9 janvier 2013

Bonne année Cahuzac !

Il y en a un à qui il reste difficile de souhaiter une bonne année.

C'est Jérôme Cahuzac.

1. Il incarne la rigueur que l'opposition de gauche appelle improprement l'austérité. Pendant l'été, il a mené une vie (trop) dure à quelques ministres. Le volet fiscal des lois de finances et de financement de la Sécurité sociale - retoquée au Sénat à cause de l'opposition des élus communistes - puis revotés juste avant la trêve de Noël, contenait nombre de belles mesures - un premier véritable rééquilibrage des comptes et de l'impôt sur les revenus du capital - mais aussi des interrogations - comme sur l'insuffisante réduction des niches fiscales, ou le trop faible réajustement de l'ISF.

Cahuzac est aussi accusé par certains (à gauche) du sabotage constitutionnel de la taxation exceptionnelle à 75% des revenus supérieurs au million d'euro. Une proposition du candidat Hollande qu'il avait découvert comme simple téléspectateurs en février dernier, et qu'il n'avait pas digérée, une mesure finalement retoquée par le Conseil constitutionnel le 28 décembre dernier car elle visait les membres du ménage fiscal et non ce dernier comme c'est le cas pour l'impôt sur le revenu. Ce grave soupçon est porté par ceux-là même qui couinaient d'avance contre la mise en conformité dudit impôt. Cahuzac n'a rien saboté mais qu'importe ! Le mal est fait.

L'homme incarne une politique, il faut souvent des paratonnerres. Le destin de Cahuzac dans cette Hollandie débutante est de prendre plus que sa part de foudre.

Lundi 7 janvier, sa rentrée médiatique fut tardive, vers 23 heures dans l'émission Mots Croisés sur France 2, face à Jean-Luc Mélenchon. L'ex-candidat du Front de Gauche à l'élection présidentielle eut la formule facile: « Vous serez Cahuzandréou avec Hollandréou, d'un plan à l'autre, austérité et austérité, et encore austérité ». et le ministre eut le constat tout aussi évident: « Vous souhaitez l'échec de ce gouvernement en espérant nous succéder ». Le pompon de la soirée fut cet échange prévisible sur la lutte des classes. L'ancien médecin capillaire n'aurait jamais cru à la lutte des classes (« La lutte des classes, au fond, ça résume notre réelle divergence. Vous, vous y croyez toujours et moi je n’y ai jamais cru.») Aurait-il pu préciser s'il croyait au moins aux classes sociales, à défaut d'ignorer leurs luttes ?

Bref, Cahuzac reste certainement l'adversaire politique d'une belle fraction de la gauche.

2. Jérôme Cahuzac a aussi Mediapart aux fesses. Le site d'information ne le lâche plus. Et pour cause: depuis ses révélations en décembre dernier, il en va de sa crédibilité. Avec une hargne inversement proportionnelle à la solidité de ses arguments, le site devenu procureur en ligne tient sa mâchoire renfermée sur les mollets du ministre. Depuis bientôt 5 semaines, il publie quotidiennement un billet. Fabrice Arfi, l'auteur principal de l'enquête, et son patron Edwy Plenel reconnaissent bien volontiers d'où vient leur inspiration: Jérôme Cahuzac s'est montré indulgent avec l'un de ses prédécesseurs, Eric Woerth. Il devait donc être coupable. Les meilleures et les pires enquêtes commencent souvent ainsi, c'est-à-dire par une condamnation a priori.

Derniers développements, le parquet de Paris aurait décidé d'ouvrir une enquête pour blanchiment de fraude fiscale. Pour le site, la messe est dite et célébrée: « La justice ne semble plus se satisfaire du simple démenti de façade du ministre. » Car, rappelle le site, « l’ouverture de l’enquête du parquet intervient un mois après les premières révélations de Mediapart sur le compte détenu depuis le début des années 1990 par Jérôme Cahuzac à l’UBS de Genève. Le compte, non déclaré au fisc français, a été formellement clos début 2010, date à laquelle, alors simple député, l’actuel ministre du budget en a déplacé les avoirs à Singapour, d’après notre enquête.» Mais le ministre s'est réjoui de la nouvelle: « Cette démarche permettra, comme il l'a toujours affirmé, de démontrer sa complète innocence des accusations absurdes dont il fait l'objet ». Cette affaire frise le vaudeville.

La preuve principale de l'accusation mediapartesque est un enregistrement clandestin datant de 2000, et détenu par un ancien rival politique local de l'actuel ministre. L'Express l'a fait authentifié par un expert qui travaille habituellement pour des instructions judiciaires. Et le constat... est presque formel: difficile d'authentifier la voix du ministre, l'enregistrement est de mauvaise qualité, et il est incomplet.

L'annonce officielle de cette enquête préliminaire est à lire sur le site du Monde: « compte tenu de cette situation, des faits dénoncés par Médiapart susceptibles de recevoir une qualification pénale et des démentis de Monsieur Jérôme CAHUZAC, il appartient au procureur de la République de Paris, conformément à la loi, de faire procéder, sans attendre, aux vérificationsrelatives à la réalité et au contenu de l'enregistrement ainsi qu'à toutes auditions nécessaires pour parvenir à la manifestation de la vérité.Le parquet de Paris a donc décidé d'ouvrir une enquête préliminaire du chef deblanchiment de fraude fiscale et a saisi à cette fin la division nationale des investigations financières et fiscales ».

Et bien voilà, la belle affaire.

Meilleurs voeux.  

 

25 commentaires:

  1. médiapart la voulait
    il l'a
    et j'espère que ce sera pour plenel une cuisante déculottée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si cuisante déculottée il y a ce soir, elle n'est assurément par pour Plenel.

      Supprimer
  2. Bien ! Cela va aider J.C puisque,diffamé,il pouvait difficilement apporter une preuve négative !
    Bz

    RépondreSupprimer
  3. Ce n'est plus la lutte des classes.
    Aujourd'hui c'est la lutte des castes !

    RépondreSupprimer
  4. Cahuzac (pas l'homme mais ses idées) représente exactement la gauche que je voulais voir accéder au pouvoir. Face à Mélenchon il n'y avait rien d'autre à faire que d'opposer les actes aux incantations. Et c'est ce qu'il a fait.

    Bonne année 2013 à lui et à tous ceux qui vont oeuvrer pour l'ensemble du peuple français et non pour une classe.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour, je viens de relire votre article sur Takkiedine, vous étiez beaucoup plus en faveur de Médiapart en ce temps-là. Serait-ce parce qu'il s'agit d'un "socialiste" que vous prenez la défense de Cahuzac, celui qui n'a jamais cru qu'il y avait une lutte des classes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pas vraiment: lisez cec, http://t.co/PV3i8p2H

      Supprimer
  6. "Ce grave soupçon est porté par ceux-là même qui couinaient d'avance contre la mise en conformité dudit impôt."
    ==> Où est la contradiction ? il eut seulement fallut prendre les choses dans l'ordre et non pas prendre les gens pour moins intelligent qu'ils ne le sont ... en donnant un tel bâton pour se faire battre par le conseil constitutionnel !

    "Cahuzac n'a rien saboté mais qu'importe !"
    ==> CQRAD [Ce Qui Reste A Démontrer ] .

    "Le mal est fait"
    ==> qui sème le vent ...

    Quant au volet Mediapart, votre défense du soldat Cahuzac est comme la sienne : peu convaincante ! Vous êtes à Mediapart ce que Edwy Plenel et le Monde furent à Denis Robert : des incrédules suspects de ne pas vouloir voir dans le meilleur des cas, de mauvaise foi dans le pire. A ceci près que Denis Robert était un homme seul quand Médiapart a les reins plus solides.

    C'est précisément en raison de l'attitude de Plenel à l'égard de Denis Robert quand la cour de Cassation lui donna raison simultanément dans trois dossiers que j'ai rendu mon abonnement à Médiapart.

    Juan, si j'ai bien compris votre billet d'hier soir sur le crédit d'impôt compétitivité, vous êtes responsable d'entreprise ...

    "Si MON entreprise versait 2 millions d'euros d'une telle masse salariale, elle récupérerait 80.000 euros de crédit d'impôt. Si JE n'avais qu'un salarié au SMIC (, je toucherai environ 720 euros de réduction"

    Votre ardeur à défendre le gouvernement vous honore, mais on a du mal à saisir pourquoi une telle fidélité ! Loin de moi l'idée de vouloir accabler des individus en particulier, mais bon quoi la politique qui est menée aujourd'hui manque de souffle et de conviction. C'est un fait.

    Et comment ne pas reconnaître qu'il est légitime de la part des observateurs et militants de gauche de gauche, sans parler de la population, de s'étonner de l'atonie du pouvoir politique face au pouvoir délirant accordé au secteur de la finance dans le cadre de l'économie mondialisée ? Et si la mondialisation nous rend impuissant à agir, et bien il faudrait peut-être s'interroger sur cette mondialisation !! Au lieu d'adopter systématiquement un profil de soumission résignée : "On peut pas faire autrement !" Comme si on avait le choix entre continuer et faire autrement !

    Chacun est dans son rôle. C'est cela la démocratie ! Comment voulez-vous que le gvt change de politique un jour si tout le monde se montre complaisant à son égard. Pour prendre un hypothétique virage un jour, encore faut-il que les acteurs politiques concernés se sentent soutenus par une demande, une attente exprimée par la population... d'où il tirerait la légitimité et donc la force de son action !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mais on peut s'échanger nos désaccords sans souci, cher ami !

      Supprimer
    2. "la politique qui est menée aujourd'hui manque de souffle et de conviction. C'est un fait."

      Non, c'est votre avis...

      "encore faut-il que les acteurs politiques concernés se sentent soutenus par une demande, une attente exprimée par la population... d'où il tirerait la légitimité et donc la force de son action !"

      Le gouvernement tire sa légitimité de l'opinion exprimée dans les urnes il y a 6 mois. Pourquoi faudrait-il déjà prendre un virage ?

      Supprimer
    3. Quand on commence à balancer du "Cher ami" et défendre le très "ancien régime" socialiste Cahuzac cela fini toujours par "Vous les gueux".

      Supprimer
    4. Cahuzac prend des airs de Baron et pense que c'est de l'éloquence. Petit snobinard de merde.

      Supprimer
    5. François,

      Mon avis est que c'est un fait.

      Je ne parle pas de la légitimité de l'action d'aujourd'hui ; je oarle d'un éventuel changement de cap. Par exemple, j'ai voté Hollande au second tour pour voter contre Sarkozy : entre deux maux, j'ai choisi le moindre. Autrement dit j'ai contribuer à permettre à Hollande un accès légal au pouvoir ; mais il ne peut se prévaloir de ma voix pour légitimer son action actuelle. Et j'ajoute qu'une autre politique est non seulement possible mais va s'imposer. Mais le moment n'est pas venu. Alors les socialistes font des ronds dans l'eau en attendant que la tempête ne les oblige à changer de cap et à ramer plus énergiquement. Si les éléments déchainés ne les font pas passer par-dessus bord avant qu'ils n'aient pu réagir.
      Donc chacun est dans son rôle. Ceux qui trouvent que les socialistes gouvernent bien les défendent (je serais curieux de connaître leurs conditions de vie). Les autres râlent ...

      Supprimer
    6. "il ne peut se prévaloir de ma voix pour légitimer son action actuelle."

      Non, mais il peut se prévaloir de toutes les autres. Et notamment les plus nombreuses: celles qui se sont portées sur son programme.

      "Ceux qui trouvent que les socialistes gouvernent bien les défendent (je serais curieux de connaître leurs conditions de vie)."

      Éternels propos de certains gens de gauche qui sont sensés mieux connaître que tout le monde les problèmes sociaux... Il n'y a pas besoin d'être dans la misère pour la combattre.

      Pour ceux qui défendent le programme de Hollande c'est assez désagréable de se retrouver catalogué de privilégié libéral sur son flanc gauche, et d'idéaliste assisté sur le droit...

      Supprimer
    7. Non il ne peut davantage se prévaloir de toutes les autres car les personnes ayant voté pour lui sans adhérer le moindrement à la proposition 31 sont nombreuses. Si par ailleurs, le pouvoir est si sûr de son fait, il se grandirait et rendrait un sacré service à la démocratie en organisant une consultation délibérative sur ce seul projet de loi !

      Supprimer
  7. Vous semblez heureux que le parquet soit saisi et fasse une enquête préliminaire dans l'affaire Cahuzac qui s'en réjouit d'ailleurs ui aussi.

    Et pour cause, le parquet est sous les ordres du gouvernement et les enquêteurs seront des agents du fisc sous les ordres du même gouvernement !

    Ce qu'il aurait fallu faire, c'est saisir la justice avec un juge d'instruction indépendant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. une information préalable est menée par la police JUDICIAIRE

      Supprimer
  8. Mon intuition :

    Cahuzac que vous essayez de défendre, à mon avis très mal, (le silence étant la meilleure défense) semble mal parti dans son affaire de compte en Suisse avec Médiapart.

    Chacun des lecteurs, à sa façon, essaie de reconstituer le cadre de cette affaire. Un homme ambitieux pour lui-même (bravo) une belle situation professionnelle acquise par beaucoup d’efforts (bravo), une volonté de carrière politique (encore bravo) mais aussi une volonté de réussite financière (bravo)…mais….

    ….Mais, comme beaucoup, un ressenti d’overdose de l'impôt en France.

    Son job, patron d'une clinique de chirurgie esthétique pouvait lui permettre des encaissements d'espèces non remboursés par la sécu ; La Suisse sécurise ce type de liquidité surtout qu’il a été victime d’un cambriolage de montres de grandes valeurs à son domicile.

    La grande question : a-t-il franchit le Rubicon qui n’est pas situé en Suisse ni à Singapour, mais prés de Rome. A chacun son intuition ; en justice, il faut apporter la preuve juridique. Nous sommes dans un état de droit.

    RépondreSupprimer
  9. On a eu la confirmation que Cahuzac est un homme de droite molle, prompte à détrousser la classe moyenne et à laisser les gros capitaux en paix, impuissante avec les puissants.

    RépondreSupprimer
  10. Les procédés utilisés par Médiapart contre Cahuzac rappellent ceux de la presse d'extrême-droite d'avant-guerre, ayant conduit Roger Salengro à se suicider.

    Mais, pas de bol pour Médiapart, Cahuzac n'est pas du genre à se suicider.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et hop voilà comment en quelques commentaires on franchit allègrement le point godwin... attendez de voir la suite de l:histoire et nous verrons qui à raison, de la presse f'investigation ou dr celle d'acquiecement un peu trop évident au pouvoir en place... comme il y à des blogueurs de gouvernement il y à une presse de la même essence qui cherche à ne surtout pas déranger les intérêts dominants...

      Supprimer
  11. Personnellement, si l'enquête en cours blanchit Cahuzac de cette accusation de compte en Suisse, je le verrais bien succéder à Ayrault au poste de Premier Ministre pour la 2 ème partie du quinquennat, celle pendant laquelle se déroulera la campagne électorale de 2017.

    L'erreur de Hollande a été de choisir, en complément du Président plus "normal" que Sarkozy qu'il voulait être, un Premier Ministre (Ayrault) du même profil - trop "normal" et "gentil", alors qu'il aurait dû avoir le profil inverse, le profil de celui qui ne se laisse pas marcher sur les pieds -et on l'a bien vu face à Mélenchon.

    Or, dans l'équipe actuelle, je ne vois que Valls et Mélenchon présentant ce profil de "quand on me cherche, on me trouve" -avec, pour Cahuzac, une plus grande maîtrise des dossiers complexes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plus d'un voyaient Woerth 1er ministre ...

      Valls et Melenchon ?

      Supprimer
  12. Tripp (troll)

    Comme si Cahuzac n'avait jamais menti (mais alors jamais)!!

    Après Mauduit, Plenel, c'est le tour d'Arfi...

    Bon quinquennat Juan.

    RépondreSupprimer
  13. Ce qui m'a mis la puce à l'oreille, c'est que l'épouse délaissée, Madame Cahuzac a comme avocate la soeur de Copé. J'ai trouvé cela étrange.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.