12 janvier 2013

Hollande part en guerre, le MEDEF aussi [297ème semaine politique]

Il n'a pas fallu attendre si longtemps. Vendredi soir, le président français confirme une intervention militaire française au Mali, ancienne colonie démembrée voici quelques mois après une offensive islamiste et des séparatistes touaregs. Le parlement sera informé dès lundi. La réaction à une nouvelle offensive militaire expresse de quelques milliers de soldats islamistes n'a donc pas tardé.

C'est une petite guerre qui commence, alors qu'une petite France se déchire sur le mariage pour tous. France inter est en grève, transformée en radio musicale - de qualité - pour déjà plus d'une semaine. Mais les chaînes d'info se régalent de ces affaires qui finissent par user la cohésion nationale.

Au secours, la guerre !
A l'ONU et en France, l'unanimité fut presque de mise, pour une fois. L'ensemble de la communauté internationale applaudit à ce soutien militaire. Les Américains sont trop contents. Même les Chinois sont soulagés.  « Le Mali fait face à une agression d'éléments terroristes venant du Nord dont le monde entier connait désormais la brutalité » a expliqué Hollande lors d'une brève intervention télévisée depuis l'Elysée. « J'ai donc, au nom de la France, répondu à la demande d'aide du président du Mali. » Huit otages français sont détenus dans la zone, dont certains depuis deux ans et demi. Six mille Français sont sur place.

Les forces armées françaises participent aux combats dès vendredi après midi. Auraient-elles dû attendre un vote de nos députés ? Quelques écologistes et Jean-Luc Mélenchon râlent que le Parlement n'ait été informé au préalable. Mais ils sont incapables de dire s'ils sont réellement opposés. Que du flou et de la posture ! Les forces islamistes du Nord viennent de déclencher leur offensive vers le Sud. « C'est la même situation qu'en Afghanistan », prévient rapidement Jean-Dominique Merchet de Marianne, vendredi soir sur iTele. « On n'a pas tellement le choix de ne pas y aller. » Samedi, il y a premier tué parmi nos soldats.

Les objectifs du combat sont plus clairs, plus simples. Il ne s'agit pas d'exterminer Aqmi ni de ramener un quelconque Ben Laden. Il s'agit de rétablir le pouvoir déchu, une situation différente de celle afghane. Hollande annule un déplacement pour les voeux. Un conseil militaire se réunit. Samedi, une attaque française en Somalie échoue à libérer un soldat otage. Mais les ravisseurs sont tués.

L'actualité devait être ailleurs.

Au secours, Cahuzac encore là !
Lundi soir, trop tard, le ministre du budget se défend et s'oppose à une forte personnalité, Jean-Luc Mélenchon. Ce dernier est ravi mais souffre un peu. On se disputera, le lendemain, de savoir lequel a gagné. Qu'importe !

Cahuzac confie qu'il ne croit pas à la lutte des classes, la belle affaire.... Et il défend, évidemment, l'énorme redressement fiscal qu'il fait subir au pays. Mélenchon refait le match le lendemain, sans contradicteur et sur son blog. Il a la tenue nécessaire d'expliquer qu'il ne s'attaque qu'aux idées, et non à l'homme désormais objet d'une enquête préliminaire ordonnée par le parquet pour blanchiment fiscal. L'affaire Mediapart trouve enfin le débouche que le site espérait. Mélenchon a aussi la rigueur de rester sur le fond, sans perdre de temps sur d'éventuel étiquetage en gauchitude. Il conteste la rigueur budgétaire, l'insuffisante taxation du capital, et récuse l'urgente nécessité à réduire l'endettement public pourtant faramineux.

Mardi, la faillite des Virgin Megastore relance un curieux débat sur le commerce de biens culturels. Certains ne supporte pas que la ministre Filippetti accuse la concurrence déloyale bien réelle des sites en ligne étrangers. Elle dit plus que cela, mais les donneurs de leçons et les caricaturistes ont besoin de joutes faciles.

Mercredi, Arnaud Montebourg surprend son monde en promettant un soutien à la relocalisation de nos industries nationales, via la création d'une agence-conseil pour nos entreprises («  l'Agence française des investissements internationaux (Afii) va offrir gratuitement aux entreprises qui le souhaitent un nouveau service en leur permettant de calculer les avantages de tous ordres à relocaliser des activités »). Manuel Valls surprend par sa fermeté contre quelques sans-papiers, mais aussi par sa compréhension à l'égard d'une réquisition de logements vides par DAL et Jeudi Noir. 

Au secours, la flexibilité !
Quel suspense ! Vendredi 11 janvier vers 23 heures, la CFDT et le MEDEF sont parvenus à un accord sur la flexibilité et la sécurisation de l'emploi. Des semaines que cela dure et il va falloir décortiquer la chose. La CGT et FO hurlent à la trahison. Le gouvernement avait menacé d'une loi. Quelques rares blogueurs politiques s'y sont penchés. On excusera les grincheux qui n'aiment tant que fustiger. Qu'il est curieux de louer les corps intermédiaires et de détester les voir négocier ! Hollande a laissé du temps à la négociation, et c'est tant mieux. Il s'en félicite d'ailleurs le soir même, par communiqué. L'accord sera transcrit dans une loi.

Sur le fond, il y a à dire et redire. Le MEDEF cherche la flexibilité pour tous, quelle surprise ! A lire le texte, on comprend qu'il a partiellement gagné. Certes, il y a du bon pour les salariés: relèvement des cotisations patronales sur les contrats courts, création d'un compte personnel et transférable de formation pour chacun(e), création d'une période de mobilité, meilleur encadrement du temps partiel, etc.

Mais il contient aussi ce qui fâche: la cogestion n'est pas renforcée au sein des instances de direction, et surtout, voici la première porte entre-ouverte à cette flexibilité des contrats de travail en fonction des conditions économiques: « Afin de maintenir l’emploi, en cas de graves difficultés conjoncturelles rencontrées par une entreprise, il convient de se doter, à côté de dispositifs existants tels que le chômage partiel, de la possibilité de conclure des accords d’entreprise permettant de trouver un nouvel équilibre, pour une durée limitée dans le temps, dans l’arbitrage global temps de travail / salaire / emploi, au bénéfice de l’emploi. » En d'autres termes, cet accord ouvre la voie à la négociation d'accords.

Il ne les créé pas ni ne les impose. Le débat se poursuivra au Parlement.

Au secours, le mariage pour tous !
Jeudi, Nicolas Sarkozy dépose son recours devant le Conseil Constitutionnel qui conteste ses dépenses de campagne. L'UMP frôle la faillite, avec ce redressement de 11 millions d'euros. Hollande, dans ses voeux de la veille, demande à ce que ces anciens présidents ne soient plus Sages de droit. On apprend que Sarkozy et quelques anciens pontes de Sarkofrance font aussi l'objet d'une enquête pour violation du secret de l'instruction dans l'affaire du Karachigate.

La droite ne peut même pas se reconstruire sur le mariage gay. Elle s'y déchire. Le président provisoire de l'UMP, Jean-François Copé a décidé d'emmener son parti à la bataille, entre les cohortes des intégristes de Civitas et de curés en soutane entourés de scouts. Finalement, ce défaut - total - de comportement laïc sur une question d'union civile ne le dérangeait pas. A l'inverse, nombre de responsables UMP, telles Valérie Pécresse ou Nathalie Kosciuko-Morizet, ont affiché leur résistance.

Le cortège part à 13 heures, ce dimanche 13 janvier 2013, à Paris. On nous promet une mobilisation monstre. Ce sont leurs arguments qui sont monstreux. Les opposants au mariage gay se sont donc mobilisés, avec des soutiens souvent glauques, des arguments naturalistes abscons, et les relents homophobes qu'il fallait, contre cette promesse présidentielle en passe de devenir loi. Ce n'est qu'un mariage civil, mais la Sainte Eglise catholique n'en peut plus de l'émancipation laïque.

Jeudi, la gauche socialiste a décidé d'y retirer toute disposition sur la Procréation Médicalement Assistée (PMA). Cette dernière fera l'objet d'une autre loi.

Lundi, l'Assemblée reprend ses travaux. Il y a la loi bancaire à examiner.

Amen.



A suivre.



6 commentaires:

  1. Au sujet du débat Cahuzac - Melenchon où il fut question de l'imposition des dividendes, je ne vois (toujours) pas en quoi le principe d'une double imposition des bénéfices serait choquant : il s'agit en fait d'un partage de l'imposition des bénéfices, l'effort fiscal se répartissant entre un premier impôt acquitté par la société et un second concernant les actionnaires. Après tout est affaire de modulation ...

    RépondreSupprimer
  2. Il n'y a pas de petite guerre ! Il y a la guerre.

    RépondreSupprimer
  3. Étonnante, la disproportion entre l'importance et la gravité de certains événements, et l'importance qu'ils prennent dans nos débats nationaux: le mariage homosexuel, qui concernera quelques centaines de personnes par an (et dont la moitié divorceront, comme tous les autres mariés) prend plus d'importance, chez nous, que la création possible d'un Etat islamiste, terroriste et surarmé en plein centre de l' Afrique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous verrez, vous trouverez cela logique quand un homosexuel taliban de Tarnac pour l'impôt confiscatoire vous volera votre pain au chocolat en criant Allah est grand et les Pussy Riot sont ses prophètes.

      Supprimer
  4. http://survie.org/francafrique/mali/article/la-france-intervient-au-mali-et
    je partage la conclusion d e l'article mais estime que les risques de la non-intervention sont plus grands que les risques de l'intervention.La dsuite nous le dira...

    une autre lecture :

    http://survie.org/billets-d-afrique/2013/220-janvier-2013/article/luttes-d-influences-au-sahara

    RépondreSupprimer

Merci par avance de votre commentaire. Les insultes, les commentaires racistes, antisémites, pornographiques, révisionnistes, sexistes ou en général tout sujet contraire aux valeurs humanistes ne sont pas acceptés.
Les commentaires PEUVENT être modérés et donc censurés.