24 décembre 2012

Politique: pourquoi Jacques Julliard oublie les médias

Jacques Julliard termine l'année, dans Marianne, en taclant une imposture politique: cette infantilisation du débat qui pousse nos candidats à promettre tout et n'importe quoi pour satisfaire des électeurs trop impatients qui attendent des solutions clés-en-main.

Dans un éditorial titré « Contre la profession politique », il l'écrit très justement: « Voyez le jeu pervers auquel se livre l'électeur et le candidat à chaque élection importante. Le premier fait monter les enchères au maximum avant de se décider, tandis que le second finit par laisser échapper des promesses qu'il sait ne pouvoir tenir.»

On le sait, Nicolas Sarkozy fut emblématique de cette infantilisation politique de masse. Il en avait publié un abécédaire, avec ses milliers de promesses électorales, qu'il s'empressa de faire disparaître un soir d'automne quand l'échec lui était trop insupportable à affronter.

Nous avions pu en construire un autre, plus terrifiant encore. L'antisarkozysme fut d'abord cette réaction comme cette attitude-là, les promesses à l'emporte-pièce. Quand François Hollande l'emporta après des primaires disputées, l'accusation qui lui fut faite à de nombreuses reprises d'être trop flou dans ses promesses nous réjouissait secrètement. Ah si pour une fois un candidat pouvait gagner sans s'engager sur une liste à la Prévert de promesses toutes moins tenables les unes que les autres ! Certains encore aujourd'hui s'en tiennent à quelques morceaux de slogans pour mieux tacler l'actuel président. Mediapart et quelques autres à gauche croient savoir que la trahison est là puisque l'actuel président n'a pas écrit dans quelques lois l'exact intitulé sommaire de ses 60 propositions.

La démocratie moderne, attaquée par une crise sociale sans précédent, souffre de son absence de recul.

Pour revenir à Jacques Julliard et son merveilleux éditorial, il convient de souligner un point essentiel: la classe médiatique - puisqu'il s'agit une classe tant du point de vue sociologique que culturelle - est tout autant responsable de cet état de fait infantile que nous autres citoyens ou vous autres politiques.

Dans son immense majorité, elle entretient l'absence de débat, d'analyse, de perspective et surtout de contradiction. Elle suit le vent, caricature les enjeux comme Twitter et ses 140 caractères de messages.


A suivre.



12 commentaires:

  1. condamnation de ministres, décisions contreproductives, oui, il est temps que Ayrault et Hollande, qui divisent le pays au lieu de le réconcilier, démissionnent !

    Rêve de Noel : la gauche explose en vol en 2013 ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme l'a fait la droite ? Qui dans cette "gauche-là" pour reprendre les rôles de : Copé, Fillon et Sarkozy en sous-main ? ARAMIS

      http://www.youscribe.com/catalogue/livres/litterature/romans-et-nouvelles/les-docks-en-folie-1858422

      Supprimer
  2. Moi ce que j'ai vu c'est la contradiction : Julliard ne veut pas de politiques professionnels, que des amateurs qui changent tout le temps.
    Et on les prend où ?
    Chez ce peuple qui mendie des "promesses intenables" à des gens qui sont des professionnels (et heureusement, vu la technicité des dossiers, obstacle auquel ne se heurtaient pas les glorieux ancêtres auxquels il fait référence).
    Et on ne résoudra pas ce problème en déprofessionnalisant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parce que vous croyez que la plupart des professionnels qui squattent les responsabilités politiques sont à même de comprendre les dossiers techniques qui leur passent entre les mains ? Encore faudrait-il qu'ils se donnent la peine de les lire. je ne sais plus qui a décrit comment cela se passait au Parlement Européen, en disant qu'on vous amenait une cantine pleine de dossiers, que vous n'auriez de toute façon jamais le temps de lire, avec les instructions de vote de votre parti.

      Les exemples ne manquent pas où des non professionnels se montrent tout à fait compétents, capables de prendre des décisions qui ne sont pas forcément pires que celles que prendraient un professionnel (on en a vu beaucoup se tromper, il me semble : voir par exemple l'histoire de la dernière crise économique). C'est pour cela que, pour redonner à la politique sa noblesse, certains préconisent le tirage au sort, des mandats ponctuels, et/ou courts, non cumulables, uniques. La stochocratie, qui serait la seule vraie démocratie. Une piste intéressante.

      Supprimer
    2. Au sujet de l'alternative à la professionnalisation des politiques :
      www.youtube.com/watch?v=WKBj8rtiL6Q

      Supprimer
  3. Sont passés où les blogs choisis ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est corrigé, encore un bug: j'avais tenté de modifier la mise en page hier et cela avait détruit le widget...

      Supprimer
  4. Toujours jeune ce cher Jacques qui soufflera sa 80e bougie le 4 mars prochain : heureux bénéficiaire de l'allongement de l'espérance de vie ... en bonne santé !

    RépondreSupprimer
  5. Les travaux de P. P. d'Assac peut intéresser toute forme de dissidence, voici comme exemple la dernière conférence sur « le rôle du décret Crémieux dans la détérioration des relations franco-arabes » :

    http://ploncard-dassac.over-blog.fr/article-le-role-du-decret-cremieux-dans-la-deterioration-des-relations-franco-arabes-113771410.html

    La liste des sujets qui ont étés traités :
    - l’Épopée coloniale (Algérie française).
    - Les différents aspects (positifs et négatifs).
    - La IIIème république maçonnique-athée.
    - Le décret (Adolphe Isaac) Crémieux.
    - Les insurrections en Algérie.
    - Édouard Drumont et La France juive.
    - De Gaule et le décret Crémieux.
    - Immigration massive, doubles nationalités, métissage forcé et le Grand-Orient avec droit du sang.
    - Le judaïsme et la nouvelle alliance.
    - Les harkis et les pieds noirs.
    - Iran et Vatican...

    RépondreSupprimer
  6. « C’est une chance que les gens ne comprennent pas notre système bancaire et monétaire, parce que si tel était le cas, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin » (Henry Ford)

    RépondreSupprimer
  7. Je retiens de l'excellent éditorial de l'excellent Julliard l'idée d'interdire plus de deux mandats successifs...( Un mandat serait brutal et peu réaliste : un voeu pieux..)
    replonger 5 ans dans le monde non-politique avant de briguer un mandat de plus....

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.