembre, Alain Juppé retrouvait François Fillon et Jean-François Copé à l'Assemblée. La rencontre tourna court.

Echec total.

Un peu avant 20 heures, Benoist Apparu, ancien ministre du Logement de François Fillon, s'écrit sur Twitter: « Un nouveau courant pour l' la droite morte ! ». Alain Juppé venait d'annoncer qu'il jetait l'éponge dans sa mission de médiation. Juste après 20 heures, Jean-François Copé est déjà devant les caméras pour expliquer qu'il faut laisser du temps à la procédure juridique. De son côté, François Fillon, qui avait  dénoncé les mafias à l'oeuvre à l'UMP, annonce qu'il saisit la justice. La procédure devrait durer un mois, un mois de plus pour se disloquer.

Ces gens-là nous gouvernaient depuis 10 ans.


24 commentaires:

  1. Un mois la procédure ? Le Monde parle d'un possible délai d'un an. Et si Copé pour jouer la montre dépose plainte au pénal, il est dit que le pénal tient le civil en l'état et que le pénal peut durer plusieurs années ...

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/11/25/quels-recours-judiciaires-a-l-ump_1795681_823448.html

    RépondreSupprimer
  2. Je suis très très inquiet de l'attitude irresponsable des journalistes qui se complaisent dans les sous-entendus et les questions ineptes envers Jean-François Copé qui ne cesse et cela depuis des mois de manifester son Amour du pays, du parti et des militants.
    Je demande formellement aux journalistes et commentateurs de se mettre à genoux, tête baissée en signe d'allégeance, au pouvoir que s'est octroyé le nouveau président de l'UMP.
    Il y a des règles et çà on ne le dira jamais assez. Je sais que vous êtes nombreux, à travers la France, dans ces petits villages ou sonne encore le clocher, bien loin du Saint-Germain des près qui pétille et s'encule à être comme moi très très inquiet. A tous Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le majordome de Madame Liliane B. vient de faire porter à votre intention un message que je vous livre in extenso :

      "Cher Justice, vous vous comportez comme un vilain garnement, alors que j'en suis sûre, vous avez bon fond. Vous faites de la peine à la vieille dame que je suis devenue. De plus, vous qui paraissez si déluré, vous vous laissiez guider par vos préjugés et vos a prioris sur les gens de notre bonne société. Sachez, jeune homme, qu'il n'y a pas que les bobos de Saint-Germain des Près qui sont capables d'avoir une sexualité épanouie. Il n'y a pas si longtemps, mon cher André et moi-même n'étions pas en reste, passez-moi l'expression. Enfin, revenons aux choses sérieuses de ce pays qui perd ses esprits Non seulement la justice, ou plutôt l'injustice, devrais-je dire, malmène avec rudesse notre cher Nicolas, si présent auprès de moi dans les moments difficiles, ne voilà-t-il pas qu'elle va maintenant s'attaquer à notre cher Jean-François. Lui, si humble, tellement dévoué, ce pays va ruiner sa carrière. Un jeune homme si prometteur. Que recherchez-vous en persécutant mes amis de la sorte ? Que je me retrouve seul dans ma grande maison entourée de mes seuls domestiques ? C'est bien là toute l'ingratitude de ce pays envers ses élites. Reprenez-vous, Monsieur, avant qu'il ne soit trop tard."

      Supprimer
  3. La bonne nouvelle c'est que Sarkozy va être obligé de sortir du bois beaucoup plus tôt qu'il ne l'espérait. Stratégiquement c'est très bon pour la gauche.

    Bravo les p'tits gars de l'UMP. Continuez comme ça !

    Pendant ce temps le gouvernement travaille et avance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Pendant ce temps le gouvernement travaille et avance."
      Ah bon ? Si vous avez des infos communiquez les parce que à part reculer sur l’Europe ,sur le mariage pour tous et super-arnaud qui dit des conneries chez Mittal ...je vois pas ou il bosse.

      "Stratégiquement c'est très bon pour la gauche."

      Peut être pour la gauche mais pas pour les français.
      Pas d'opposition n'a jamais été bon pour un pays.

      Supprimer
    2. Effectivement le gouvernement avance cahin-caha, je le reconnais (même si je ne vois pas très bien où il recule sur le mariage...), mais il avance. C'est plus facile que lorsque les roquets de l'UMP passent leur temps à lui mordre les mollets.

      Une bonne opposition à droite a permis la défaite de la gauche en 1986, en 1993 et en 2002 (malgré d'excellents résultats...). Donc, oui, je préfère une opposition disloquée. Qu'ils se bouffent entre eux, ça les occupe.

      Supprimer
    3. Ou il recule sur le mariage ? Vous n'avez pas ecouté Votre président ?

      Le problème d'une opposition disloqué est qu'elle fait avancer les extrêmes et cela ne devrait pas vous faire plaisir.
      De plus les journaux ne parlent que de cela et ne s'occupent pas de ce qui se passe ailleurs !
      Ex : superArnaud avec mittal (il aurait encore mieux fait de la fermer) encore que l'on peut l'excuser vu qu'il est incompétent .
      Ou encore l'aeroport de Nantes ... Qu'est ce que ça aurait été si cela c'était passé sous M Sarkozy.

      Supprimer
    4. "Ou il recule sur le mariage ? Vous n'avez pas ecouté Votre président ?"

      Ce n'est pas Mon président, mais celui des français. Quant à ses propos sur la liberté de conscience des maires, tout a été dit, commenté, disséqué. Un épiphénomène dont les médias se délectent mais qui ne change strictement rien quant au projet de loi.

      "Ou encore l'aeroport de Nantes ... Qu'est ce que ça aurait été si cela c'était passé sous M Sarkozy."

      Si c'était sous Sarkozy je dirais la même chose qu'aujourd'hui: ce sujet a été largement débattu. Il ne fait pas l'unanimité mais il est majoritairement soutenu. Donc on fait quoi ? On laisse Greenpeace imposer SA démocratie ?

      Enfin, pour Montebourg, même si la forme une fois de plus est nulle, il a raison sur le fond. Et le vrai débat, aujourd'hui, il est là.

      Supprimer
    5. "Ou encore l'aeroport de Nantes ... Qu'est ce que ça aurait été si cela c'était passé sous M Sarkozy."

      sauf erreur ou omission , voilà 4 ans que le dossier est bouclé et attendait la fin des procédures et recours
      c'est un dossier sarko fillion bussereau
      alors OUI ! pourquoi ce dossier rebondit justement maintenant ?

      Supprimer
    6. Bon ben com d'hab vous ne reconnaissez rien .
      Bonne soirée .

      Supprimer
  4. Lundi 26 novembre 2012 :

    UMP : l'équipe de François Fillon fait saisir à titre conservatoire les données du scrutin.

    L'équipe de François Fillon a annoncé lundi qu'elle demandait la "saisie à titre conservatoire" des données de l'élection du président de l'UMP le 18 novembre, et fait savoir que des huissiers avaient été mandés pour "assurer la bonne conservation et l'égal accès de ces documents".

    "Dans le cadre de la procédure en justice qui sera intentée pour rétablir la vérité sur les résultats, François Fillon demande un accès équitable aux données électorales (listes d'émargement, procès verbaux, procurations...)", fait savoir son équipe dans un communiqué.

    "Toutes ces raisons conduisent l'équipe de campagne de François Fillon à demander, en vertu de l'article 145 du nouveau code de procédure civile, la saisie à titre conservatoire des données électorales pour garantir ses droits de défense", ajoute le communiqué.

    "L'ordonnance rendue par le vice-Président du tribunal de Paris mandate en conséquence des huissiers pour assurer la bonne conservation et l'égal accès de ces documents, soit au siège de l'UMP, soit, au cas ou cela s'avèrerait impossible, dans les locaux de la chambre nationale des huissiers".

    http://www.romandie.com/news/n/_UMP_l039equipe_de_Francois_Fillon_fait_saisir_a_titre_conservatoire_les_donnees_du_scrutin261120121047.asp

    RépondreSupprimer
  5. "Nicolas Sarkozy avait patiemment détruit l'UMP de l'intérieur en cinq années de présidence. Il a tout manipulé, rien organisé pour l'après 6 mai. L'UMP a été ruinée."

    Du grand n'importe quoi. Sarkozy a absolument tout raté en 5 ans, il a fait perdre toutes les élections à son parti et a creusé la dette de 600 milliards.
    C'est un imbécile fini incapable de prévoir ou d'anticiper quoi que ce soit. Alors pour lui prêter des idées de manipulations il faudrait déjà le penser capable d'avoir des idées !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas d'accord avec vous. Sarkozy fut un piètre dirigeant, certes. Mais je dois lui reconnaître une certaine habileté dans la conquête du pouvoir.

      Supprimer
    2. habilité ? ...peut être ...mais sans aucune subtilité ...ce type à surfé sur la bétise humaine celle d'un peuple de veau qui ne voit jamais plus loin que le bout de ses intérêts corporatistes et celle de médias totalement acquis au star système et paillette aveuglé par la forme et sans aucun intérêt pour le fond ...et là il recommence le voilà propulsé par les même abrutis comme homme providentiel.
      Des gens crèvent de faim, la pauvreté gagne du terrain et ces guignols occupent encore l'espace?!!!mais merde ils apprenent pas la dignité dans les grandes écoles?

      Supprimer
  6. Entièrement d'accord avec Noum. Quand on voit que ce parti fait appel pour régler ses comptes à un repris de justice revenu d'exil au Canada après avoir été condamné à être inéligible quelques années (et ça en france il faut le faire !), et que personne n'y trouve rien à redire, sans compter ceux qui en feraient un président, ça en dit long sur le degré d'abrutissement du peuple français.
    Quant à Sarkozy, il s'est juste trouvé au bon moment au bon endroit. Il a au moins le mérite d'avoir dû travailler pour payer ses études d'avocat, à défaut de beaucoup d'autres politiques nés avec une cuiller en argent dans la bouche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'a aucun mérite bon sang mais c'est quoi cette légende , le mec fait un stage chez un fleuriste et ça devient il a trvaillé pour payer ses études?!!
      peu importe. Quoiqu'il en soit je commence à ne plus pouvoir tolérer aucun de ces guignols et ça ne s'arrête pas à l'UMP! comment peut-on dire à longueur de temps que la situation est catastrophique et ne pas être foutus de se serrer les coudes pour faire face! Ces enfants de p--- qui tirent à boulets rouges sur les fonctionnaires comme s'ils n'en faisaient pas partie (et parmis les plus grassement rémunérés), qui tirent à boulets rouges sur les chômeurs et les assistés (comme ils disent) comme s'ils n'y étaient pour rien, qui font semblant de vouloir changer un système qui les couvrent de bienfaits (pourquoi voudraient ils que ça change hein? et ce peuple de couillons qui suit comme le con qu'il est!

      Supprimer
    2. L'insensibilité d'une large partie du peuple, confortée en cela par les médias, à toute considération relevant peu pou prou de la moralité fait effectivement froid dans le dos !! Chacun y allant pour se donner bonne confiance d'une justification dont le cynisme le dispute à l'avachissement : "ils sont tous pareils et y'a des magouilles dans les deux camps !"

      Ou la magouille banalisée au point d'en être normalisée ! Le vice est en passe d'être paré des atours de la vertu ! Et les vertueux assimilés aux naïfs, aux loosers ! Voués à une indifférence blasée. Saturée d'informations et de sollicitations médiatisées multiples et diverses, l'opinion publique a abdiqué tout velléité d'esprit critique. Elle réagit en spectacteur téléguidée par le dispositif médiatico-culturel où elle est enserrée, captive.
      Dès lors que les médias de référence accorde leur onction, ou la refuse, ça vaut validation ou disqualification sans appel !

      Avec parfois qqs bugues à l'image du referendum du 29 mai 2005 relatif au TCE ... dont le résultat fut contourné sans coup férir ! L'argument : "Un projet de traité simplifié figurait dans mon programme électoral d'avril mai 2007" expliquait alors le président de l'époque ! Une bonne blague plus que douteuse que les comiques de service resservent régulièrement au bon peuple repu et chloroformé, prié de répéter à l'unisson avec les faiseurs d'opinion, dispensateurs de prêt à penser et souffleurs d'arguments prêts à l'emploi !

      Une bouillie de raisonnement qui tient lieu de réflexion au peuple hagard, qui ne sait plus ou donner de la tête et est soulagé de ces attentions dont on l'entoure afin qu'il ne s'égare jamais dans ce monde de plus en plus complexe qui devient incompréhensible à quiconque sort des clous sans un certain recul intellectuel ... requérant un effort certain !

      Castoriadis aimait à citer Thucydide : « Il faut choisir : se reposer ou être libre. » Ainsi que Périclès prévenant
      les Athéniens : « Si vous voulez être libres, il faut travailler. »

      Supprimer
    3. Combien sommes-nous à être curieux et critiques ? Peu nombreux a priori. Quand on ajoute à cela les attaques des politiques contre la culture, l'école et les disciplines formatrices, comme l'histoire, plus la complaisance cynique et intéressés de nombreux médias omniprésents, nous ne pouvons pas nous étonner du résultat, que tu nommes "l'insensibilité d'une large partie du peuple." La seule issue est que nous revendiquions haut et fort, voire que nous imposions une vraie démocratie, car on s'en éloigne de plus en plus. Il n'y a qu'à voir dans quelles conditions se sont déroulés les votes du Traité de Lisbonne et du TSCG, où l'on a pu saluer la vertu de nos dirigeants et des membres du Conseil Constitutionnel, qui savent se passer de nous. Sans états d'âme, ni scrupules. A droite, comme à gauche ....

      Supprimer
    4. "La seule issue est que nous revendiquions haut et fort, voire que nous imposions une vraie démocratie, car on s'en éloigne de plus en plus."

      D'un côté le peuple est dénué d'esprit critique. De l'autre il faudrait tenir compte de son avis. Éternel débat...

      La démôcrassie telle que certains la voient à gauche ne consiste visiblement qu'à vouloir éduquer ce bon peuple d'ignares. Non merci.

      Supprimer
    5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  7. Lundi 26 novembre 2012 :

    17h23 :

    Copé élu avec 952 voix d'avance.

    La Commission nationale des recours (CNR) de l'UMP a rendu son verdict et confirmé la victoire de Jean-François Copé, selon un communiqué de presse distribué aux journalistes présents au siège du parti et relayé par l'AFP.

    Selon elle, le secrétaire général sortant a été élu avec 952 voix d'avance - il en avait seulement 98 d'avance, lundi dernier. La CNR a décidé d'écarter les scrutins dans les deux bureaux des Alpes-Maritimes, situés à Nice, et de Nouvelle-Calédonie, entâchés, selon la commission, d'irrégularités.

    Résultats officiels :

    Copé : 86 911 voix.

    Fillon : 85 959 voix.

    http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/EN-DIRECT-Jean-Francois-Cope-elu-avec-952-voix-d-avance-selon-la-Commission-nationale-des-recours-577309

    RépondreSupprimer
  8. @ François de droite :
    Relisez bien ce que j'ai écrit. Je n'ai pas qualifié les Français de "bon peuple d'ignares", contrairement à un homme illustre qui les traitait de "veaux".
    Pour bien préciser les choses, je constate que le pouvoir politique, particulièrement à droite, fait tout ce qu'il peut pour que les Français ne soient pas informés par les médias et encore moins formés par l'école. Moins de culture égale moins de sens critique, c'est incontestable. Il suffit de reprendre les décisions et les discours de Naboléon, qui mélangeait les références et les emprunts en trahissant leurs auteurs, leurs convictions, voire leurs combats, pour vérifier ce que je dis. Vous rappelez-vous de la lettre du jeune Guy Môquet récupéré par Naboléon ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Démos: la majorité des français n'a pas votre esprit critique, c'est certain. Par contre je pense qu'ils sont plus nombreux que vous le pensez à discerner la droite de leur gauche ^^

      Quant à Sarkozy, je considère que son passage à la tête du pays est une erreur dans notre histoire. Faisons en sorte qu'elle ne se reproduise pas.

      Supprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.