13 décembre 2012

Le dernier procès d'intention de Laurent Mauduit, Mediapart


Laurent Mauduit est journaliste émérite. Il émarge à Mediapart, auteur de salves bien ficelées tous azimuts parfois publiées chez Marianne.

Il mérite un coup de gueule, la manifestation d'une énorme déception. Car Laurent Mauduit, encore lui, abuse d'un double procédé bien connu, le procès d'intention couplé à l'association de faits que l'on transforme en décisions. Le style est imparable, toujours le même. Créer un halo de correspondances qu'on appellera ensuite preuves, puis que l'on résumera dans un titre qui claque.

Il sort donc ce scoop: des experts appointés par le gouvernement veulent tuer le SMIC. Il ne s'arrête pas là, il écrit que ce rapport va probablement entrainer le démantèlement du SMIC. Notez l'emballement: rapport = loi, experts = gouvernement.
« Après avoir été malmené sous Nicolas Sarkozy, le Smic, qui figure parmi les principaux acquis sociaux des salariés les plus modestes, pourrait bien connaître de nouvelles vicissitudes sous la gauche, sinon même être purement et simplement démantelé.»
Impossible de penser que Mauduit nous alerte sur un risque... Le titre est clair: Le Smic est en danger de mort. Il enchaîne avec une succession de révélations sur le contenu dudit rapport. Et certaines sont effectivement terrifiantes (abonnez-vous pour les découvrir).  Le problème n'est pas là.
Il accuse Hollande d'être à la manoeuvre: « Lisant ces lignes, on pourrait certes penser que ces préconisations explosives n’engagent en rien le gouvernement. Or, si ! Tout est là : d’abord parce que c’est le gouvernement qui a pris la décision de lancer une réforme des modalités d’indexation. Et puis surtout, cette proposition de réforme est l’aboutissement d’une histoire longue, qui a vu travailler main dans la main des économistes proches des socialistes et des experts de droite ou proches des milieux patronaux. C’est même l’ultime rebondissement d’une histoire longue dans laquelle François Hollande a joué un rôle de premier plan.»

Suspense.

Mauduit remonte le temps. Car le complot date d'avant, d'il y a longtemps. La dérive libérale du PS etc. Pourquoi donc échouer sur un obscur rapport sur le SMIC ? On ne sait pas. Mauduit invoque et convoque Denis Olivennes, Alain Minc (sic!) et ... un illustre inconnu mais économiste, Gilbert Cette.

Cet homme est clé dans la démonstration. C'est un vilain garçon car très ultra-libéral déjà sous Sarkozy. Pour Mauduit, le scandale est évident: « le plus stupéfiant de l’histoire, c’est que Gilbert Cette reste pour la direction socialiste un économiste parfaitement fréquentable.»

Pour preuve, le journaliste exhume une vidéo de l'une des réunions de campagne socialiste avec des experts en tous genres rassemblés pour muscler l'argumentaire du candidat.

Gilbert Cette était là, au fond à gauche, dans la salle, à trois minutes et 8 secondes de cette video de campagne. La preuve ultime de l'infamie, la preuve ultime que le décret supprimant le SMIC était donc déjà sur le bureau du président.

Au passage, Mauduit ment - répétons le terme: il ment - quand il écrit que Gilbert Cette "résume" la session de travail. Mais peu importe, là n'est même plus l'important. Mauduit poursuit en rappelant la conclusion de cette rencontre datant d'août 2011: « s’agissant des classes populaires, les participants font le constat d’un tassement de l’échelle des salaires lié à une progression du Smic plus rapide que celle du salaire médian. Les intervenants se sont accordés pour dire qu’un Smic élevé n’est pas le meilleur outil de soutien aux plus modestes, les dispositifs de solidarité de type RSA ou PPE étant mieux adaptés car sans incidence directe sur le coût du travail. Ces outils pourront être évalués et ajustés, mais les moyens qui leur sont alloués devront être ménagés afin que la phase de désendettement ne génère pas de nouvelles inégalités. »

Vous avez bien lu: pendant les primaires, 10 mois avant la présidentielle, il y avait cet expert libéral caché dans l'assistance et l'équipe de campagne de François Hollande qui préparait déjà la mort du SMIC.

Dès juillet dernier, le coup de pouce du SMIC est une aumône. Mauduit a raison. Et alors ? Pourquoi donc le SMIC serait-il en danger ? On avait presque oublié le titre de l'article. Mauduit y revient enfin: « dans la foulée, le gouvernement fait clairement comprendre que le temps de ces maigres générosités est définitivement révolu et que le groupe des experts en charge des recommandations sur le Smic – nous y voilà – va se mettre au travail d’ici la fin de l’année afin de proposer une réforme de l’indexation du Smic.» Car Gilbert Cette engage forcément Hollande: « Le gouvernement peut donc difficilement dire que ce rapport ne l’engage pas. Car c’est un économiste proche de François Hollande qui en est le principal inspirateur.»

Et voilà... La démonstration est complète, le procès est terminé, oubliez la défense. Elle est inutile. Machin connaît Truc et donc Truc pense comme Machin... Mauduit n'hésite devant rien: « Le gouvernement peut donc difficilement dire que ce rapport ne l’engage pas. Car c’est un économiste proche de François Hollande qui en est le principal inspirateur.»

Et voici la conclusion: « c’est un séisme social majeur que le gouvernement pourrait enclencher en dégoupillant la bombe que Gilbert Cette a préparée sur le Smic.»

Le plus drôle est dans ce que Mauduit ne dit pas: le groupe d'experts qu'il cite explicitement (Paul Champsaur, président de l’Autorité de la statistique publique; Martine Durand directrice des statistiques de l’OCDE; Gilbert Cette, économiste à la Banque de France; Francis Kramarz professeur à l’École Polytechnique; Étienne Wasmer, professeur à Sciences-Po) a été nommé ... en mai 2009. Sa constitution a été décidée en Sarkofrance.

Ah merde, la théorie du complot s'effondre.

Il était possible, simple et honnête de rapporter le contenu de ce rapport jugé sulfureux: sans procès d'intention, ni argumentation ad hominem, ni a priori. Il suffisait d'expliquer son contenu et de dire qu'il traîne, malheureusement, sur quelques tables d'un ministère.







PS: ce billet est l'oeuvre d'un militant engagé à gauche, ravi de la victoire de François Hollande contre Nicolas Sarkozy, non encarté au Parti Socialiste, non embauché ni en relations d'affaires ni économique avec une quelconque agence publique, gouvernementale. Ce billet est libre et sans engagement, pas même sollicité - l'affaire intéresse peu et fut peu reprise.

La précision est décisive tant les procès sont faciles.

16 commentaires:

  1. plenel va nous expliquer que son journaleux fait là un exercice de démocratie et que ces mauvaises intentions sont une preuve de plus de la cupalbilité avérée de Cahuzac
    tiens d'ailleurs , Cahuzac ; il est pas au Budget ?

    RépondreSupprimer
  2. J'ai pour ma part annulé mon abonnement à Médiapart , je pense ne pas être le seul , (j'achèterai plus régulièrement Le Canard).
    Après qqs mois d'expérience , vu surtout la teneur des interventions diverses sur ce site, je l'assimile à une secte : on voit sur twitter que d'autres journalistes de Mdp se sentent (sont ?) obligés de RT ad nauseam les contributions délirantes des Mauduit, Arfi..Chez MDP jamais de mea-culpa, de "pan sur le bec", de rectificatif ou d'excuse.
    Chez tout autre Media même le Figaro, on sent que des différences d'opinion peuvent s'exprimer.Vraiment,je n'envie pas les (autres) salariés de Plenel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. diverses opinions s'expriment chez Mediapart, et il y a de tres serieuses divergences entre les journalistes

      exemple Laurent Mauduit(gauche) vs Jade Lingaard (ecolo)
      http://www.dailymotion.com/video/xafmg3_pour-ou-contre-la-taxe-carbone_news

      Exemple Philippe Ries (libéral) vs Laurent Mauduit
      http://graduateeconomist.wordpress.com/2012/04/07/sur-le-livre-limposteurs-de-leconomie-philippe-ries-vs-laurent-mauduit/

      etc.

      Supprimer
  3. Donc dans la méthode, Mauduit se fourvoye, et dans le fond aussi, non? Je ne comprends pas pourquoi il s'insurge contre d'éventuelles modifications du SMIC qui permettraient de lutter contre le chômage, éclairez-moi. Il a été démontré qu'un salaire minimum élevé provoque un chômage élevé. Doze le rappelait de manière claire et concise: http://www.youtube.com/watch?v=_v6izX1s5-g

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chut, Nicolas Doze n'a pas droit de cité ici ! ;-), même s'il a raison.

      Supprimer
    2. la trappe à chômage est un effet ultra connu, néanmoins, un emploi qui ne permet pas au salarié de bouffer n'est pas souhaitable non plus, si on se préoccupe un peu des humains dans l'affaire.

      Supprimer
  4. Bonjour Juan,

    Très bon papier que j'ai repris pour la Lettre de Jaurès http://lalettredejaures.over-blog.com/
    Cela intéressera peut-être un peu plus les citoyens et les lecteurs de Médiapart. Médiapart qui devient de plus en plus un journal avec des titres claquant pour beaucoup de coquilles vides. Revenons à l'article de Médiapart. Si j'ai bien compris il me suffi de serrer la main où de discuter avec une personne de droite membre de l'UMP où pas, pour qu’aussitôt on suppute que je me prépare à monter un projet contre le SMIC où l'abaissement des alocs. Pas très sérieux tout cela. Médiapart a choisi vendre beaucoup pour informer moins.

    En attendant la prochaine manchette de Médiapart, je te te souhaite de bonnes fêtes de fin d'année. Amitiés. Pour la Lettre de Jaurès J-L L

    RépondreSupprimer
  5. Qu'il y ait des procès d'intention ou pas, des raccourcis ou pas, le sujet est ailleurs, Juan, et tu le sais bien. The Economist vient de faire un papier sur la baisse du salaire minimum, qui devrait baisser de 300 euros en France.

    Le niveau du salaire minimum garanti est un des éléments clés pour les penseurs néolibéraux, pour les monétaristes, qui sont à l'origine de cette politique débile menée par l'Union européenne dans le domaine monétaire. Renseigne-toi au lieu de t'en prendre de cette façon à Mauduit, qui a au moins le mérite de faire autre chose que nous servir la soupe tiède et surtout mensongère qu'on nous sert depuis plusieurs dizaines d'années. A propos de mensonges, que font les socialistes au pouvoir si ce n'est nous mener en bateau encore et toujours : la compétitivité, Mittal ...

    Pour revenir au salaire minimum, le journal cite Milton Friedman, "économiste" tristement célèbre, pour qui, ce salaire est « une forme de discrimination contre les travailleurs sans qualification ». Encore une fois, on ne sait pas si on doit rire (jaune) ou pleurer. Les ultra libéraux sont en marche et ils ne s'arrêteront pas en si bon chemin. Ils tiennent leur revanche. L'union européenne est à leur service et "nos" socialistes sont sur la même longueur d'ondes.

    Tu peux penser et écrire ce que tu veux (tant mieux pour la liberté d'expression) pour justifier leurs comportements, leurs choix. Il n'en demeure pas moins qu'ils ont la même approche économique et qu'ils prennent nombre de décisions que ne renierait pas un gouvernement de droite, au contraire.

    Enfin, soyons justes, il y a quand même une ou deux différences : la droite n'assurerait pas la promotion du mariage gay ou pour tous (marque déposée) en faisant signer de pétition en sa faveur, n'est-ce-pas Harlem Désir ?



    RépondreSupprimer
  6. Vous voulez des bonnes nouvelles. En voilà une preuve rapportée par l'AFP :
    "La zone euro va débloquer 49,1 milliards d'euros en faveur de la Grèce d'ici fin mars, dont 34,3 milliards qui seront versés "dès la semaine prochaine", a indiqué M. Juncker lors d'une conférence de presse à Bruxelles."

    Youpi ! La dette de la Grèce sera d'après Juncker et Lagarde de 124% de son PIB en ... 2020.Vous avez bien lu en 2020.

    Question subsidiaire : à quel niveau sera le salaire minimum grec en 2020 ? 300 euros, 250 ? Et combien de suicidés en 8 ans ?

    Vive l'Europe ultra libérale, qui débloque des milliards pour rembourser les spéculateurs ! Bingo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu confonds "spéculateur" et "créancier", et tu confonds "libéral" avec une vague insulte désignant quelqu'un pour qui le profit passe avant d'autres considérations. Si ces gouvernement d'Europe étaient (ultra-)libéraux, ils n'auraient pas des dettes aussi colossales pour financer des politiques socialistes et des entités structurellement déficitaires. Demande un dictionnaire pour Noël ;) Quant à la Grèce, ceux qui ont pris le risque de lui prêter, ont perdu une partie de leur créance, et regarde plus précisément où part l'argent prêté à la Grèce.

      Supprimer
    2. Hors sujet et zéro pointé pou l'argu.
      Tu repasseras pour tes leçons de français et surtout d'économie.

      Vas pleurer dans ton coin et apprend à aligner deux lignes sensées et convaincantes.

      Supprimer
    3. je réitère les propos d'Artur : il faut que vous lisiez

      - Dictionnaire du libéralisme

      retrouvez le ici sur France Info Le "Dictionnaire du libéralisme" dirigé par Mathieu Laine

      ou Youtube
      Le dictionnaire du libéralisme, par Mathieu Laine


      Ou Libres ! 100 auteurs 100 idées
      http://lamaininvisible.org

      Sur la spéculation, vous pouvez aller voir Contrepoints http://www.contrepoints.org/2012/01/08/63998-la-speculation-sur-le-banc-des-accuses

      Supprimer
    4. Amen ! La spéculation a des effets positifs sur l'économie, comme l'enrichissement des chefs d'entreprise. Une ola pour Bernard Arnault et François Pinault ! Que sa volonté soit faite, comme celle de Laurence Parisot !

      Parlez-nous donc , chers amis libéraux, des 100 Mds de transfert de la richesse nationale des salariés vers les actionnaires, de l'augmentation de la pauvreté en France, de l'idée de supprimer le salaire minimum pour réduire le taux de chômage, qu'on rigole un peu. Il faut récompenser l'initiative privée et ne pas encourager les assistés, qui se complaisent dans leur situation. Vive les poncifs et les clichés

      Supprimer
  7. Les quarante dirigeants du CAC 40 ont bénéficié pour 2010, d’une hausse moyenne de 34% de leur rémunération pour un montant moyen de 4,11 millions d’euros. Cette reprise touche un grand nombre de grandes sociétés puisque les présidents exécutifs des 80 autres sociétés de l’indice SBF 120 auront vu leur rémunération totale atteindre elle 2,08M€, en augmentation de 31% en 2010.

    RépondreSupprimer
  8. Il est bien ce Laurent Mauduit ! Il nous prédit notre avenir "social-libéral".

    @Juan

    Mais pourquoi te fais-tu désormais le défenseur de ce pouvoir ? Oseras-tu bientôt t'ériger en défenseur de Cahuzac ?

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.