19 décembre 2012

Ils nous gonflent avec leur gaz de schiste.

C'est un iceberg, un gros, le plus gros jamais observé qui se détache de la banquise.

Le gaz de schiste est notre futur cauchemar et notre prétendu Sauveur.

La planète se vide de ses ressources mais ce gaz nous sauverait de notre crise conjoncturelle. Conjoncturelle, elle l'est puisqu'elle ne concerne qu'une décennie, peut-être moins.

A l'échelle de la planète, ce n'est rien. Les promoteurs du gaz de schistes nous gonflent. Osons le terme. Qui dira qu'il faudra penser un peu plus plus loin que l'espérance de vie de ses propres enfants.

Il s'agirait de s'affranchir de la dépendance pétrolière. Pour l'instant, ce se serait au prix d'un décrassage dynamité de nos sous-sols.Un massacre en sous-sol, voire, mieux, dans des contrées reculées. Comme dit Corinne Lepage, le gaz n'est pas prêt de partir. On peut sans doute attendre de savoir mieux l'extraire, sans dégât. On pourrait aussi penser à consommer moins, l'hypothèse n'est pas populaire alors que nous traversons la Grande Crise, la plus grave de toutes depuis les Dinosaures.

Du côté de l'Eco-socialisme du Parti de Gauche, ce réjouissant retour aux sources de l'écologie politique à la sauce Pierre Juquin (1988), on n'aimait pas non plus le gaz de schiste. Il fallait se satisfaire de ces alliés.





Intervention de Sandrine Bélier sur l'impact sur... par EurodeputesEE


Gaz de schiste - intervention de Catherine GREZE par EurodeputesEE

5 commentaires:

  1. Qu'ils aillent en Belgique les gaz de schiste rejoindre les pets foireux du gros Gérard, ils vont comprendre leur douleur les Belges !

    On va leur envoyer Patrick Bruel aussi, il vient de sortir un nouvel album.

    RépondreSupprimer
  2. Y sont complètement dingues, ces apprentis sorciers et, en plus, y prévoient des incitations fiscales. Quand tu sais qu'en même temps, nos dirigeants pensent à enfouir du CO 2 dans le sous-sol, y a de quoi rendre n'importe qui écolo ! Non, mais franchement, on marche vraiment sur la tête.

    Y vont réussir ce que tous les révolutionnaires n'ont fait qu'en rêve : faire tout péter !

    RépondreSupprimer


  3. Le problème fondamental est la surpopulation sur cette planète dont les ressource s'épuisent

    Les pays émergeants ignorent les précautions que nos ainés n'ont pas pris.

    Pour les gaz de schistes il est souhaitable de prospecter les gisements et aprésn voir avant,faire un réfèrendum sur ce sujet.

    RépondreSupprimer
  4. Quand on voit ce qui s'est passé dans notre beau pays en 2005 et 2012, on peut être confiant et surtout patient pour espérer un référendum. Quand les poules auront des dents peut-être ?

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.