23 novembre 2012

Les 29 critiques "de gauche" contre François Hollande.

Il fallait bien les recenser. La critique contre François Hollande n'émane pas que de quelques hurluberlus de l'ex-Sarkofrance. Elle vient aussi d'anciens soutiens, de la gauche et d'ailleurs. Et l'on reproche souvent à quelques autres blogueurs dont votre serviteur de ne pas suffisamment reconnaître les critiques adressées à François Hollande.

Voici donc une énumération que nous espérons presque complète de ce qui hérisse ou a hérissé à gauche dans la gouvernance Hollande depuis mai dernier, une énumération qui n'est pas classée par ordre d'importance ni même alphabétique. Mais toutes ces critiques se sont manifestées avec une ampleur similaire.

Quelques commentaires partisans se sont glissées à côté de certaines d'entre elles. 
  1. L'adoption du traité européen, le fameux TSCG.
  2. Le report de l'adoption du droit de vote des étrangers aux élections légales [en fait, la mesure aurait été rejetée par le Parlement réuni en Congrès; Hollande comme Ayrault ont annoncé chercher une majorité des 3/5ème sur le sujet].
  3. Le Pacte de Compétitivité qui ferait la part trop belle aux grandes entreprises, ou qui serait une capitulation devant les chantres de la réduction du du coût du travail.
  4. Les expulsions de Roms
  5. Manuel Valls intuitu personae [lire en particulier Edwy Plenel chez Mediapart]
  6. La poursuite des expulsions de clandestins, malgré l'assouplissement des conditions de naturalisation.
  7. L'extradition d'Aurore Martin vers l'Espagne fin octobre. 
  8. Le projet d'abolition de la prostitution annoncé par Najat Vallaud-Belkacem
  9. Les couacs de communication en cascade l'été dernier
  10. Le refus d'une relance budgétaire
  11. La polémique Geonpi
  12. Le trop faible rabot des niches fiscales [leur coût global est stable même si certaines ont été éliminées et d'autres, plutôt de gauche, votées]
  13. L'insuffisante réforme fiscale
  14. La hausse de la TVA, même quand il s'agit de supprimer au moins partiellement quelques niches fiscales (restauration entre autres)
  15. La loi bancaire qui tarde à venir [ Noël au lieu de juillet... ]
  16. La réduction des dépenses publiques d'une soixantaine de milliards d'euros sur le quinquennat. Environ 10 milliards d'euros ont été votées pour 2013, d'autres 10 milliards doivent suivre pour financer l'allègement de l'IS
  17. L'aéroport de Notre-Dame des Landes,
  18. La prospection pétrolifère en Guyane autorisée en juin dernier
  19. L'irruption de la vie privée de François Hollande, via le rôle ou les interventions de Valérie Trierweiler [ rarissimes depuis le Tweetgate de juillet dernier ]
  20. La tenue d'une conférence de presse à l'Elysée plutôt qu'ailleurs [sic ! ]
  21. La négociation initiée par la direction de Renault pour baisser les salaires alors que l'Etat est actionnaire [ à 15%... ]
  22. La réduction des déficits publics à 3% l'an prochain malgré la récession qui s'annonce [ au lieu de procéder à une relance budgétaire via une revalorisation des minima sociaux et de l'investissement public ]
  23. La prétendue non-stratégie économique de François Hollande, puis, au contraire, la trahison social-libérale (avec comme preuve le recours à des rapports d'experts prétendument affidés au patronat]
  24. Le trop faible recrutement de renforts à Pôle emploi [ 2.000 postes cette année ]
  25. La réduction des effectifs de la fonction publique sur les secteurs autres que la Justice, les forces de l'ordre et l'Education [ promesse de campagne, la stabilité générale ].
  26. Le trop faible coup de pouce accordé au SMIC en juillet dernier... 
  27. La nomination de conseillers à l'Elysée à des responsabilités ayant rapport avec leur activité passé [ on reprochait à Sarkozy ... l'inverse ! ]
  28. Les rencontres discrètes de dictateurs  [ on reprochait à Sarkozy ses rencontres ostentatoires... ]
  29. L'évocation d'une liberté de conscience des maires hostiles aux mariages gays pour qu'ils déléguent la célébration des mariages homosexuels quand ces derniers seront légalisés [ une maladresse reconnue et retirée une douzaine d'heures plus tard après un échauffement remarquable ].

14 commentaires:

  1. Une conférence de presse à l'Elysée, on aura tout vu !
    La prochaine, je propose qu'il la fasse dans un arbre avec une plume dans le cul.
    I feel free like a bird on a tree, lalala la la la la la......

    RépondreSupprimer
  2. Pour la victoire, à la libération, du goudron et des plumes!
    (Ah! C'est pour rire!) ;-)

    Récap à archiver.

    RépondreSupprimer
  3. y a beaucoup de grand n'importe quoi (et son contraire)

    RépondreSupprimer
  4. ahhh ! voila un travail utile ! On va enfin pouvoir s"appuyer sur quelque chose pour balancer sur les socio-traitres, grâce à toi, Juan. Merci ! Tu me mâches les travail...

    RépondreSupprimer
  5. ... mais comme je trouve que 29 ne fait pas un compte rond, je t'en propose une trentième : sa mollitude.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu dérapes, c'est une critique de mauvaise foi, subjective, et que tu partages avec des UMPistes. ;-)

      Supprimer
  6. J'allais écrire que les commentaires sont ici plus intelligents que chez Marianne. Hélas non, une TDC s'est glissée.

    RépondreSupprimer
  7. @GDC : hier dans un apero de blogo/twittos j'ai discuté avec des adeptes de la gauche molle : c'est leur droit, et si les electeurs ont voté pour ça, tu ne peux que constater ce choix .. et ensuite le critiquer :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Gauche molle", "ça" (du Sarkozy dans le texte, rappelons le!)... On aimerait que les blogueurs (*) auto-proclamés de la "vraie" gauche ou de la "gauche de combat", arrêtent de dénigrer ceux qu'ils qualifient de gauche "molle". La critique ok, le dénigrement systématique, non. L'expression "gauche molle" ne veut strictement rien dire. L'ump est la gauche molle du fn. L'udi est la gauche molle de l'ump. Le modem est la gauche molle de l'udi, [...] le FDG est la gauche molle de LO, qui elle-même est la gauche molle d'un groupuscule crypto-marxiste quelconque. Bon j'arrête je pense que vous avez compris. A bon entendeur.

      (*) blogueurs dont j'aime bien les chroniques soit dit en passant...


      Supprimer
    2. On peut être d'accord ou pas avec la stratégie ou la méthode de François Hollande, mais ceux et celles qui parlent de "gauche molle" préfèrent probablement la schlague. On va se cotiser pour leur payer un voyage aller en Corée du nord. Là, ils pourront trouver un régime à leur convenance !

      Supprimer
  8. Faire cette liste, alors même que tu es qualifié de "blogueur de gouvernement" (je mets des guillemets car je ne sais pas trop ce que cela veut dire), je trouve que c'est significatif d'une réelle honnêteté intellectuelle (j'en doutais pas vraiment, ceci dit).
    J'ai fait le compte, j'en suis à 14 points réellement pénibles. J'approche la moitié. Merde.

    RépondreSupprimer
  9. J'ajouterais le manque d'enthousiasme (euphémisme) du PS pour le non cumul des mandats, la timidité des mesures préconisées par la commission Jospin (qui fait plutôt partie de la tendance monarchiste au PS). Il est vrai que depuis la mort de la C6R, le PS n'a jamais été très moteur sur la modernisation des institutions.

    RépondreSupprimer
  10. Belle liste à la Prévert où les critiques vont de l'anecdotique, des attaques ad hominem aux problèmes de fond.

    Formidable confusion qui illustre à merveille le monde dans lequel nous vivons et dans lequel beaucoup de gens se replient sur eux-mêmes dans un culte de soi fabriqué, imposé. Ecoutez et lisez l'excellent Chris Hedges.

    Enfin, bref, quels sont d'abord les VRAIS sujets, qui structurent notre vie et sont déterminants pour notre avenir. Les interventions de Valérie Trierweiler, la conférence de presse à l'Elysée ?
    Si nous sommes d'accord pour dire que nous traversons une crise économique (et morale, of course !) sans précédent, extrêmement violente et destructrice pour les hommes et les systèmes, l'ordre des priorités est clair, me semble-t-il.

    Reste alors à mettre en oeuvre les idées et les programmes pour lesquels on a été élu.

    RépondreSupprimer
  11. Chacun a ses marottes. Moi c'est (c'était) la réforme fiscale et le cumul des mandats. S'il avait réussi ces deux réformes c'était un vrai changement. Pour le 2e ce n'est peut-être pas encore complètement râpé, mais on s'achemine vers un compromis qui sera facile à détricoter à la prochaine alternance). Pour le 1er (réforme fiscale), reconnaissons qu'il avait annoncé la couleur avant l'élection.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.