16 décembre 2012

Le modèle américain (1): Newtown's massacre

C'est un drame, une saloperie, une incompréhension.

Vendredi, une belle fraction de l'actualité nationale a oublié Hollande, Ayrault, le mariage pour tous, l'union bancaire européenne. Vendredi 14 décembre, quelque part vers 14 heures à l'heure française, un homme d'une vingtaine d'années a tué à l'arme à feu vingt enfants et cinq adultes dans une école. Les détails, finalement, importent peu sauf pour tirer des larmes et des débats sur les chaînes d'information.

L'Amérique a ses fragilités et son histoire. Une fidèle lectrice m'écrivait combien étrange pouvait être ce pays. «  un médicament tue un seul patient, c'est tribunal, indemnisation à coups de millions de dollars et arrêt de la fabrication. Les armes assassinent des milliers de gens de tout âge et de tous lieux et ... rien. »

Ce massacre n'est malheureusement pas le seul au monde. Pouvions-nous relativiser cette horreur, même si elle nous semble si proche ? La France est sensible aux drames américains. La télévision y consacre un tiers de ses soirées en séries policières outre-atlantique. On y autopsie des cadavres pour débusquer le coupable, on y débusque un trop large éventail d'esprits criminels. L'Amérique élabore des fictions qui lui ressemblent.

Il suffit donc d'un drame pour que la France médiatique s'arrête. C'est déjà ça. Ce drame n'a qu'une vérité: nos mondes occidentaux sont tout aussi malades de l'intérieur que bien d'autres contrées qualifiées d'émergentes ou de sous-développées. Nous avons parfois même de l'avance sur l'armement.

Passées ses constatations d'usage, nous tombons sur une mauvaise conclusion. Ce drame est le choc d'une histoire - ce fameux Second Amendment qui sanctifie depuis l'origine la détention privée d'armes - et d'une réalité - un pays affaibli. La récente élection présidentielle a montré combien une belle part des votants s'était réfugiée dans les délires du Tee Party.

La France est en situation d'hystérie permanente depuis quelques lustres. L'Amérique communie sans comprendre devant des morts tués sans raison.






Crédit photo

12 commentaires:

  1. "La récente élection présidentielle a montré combien une belle part des votants s'était réfugiée dans les délires du Tee Party."

    Une part de moins en moins belle, tout de même. Ces dernières élections, qui n'étaient pas que présidentielles, ont vu la déroute du Tea Party dont les représentants, particulièrement aveugles, sont convaincus que le Parti républicain a, entre autres raisons fumeuses, perdu parce qu'il n'était pas suffisamment "tea partiste", ce qui est assez contradictoire avec le fait que c'est justement le Tea Party qui a le plus perdu en sièges et élus, et que ses têtes de file ont quasiment toutes été battues.

    RépondreSupprimer

  2. "...Bonjour les petits enfants, c'est Adam !"

    C'est triste un clown qui dérape, comme Ayrault avec ses 10% sur 5 ans ou Djamel au téléthon qui voyant s'afficher les 80 millions d'euros de dons au compteur dit a l'antenne : " allez tous a Las Vegas !" Sacré Djamel va...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. V'là les effets de la concurrence libre et non faussée (marque déposée) : les clowns amateurs s'mettent à concurrencer les clowns professionnels ! Et y sont vraiment pas drôles.

      Supprimer
  3. y en a qui deisent que si les enfants avaient été armés, ça ne serait pas arrivé

    RépondreSupprimer
  4. Pendant ce temps-là, Dgérard Dépardiou a décidé de devenir belge et personne n'en parle. J'en viens parfois à me demander si Dieu existe.

    RépondreSupprimer
  5. Le mieux est l'ennemi du bien.

    Cette nouvelle présentation est sans doute esthétiquement plus réussie que les deux précédentes, mais maintenant, il va falloir préciser à qui on répond, puisqu'il n'y a plus de niveaux de réponse.

    RépondreSupprimer
  6. C'est vrai que Adam et Gérard on gachés la fête du mariage pour tous, la grande avancée sociétale des mélomanes avertis (Dave, Hervé Vilard, Dalida, Catherine Lara, Christophe Willem, Pascal Sevran, j'en passe et des moins bons...)
    Ah la la c'est triste tout çà...
    Sinon ils vont nous faire chier longtemps avec leur truc là ?

    RépondreSupprimer
  7. Moi j'aime bien la typo de "Chroniques (Politiques)" genre rock indépendant, post-punk, destroy juste ce qu'il faut pour trancher avec les commentaires de vieux socialos retraités et de jeunes bobos ségolenistes a la ramasse. lol

    Comme d'hab il y a toujours le réact qui trouve que c'était mieux avant et qui se fait un devoir de le dire avec l'oeil du pro du web 2.0
    lol

    RépondreSupprimer
  8. Qu'importe le "réact", puisqu'il y a un luminaire d'intelligence, de bon goût, de progressisme qui vient loller parmi nous.

    RépondreSupprimer
  9. Appel à la dissidence !
    Je vous fait part des entretiens réalisés entre Philippe Ploncard d'Assac et Florian Rouanet :

    L'entretien du 8 décembre 2012 sur l'actualité politico-médiatique (deuxième du nom) entre Philippe Ploncard d'Assac et Florian Rouanet :
    http://ploncard-dassac.over-blog.fr/article-entretien-sur-l-actualite-n-2-avec-florian-rouanet-113424829.html

    La succession à l'UMP entre Fillon et Copé, la manifestation du 18 novembre 2012 contre le « mariage » « gay », les « mal-baisées » : Femen et leurs sosies les Pussy Riot, Casapound et le néo « fascisme » de Gabriele Adinolfi, le chéfaillon du Renouveau Français : Thibault de Chassey et sa revue l'Héritage, le rabbin de Cisjordanie et l’islamisation, le rabbin Ron Chaya sur la « Shoah », la Syrie de Bachar Al Assad, la reconnaissance d'un « état » Palestinien, Cécile Duflot et les biens du Clergé, la multinationale Peugeot, racialisme et assimilationnisme, l'antisémitisme florissant...etc.

    RépondreSupprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  11. Merci Juan,


    De n'avoir pas eu l'indélicatesse de citer l'identité de l'affreux jojo qui tenait l'arme : il ne mérite décidément que l'oubli.

    Contrairement aux mômes... dont personne ne retiendra (ou même ne connaîtra) les prénoms et les noms, etc.


    Cordialement,

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.