17 janvier 2013

Choisis ton beauf misogyne chez nos parlementaires

Il faut écouter, lire ou voir certains échanges à l'Assemblée. Nous vous y invitons sur ce blog et ailleurs très régulièrement.

Parfois, ou souvent, nous avons honte.



« Misogyne beauf », « nana » : échanges... par publicsenat


Merci à Rue89

12 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Pourquoi la parité ? Pourquoi empêcher les femmes d'être plus nombreuses que les hommes ?

    Hypothèse : imaginons qu'il n'y ait que des couples homos : ça mettrait tout le monde à égalité eu égard au temps consacré au foyer !

    Ou que des foyers monoparentaux !

    Ah mais là c'est l'argent qui ferait la différence.

    Mais j'y pense, qui se bat avec la même énergie pour une représentation proportionnelle ouvriers/employés CSP ++ ?

    Parce que les employés et les ouvriers représentent plus de la moitié de la population active, alors que seul 1% des députés proviennent de leurs rangs. Ma statistique ne parle pas des femmes ouvrières / employées. [ http://www.inegalites.fr/spip.php?article166&id_mot=92 ]

    Pour info, 26,6 % de femmes à l’Assemblée, 21,8 % au Sénat.

    RépondreSupprimer
  3. Réponses
    1. Oups, ça ne fonctionne pas sur mon iPad mais c'est OK sur le PC.

      Supprimer
    2. Oui ça marche pas sur les tablettes.
      On verra ça plus tard.
      Tchao

      Supprimer
  4. Est-ce que la phrase "C'est qui cette nana ?" relève vraiment de la misogynie ? S'il avait dit "C'est qui ce mec ?" en parlant d'un homme qui s'exprime c'était tout aussi con.

    Ce sénateur est un beauf, nul doute là-dessus, mais le choix de cette vidéo qui tourne en ce moment en boucle sur les réseaux n'apporte rien au débat sur l'égalité homme-femme.

    La vraie misogynie c'est celle qui se fait à pas feutré un peu partout (les partis politiques, les entreprises, la rue, la maison,...). Il n'y a qu'un moyen de la combattre selon moi: la discrimination positive.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A propos d'égalité, de parité, de mysoginie ... il est tout à fait clair que la situation des femmes est plus déterminée par leur position sociale que par leur genre.

      La ligne de fracture n'est pas entre les genres, mais elle est verticale. Il y a plus de points communs entre une femme et un homme dirigeants d'entreprise qu'entre une femme députée et une femme employée à temps partiel imposée dans une petite entreprise. Idem pour les ouvriers, qui ne sont quasiment pas représentés à l'Assemblée nationale. On pourrait multiplier les exemples.

      Concernant les femmes, il subsiste au moins deux dossiers à prendre en main : l'égalité salariale (à travail égal, salaire égal) et le travail à temps complet (elles sont nombreuses à être contraintes à travailler à temps partiel imposé).

      Encore une fois, la réalité est un peu plus complexe que ne le laissent imaginer les slogans de tout bord.

      Supprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  6. Il est certain que tous ces intervenants mâles sont au dessous de tout. Des bons ringards style ancien régime. Notre niveau de démocratie est bien faible avec des oiseaux comme eux.

    RépondreSupprimer
  7. Il est certain que tous ces intervenants mâles sont au dessous de tout. Des bons ringards style ancien régime. Notre niveau de démocratie est bien faible avec des oiseaux comme eux.

    RépondreSupprimer
  8. Pour arriver à la parité au Parlement, il faudrait que dans une moitié des circonscriptions, il n'y ait que des femmes candidates et, dans une autre moitié, que des hommes. Là, on aurait une moitié des députés de sexe féminin et une de sexe masculin.

    Maintenant, si je mets dans TOUTES les circonscriptions une moitié de candidats hommes et une moitié de femmes, je respecte la loi sur la parité ; mais au finish je peux me retrouver quand même avec 100% des députés élus de sexe masculin.
    Elle est où la parité, là ?

    50% de candidates ne signifie pas 50% d'élues de sexe féminin. Mais ça fait plaisir à certains de le croire et de le faire croire aux masses.

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.