10 décembre 2012

Sarkozy/Hollande: deux poids, deux mesures


Quatre affaires médiatiques du moment, quatre sujets pas nécessairement les plus importants d'un pays en recherche de relance. Mais quatre sujets qui occupent l'espace au point de nous empêcher tout recul dans l'analyse politique.

Sauver Cahuzac ou pas.
L'affaire qui frappe l'actuel ministre du budget n'a qu'un point commun avec celle qui frappa son prédécesseur Eric Woerth: l'attaquant, Mediapart. Woerth n'était plus ministre du Budget quand le site d'information publia ses accablantes révélations en juillet 2010. Nous sommes en décembre 2012 et certains pensent qu'il faudrait donner le même crédit aux récentes déclarations de Mediapart contre Cahuzac qu'à l'époque contre Woerth.

Mais les dossiers sont étonnamment différents. Eric Woerth avait placé sa femme à la gestion de fortune de la plus grande fraudeuse fiscale du pays. Il était resté trésorier du Parti sarkozyste tout en étant ministre du budget. Des enregistrements clandestins, récents et authentifiés avaient permis de débusquer l'affaire. Concernant Cahuzac, la révélation, qui manque encore de preuves, est simple: l'actuel ministre aurait détenu un compte non déclaré en Suisse il y a 10 ans.

Sauver Florange ou pas.
Sarkozy en avait fait l'un des symboles de sa politique industrielle. Sauver les installations sidérurgiques d'Arcelor-Mittal à Gandrange et Florange fut l'un de ses slogans vite oubliés. Voici que le gouvernement Hollande/Ayrault s'y plante les dents à son tour. Et sans attendre un petit semestre, sans patience similaire, voici qu'on le décrète traître et dupe parce qu'un accord inconditionnel interdisant tout licenciement sec ne garantit pas l'exploitation des hauts fourneaux sans activité depuis 18 mois. Cette affaire a été sabotée, consciemment ou pas. 

Dans l'édition du 9 décembre du JDD, Ayrault se défend. Il rappelle son passé, exprime sa compréhension, explique le bilan de ses prédécesseurs.  L'exercice est difficile puisque tous les médias jusqu'à Marianne l'ont qualifié de dupe sans attendre une explication. « Le symbole du quinquennat, c'est de sauver des emplois » commente Ayrault

Sauver Valls contre Guéant
L'actuel ministre de l'intérieur est en passe de retirer à la droite devenue extrême deux de ses sujets préférés de surenchère politique, la lutte contre la délinquance et la maîtrise des flux migratoires. Leur simple association dans les discours était terrifiante. A court terme, on reproche à Manuel Valls son intransigeance et la prétendue poursuite d'une politique qualifiée de sarkozyste.

C'est faux, le ministre a réalisé de belles ouvertures mais ses critiques préfèrent souligner les écarts et failles qui demeurent: la circulaire clarifiant les conditions de régularisation des étrangers est insuffisante; la destruction estival des camps illégaux de roms a provoqué un joyeux chahut à gauche. Et il reste des cas d'expulsion de clandestins qui sont tristes et font tâche dans le bilan (provisoire) du ministre. A long terme, l'enjeu est pourtant autre: que l'on cesse enfin de brandir à droite comme à gauche l'immigration comme un sujet de campagne.

Sauver les banques, ou pas.
DEXIA menace de sombrer à nouveau. La banque des collectivités locales se voit (provisoirement) sauvée par une nouvelle recapitalisation étatique. Fichtre ! Pourquoi donc sauver cette banque aux mauvais placements ? On se souvient que Sarko y avait placé l'un de ses proches à la direction générale. Si elle faisait faillite, que se passerait-il ?

Les équipes de Pierre Moscovici trouvent encore 2,5 milliards d'euros pour recapitaliser la banque. Cette dernière s'est déjà séparée de nombreuses filiales (Belgique, Turquie, Luxembourg). Reste  Dexia Crédit local, bientôt repris par la nouvelle banque publique de financement des collectivités locales, détenue par La Banque postale et la Caisse des dépôts (CDC).

6 commentaires:

  1. La femme de Woerth est diplomée de HEC et a 20 ans de finance comme expérience professionnelle. Vous

    êtes donc si peu confiant en la capacité des femmes à faire leurs propres choix professionnels que vous pensez franchement que ce petit fonctionnaire gris et anonyme a pu décider à la place de sa femme ?

    RépondreSupprimer
  2. Cahuzac : quitte à en parler, autant tout dire. N'evoquons pas les 100 000 euros de montre qu'il avait chez lui, ce sont ses choix persos. Rappelons simplement que Cahuzac est en instance de divorce de son épouse, Patricia (source Figar), et que c'est peut etre elle qui a balancé les infos, tout simplement.

    Peut etre qu'elle en a eu marre qu'il n'ait pas été condamné après avoir été reconnu coupable d'avoir employé au noir une femme de ménage philippine sans papier et payée en liquide de juillet 2003 à novembre 2004 pour 40 heures mensuelles à raison de 250 € par mois.
    http://www.ladepeche.fr/article/2007/11/10/223413-jerome-cahuzac-reconnu-coupable-mais-sans-peine.html

    RépondreSupprimer
  3. Au sujet de Valls, bien sur qu'il y a des critiques, pourquoi ? Parce que Valls poursuit la politique de Guéant et Hortefeux, c'est à dire des gendarmes qui arrivent un matin à 6h pour expulser les gens, c'est aussi simple que cela.

    RépondreSupprimer
  4. " Et il reste des cas d'expulsion de clandestins qui sont tristes et font tâche dans le bilan (provisoire) du ministre."

    RépondreSupprimer
  5. (Je complète mon premier message)

    Je vous trouve bien indulgent! (Voir le site de RESF).

    RépondreSupprimer
  6. Et alors ? Vous assénez vos vérités pour dire que ce n'est quand même pas normal que ce gouvernement soit attaqué, surtout par des "blogueurs de gauche"... mais je ne trouve aucun argument concret qui puisse étayer vos sermons sentencieux...
    Par exemple, en ce qui concerne Jérôme Cahuzac, vous affirmez que "concernant Cahuzac, la révélation, qui manque encore de preuves, est simple: l'actuel ministre aurait détenu un compte non déclaré en Suisse il y a 10 ans."
    En effet, je n'en sais strictement rien si cet individu détenait un compte en Suisse, et honnêtement ça ne m'empêche pas de dormir...car quand il a été nommé ministre du Budget, mon opinion était déjà faite vis à vis de ce personnage...
    Et mon opinion était faite, car en tant que syndicaliste aux impôts, j'ai eu à un moment de ma carrière, à m'engager pour défendre un camarade qui s'appelait Rémy Garnier et qui s'est retrouvé au placard à cause d'un individu qui s'appelait Cahuzac...Il semblerait que Rémy Garnier soit à l'origine de cette affaire...
    Un minimum d’honnêteté intellectuelle aurait dû vous obliger à faire référence à Rémy Garnier...Il suffit d'aller sur le net pour avoir toutes les infos possibles. Je ne porte pas de jugement sur son action réelle ou supposée, mais si on veut être objectif dans une affirmation, il faut aller jusqu'au bout des sources que l'on doit mettre à disposition du lecteur pour qu'il puisse se faire sa propre opinion...
    Sinon, asséner des "vérités", ne peut que se résumer à un exercice de propagande stérile...

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.