25 novembre 2012

Twitter: petits meutres (politiques) entre amis

On ne va pas jouer les surpris. Twitter est devenu depuis longtemps une arme de destruction massive. La frappe en 140 caractères doit être chirurgicale pour être efficace. Sur la fin du quinquennat précédent et en particulier pendant la campagne, ce réseau de "socialité" accélérée a été utilisée à grande et efficace échelle.

Conjugué à d'autres caisses de résonance que sont les chaînes d'information, les news 2.0, les blogs politiques, autres pétitions Facebook, ou les alertes Scoop.it,  Twitter est l'un de ces outils qui accélèrent le temps politique. Mais à la transparence et l'instantanéité inédites qui chamboulent ainsi, le débat politique, Twitter apporte aussi autre chose, la violence.

Nous sommes sans doute quelques centaines de milliers dans la sphère politique sur plus de 7 millions de Twittos en France. Militants, activistes, sympathisants ou simples citoyens, ça tweete et reteweete en masse.

Twitter de combat
Dans un combat politique (*), Twitter était l'outil idéal de nos salves. Les Tweet-parties de la précédente campagne présidentielle en furent l'une des illustrations ultimes. Il s'agissait (1) de faire du bruit organisé sur le réseau, (2) de défaire l'argumentaire de l'adversaire ou (3) de défendre celui du candidat à coup de liens vers des « preuves numériques » dont le Web regorge.

Quand l'adversaire s'agite, Twitter est toujours ce lieu de riposte. Pour preuve, la récente actualité du fiasco électoral de l'UMP pour la désignation de son président depuis dimanche dernier. Ou le Tweetgate de la fausse première dame. Les Twittos de tous bord adorent ces feuilletons à rebondissements qui provoquent hilarité et imagination.

Twitter est un lieu de pressions. On peut regretter que des Web-entrepreneurs baptisés les Pigeons aient sauvé leur plus-values futures d'une trop forte solidarité fiscale. On peut se féliciter que François Hollande ait entendu la grogne fulgurante qui suivit sa déclaration relative à la liberté de conscience. 

Twitter n'est pas efficace pour toutes les causes. Les causes populaires sont mal relayées. Le biais sociologique est-il réel ? La rage des sidérurgistes de Florange, des ouvriers de PSA Aulnay, ou des employées de Doux ont créé peu de buzz. Les morts de SDF dans la rue ne suscitent que l'indifférence générale des Twittos. Twitter se focalise sur des personnalités publiques. Twitter a besoin de s'incarner, comme sur les seins de ces Femens brutalisés par quelques réacs en marge des manifs anti-mariage gay.


Twitter est un thermomètre de l'excitation politique du moment. Sans nécessaire organisation préalable, une humeur collective s'y manifeste. Il faut du moment fort ou une histoire imprévue mais chargée d'émotion.

Tweet-déchirements
Twitter est un lieu où le débat est risqué.

L'emballement auto-alimenté peut vous faire dériver vers des tweets trop graves ou définitifs. Prenez l'affaire du mariage pour tous, et la déclaration de François Hollande sur ces maires qui pourraient ne pas célébrer le mariage. A la base, il n'y avait nulle annonce officielle d'un quelconque infléchissement. Mais sur Twitter, le buzz fut immédiat. Sur la base de ce couac, on a pu lire ce tweet de Frédéric Martel, journaliste et intellectuel dit engagé, animateur de radio publique : « Si un maire n'aime pas les couples juifs, arabes, handicapés, il peut ne pas les marier par "liberté de conscience" ? ». Ou celui-ci d'Edwy Plenel, pourtant une référence de l'investigation réfléchie:  «Hollande invente la liberté de conscience».

On regrettait que ces deux journalistes n'aient pris la peine décrocher leur téléphone pour vérifier si la décision était réelle.


Il y a aussi ces propos concevables quand on est au combat, mais étranges et si contreproductifs quand on cherche réellement à convaincre. Comme ceux que l'on tiendrait lors d'une discussion trop arrosée entre proches. Quand les arguments s'effacent au profit de la joute. Twitter devient le lieu de nos disputes familiales.

En 140 caractères, la formule qui claque fait mal. Il faut prendre sur soi, chercher le zen pour éviter la surenchère, trouver la même condensation d'efficacité, mais sans la violence. En 140 caractères, l'argumentation est courte. Il faut marquer les esprits. L'expression doit être à la hauteur de l'impression: forte, extrême, clivante. D'aucuns pourraient dire que « l'on fait du Barbier », du nom de ce patron de l'Express qui choisit les unes des plus outrancières - et décalées du contenu du journal - pour attirer l'oeil et attirer le client.

Twitter est un lieu de posture et d'information, de riposte et d'attaque.

Mais de débat ?






(*) NDLR: Juan était blogueur activiste de la campagne de François Hollande après avoir soutenu Ségolène Royal jusqu'aux primaires d'octobre 2011.

10 commentaires:

  1. "comme sur les seins de ces Femens brutalisés par quelques réacs en marge des manifs anti-mariage gay"

    Des saintes ni touche peut-être, qui manifestaient bien tranquillement leur désaccord avec les anti mariage !!

    Ou des professionnelles de la provoc, ayant de fait toutes un profil de mannequins slaves propre à faire fantasmer ... la twitosphere, entre autres :)

    Très télégéniques et photogéniques ; un véritable produit marketing ; des marketers n'auraient pas fait bcp mieux !!

    Nous avons tous aimé leurs méthodes paisibles consistant à défiler dans la rue en arborant de dignes slogan pas provocateurs pour un sous (c probablement pour cela qu'ils étaient quasiment tous rédigés en anglais), se contentant de mettre en valeur leur plastique avantageuse, euh leurs valeurs séditieuses ! Euh non je voulais dire leurs valeurs respectueuses !

    Au sujet des Femen, un petit éclairage culturel :

    http://www.alexandrelatsa.ru/2012/11/les-femen-des-agents-provocateurs.html ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Provocatrices, sans doute. Ayant de fait toutes un profil de mannequins slaves, certainement pas. Ce n'est pas parce que les photographes shootent plus souvent celles qui sont jolies que les autres ne sont pas là, comme on peut le voir sur pratiquement n'importe quelle photo de groupe.

      Supprimer
    2. Pas tout à fait d'accord avec vous ZapPow car je n'ai pas vu de photos mais la vidéo réalisée à l'intérieur du groupe des Femen, y compris au moment des préparatifs.

      Supprimer
  2. Twitter comme blogger c'est faire une petite figuration dans la "Socièté du Spectacle" cela fait jouir l'Homo-Narcicicus, d'où le peu d'intérêt des SDF pour les Tweeters.

    J'aime beaucoup les cernes qui s'accumulent sur les dirigeants UMP, prendre 10 ans dans la gueule en 10 jours, faut le faire, d'autant que les survivants seront plus faciles à achever. LOL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ça relève du spectacle, mais cela va bien au-delà d'une attitude narcissique :

      - les messages sur Twitter et sur les blogs sont l'expression d'un stratégie, un outil de combat, comme le dit fort justement Juan. Il n'y a pas que des citoyens libres et désintéressés, mais bien des activistes professionnels, qui avancent masqués.

      - ces messages sont aussi l'expression des attentes, de la satisfaction et plus souvent de la colère et de l'indignation de citoyens, qui trouvent là le moyen de les exprimer, alors que la société ne les entend pas. Cela a déjà été dit, écrit et réécrit : la vie démocratique, cela ne peut pas se limiter à un seul geste, celui de glisser un bulletin de vote dans une urne tous les 5 ou 6 ans.

      La question qui se pose est celle du fondement et de la nature de la démocratie elle-même. Pas de chèque en blanc, mais une démocratie participative, active, vivante. Quelques rares penseurs ont par exemple proposé de désigner nos représentants par tirage au sort. Surprenant, non ? Farfelu même ? En tout cas à contre courant, quand on voit comment nos élus professionnels s'accrochent à leurs nombreux mandats ou quand ils proposent 10% de proportionnalité, n'est-ce-pas Lionel J. ?

      Faire des citoyens de vrais acteurs de la démocratie serait un vrai changement et c'est possible.

      Supprimer
  3. Cher Juan,
    Corrige ton titre qui manque d'Air (R). Petits MeuRtres et non petits meutres.:-)

    RépondreSupprimer
  4. Bonne question. Mais c'est quoi ragemag ? Vayzaller y ouar...

    RépondreSupprimer
  5. Dimanche 25 novembre 2012 :

    20h16 :

    Fillon annonce qu'il "saisira la justice" pour "rétablir la vérité des résultats".

    François Fillon a annoncé dimanche soir qu'il saisissait la justice sur les résultats de l'élection du président de l'UMP et a accusé son adversaire Jean-François Copé d'être seul responsable de l'échec de la médiation Juppé.

    "Jean-François Copé porte seul désormais la responsabilité d'un échec qui touche notre parti et compromet, au-delà, l'image de l'action politique", a écrit l'ex-Premier ministre dans un communiqué. "Soucieux de sortir de l'impasse dans laquelle les coups de force successifs de Jean-François Copé ont plongé notre parti, je saisirai la justice pour rétablir la vérité des résultats et rendre la parole aux militants", a-t-il ajouté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merde, il va falloir que je change de pseudo moi...

      Supprimer
    2. Réellement sans intérêt, "nul à chier", indécent, ce combat de deux roquets qui s'entredéchirent pour être le mieux placé et disposer de l'outil UMP afin de préparer la présidentielle de 2017 ! L'mbition mise à nu.

      Et quel triste spectacle que les millions de Français, que nous sommes, à qui l'on sert matin, midi et soir les derniers faits d'armes et bons mots de ces abrutis ! Le vide sidéral ou l'illustration de la perversion de nos moeurs politiques. Quand parlera-t-on des idées et des vraies questions économiques, sociales, environnementales, culturelles ... plutôt que des feuilletons tout juste dignes des magazines people ?

      Si vous êtes curieux et que vous voulez mieux comprendre notre monde merveilleux, lisez et écoutez donc Etienne Chouard ! Par exemple sur ce lien :

      www.youtube.com/watch?v=oN5tdMSXWV8

      C'est instructif, rafraichissant et, même si vous n'êtes pas d'accord avec lui, ses interventions vous permettront d'avoir un autre regard, éclairé, critique sur ces guignols, qui détiennent tous les pouvoirs et les exercent à leur profit exclusif !

      Supprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.