9 novembre 2012

Mon dieu, la France est à droite à cause de Hollande !



Quel aveu, les amis !

Quelque 52% de l'un de ces panels qui s'activent quotidiennement pour nos instituts sondagiers approuvent le pacte de compétitivité annoncé par Jean-Marc Ayrault mardi dernier. 52% ... « parmi les 83% qui en ont entendu parler. » Fichtre ! Pire, 74% des sympathisants de gauche interrogés (85% au PS, mais seulement 45% à la gauche de la gauche) se déclaraient favorables...

C'était un scandale. La France était à droite puisque 52% des Français seraient donc d'accord avec cette fichue hausse de la TVA de 0,4 point sur les biens et services courants ? N'auraient-ils pas vus que la TVA de leur MacDo allait se prendre 3 points de plus et de trop ? Peut-être avaient-ils compris que justement, ces services et biens à taux réduit seraient sans doute contraints d'absorber sur leurs marges cette fichue hausse. Et mêmes les syndicats se déclaraient satisfaits. Une certaine gauche n'avait retenu que la réaction positive de Laurence Parisot, la patronne du Medef. Une réaction positive que des médias cherchaient avec gourmandise pour mieux susciter ce fabuleux débat qui fait une histoire sur « Hollande est-il finalement de droite ? ».

Qu'importait pour nombre de Français... Ce qui compte, c'est l'action, les décisions, le cap. D'autres, nombreux, se préoccupaient de leur chômage trop persistant. L'ancienne équipe, celle-là même qui nous donnait des leçons, a laissé un service public de l'emploi surchargé et désemparé. La désagrégation du service mériterait un tribunal populaire pour les anciens responsables. Où est donc passé ce Laurent Wauquiez qui fut secrétaire d'Etat au sous-emploi pendant cette catastrophe ?

Jeudi, le président Hollande était là pour féliciter les 6 premiers emplois d'avenir. Le déplacement était évidemment symbolique. Ces emplois sont leur avenir.

La France est à droite mais la droite est ailleurs. A l'extrême droite. François Fillon a des calculs rénaux à cause de Jean-François Copé. Lequel n'en finit plus de voir des pains au chocolat dérobés par des musulmans en colère en plein ramadan et des mariages gays qu'il ne célébrera âs en 

C'était un autre scandale. La France était à droite puisque l'Elysée avait validé l'arrestation d'Aurore Martin. Un vrai scandale d'Etat ... pour Mediapart. Nulle traque ordonnée par l'Elysée, pas même de modeste plan d'interpellation. Si l'on comprend ce que le site d'informations sous la dictée d'un conseiller élyséen, la présidence n'a pas interdit l'extradition de la militante basque vers l'Espagne « "Des consultations au plus haut niveau" impliquant les ministres concernés et le président ont été conduites avant d’ordonner le transfèrement de la jeune femme, a-t-on confirmé officieusement à l’Élysée » Précisons-le autrement: la présidence de la République a été informée (heureusement !), elle s'est concertée avec des ministres puis a décidé de laisser l'extradition se dérouler comme la décision de justice l'exigeait.

Fichtre... ça, c'est de la révélation.

On aurait pu parler des 2 millions de pauvres, et des plus pauvres d'entre eux. Mais il fallait, séance tenante, s'inquiéter de cette nouvelle trahison hollandaise. On aurait pu se féliciter de cette meilleure traque des fausses domiciliations fiscales à l'étranger. Le Figaro s'en inquiétait dans un long article visiblement dédié aux collègues de son patron Dassault.

On aurait pu.

C'était un autre scandale. La France était à droite puisque François Hollande hésitait sur le mariage pour tous. C'est le Parisien qui le révèle dans sa rubrique confidentielle. Fichtre ! « De l’aveu même de ses plus proches amis, le mariage et l’adoption pour les couples homosexuels, François Hollande n’y croit pas tant que ça. » On cherche le confident, la fuite, la source. La journaliste Nathalie Schuck était déjà bien informée du temps de Sarkozy. Cette fois-ci, les médias buzzent et s'auto-buzzent. Triste répétition... Même la grande radio du service public, France Inter, en fait l'un de ses sujets de son journal de 8 heures.

Dans quel pays vivons-nous ? Le nôtre...

La France n'est pas à droite. Ni à gauche.

Elle souffre.

Qui a lu ou relu ces quelques chiffres sur l'évolution du chômage des jeunes en Europe ? Voici une génération de précaires en devenir. Espagne, Italie, Allemagne, et même et aussi France, toute la vieille Europe est contaminée.




14 commentaires:

  1. la presse n'a pas changé
    et s'il commence à faire froid c'est de la faute à Hollande (je le tiens d'une source plus que très proche de FH)

    RépondreSupprimer
  2. mélasse ! Je me réveille ce matin... du côté droit !
    suis je de droite ?
    M'en fous ! Sarkozy n'est plus là !

    RépondreSupprimer
  3. fabrehenry@gmail.com9 novembre 2012 à 11:16

    Rappelons-nous ce que disait Coluche : « La droite a gagné les élections. La gauche a gagné les élections. Quand est-ce que ce sera la France qui gagnera les élections ? »

    RépondreSupprimer
  4. Ce n'est pas que ça me réjouisse, loin s'en faut, mais force est de constater que la France est bel et bien à droite ! Mais elle ne le sait pas pour une bonne partie d'entre-elle car elle se croit de gauche ! Mais elle est trompée par une illusion d'optique qui consiste à appeler Parti Socialiste un rassemblement politique qui d'aggiornamento tacite en aggiornamento implicite au nom d'une real politique contrainte mais inavouable socio-politico-électoralement a déplacé son centre de gravité sur sa droite au point de (devoir) venir mordre sur l'électorat centriste vulnérabilisé par le grand écart de l'UMP, exacerbé par un sarKOMzy exalté. Or le centre a toujours été à droite bien qu'il s'en défende en un ni droite ni gauche d'une droite qui ne s'assume pas ! Car on voit régulièrement des majorité UMP-centre tandis qu'on a encore jamais vu de majorité socialo-centriste.

    C'est ici que le conflit se transforme en antagonisme irréductible : lesdits "socialistes" et les centristes sont fort compatibles, bcp plus compatibles que socialiste et communistes. Mais cette union ne peut se faire tant que l'électorat des "socialistes" croient avoir à faire à un parti de gauche. L'équation est difficile à résoudre. Finalement la France n'ose pas encore s'avouer qu'elle est (actuellement) de droite ! Pas droite UMP mais de centre-droit ! Créneau actuellement occuper par les "socialistes" qui sont en fait l'aile gauche de la droite !

    Au final, un PS décomplexé, une fois que le terrain socio-électoral aura été suffisamment préparé psychologiquement, amènera ce parti a passer des alliances avec les représentants du centre ; à moins que l'un des deux ne doivent disparaitre : devinez lequel ? A droite il n'y a pas la place pour deux partis de droite ! Et comme l'extrême-droite plombe l'UMP, devinez qui est le mieux placer pour ramasser la timbale ... Sachant quer toute scène politique a (encore) besoin d'un pseudo-clivage (en attendant l'avènement de l'ère de la gouvernance. Un indice : Hollande est très habile ; d'une habileté caméléonesque ;)

    A court et moyen termes, avantage PS donc. Ou comment soutenir une politique de droite en se donnant une bonne conscience de gauche ;) Grand écart possible à condition que le coach soit suffisamment fin pour manoeuvrer avec toute la subtilité requise par un tel exercice ...

    RépondreSupprimer
  5. Cette obligation à être soit "de droite ou de gauche" devient franchement irritante et explique a mon sens en grande partie l'état de ce pays. C'est fou ce truc, on est dans un monde qui s'emballe pour ne pas dire qu'il part carrément en couille mais au lieu de se dire "bon on a bien rit mais maintenant faut arrêter les conneries et se serrer les coudes vu qu'on est tous dans la merde" on continue à se pougner comme des crétins selon que l'on soit d'un bord ou de l'autre avec une totale incapacité à se demander si des fois l'autre ne dirait pas que des conneries. On a les médias qu'on mérite en fin de compte...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Que l'on soit journaliste ou citoyen lambda, il est plus commode de revendiquer une appartenance ou de coller une étiquette sur quelqu'un que de raisonner et d'expliquer sa propre position avec des arguments objectifs. C'est d'ailleurs le même chose dans tous les domaines, dans l'art par exemple.

      Il est aujourd'hui de plus en plus difficile pour chacun de se positionner par rapport à une ligne directrice cohérente, de se rattacher à un courant politique quand des sujets aussi divers et variés que la guerre en Syrie, la mariage gay, la dérégulation financière, l'âge de la retraite ... etc se bousculent, se télescopent en permanence dans nos journaux, sur nos écrans faisant voler en éclats les schémas traditionnels.

      Il n'en demeure pas moins qu'il existe des tendances fortes, des convictions que l'on pourrait qualifier de conservatrices et de progressistes pour faire simple.

      Simple en apparence, mais complexe dans lesfaits, car chaque individu a des appartenances multiples : il peut être progressiste* sur le plan social et conservateur* sur le plan moral ou l'inverse avec des nombreuses variantes.

      * encore faudrait-il pouvoir se mettre d'accord pour définir ce qui est progressiste et ce qui est conservateur (voir les procès en archaïsme que font régulièrement les politiques).

      Supprimer
  6. et j'ai mit irritante pour rester polie en fait. Je trouve ça carrément insupportable au même titre que de voir tous ces braves gens , politiques, médias etc...nous promettre que la fin du monde est pour demain et ne rien faire pour que ça change vraiment tout en préparant une échéance électorale qui peut laisser penser que en fait la fin du monde devrait au moins attendre... les prochaines élections tiens!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une façon de voir ; faudrait peut-être aussi se demander pourquoi on en est arrivé là avant de se dire "bon allez on s'y met tous ensemble les gars et les filles !"

      Rien ne nous empêche de déjà chercher "tous ensemble" ce qui a bien pu se passer pour que se produisent la situation présente.

      Car pour agir encore faut-il savoir dans quelle direction : sinon on risque d'aller tous ensemble en direction d'un précipice !

      Supprimer
    2. c'est L'histoire de France et l'acceptation à peine déguisée d'adhérer à cette Monarchie du XXI e siècles..
      Tant que les Francais ne s'ouvriront pas au monde...
      Penseront France, Gauche Droite
      Rivé sur son nombril...
      Tant que les Français se penseront le Pays des droits de L'homme....et oublieront leurs Guerres mondiales dont Ils en sont les principaux responsables

      Tant qu'ils auront une amnésie sur leurs Guerres et Conquêtes de Territoires
      Tant que les livres d'histoire ne parleront que de Napoléon.. à De Gaulle comme ultime référence..
      Tant que les livres d'histoire n'apprendront pas d'autres cultures..

      Tant que les livres d'histoire mettront la France au centre du Monde
      les Français resteront ainsi...

      ILS ne résonnent sur le monde qu'à partit de leur propre culture;
      au lieu d'apprendre des Autres ...
      La France Devrait se décentrer non pas à l'intérieur de son territoire MAIS VIS A VIS DU MONDE.
      Elle fait partie du monde et à voulu nous faire croire qu'elle était au centre du monde ... MDR
      D'ou son envie d'imposer son point de Vue au reste du monde..par voie d'armes..Belle exemple pour faire respecter les droit de l'homme.. ...
      ( Regartder comment on parle de quelques...centaines .. de morts collatéraux par ci par là ..bon c pas bien grave...!!!! GRIII...et on pleurt nos 83 ou 86 morts militaire en Afaganistan..à oui ça c'est grave ..ben oui ce sont de Français quand même..) etc

      Apparemment la France à du faite de son histoire :
      Un GROS Retour de manivelle .
      Et cela n'a rien à voir avec la droite ou la gauche
      Les orientaux ..disent

      PRENDRE DU RECUL
      Les OCCIDENTAUX FOCALISENT sur un petit détail...Ils ont oublié que le monde continuaient à vivre ..er même à croître..et même à devenir puissant
      Woua
      Pays Emérgeants obligent
      On les nommaient le Tiers ou quart monde ...

      MDR

      Citoyens de France..vous êtes citoyen du Monde...

      ET non pas la Vè Puissance du monde que les livres d'histoire ont gravés en boucle dans vos méninges.
      Changer de disque dur
      Et graver d'autres logiciels que Gauche ou Droite dans votre nouveau disque dur
      Cela ferait du bien à la France

      Supprimer
  7. Rhooo, faut pas se sentir visé, comme çà ! Cà pourrait faire paraître grognon.

    Bah non, pas 52% des français, mais 52%*83%=44% d'entre eux. Et vu le retournement de situation en 2 semaines (de 35% favorable à 44% aujourd'hui), et la formidable vulgarisation de ce pacte de compétitivité, çà vaudrait le coup de stabiliser l'étude avant de faire le kéké, Juan !

    Bah non, pas tous les syndicats ("http://www.humanite.fr/social-eco/thierry-lepaon-cgt-le-plan-competitivite-est-une-erreur-politique-508181").

    Pis si les boutons que te file la "certaine gauche" t'interdisent par principe d'écouter ce qui est dit, écoute Filoche, eelv, Piketty ou Maris, c'est pas bien différent.

    Allez, 14 novembre, mobilisation européenne contre l'austérité. Peut-être une occasion de parler des vrais sujets et, pourquoi pas, pour la gauche certaine de retrouver la certaine gauche et réciproquement, non ?

    RépondreSupprimer
  8. @Shaher: pas 52% des Français, juste des sondés de ce sondage. Sur les syndicats, bien sur la CGT et aussi SUD (entre autres). Mais lis aussi cela: http://sarkofrance.wordpress.com/2012/11/08/mais-finalement-pour-qui-avez-vous-vote/
    bien à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu cites Filoche dans ton précédent billet ?
      C'en est un bon. Puissant, blessant, masochiste comme du Filoche.
      Je ne sais pas si tu partages ses idées à lui, mais je sais qu'il partage celles du FdG, dont le programme est le strict jumeau de celui de D&S. Notre défaite est la sienne.
      Et la propension de Hollande à payer le tribu d'Attila (TSCG, pacte de compétitivité, ...), qui aura pourtant toujours moins intérêt à lui accorder ses grâces qu'à le foutre dehors, signe assurément son échec (et le nôtre). A ce titre, la foi angoissée, la discipline de parti ou la déférence n'est certainement pas la main la plus secourable à tendre.

      Et y a FO aussi, d'abord^^.
      Bien à toi.

      Supprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.